Classe Unryū

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Classe Unryū
Image illustrative de l'article Classe Unryū
L'Unryū le
Caractéristiques techniques
Type Porte-avions
Longueur 227,36 m
Maître-bau 22 m
Tirant d’eau 7,85 m
Déplacement Unryū et Amagi :
17 760 tonnes
Les autres :
17 425 tonnes
Propulsion 8 chaudières Kampon Ro-Gō
Puissance Katsuragi et Aso :
104 000 ch
Les autres :
152 000 ch
Vitesse Katsuragi et Aso :
32 nœuds (59 km/h)
Les autres :
34 nœuds (63 km/h)
Caractéristiques militaires
Aéronefs En 1944 :
Rayon d’action 8 000 milles marins (14 800 km) à 18 nœuds (33 km/h)
Autres caractéristiques
Équipage Unryū et Amagi :
1 100 hommes
Katsuragi, Kasagi et Aso :
1 500 hommes
Ikoma :
1 595 hommes
Histoire
A servi dans Pavillon de la marine impériale japonaise Marine impériale japonaise
Période de
construction
1942 - 1945
Période de service 1944 - 1945
Navires construits 3
Navires prévus 16
Navires annulés 13
Navires perdus 2
Navires démolis 1
Précédent Taihō Shinano Suivant

La classe Unryū (雲龍型航空母艦, Unryū-gata Kōkūbokan?) est une classe de porte-avions construits pour la marine impériale japonaise durant la Seconde Guerre mondiale. Seize navires sont prévus, seulement trois seront finis, les Unryū, Amagi, et Katsuragi.

Conception[modifier | modifier le code]

Dans la course à l'armement sur le théâtre du Pacifique, la marine impériale japonaise se lance dans la construction du plus grand nombre de porte-avions possible. Afin de les construire rapidement, leur conception est basée sur celle du Hiryū plutôt que sur celles du Taihō ou de la classe Shōkaku, à la conception plus sophistiquée[1].

Ainsi, les unités de la classe Unryū sont plus légères, et l'îlot est placé à tribord. Capables d'emporter 63 avions dans deux hangars, les navires disposent de deux ascenseurs. Ils transportent une quantité de carburant aviation plus faible que le Hiryū et les réservoirs sont protégés par du béton armé. Il est prévu de leur installer le même système de propulsion que le Soryu afin d'atteindre une vitesse maximale de 34 nœuds (63 km/h), même si le Katsuragi se verra affubler de celui utilisé par les destroyers, lui permettant malgré tout d'atteindre une vitesse de 33 nœuds (61 km/h)[1]. Ils possèdent le même armement que le Hiryū[1], et sont équipés de deux radars Type 21 et deux Type 13[2].

Navires de la classe[modifier | modifier le code]

Les dates entre parenthèses sont théoriques[1]

Sous-classe Unryū[modifier | modifier le code]

Nom Quille Lancement Armement Chantier naval Destin Photo
302 Unryū
(雲龍)
Arsenal naval de Yokosuka,
Yokosuka
Coulé le en mer de Chine orientale par le sous-marin USS Redfish Japanese aircraft carrierUnryu.jpg
5001 Amagi
(天城)
Mitsubishi Heavy Industries,
Nagasaki
Coulé dans le port de Kure lors du bombardement allié le Japanese aircraft carrier Amagi.jpg
5002 Arsenal naval de Yokosuka,
Yokosuka
Construction annulée en 1943. Le budget et les matériaux servent sont utilisés pour le Shinano
5003 Katsuragi
(葛城)
Arsenal naval de Kure,
Kure
Survit au conflit. Retiré du service le , démoli en 1946 - 1947 Japanese aircraft carrier Katsuragi.jpg
5004 Kasagi
(笠置)
() Mitsubishi Heavy Industries,
Nagasaki
Fini à 84 %. Construction stoppée le , démoli en 1946 - 1947 Japanese aircraft carrier Kasagi cropped.jpg
5005 Arsenal naval de Yokosuka,
Yokosuka
Construction annulée en 1943. Le budget et les matériaux servent sont utilisés pour le Shinano
5006 Aso
(阿蘇)
() Arsenal naval de Kure,
Kure
Fini à 60 %. Construction stoppée le . Coulé comme cible en juillet 1945, renfloué puis démoli en 1946 - 1947

Sous-classe Ikoma[modifier | modifier le code]

Nom Quille Lancement Armement Chantier naval Destin
5007 Ikoma
(生駒)
() Kawasaki Heavy Industries,
Kobe
Fini à 60 %. Construction stoppée le , démoli en 1946 - 1947
5008 Kurama
(鞍馬)
ou
Kaimon
(開聞)
() () Mitsubishi Heavy Industries,
Nagasaki
Construction annulée le

La construction des numéros 5009 à 5015 sera annulée le [3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Stille 2005, p. 37
  2. Stille 2005, p. 38
  3. Senshi Sōsho 1975, p. 71 - 74

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Shizuo Fukui, Stories of Japanese aircraft carriers, Kōjinsha (Japon),‎ août 1996 (ISBN 4-7698-0655-8)
  • (en) Mark Stille, Imperial Japanese Navy Aircraft Carriers 1921-45, Osprey Publishing,‎ 2005 (ISBN 1-84176-853-7)
  • (en) « Naval armaments and war preparation, And after the outbreak of war », Senshi Sōsho, Japon, Asagumo Shimbunsha, vol. 88,‎ octobre 1975

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]