Bloody Mary

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bloody Mary (homonymie).
Un Bloody Mary avec garnitures.

Le Bloody Mary est un cocktail contenant de la vodka, du jus de tomate, et généralement d'autres épices telles que la sauce Tabasco, du sel au céleri, de la sauce Worcestershire et du jus de citron.

Son nom est parfois traduit en « Marie-Salope » en argot français[1],[2],[3],[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Un verre de Bloody Mary.

Le Bloody Mary aurait été inventé en 1921 au Harry's New York Bar à Paris[5] par Chinoua, ou bien au bar du Ritz[6]. Cependant, le jus de tomate tel que nous le connaissons aujourd'hui n'existait pas à cette époque. Le cocktail ne séduisit pas immédiatement les Parisiens et ne devint un véritable succès que quelques années plus tard, aux États-Unis[7].

Au milieu des années 1930, il est réintroduit en remplaçant la vodka par du gin sous le nom de red snapper, le présentant sous la forme d'un remède contre la gueule de bois.[réf. nécessaire]

L'origine de son nom est contestée. Pour certains, il tient son nom de Marie Tudor, surnommée Bloody Mary. Cette reine d'Angleterre, réputée sanguinaire, était la fille d'Henry VIII et régna entre 1553 et 1558. Elle doit son surnom à une politique de persécution des anglicans qui fait suite au rétablissement du catholicisme durant son règne.

Pour d'autres, ce nom fut inventé au Harry's Bar à Paris, où il aurait été créé pour la première fois.

Le nom d'Ernest Hemingway y est également associé, car il craignait — lorsqu'il prenait de l'alcool — les colères de sa femme, Mary Welsh, la surnommant Bloody Mary (Satanée Mary). Ce serait à l'hôtel Ritz que l'écrivain aurait demandé à Bertin, un barman du palace, de lui faire un alcool « sans-odeur ».

On raconte également, dans la région de Pampelune, que le Bloody Mary doit son nom à la célèbre pirate Mary Read, qui s'est illustrée au cours du XVIIIe siècle, auprès du légendaire pirate britannique, Jack Rackham. Sa brutalité au combat et son courage lui ont valu le surnom de Bloody Mary.

Recette[modifier | modifier le code]

  • 4 cl de vodka
  • 12 cl de jus de tomate
  • 0,5 cl de jus de citron
  • 0,5 cl de sauce Worcestershire
  • 2 gouttes de Tabasco
  • sel au céleri
  • sel
  • poivre

Variantes dans les cocktails[modifier | modifier le code]

Bloody Bishop 
Sherry en même quantité qu'avec la vodka.
Bloody Fairy, Red Fairy 
Absinthe à la place de la vodka.
Bloody Geisha 
Saké à la place de la vodka.
Bloody Matador 
Tequila à la place de la vodka.
Brown Mary or Whisky Mary 
Whisky à la place de la vodka.
Bloody Pirate 
Rhum à la place de la vodka.
Bloody Scotsman 
Scotch à la place de la vodka.
Bloody Molly 
Irish whiskey à la place de la vodka.
Bloody Maureen 
Guinness à la place de la vodka.
Michelada Clementina (ou simplement « Chelada ») 
Bière mexicaine à la place de la vodka.
Ruddy Mary 
Gin à la place de la vodka.
Bloody Caesar (ou simplement « Caesar ») 
Clamato (mélange de jus de tomate et de bouillon de palourde) à la place du jus de tomate.
Virgin Mary 
Sans alcool, il contient du jus de tomate et des épices. Elles peuvent varier mais il y a toujours du sel de céleri, qui marque sa différence avec du simple jus de tomate.
Bloody Trash 
Vodka et jus de tomate en même quantité.

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Georgette A. Marks, Charles B. Johnson et Jane Pratt, Harrap's Slang Dictionary : English-French/French-English, Harrap's,‎ 1987, 877 p. (ISBN 0-245-54047-4), p. 209 et 261.
  2. (en) René James Hérail et Edwin A. Lovatt, Dictionary of Modern Colloquial French, Routledge,‎ 1990, 352 p. (ISBN 0-415-05893-7), p. 319.
  3. (en) Henry Strutz, Dictionary of French Slang and Colloquial Expressions, Barron's Educational Series,‎ 1999, 355 p. (ISBN 0-7641-0345-8), p. 221 ; 2e édition, 2009 (ISBN 978-0-7641-4115-7), p. 231.
  4. Henri Van Hoof, « Les prénoms dans la langue imagée », Meta : Journal des traducteurs, vol. 43, no 2,‎ juin 1998, p. 262-311 (DOI 10.7202/004531ar).
  5. (en) Andrew MacHelone et Duncan MacHelone, Harry's ABC of Mixing Cocktails, Souvenir Press,‎ 1986 (ISBN 0-285-63358-9), p. 35.
  6. « Les hôtels mythiques : Paris - Le Ritz », routard.com.
  7. (en) Barry Popik (en), « Bloody Mary (cocktail) », The Big Apple, 16 juillet 2004.