Classe Takao

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Classe Takao
Image illustrative de l'article Classe Takao
Schéma classe Takao
Caractéristiques techniques
Type croiseur lourd
Longueur 203,76 m
Maître-bau 18,03 m
Tirant d’eau 6,11 m
Déplacement 9 850 tonnes
Port en lourd 15 490 tonnes
Propulsion 4 turbines à vapeur (12 chaudières)
Puissance 132 000 cv
Vitesse 35,5 nœuds maxi
Caractéristiques militaires
Blindage ceinture = 37-100 mm
pont = 25-43 mm
magasin = 75-125 mm
tourelle = 25 mm
barbette = 25 mm
Armement initial :
(5X2) x 203 mm
(6X1) x 120 mm
(2X1) et (1X2) x Vickers 40 mm
4 mitrailleuses Vickers x 13,2 mm (DCA)
(4x2)tubes lance-torpilles de 610 mm
final :
(5X2) x 203 mm
(4X2) x 127 mm (DCA)
60 x 25 mm (DCA)
4 mitrailleuses Vickers x 13,2 mm (DCA)
(4X4) tubes lance-torpilles (610 mm)
mines
Aéronefs 3 Hydravions, 1-2 catapultes, 1 grue
Rayon d’action 8500 milles marins à 14 nœuds
(2571 tonnes de mazout)
Autres caractéristiques
Équipage 773 hommes
Histoire
Constructeurs Arsenal navals de Yokosuka, Kure, Nagasaki et Kōbe Drapeau du Japon Japon
A servi dans Naval Ensign of Japan.svg
Commanditaire Marine impériale japonaise
Période de
construction
1927-1931
Période de service 1932-1945
Navires construits 4
Navires prévus 4
Navires perdus 4
Précédent classe Myōkō Classe Mogami Suivant

La Classe Takao fut la quatrième classe de croiseurs lourds de la Marine impériale japonaise construite conjointement dans divers chantiers navals du Japon : Yokosuka, Kure, Nagasaki et Kōbe.
Les quatre unités pour cette classe servirent durant la Guerre du Pacifique et y furent détruits.
Ils portent divers noms de montagnes japonaises.

Conception[modifier | modifier le code]

Cette classe est une évolution de la classe Myōkō précédente. Le seul défaut en fut l'excédent de poids posant des problèmes de navigabilité, qui fut rectifié pour la classe Mogami suivante. Les croiseurs portent désormais trois hydravions : un Aichi E13A Jake et deux Mitsubishi F1M Pete.
Leur armement principal est de dix canons de 203 mm (8 pouces) en cinq tourelles doubles. Leur armement secondaire, pour la lutte antiaérienne, est constitué de quatre canons uniques de 120 mm (4,7 pouces) et de deux canons de 40 mm à leur lancement. Entre 1942 et 1944, leur armement en lutte antiaérienne fut renforcé par de multiples canons automatiques de 25 mm et le doublement des canons de 40 mm.

Les unités de la classe[modifier | modifier le code]

Nom Quille Lancement Armement Chantier naval Fin de carrière Photo
Takao
Arsenal naval


Yokosuka
Drapeau du Japon Japon

capturé le
détruit le
IJN cruiser Takao on trial run in 1939.jpg
Atago
Arsenal naval
Kure
Drapeau du Japon Japon
torpillé le
Japanese cruiser Atago in 1939.jpg
Maya Kawasaki Heavy Industries
à Kōbe
Drapeau du Japon Japon
torpillé le
détruit le
Heavy Cruiser Maya.jpg
Chōkai
Mitsubishi Heavy Industries
à Nagasaki
Drapeau du Japon Japon
sabordé le
détruit le
IJN Heavy Cruiser Chokai.jpg


Service[modifier | modifier le code]

Les quatre navires servirent durant la Seconde Guerre mondiale sur le front du Pacifique.
Ils furent coulés ou mis hors service lors de la Bataille du golfe de Leyte (23-26 octobre 1944).

Takao :

Il est endommagé le 23 octobre 1944 par le sous-marin USS Darter (SS-227) durant la bataille du Golfe de Leyte. Remorqué au port de Singapour, il servira de batterie portuaire de lutte antiaérienne. Il est coulé en août 1945, durant l' Opération Struggle, par des sous-marins de poche de Classe X de la Royal Navy. Il est cédé le 5 septembre 1945 aux britanniques et il est sabordé dans le Détroit de Malacca par le croiseur HMS Newfoundland (59).

Atago :

Il est coulé le 23 octobre 1944 par le sous-marin USS Darter (SS-227).

Maya :

Il est coulé le 23 octobre 1944 par le sous-marin USS Dace (SS-247).

Chōkai :

Il est torpillé le 25 octobre 1944 par le destroyer d'escorte USS Samuel B.Roberts (DE-413).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • M.J. Whitley (Brockhampton Press) : Cruisers Of World War Two (1995) (ISBN 1-86019-874-0)
  • Eric LaCroix - Linton Wells II (Naval Institute Press) : Japanese Cruisers Of The Pacific War (1997) (ISBN 0-87021-311-3)

Sources[modifier | modifier le code]