Gin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gin (homonymie).
Gin Lane (1751), de William Hogarth, dépeignant les ravages du gin dans l'Angleterre au XVIIIe siècle.

Le gin est une boisson alcoolisée obtenue en aromatisant de l'alcool rectifié d'origine agricole avec des baies de genévrier[1]. La fabrication du gin commence par la fermentation d'une céréale (orge, seigle et maïs). Il est assez proche de son ancêtre le genièvre qui est une boisson traditionnelle dans tous les anciens Pays-Bas.

La production de gin a commencé en Écosse à la fin du XVIIe siècle et s'est ensuite internationalisée. La saveur du gin ordinaire est celle d'un alcool très sec, ce qui fait qu'on le boit rarement pur. On le retrouve surtout dans la composition de nombreux cocktails quand il n'est pas déjà commercialisé dans une version aromatisée. Par le passé, le gin employé sur les bâtiments de guerre de la Royal Navy titrait à près de 50°, ce qui permettait de conserver les propriétés explosives de la poudre à canon si elle était mise en contact accidentellement avec la boisson (stockage en soute). Ce gin peut être trouvé encore dans certaines distilleries, comme celle de Plymouth, sous l'appellation « Gin de marine ».

Historique[modifier | modifier le code]

Le gin est apparu aux Pays-Bas au XVIIe siècle sous le nom de Genever – on attribue souvent son invention au médecin Franciscus Sylvius. Les historiens de l'alimentation et de la boisson considèrent que la distillation du gin par les Hollandais (qui revendaient de l'alcool pur ou du mauvais vin portugais coupé à l'alcool pur de genièvre - le gin - aux Anglais) constitue la genèse de l'ère des alcools forts, les « eaux de vie » en Europe. C'est d'abord une eau-de-vie médiévale. De là, il s'est répandu en Angleterre après que la Glorieuse Révolution eut installé Guillaume III d'Orange-Nassau sur le trône anglais. Les distilleries anglaises apparaissent et produisent un alcool proche du Genever qui est baptisé Gin.

Provenance[modifier | modifier le code]

La Hollande et l'Angleterre sont les principaux producteurs de gin, mais ils ne sont pas les seuls puisque l'on en produit également en France, en Écosse, en Irlande et aux États-Unis[2].

Variétés[2][modifier | modifier le code]

Il existe deux grandes variétés de gin.

Genever (Gin hollandais)[modifier | modifier le code]

Obtenu par distillation de farines et seigle et maïs fermentés puis redistillé après l'ajout des aromates : le genièvre essentiellement, mais aussi la coriandre, le fenouil, le cumin, la réglisse, l'anis, des écorces d'oranges, d'amandes, etc. Selon les marques et leurs recettes.

C'est un gin très aromatisé qui peut parfois être vieilli en fûts de chêne ayant contenu du Xérès, ce qui lui confère une teinte jaune paille (Yellow Gin).

Trop parfumé, le Genever est rarement utilisé dans les cocktails.

London Dry Gin (Gin anglais)[modifier | modifier le code]

Il n'est pas nécessaire que le gin soit élaboré à Londres pour avoir le droit à cette appellation. Cependant, en Angleterre, les distillateurs de gin n'ont pas le droit de distiller eux-mêmes l'alcool de grains de base (alcool de seigle et de maïs). Ils achètent donc l'alcool de base (alcool de seigle et maïs pur à 96%) et ont alors le choix entre deux méthodes d’élaboration du gin :

- Redistiller l'alcool de base en présence de divers aromates (dont le genièvre) ;

-Ou le mélanger avec un alcoolat d'aromates (« esprit de gin ») et de l'eau distillée.

Plus légèrement aromatisé, le gin anglais est donc plus facilement utilisé dans la compostion des cocktails.

Quelques variantes de gin[modifier | modifier le code]

-Old tom Gin : gin légèrement sucré ;

-Yellow gin : gin vieilli en fûts de chêne ayant contenu du Xérès ;

-Cork Gin : gin irlandais

Cocktails à base de gin[modifier | modifier le code]

Voir aussi la Catégorie "Cocktail à base de gin"...

Gin Fizz, Gin tonic, White Lady, Pink Lady, Ruddy Mary, Vesper, TGV (Téquila Gin Vodka), …

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Règlement (CE) n° 110/2008 du Parlement européen et du Conseil du 15 janvier 2008 concernant la définition, la désignation, la présentation, l'étiquetage et la protection des indications géographiques des boissons spiritueuses, annexe II § 20
  2. a et b Corinne Hacquemand, Connaissance des denrées et boisons, Delagrave, 287 p. (ISBN 2-206-03298-8)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Patrick Dillon, Gin: The Much-Lamented Death of Madam Geneva: The Eighteenth Century Gin Craze. (ISBN 1932112006).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :