Ottokar II de Bohême

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ottokar.
Ottokar II
Ottokar en Autriche, 1251

Ottokar II (aussi écrit Otakar ou Přemysl Otakar/Ottokar) (v. 123026 août 1278 à Dürnkrut en Autriche) est roi de Bohême (Raskavie) de 1253 à 1278.

Origine[modifier | modifier le code]

Il est le fils de Venceslas Ier Premysl et de Cunégonde de Souabe (Kunhuta en tchèque), ce qui fait de lui le petit-fils de Philippe de Souabe. Du vivant de son père, il règne sur la Moravie (1247). En 1252, il épouse Marguerite de Babenberg (elle a 18 ans de plus que lui), sœur de Frédéric le Batailleur et héritière de l'Autriche et de la Styrie.

Ottokar II Přemysl apparaît comme le plus puissant souverain tchèque de sa dynastie. Il s’assure l’appui de la bourgeoisie des villes et de la petite noblesse des chevaliers. Il procède à une colonisation massive avec des Allemands pour développer l’exploitation des mines d’argent découvertes sur le pourtour de la Bohême[1]. Il participe à une croisade avec les chevaliers teutoniques en Prusse et fonde avec eux la forteresse de Königsberg (1255). En Europe centrale, à la suite d’héritages, il annexe la Carinthie, la Carniole et la Styrie, constituant un vaste empire, de la Bohême à l’Adriatique.

Apogée et chute[modifier | modifier le code]

Les possessions d'Ottokar Přemysl entre 1253 et 1271

En 1260, il vainc Béla IV et Etienne V de Hongrie à Kroissenbrunn. Celui-ci doit céder à la Bohême la Silésie, la Slovaquie, la Lusace, l’Autriche et la Styrie (1260-1269). En 1272, il pose sa candidature au titre de « roi des Romains » mais en est écarté au profit de Rodolphe Ier de Habsbourg. Une guerre s’ensuit dans laquelle Ottokar perd toutes ses conquêtes de la région des Alpes. En 1276, Rodolphe Ier et ses alliés mettent le siège devant Vienne. Le 26 novembre, Ottokar II de Bohême cède l’Autriche, la Styrie, la Carinthie et la Carniole à l’empereur augmentant considérablement la puissance des Habsbourg. Ottokar ne conserve que la Bohême et la Moravie.

Il est vaincu et tué à la bataille de Marchfeld, près de Vienne, par l’empereur Rodolphe Ier de Habsbourg (26 août 1278). Rodolphe soumet la Bohême et s’attribue les possessions autrichiennes du vaincu. Rodolphe II, fils de l’empereur, épouse Agnès, fille d’Ottokar, et Wenceslas, fils d’Ottokar, épouse Gutta, fille de Rodolphe.

Unions et postérité[modifier | modifier le code]

Ottokar II ne laissera aucun enfant de son union avec Marguerite d'Autriche, épousée en 1252 et dont il divorce à l'automne 1261. Il épouse en secondes noces (1261) Cunégonde (1245-1285), fille de Rotislav de Tchernigov et Halicz, et petite-fille de Béla IV de Hongrie, dont :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources[modifier | modifier le code]

  • Francis Dvornik, Les Slaves histoire, civilisation de l'Antiquité aux débuts de l'Époque contemporaine, Éditions du Seuil, Paris, 1970
  • Jörg K.Hoensch, Histoire de la Bohême, Éditions Payot, Paris, 1995 (ISBN 2-228-88922-9)
  • Pavel Belina, Petr Cornej et Jiri Pokorny, Histoire des Pays tchèques, Points Histoire U 191, Éditions du Seuil, Paris, 1995 (ISBN 2-02-020810-5)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Georges Castellan, « Drang nach Osten », l'expansion germanique en Europe centrale et orientale, clio.fr, [1]