Classe Myōkō

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Classe Myōkō
Image illustrative de l'article Classe Myōkō
Myōkō
Classe Nachi
Caractéristiques techniques
Type croiseur lourd
Longueur 203,7 m
Maître-bau 17,34 m
Tirant d’eau 5,9 m
Déplacement 11 633 tonnes
Port en lourd 14 950 tonnes
Propulsion 4 turbines à vapeur (12 chaudières)
Puissance 130 000 cv
Vitesse 35,5 nœuds maxi
Caractéristiques militaires
Blindage ceinture = 100 mm
pont = 37 mm
magasin = 100 mm
tourelle = 25 mm
barbette = 25-75 mm
Armement initial :
(5X2) x 203 mm
(6X1) x 120 mm (jusque 1934)
(4X2) x 127 mm (à partir de 1935)
4 mitrailleuses Vickers x 13,2 mm (DCA)
(4x3)tubes lance-torpilles de 610 mm
final :
(5X2) x 203 mm
(3X2) x 127 mm (DCA)
24 à 52 x 25 mm (DCA)
4 mitrailleuses Vickers x 13,2 mm (DCA)
(2X4) tubes lance-torpilles (610 mm)
Aéronefs 1-2-3 Hydravions, 1-2 catapulte, 1 grue
Rayon d’action 8 000 miles à 14 nœuds
(2470 tonnes de mazout)
Autres caractéristiques
Équipage 773 hommes
Histoire
Constructeurs Arsenal navals de Yokosuka, Kure, Nagasaki et Kōbe Drapeau du Japon Japon
A servi dans Naval Ensign of Japan.svg
Commanditaire Marine impériale japonaise
Période de
construction
1924-1929
Période de service 1928-1946
Navires construits 4
Navires prévus 4
Navires perdus 4
Précédent classe Aoba Classe Takao Suivant

La classe Myōkō fut la troisième classe de croiseurs lourds de la Marine impériale japonaise construite conjointement dans divers chantiers navals du Japon : Yokosuka, Kure, Nagasaki et Kōbe.
Les quatre unités pour cette classe servirent durant la Guerre du Pacifique et y furent détruits.
Ils portent divers noms de montagnes japonaises.

Conception[modifier | modifier le code]

Les navires de cette classe déplaçaient 11 633 tonnes (standard) pour une longueur de plus de 200 mètres et étaient capables d'une vitesse de 36 nœuds (67 km/h). Ils portaient un ou deux hydravions et leur armement principal était de dix canons de 203 mm (8 pouces) en cinq tourelles doubles. Leur armement secondaire était de six canons uniques de 120 mm (4,7 pouces) à leur lancement puis de huit canons de 127 mm (5 pouces) en quatre doubles tourelles dès 1935. En 1944, leur armement en lutte antiaérienne fut renforcé par de multiples canons automatiques de 25 mm.
Au moment où ils furent construits, ils étaient les croiseurs ayant le plus fort armement lourd de leur catégorie dans le monde. Ils furent aussi les premiers croiseurs la marine japonaise dépassant les 10 000 tonnes, limite fixée au Traité naval de Washington de 1922.

Les unités de la classe[modifier | modifier le code]

Nom Quille Lancement Armement Chantier naval Fin de carrière Photo
Myōkō Arsenal naval


Yokosuka
Drapeau du Japon Japon

sabordé le
détruit le
Myoko after surrender.jpg
Nachi Arsenal naval
Kure
Drapeau du Japon Japon
coulé le
détruit le
Japanese cruiser Nachi 1929.jpg
Haguro Mitsubishi Heavy Industries
à Nagasaki
Drapeau du Japon Japon
coulé le
rayé le
Japanese cruiser Haguro.jpg
Ashigara Kawasaki Heavy Industries
à Kōbe
Drapeau du Japon Japon
coulé le Japanese cruiser Ashigara 1942.jpg

Service[modifier | modifier le code]

Myōkō 

Au retour de la bataille du golfe de Leyte, il est touché le 13 décembre 1944 par une torpille de l' USS Bergall (SS-320). Remorqué au port de Singapour pour réparations, il y restera faute de matériaux. Il est cédé le 21 septembre 1945 aux britanniques et il est sabordé dans le Détroit de Malacca.

Nachi 

Dans la baie de Manille, il est coulé par des attaques des avions de l'US Navy des porte-avions USS Lexington (CV-16) et USS Ticonderoga (CV-14) le 5 novembre 1944.

Haguro 

Il est coulé le 16 mai 1945 en Océan Indien, dans le Détroit de Malacca proche de Penang, suite à une attaque de cinq destroyers anglais pendant la bataille du détroit de Malacca.

Ashigara 

Il est coulé le 8 juin 1945 par une attaque de sous-marins américains entre Jakarta et Singapour alors qu'il escortait le destroyer Kamikaze.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • M.J. Whitley (Brockhampton Press) : Cruisers Of World War Two (1995) (ISBN 1-86019-874-0)
  • Eric LaCroix - Linton Wells II (Naval Institute Press) : Japanese Cruisers Of The Pacific War (1997) (ISBN 0-87021-311-3)

Sources[modifier | modifier le code]