Classe Kuma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Classe Kuma
Image illustrative de l'article Classe Kuma
Schéma classe Kuma
Caractéristiques techniques
Type croiseur léger
Longueur 162,15 m
Maître-bau 12,34 m
Tirant d'eau 4,8 m
Déplacement 5 500 tonnes
Port en lourd 5 832 tonnes
Propulsion 4 turbines à gaz (12 chaudières)
Puissance 90 000 ch
Vitesse 36 nœuds maxi
Caractéristiques militaires
Blindage ceinture = 64 mm
pont = 29 mm
tourelle = 20 mm
kiosque = 25-51 mm
Armement principal :
7 x 140 mm
secondaire:
2 x 80 mm
(1x2)mitrailleuses x 13,2 mm
(4X2) tubes lance-torpilles (533 mm)
48 mines
Aéronefs 1 hydravion sur catapulte
Rayon d’action 9 000 miles à 10 nœuds (350 tonnes de charbon et 1 260 de mazout)
Autres caractéristiques
Équipage 450 hommes
Histoire
Constructeurs Arnaux navals de Nagasaki
Kōbe et Sasebo Drapeau du Japon Japon
A servi dans Naval Ensign of Japan.svg
Commanditaire Marine impériale japonaise
Période de
construction
1917-1921
Période de service 1920-1946
Navires construits 5
Navires prévus 5
Navires perdus 4
Navires démolis 1
Précédent Classe Tenryū Classe Nagara Suivant

La Classe Kuma fut la seconde classe de croiseurs légers de la Marine impériale japonaise construite conjointement aux arsenaux navals de Nagasaki, Kōbe et Sasebo. Ils ont participé à de nombreuses actions pendant la Seconde Guerre mondiale sur le théâtre de la guerre du Pacifique.

Conception[modifier | modifier le code]

Successeurs des croiseurs de la Classe Tenryū, les unités de la classe Kuma ont été dotés d'une plus grande puissance de feu en équivalence avec la classe Omaha de l'US Navy ; la coque a été rallongée pour pouvoir recevoir plus de canons.

La réussite navale japonaise à la Bataille de Port-Arthur durant la guerre russo-japonaise de 1904-1905 permit le développement de la Torpille Long Lance dans les années 1930 qui équipa l'ensemble de la flotte japonaise. Les missions des croiseurs légers étaient principalement le repérage des destroyers et des sous-marins et des attaques nocturnes massives à grande vitesse.

Cependant, le développement rapide de l'aviation navale et de la guerre sous-marine rendit vite cette conception de combat obsolète, surtout que l'armenent de défense antiaérienne était aussi très limitée sur ces croiseurs. L'armement principal était de 7 canons de 140 mm montés en tourelle-simple (2 sur l'avant, 3 sur l'arrière et 2 en latéral). Il a été prévu une catapulte pour lancer un hydravion Kawanishi E7K1 Alf de reconnaissance sur les Kuma, Tama et Kiso.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les deux unités de cette classe ont participé à de nombreuses actions pendant la Seconde Guerre mondiale. Tous les navires de cette classe ont été progressivement mis à niveau avec des canons antiaériens, des grenades anti sous-marine, radar et sonar durant la guerre du Pacifique. Ōi et Kitami ont été converti en croiseurs lance-torpilles juste avant l'attaque de Pearl Harbor du 7 décembre 1941. Deux ans plus tard le Kitami a été transformé en péniche de débarquement. Gravement endommagé il a été réparé et modifié comme transporteur de Kaiten (torpille humaine).

Kuma : Il a été actif dans le soutien du débarquement de troupes japonaises en Asie du Sud Est. Il a été torpillé par le sous-marin britannique HMS Tally-Ho (P317) au large de la côte ouest de la Malaisie britannique le 10 mars 1944.

Tama : Il a participé à la campagne des îles Aléoutiennes et à la Bataille des îles Komandorski. Il a ensuite servi de transporteur rapide sur Rabaul et dans les îles Salomon puis au combat de la bataille du golfe de Leyte dans les Philippines. Il a été torpillé par un sous-marin US au nord des Philippines le 20 décembre 1944.

Kitakami : Il a participé à la bataille de Midway, puis a servi de transporteur rapide à Rabaul, dans les îles Salomon et en Nouvelle-Guinée. En fin de conflit il a été affecté au transport des Kaiten (torpilles humaines) puis de navire de rapatriement après la guerre. Il a été abandonné à Nanao le 10 août 1946 et détruit le 31 mars 1947.

Ōi : Il a participé à la bataille de Midway, puis a servi de transporteur rapide à Rabaul, dans les îles Salomon et en Nouvelle-Guinée. Il a été torpillé à l'ouest de Manille le 10 septembre 1944.

Kiso : Il a participé à la campagne des îles Aléoutiennes. Il a pris part à la bataille navale de Guadalcanal dans les îles Salomon et à la bataille du golfe de Leyte dans les Philippines. Il a été coulé par un porte-avion américain à l'ouest de Manille le 14 novembre 1944

Les unités de la classe[modifier | modifier le code]

Nom Lancement Armement Chantier naval Fin de carrière Photo
Kuma 14 juillet 1919 31 août 1920 Arsenal naval
à Sasebo
Drapeau du Japon Japon
coulé le 10 janvier 1944
détruit en
IJN Kuma in 1930 off Tsingtao.jpg
Tama
10 février 1920 29 janvier 1920 Mitsubishi Heavy Industries
à Nagasaki
Drapeau du Japon Japon
coulé le 20 décembre 1944
détruit le 20 octobre 1944
Japanese cruiser Tama in 1942.jpg
Kitakami 3 juillet 1920 15 avril 1921 Arsenal naval
à Sasebo
Drapeau du Japon Japon
30 novembre 1945
détruit le 10 août 1946
Japanese cruiser Kitakami in 1935.jpg
Ōi 15 juillet 1920 10 octobre 1921 Kawasaki Heavy Industries
à Kōbe
Drapeau du Japon Japon
coulé le 19 juillet 1944
détruit le 10 septembre 1944
IJN Oi in 1923 at Kure.jpg
Kiso 10 février 1920 4 mai 1920 Mitsubishi Heavy Industries
à Nagasaki
Drapeau du Japon Japon
coulé le 20 octobre 1944
détruit le 20 décembre 1944
Japanese cruiser Kiso in 1942.jpg

Notes et références[modifier | modifier le code]


Source[modifier | modifier le code]

  • (en) Eric LaCroix et Linton Wells II, Any Ship Class Does Have As Building Cost Per Ship A Pound Sterling, 1997. (ISBN 0-87021-311-3)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]