Armagnac (eau-de-vie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Armagnac.
Armagnac
Bouteille Ariane 25 ans d'Age.jpg
Bouteille de bas-armagnac « hors d'âge ».
Désignation(s) Armagnac
Appellation(s) principale(s) armagnac,
bas-armagnac,
armagnac-ténarèze,
haut-armagnac
et blanche-armagnac[N 1]
Type d'appellation(s) AOC[1]-AOP
Reconnue depuis 1936 (2005 pour la blanche-armagnac)
Pays Drapeau de la France France
Région parente vignoble du Sud-Ouest
Sous-région(s) piémont pyrénéen (Armagnac)
Localisation Gers, Landes et Lot-et-Garonne
Climat tempéré océanique dégradé à tendance méditerranéenne
Ensoleillement
(moyenne annuelle)
1 953 heures par an[2]
Sol sables fauves, boulbènes, calcaires ou molassiques
Superficie plantée 2 105 hectares en 2010[3]
Nombre de domaines viticoles 890 opérateurs[1]
Cépages dominants ugni blanc B, colombard B et folle-blanche B[N 2]
Vins produits eaux-de-vie de vin vieillies ou blanches
Production 18 900 hectolitres en 2010[4]
Pieds à l'hectare minimum 3 000 pieds par hectare[5]
Rendement moyen à l'hectare maximum 160 hectolitres par hectare de vins, soit 12 hectolitres d'alcool pur[5]

L’armagnac est une eau-de-vie de vin produite dans les départements français du Gers, des Landes et du Lot-et-Garonne, avec comme appellations géographiquement plus restreintes le bas-armagnac, l'armagnac-ténarèze (ou ténarèze) et le haut-armagnac[N 1]. La blanche-armagnac (ou armagnac blanc) partage la même aire de production, mais est une appellation différente. Toutes ces appellations doivent leur nom à l'ancienne province d'Armagnac, qui constitue une partie du vignoble du Sud-Ouest.

L'armagnac est produit dès le Moyen Âge, mais sa production massive commence au XVIIe siècle pour connaître son apogée au XIXe siècle. Eauze (en Bas-Armagnac) et Condom (en Ténarèze), toutes deux dans le Gers, en sont les centres historiques et économiques.

La fabrication des armagnacs se fait par distillation de vins blancs secs. Divers produits sont concernés par ces appellations, avec des alcools d'âge croissant, cette durée représentant le temps passé en barrique de chêne. Leurs titres alcoométriques sont supérieurs ou égaux à 40 % en volume. En 2010, 2 105 hectares[3] de vignes ont servi à produire de l'armagnac, avec une production cette année-là de 18 900 hectolitres d'alcool pur[4] (soit l'équivalent d'un peu plus de six millions de bouteilles de 70 cℓ).

Définitions des appellations[modifier | modifier le code]

Cinq appellations armagnacaises partagent des caractéristiques proches. L'armagnac est une eau-de-vie de vin vieillie en fût de chêne, de couleur marron doré, produite sur une partie des départements du Gers, des Landes et du Lot-et-Garonne. Cette appellation générique est subdivisée en trois autres appellations géographiquement plus restreintes :

  • le bas-armagnac est un armagnac produit sur la partie occidentale du Gers et la partie des Landes ;
  • l'armagnac-ténarèze est un armagnac produit sur une autre partie de l'aire d'appellation, correspondant au Nord du Gers et à la partie du Lot-et-Garonne ;
  • le haut-armagnac est un armagnac produit sur le reste de l'aire d'appellation, soit la partie orientale et méridionale.

Enfin, la blanche-armagnac est une appellation un peu à part, car il s'agit d'une eau-de-vie qui n'a pas bénéficié d'un vieillissement sous bois, d'où son allure translucide[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Si la vigne est représentée sur les mosaïques de la villa gallo-romaine de Séviac[6] (près de Montréal-du-Gers), datant du Bas-Empire romain, rien ne permet de dater les débuts de la viticulture en Armagnac.

Époque médiévale[modifier | modifier le code]

Alambic représenté sur un manuscrit médiéval.
Un alambic médiéval.

Lors de la conquête musulmane de la péninsule Ibérique, les envahisseurs véhiculent avec eux de nombreux éléments de leur culture. Parmi leurs objets, l'alambic est un élément indispensable de la médecine arabe. La distillation est alors utilisée pour la fabrication de remèdes médicaux, d'huiles essentielles et de parfums. Les premiers distillateurs en France sont d'une part les moines et d'autre part la faculté de médecine de Montpellier dans un but thérapeutique : les premières traces de distillation à destination médicale datent du XIIe siècle[7].

Vital du Four, qui a fait ses études à Paris puis à Montpellier, écrit en 1310 un traité de médecine (Livre très utile pour garder la santé et rester en bonne forme) dans lequel il cite les 40 vertus de l'eau-de-vie de ses prieurés d'Eauze et de Saint-Mont[8] : « L'onction fréquente d'un membre paralysé le rend à son état normal. [...] Si on oint la tête, elle supprime les maux de tête, surtout ceux provenant du rhume. Et si on la retient dans la bouche, elle délie la langue, donne l'audace, si quelqu'un de timide en boit de temps en temps[9],[N 3]. » D'autres ouvrages évoquent l'eau-de-vie comme médicament, notamment De conservanda juventute et retardanda senectute (De l'art de conserver la jeunesse et de retarder la vieillesse)[10] d'Arnaud de Villeneuve (lui aussi formé à Montpellier, puis médecin du pape Clément V).

La vente d'eau-de-vie est attestée en 1461 sur le marché de Saint-Sever[11]. Le document signale le paiement d'une taxe au-delà de l'équivalent de quatre litres sur le marché, preuve que cette quantité n'était pas rare :

« De même tout homme qui apportera de l'aygue ardente audit marché pour vendre, s'il a deux lots[N 4] en sus et avec toutes ses fioles et appareils, qu'il paye et sera tenu de payer un morlan[N 5],[12] »

— Extrait d'un édit réglementant l'aygue ardente sur le marché de Saint-Sever.

Cette « aygue ardente » (eau ardente) n'était pas vraiment une boisson (les alambics de l'époque en faisaient un produit peu parfumé), mais surtout un remède d'apothicaire. Charles le Mauvais, roi de Navarre, en imbibait sa chemise de nuit sur conseil de ses médecins : le 1er janvier 1387, une chandelle y mit le feu, le brûlant mortellement[13].

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Une femme buvant du vin blanc avec deux hommes, scène de genre hollandaise du XVIIe siècle.
La consommation de vin blanc en Europe du Nord encourage la plantation en Armagnac. Pieter de Hooch, Femme buvant avec deux hommes, vers 1658, National Gallery.

À partir du début du XVIIe siècle, la viticulture gasconne est dopée par les achats des marchands hollandais[14] : la demande de ces derniers encourage la plantation de grandes surfaces de raisin blanc[15] tout le long de la façade atlantique. Comme à Bordeaux régnait le privilège bordelais (les vins du Bordelais y sont favorisés par rapport à ceux du reste du Sud-Ouest), les Hollandais vont notamment à Bayonne, où les vins des Landes et du Pays basque arrivent par l'Adour en barriques. Pour rentabiliser le transport, les vins produits plus loin à l'est sont distillés, réduisant ainsi le volume : l'eau-de-vie passe du statut de produit médical rare à celui de produit de consommation plus courant[13]. Si l'eau-de-vie est consommée allongée d'eau ou pure (les Hollandais l'aromatisaient avec du genièvre[16]), elle sert aussi à augmenter le degré d'alcool du vin par vinage permettant une meilleure conservation du produit durant son transport vers l'Europe du Nord[17] (les Hollandais, en plus de la consommation à bord et dans les ports, réexportent jusqu'en mer Baltique).

À cette même époque, la recherche de moyens de transports de masse à coût raisonné conduit à créer des ports fluviaux et à rendre navigables les cours d'eau. Ce sera le cas, entre autres, de l'Adour et de son affluent la Midouze pour les bas-armagnacs et de la Baïse pour ceux de la Ténarèze. Un port est même créé de toutes pièces au lieu-dit « vimport » sur l'actuelle commune de Tercis-les-Bains, tout comme à Mont-de-Marsan, à Lavardac puis à Condom. Pour gagner les ports, le transport par char à bœufs est toutefois nécessaire dans une région aux rivières de petite taille[18].

À la mise en culture de grandes surfaces de vigne, s'ajoutent les progrès de la distillation. De notables évolutions font arriver jusqu'à aujourd'hui le nom de leurs inventeurs : Porta, Nicolas Lefèvre ou Christophe Galzer. En 1600, Olivier de Serres cite l'« enrageat », ou « piquepoult » (à ne pas confondre avec le picpoul), plus connu aujourd'hui sous le nom de folle-blanche, comme cépage utilisé pour la distillation. Cet agronome est huguenot, comme Salluste de Bartas ; lassés des massacres dont ils ont été témoins durant les guerres de religions, ils se retirent sur leur domaine qu'ils font prospérer grâce à leur connaissance et à l'apport de techniques nouvelles[19].

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

L'essor du commerce de l'eau-de-vie, qui profite notamment des périodes de conflits tel que la guerre d'indépendance des États-Unis[20], les guerres de la Révolution française et celles de la période napoléonienne (les eaux-de-vie sont recherchées aux armées et dans la marine pour leur faible volume), entraîne de nouvelles améliorations des alambics. L'alambic armagnacais est progressivement développé par Antoine de Mélet, marquis de Bonas, au tout début du XIXe siècle, ce nouveau modèle produisant en plus grande quantité et surtout avec un bien meilleur goût. Un nouveau progrès est le fait en 1818 (date du dépôt du brevet[21]) de Jacques Tuillière, poêlier à Auch, avec un modèle d'alambic à colonne. Au final le modèle est perfectionné en 1872 par Alphée Verdier[22], un producteur de Monguilhem qui a donné son nom au « système Verdier » encore utilisé actuellement[13].

L'habitude de faire vieillir volontairement les armagnacs dans des fûts de chêne pour les teinter et leur donner du goût date du XIXe siècle, au cours duquel l'armagnac est considéré comme de qualité inférieure au cognac (se vendant donc moins cher[N 6]), mais supérieure aux autres. Jules Seillan fournit même un classement des eaux-de-vie de vin françaises[23] : « 1° Fine-Champagne, 2° Champagne, 3° Petite-Champagne, 4° 1er Bois, 5° 2e Bois-Borderies, 6° Bas-Armagnac, 7° Saintonge, 8° Saint-Jean d'Angély, 9° Ténarèze-Armagnac, 10° Surgères, 11° Haut-Armagnac, 12° Rochelles-Aigrefeuilles, 13° Rochelles, 14° Marmande, 15° Pays, 16° 3/6 Languedoc. » Le phylloxéra arrive dans le Cognaçais en 1879, entraînant une forte hausse de la demande et des prix de l'eau-de-vie, au grand bénéfice de l'armagnac. La maladie arrive dans le Gers à partir de 1893, moment de l'apogée du vignoble d'Armagnac en termes de superficie avec 100 000 hectares (il est alors le premier département viticole[24]), alors essentiellement plantés avec du « piquepoût » (ou folle-blanche), du « clairet », de l'« attrape-gourmand » et de la « malvoisie » (ou « muscatelle » ou « muscat bleu »)[25] ; le rhum et les alcools de grain remplacent l'armagnac comme eau-de-vie courante le temps de replanter les vignes[13]. L'encépagement change, car la folle blanche pose des problèmes pour la greffer[26], d'où le développement du baco blanc (dû à l'instituteur landais François Baco) et de l'ugni blanc (en provenance du Cognaçais).

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Réclame avec un dessin de bouteille et la mention « Armagnac / chateau de Larressingle / Ancien domaine de l'abbaye / St-Pierre, par Condom (Gers) / À titre de propagande, il / sera envoyé à tout lecteur / de "L'Illustration" trois / bouteilles vieille fine / d'Armagnac Franco France / contre mandat de cent francs / à l'adresse du régisseur ».
Publicité d'une firme d'armagnac dans L'Illustration au début du XXe siècle.
Photo sur une carte postale montrant quelques rangs de vignes au premier rang et la ville de Condom au deuxième.
Le vignoble de Condom en 1908.
Photo sur carte postale montrant des vignes au premier rang et la ville d'Eauze au second.
Le vignoble d'Eauze en 1910.

En 1909, la zone de production des eaux-de-vie d'Armagnac est délimitée[27], ainsi que sa subdivision en trois régions, par un décret[28],[29] signé par le président Armand Fallières (qui est natif de la partie du Lot-et-Garonne produisant l'eau-de-vie, d'une famille possédant des vignes). Les appellations contrôlées « armagnac », « bas-armagnac », « ténarèze » et « haut-armagnac » datent de 1936[30]. Le Bureau national interprofessionnel de l'Armagnac (BNIA) est créé par un arrêté[31] de 1941 dans le cadre de la politique corporatiste du gouvernement de Vichy et surtout de la gestion de la pénurie due à l'Occupation (le Bureau assure la répartition du sulfate de cuivre, du soufre, des piquets et du fil de fer)[32]. Ces textes n'empêchent pas la réduction de la surface plantée, mis à part de légères reprises au lendemain de la Seconde Guerre mondiale et au début des années 1970 : les producteurs réagissent à la baisse de la demande en arrachant leurs vignes ou en les reconvertissant (en replantant ou bien par surgreffage) pour produire du vin de pays (aujourd'hui dénommé IGP)[33]. Les vignes disparaissent presque totalement du Haut-Armagnac[34].

En 1962, l'État refond sous sa tutelle le BNIA[35] chargé de la promotion du produit (ainsi que de l'assistance technique, l'encadrement des contrats et le contrôle), malgré l'opposition entre producteurs et négociants[N 7]) ; le siège du BNIA est à Eauze. Quelques mesures sont prises pour modifier la production et améliorer les ventes d'armagnac : un décret de 1972 autorise la production d'armagnac avec des alambics à double-chauffe[36], ceux utilisés pour faire le cognac. En 1981, le musée municipal de Condom est transformé en musée de l'Armagnac. En 1992, l'emploi du baco blanc est interdit[37] à partir de la récolte 2010 car il s'agit d'un hybride producteur direct et qu'ainsi l'encépagement se rapprocherait de celui du cognac (cette mesure est abandonnée quelques années plus tard). En 1994, l'appellation « ténarèze » prend le nom d'« armagnac-ténarèze[38] », commercialement plus valorisante.

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Le décret de 2003 sur l'armagnac[39] redéfinit les aires d'appellation, réduisant l'appellation haut-armagnac en excluant les communes du Gers au sud de Marciac et de Mirande et les communes du Lot-et-Garonne à l'est de Francescas[N 8]. Le décret de 2005[40] réforme l'intégralité de celui de 1936, avec l'augmentation des densités de plantation (qui passent à 3 000 pieds par hectare, mais avec dérogation jusqu'en 2029), le maintien du cépage baco blanc et la création d'une nouvelle appellation, la « blanche-armagnac » (l'armagnac blanc). La même année, le BNIA échoue à obtenir l'obligation d'embouteiller dans l'aire d'appellation, par un amendement proposé par un sénateur local (Aymeri de Montesquiou) finalement refusé[41]. Un arrêté de 2007 sur le vieillissement de l'armagnac[42] soumet désormais les stocks d'eaux-de-vie armagnacaises à des contrôles, avec notamment le suivi des « comptes d'âge »[N 9] (avec des déclarations et des certificats) par le BNIA.

En 2010, le BNIA a organisé l'anniversaire des 700 ans du traité de Vital du Four, pris comme acte fondateur de l'eau-de-vie en Armagnac, pour faire parler de l'appellation[43].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Les appellations doivent leur nom à l'ancienne province d'Armagnac. Herreman, un soldat franc de l'époque de Clovis, fut nommé seigneur d'un fief gascon ; le nom francique herreman aurait été latinisé en Arminius, puis devenu « Armagnac » en gascon[44]. Les termes de Bas- et de Haut-Armagnac renvoient à l'altitude, le Bas-Armagnac étant plutôt en aval du second[45].

Quant au toponyme « Ténarèze », il s'agit selon Paul Labrouche[46] d'une déformation du latin iter cesarum (le « chemin de César », César étant un titre des empereurs romains, ne désignant pas forcément Jules César), soit une ancienne route[47] reliant la vallée de la Garonne à celle de l'Èbre, en passant par Sos, Labarrère, Allez-et-Cazeneuve, Saint-Christaud, Lupiac, Dému, Miélan, Arreau et peut être le chemin de la vallée d'Aure[48] (menant aux ports d'Ourdissétou et du Plan).

Vignoble[modifier | modifier le code]

L'ensemble de l'aire d'appellation des différents armagnacs couvre une superficie approximative de 590 000 hectares, mais qui est majoritairement utilisé par les cultures céréalières (maïs, blé), oléagineuses (tournesol) et fourragères. L'essentiel du vignoble se trouve dans le Bas-Armagnac et la Ténarèze, le Haut-Armagnac n'ayant que quelques vignes très isolées ; sur les 11 000 hectares revendiqués en 1987, 9 200 sont situés dans le Gers, 1 400 dans les Landes et 400 dans le Lot-et-Garonne[49],[50] ; en 2011, sur les 2 200 ha consacrés à l'élaboration d'armagnac, environ 1 800 ha sont dans le Gers et 400 dans les Landes[51]. Une partie importante de ces surfaces viticoles fournit une production vendue directement sous forme de vin (IGP ou vin de table), car l'aire de production de l'armagnac couvre tout ou partie de celles de plusieurs autres appellations viticoles : les côtes-de-saint-mont, les côtes-de-gascogne, les côtes-du-condomois, les côtes-de-montestruc, etc. d'où une réduction des surfaces réellement consacrées à la production d'armagnac (elles sont déclarées annuellement)[52].

Surfaces produisant des vins destinés à l'armagnac, en hectares[3]
1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011
Surfaces 11 007 10 963 8 150 7 284 8 008 7 819 5 930 4 120 4 786 3 711 3 288 4 111 2 492 1 683 2 149 2 105 2 246

Ces surfaces, en forte réduction, sont très inférieures aux 72 990 hectares servant à la production du cognac qui, elles, se maintiennent[3].

Aires d'appellation[modifier | modifier le code]

Rangs de vignes chargées de feuilles.
Le vignoble d'Armagnac, entre Landes et Gers.

Les appellations d’origine contrôlée armagnac et blanche-armagnac sont produites sur trois départements : le Gers, les Landes et le Lot-et-Garonne[N 10].

Voir l’image vierge
Les aires d'appellation dans
le Gers : le Bas-Armagnac
en rouge, la Ténarèze en jaune
et le Haut-Armagnac en marron.

Dans le Gers sont concernées 245 communes, soit plus de la moitié de celles du département, regroupées au centre et au nord-ouest. Il s'agit des cantons gersois d'Aignan, d'Auch-Nord-Est, d'Auch-Nord-Ouest, d'Auch-Sud-Est-Seissan (Labarthe et Seissan exclus), d'Auch-Sud-Ouest, de Cazaubon, de Condom, d'Eauze, de Fleurance (Taybosc exclu), de Jegun, de Lectoure, la moitié de celui de Marciac (Armentieux, Juillac, Ladevèze-Rivière, Ladevèze-Ville, Marciac, Scieurac-et-Flourès et Tourdun), un bout de celui de Mirande (seulement Labéjan, Lamazère, Loubersan et Miramont-d'Astarac), la totalité de ceux de Montesquiou, de Montréal, de Nogaro, de Plaisance, de Riscle, de Valence-sur-Baïse et de Vic-Fezensac[5].

Voir l’image vierge
Les aires d'appellation dans
les Landes.

Dans le département des Landes, les deux AOC concernent les 25 communes suivantes : Aire-sur-l'Adour, Arthez-d'Armagnac, Betbezer-d'Armagnac, Bourdalat, Castandet, Cazères-sur-l'Adour, Créon-d'Armagnac, Escalans, Le Frêche, Gabarret, Hontanx, Labastide-d'Armagnac, Lacquy, Lagrange, Lussagnet, Mauvezin-d'Armagnac, Montégut, Parleboscq, Perquie, Saint-Gein, Saint-Julien-d'Armagnac, Saint-Justin, Sainte-Foy, Le Vignau et Villeneuve-de-Marsan[5].

Voir l’image vierge
Les aires d'appellation dans
le Lot-et-Garonne.

Dans le Lot-et-Garonne, les 19 communes concernées sont : Andiran, Calignac, Fieux, Francescas, Fréchou, Gueyze, Lannes, Lasserre, Lavardac, Meylan, Mézin, Moncrabeau, Nérac, Poudenas, Réaup-Lisse, Saint-Pé-Saint-Simon, Sainte-Maure-de-Peyriac, Sos et Villeneuve-de-Mézin[5].

Les appellations bas-armagnac, armagnac-tenarèze et haut-armagnac ont des aires de production plus restreintes. Celle du bas-armagnac couvre d'une part dans le Gers l'intégralité des cantons de Cazaubon, de Nogaro et d'Eauze, ainsi que des parties des cantons d'Aignan (communes d'Avéron-Bergelle, Fustérouau, Margouët-Meymes, Sarragachies et Termes-d'Armagnac) et de Riscle (Arblade-le-Bas, Barcelonne-du-Gers, Caumont, Gée-Rivière, Lelin-Lapujolle, Maulichères, Saint-Germé, Tarsac et Vergoignan) et d'autre part dans les Landes des parties des cantons de Gabarret (Betbezer-d'Armagnac, Créon-d'Armagnac, Escalans, Gabarret, Lagrange, Mauvezin-d'Armagnac, Parleboscq et Saint-Julien-d'Armagnac), de Grenade (Castandet, Cazères-sur-l'Adour, Lussagnet et Le Vignau), de Roquefort (Labastide-d'Armagnac et Saint-Justin) et de Villeneuve-de-Marsan (Saint-Gein et la partie du canton située à l'est de la route de Bordeaux à Pau), ainsi que la partie de la commune d'Aire-sur-l'Adour située sur la rive droite de l'Adour[27].

Celle de l'armagnac-ténarèze couvre d'une part dans le Gers l'intégralité des cantons de Montréal, de Valence-sur-Baïse, de Condom et de Vic-Fezensac, ainsi qu'une partie du canton d'Aignan (Aignan, Bouzon-Gellenave, Castelnavet, Loussous-Débat, Lupiac, Pouydraguin, Sabazan et Saint-Pierre-d'Aubézies), d'autre part dans le Lot-et-Garonne tout le canton de Mézin, ainsi que des parties des cantons de Nérac (Andiran, Fréchou et Nérac) et de Francescas (Fieux, Francescas, Lasserre et Moncrabeau)[27].

Enfin celle du haut-armagnac couvre d'une part dans le Gers les cantons d'Auch-Nord-Ouest, d'Auch-Nord-Est, d'Auch-Sud-Ouest, d'Auch-Sud-Est-Seissan, de Jegun, de Lectoure, de Fleurance, de Marciac (la partie nord), de Mirande, de Montesquiou et de Plaisance, ainsi qu'une partie du canton de Riscle (Aurensan, Bernède, Corneillan, Labarthète, Lannux, Projan, Riscle, Saint-Mont, Ségos, Verlus et Viella)[5].

Géologie et orographie[modifier | modifier le code]

L'aire de production de l'armagnac comporte trois zones géographiques avec des caractéristiques géologiques différentes : le Bas-Armagnac, la Ténarèze et le Haut-Armagnac[24]. Les trois sont implantés sur le cône de déjection de Lannemezan, cône formé des débris (argiles, sables et galets) arrachés par l'érosion aux Pyrénées[53]. L'ensemble est très vallonné, les vallées presque parallèles présentant un profil dissymétrique caractéristique de la Gascogne : le versant de rive droite, exposé aux vents d'ouest, est court et abrupt, tandis que le versant gauche est relativement long et en pente douce[54].

Le Bas-Armagnac ou « Armagnac noir » car un peu boisé, se situe à l'ouest de l'Armagnac, à cheval sur l'Ouest du Gers (autour de Nogaro et d'Eauze) et le Sud-Est des Landes (près de Villeneuve-de-Marsan). Le relief y est constitué de coteaux aux pentes faibles découpés par les vallées de la Douze et du Midou (ou Midour) qui coulent vers le nord-ouest (pour se jeter dans l'Adour). Le sous-sol est composé de formations de la fin du Tertiaire, avec en sommet quelques lambeaux de glaise bigarrée du Tortonien (Miocène supérieur) recouvrant la principale formation dite des sables fauves, c'est-à-dire des sables argileux (kaolinite), ferrugineux, roux à orangés et très micacés du Serravallien (Miocène moyen) formant une épaisse couche (jusqu'à 35 mètres[N 11]). Le sol qui en résulte est argilo-sableux, localement appelé boulbène. Quant aux pentes des coteaux, elles sont formées de molasses, qui sont des argiles plus ou moins carbonatées ou sableuses datant du Chattien au Burdigalien (Oligo-Miocène). Les terrasses fluviales (du Riss) et les fonds de vallée (de l'Holocène) ne sont pas plantés de vignes[55],[56].

La Ténarèze ou « Condomois » s'étend à cheval sur le Nord du Gers (autour de Condom) et le sud du Lot-et-Garonne. Le paysage est découpé par les vallées de la Gélise, de l'Auzoue, de l'Osse, de la Baïse et de l'Auvignon, qui coulent vers le nord (pour se jeter dans la Garonne). Les hauteurs entre ces vallées sont constituées de formations argilo-calcaires (successions de marnes et de bancs de calcaire terreux avec des lentilles sableuses) dites de Gondrin et de Herret datant du Burdigalien (Miocène inférieur), parfois surmontés de dépôts mêlés de débris calcaires. Ce sous-sol donne des sols variés, argilo-calcaires peu profond de rendzine (appelé localement les « peyrusquets ») ou plus épais (les « terreforts »), ou vers l'ouest argilo-sableux (les « boulbènes »). Les versants des coteaux sont formés de molasses donnant des sols argileux avec galets[57],[58].

Le Haut-Armagnac est à l'est de l'appellation, il est dit « Armagnac blanc » à cause des collines composées de calcaires marneux, surmontés de boulbènes très argileuses avec des galets (sols difficiles à travailler, proche des terreforts)[59], les versants des coteaux étant surtout composés de molasses[60].

Climatologie[modifier | modifier le code]

La Gascogne bénéficie d'un climat océanique (les précipitations sont réparties toute l'année)[61] avec des influences méditerranéennes (l'hiver reste doux, l'été est chaud avec des orages violents) et continentales (baisse des précipitations vers l'est). Le vent d'ouest apporte de l'humidité, le vent d'est (vent d'autan) de la chaleur. Les nuances climatiques sont marquées dans l'aire de production entre la partie occidentale (le Bas-Armagnac) qui est plus humide et la partie orientale (Téranèze et Haut-Armagnac) qui est plus sèche.

La station météo de Mont-de-Marsan40 mètres d'altitude) se trouve en bordure occidentale de l'aire d'appellation (à proximité du Bas-Armagnac). Ses valeurs climatiques de 1961 à 1990 sont :

Relevés à Mont-de-Marsan 1961-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,3 2,1 3,1 5,8 9,2 12,2 14,3 14 11,6 8,3 4,2 1,9 7,3
Température moyenne (°C) 5,8 7,1 8,9 11,4 14,9 18,1 20,7 20,2 18,1 14,1 9 6,2 12,9
Température maximale moyenne (°C) 10,2 12 14,6 17,1 20,6 24 27,1 26,5 24,7 19,8 13,8 10,4 18,4
Nombre de jours avec gel 11,5 9,6 8,9 2,7 0,2 0 0 0 0,1 1,1 6,1 11,5 51,7
Ensoleillement (h) 89 107 161 173 199 217 252 223 199 153 100 80 1 953
Précipitations (mm) 93,6 90 77,1 81,3 93,4 62,8 49,5 66,7 66,6 84,1 90,8 91,8 947,7
Nombre de jours avec neige 1,2 1,2 0,5 0,1 0 0 0 0 0 0 0,4 0,9 4,3
Nombre de jours d'orage 0,9 0,9 1,3 2,5 5,4 5,1 5,6 6,1 3,8 1,6 1 0,6 34,8
Source : www.infoclimat.fr : Mont-de-Marsan (1961-1990)[2]
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
10,2
1,3
93,6
 
 
 
12
2,1
90
 
 
 
14,6
3,1
77,1
 
 
 
17,1
5,8
81,3
 
 
 
20,6
9,2
93,4
 
 
 
24
12,2
62,8
 
 
 
27,1
14,3
49,5
 
 
 
26,5
14
66,7
 
 
 
24,7
11,6
66,6
 
 
 
19,8
8,3
84,1
 
 
 
13,8
4,2
90,8
 
 
 
10,4
1,9
91,8
Moyennes : • Temp. maxi et mini °CPrécipitation mm

La station de Mont-de-Marsan[2] subit en moyenne 51,7 jours de gel par an, dont près de la moitié concentrée sur décembre et janvier, mais un gel tardif d'avril peut détruire les bourgeons comme cela s'est produit le 7 avril 2008[62]. La neige est rare (un jour en moyenne en janvier puis en février). Les orages frappent du mois de mai jusqu'au début de septembre (à raison de cinq à six jours par mois en moyenne), apportant quelques fois de la grêle qui peut ravager les vignes. Ces moyennes météorologiques connaissent des variations annuelles, qui ont une influence sur l'état des vignes, sur les rendements et donc sur le volume de production.

La station météo d'Auch se trouve dans la partie orientale de l'aire d'appellation, dans le Haut-Armagnac. Ses valeurs climatiques sont :

Relevés à Auch
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 1,5 1,7 3,9 6,2 10 13,4 15,2 14,9 12 9,1 4,8 2,1 7,9
Température maximale moyenne (°C) 10,2 11,8 15,1 17,6 21,5 25,3 27,9 27,9 24,9 19,9 13,7 10,4 18,9
Ensoleillement (h) 92 111 168 177 197 210 235 224 197 145 95 79 1 929
Précipitations (mm) 58 50 51 66 68 57 53 62 53 62 60 59 697,7
Source : Météo-France : Auch[63]
Diagramme climatique
J F M A M J J A S O N D
 
 
 
10,2
1,5
58
 
 
 
11,8
1,7
50
 
 
 
15,1
3,9
51
 
 
 
17,6
6,2
66
 
 
 
21,5
10
68
 
 
 
25,3
13,4
57
 
 
 
27,9
15,2
53
 
 
 
27,9
14,9
62
 
 
 
24,9
12
53
 
 
 
19,9
9,1
62
 
 
 
13,7
4,8
60
 
 
 
10,4
2,1
59
Moyennes : • Temp. maxi et mini °CPrécipitation mm

Encépagement[modifier | modifier le code]

Rang de vignes chargées de grappes de raisin.
Récolte abondante d'ugni blanc.

Les cépages répertoriés par le cahier des charges[5] sont le baco blanc B[N 2], la blanc dame B, le colombard B, la folle-blanche B, la graisse B, le jurançon blanc B, le mauzac B, le mauzac rose Rs, le meslier Saint-François B et l'ugni blanc B[5]. Dans la réalité, seuls quatre d'entre eux ont des surfaces représentatives.

L'ugni blanc[64] (appelé localement le « saint-émilion »), est le plus courant. Originaire d'Italie (où il s'appelle Trebbiano toscano), introduit au XIXe siècle en provenance du Cognaçais, il a permis de reconstituer le vignoble dévasté par le phylloxera. Réputé pour son acidité et ses rendements, mais peu aromatique, il convient particulièrement pour faire des eaux-de-vie[65]. En 2011, il y a 3 024 hectares d'ugni blanc plantés dans le Gers, 299 ha dans les Landes et 176 ha dans le Lot-et-Garonne, dont une partie sert à produire les IGP locaux (en assemblage avec des cépages plus aromatiques)[66].

Le baco blanc[67] (dit aussi le « baco 22 A », d'après le rang dans la pépinière expérimentale), hybride de la folle blanche et du noah américain (c'est un hybride producteur direct), a été créé par François Baco, instituteur des Landes. Ce cépage est un gros producteur, donnant un arôme fruité mais foxé (un peu rude) aux assemblages[68]. Il y a 436 hectares de baco blanc dans le Gers et 241 ha dans les Landes, ne servant qu'à faire de l'eau-de-vie (les surfaces sont en réduction)[66].

Le colombard[69] donne des arômes fruités très prononcés et épicés aux assemblages[60]. Il y a 5 714 hectares de colombard plantés dans le Gers (il s'agit du cépage blanc le plus présent dans le département, en augmentation), 373 ha dans les Landes et 318 ha dans le Lot-et-Garonne[66] : ce cépage est très minoritaire dans l'assemblage de l'armagnac, il sert surtout pour élaborer des IGP côtes-de-gascogne.

La folle-blanche[70] (« folle » car très vigoureuse) donne de gros volumes de vins acides et peu alcoolisés, ce qui en fait un excellent cépage pour les eaux-de-vie. Ce cépage représentait la base de l'encépagement avant la crise du phylloxera ; la difficulté de la greffer et la sensibilité aux maladies qui en a découlé l'ont rendue plus rare. Sa qualité lui vaut cependant de rester présente dans le vignoble[71],[60] : il ne reste que 101 hectares de folle blanche dans le Gers et 55 ha dans les Landes[66].

L'ugni blanc représente 55 % des surfaces déclarées pour la production d'armagnac, la baco 22A 35 % et la folle blanche 2 %[72]. Les autres cépages ne sont que des reliques de la multitude de cépages du Sud-Ouest distillés jadis et leur surface n'est qu'anecdotique.

Pratiques culturales[modifier | modifier le code]

Pieds de vigne en hiver, sans feuille.
Rangs de vigne à Castelnau-d'Auzan en février.
Collines couvertes par des rangs de vigne.
Rangs de vigne à Lupiac en juillet.

Le décret d'appellation impose une densité de plantation d'au moins 3 000 pieds par hectare avec un écartement entre rangs limité à trois mètres[5]. La taille de la vigne, obligatoire tous les ans, se fait en guyot simple ou double ou en cordon. Le nombre d'yeux fertiles est limité à 80 000 par hectare, soit un maximum de 26 yeux par cep en moyenne (les vignes produisent ainsi de très gros rendements). Le taux de ceps morts ou manquants ne peut excéder 35 %[5].

L'habitude est de cultiver la vigne à faible densité (pour faciliter le passage des machines agricoles), avec une taille longue (augmentant le rendement) tout en maintenant une bonne aération du feuillage (pour limiter les maladies cryptogamiques : le mildiou, l'oïdium, le black rot ou l'esca)[24]. L'esca (ou escat), une maladie touchant le bois du cep, fait de plus en plus de ravages dans les vignes (les pieds meurent par dessèchement) car il n'existe aucun produit légal de traitement (l'arsénite de sodium est interdit depuis 2001[73])[74] : la seule parade est pour l'instant d'arracher les ceps morts et de replanter.

Vendanges[modifier | modifier le code]

Les vendanges sont plutôt précoces (septembre), systématiquement mécanisées grâce aux machines à vendanger. Le rendement maximum autorisé par le cahier des charges est de 160 hectolitres par hectare[5], ce qui est très élevé.

Rendements moyens des vignes destinées à produire de l'armagnac, en hectolitres par hectare[75]
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011
Ensemble de l'aire d'appellation 103,5 115,1 99,2 83,6 108,1 63,9 101,1 87,3 101,6
Dans le Gers 106,3 117,4 101,7 84,9 108 84,3 86,6 83 66,2 101,1 87,9 103,8
Dans les Landes 83,7 102,5 88,2 76,1 107,8 78,7 71,4 62,5 52,2 97,4 84,6 92
Dans le Lot-et-Garonne 102,6 108,9 95,7 84,5 109,3 65,5 64,7 95 74 91,1 104

Production[modifier | modifier le code]

L'armagnac blanc est obtenu par distillation du vin blanc produit spécialement sur l'aire d'appellation. La production annuelle de ce vin a été de 179 735 hectolitres en 2010 (période du1er septembre 2010 au 31 mars 2011) dont 163 974 hℓ produits dans le Gers (assurant donc 91 % de la production totale), 14 187 hℓ dans les Landes et 1 574 hℓ dans le Lot-et-Garonne. Il s'agit là des volumes de récolte envoyés réellement à la distillation, car une partie du vin produit peut être vendue sous les IGP locales (côtes-de-gascogne, côtes-du-condomois, côtes-de-montestruc, gers, comté-tolosan, etc.) ou comme vin de table, notamment ceux fait à partir d'ugni blanc et de colombard (notion de « cépage à double fin »). À partir du vin produit en 2009 a été tiré l'équivalent de 18 965 hectolitres d'alcool pur en 2010[4].

Vinification[modifier | modifier le code]

Article connexe : Vinification du vin blanc.

Pour faire de l'armagnac il faut d'abord faire du vin destiné à être distillé, appelé le « vin de chaudière ». On vinifie toujours en blanc, car les tanins du vin rouge donneraient une fois distillés une eau-de-vie astringente[76].

Les grappes de raisins récoltés sont emportées aux chais, où elles sont éraflées, foulées puis pressées. Le moût (jus de raisin non fermenté) ainsi obtenu est mis à fermenter (ce qui entraîne la transformation du sucre en alcool par des levures) dans des cuves, le plus souvent en inox. L'addition de sucre (chaptalisation) et de SO2 (anhydride sulfureux) sont interdites[5], car elles dénaturent l'eau-de-vie. À la fin de la fermentation, un soutirage peut permettre d'éliminer les lies grossières, mais le vin doit rester sur lies fines[5], qui améliorent les arômes du vin et de la future eau-de-vie, donnant au « bourret » (nom local du moût) son aspect trouble. Le débourbage avant la fermentation alcoolique et le collage juste après, procédés qui rendent limpide le vin, sont donc inutiles.

Le vin obtenu est de faible degré alcoométrique (limité par le cahier des charges entre 7,5 et 12 % vol.), avec une acidité totale élevée et une faible acidité volatile (maximum de 14,28 milliéquivalents par litre, soit 0,70 g/ℓ de H2SO4), ce qui est recherché pour la distillation[5]. Ces limites peuvent être modifiées annuellement par arrêté de dérogation, comme cela a été fait pour la récolte 2006 (titre alcoométrique maximal porté à 12,5 % vol.)[77] et celle de 2007 (titre alcoométrique minimale à 7 % vol. et l'acidité volatile maximale à 15,3 mEq/ℓ, soit 0,75 g/ℓ de H2SO4)[78].

Distillation[modifier | modifier le code]

Article connexe : Distillation.
Vidéo d'un alambic en fonctionnement.

La distillation consiste à faire chauffer le vin et à en récupérer l'alcool : le procédé utilisé est basé sur la différence de point d'ébullition entre l'éthanol et l'eau, le premier se transformant en vapeur à 78,5 °C, le second à 100 °C. La campagne de distillation doit avoir lieu avant le 30 avril de l’année suivant la récolte (ce qui évite au vin de trop s'altérer), mais un arrêté annuel peut réduire cette période[5]. Par exemple, pour la récolte 2007, la période de distillation a été limitée au 29 février 2008[78].

Il y a deux modèles d'alambics utilisés pour produire l'armagnac. Le premier, le plus utilisé, est à distillation continue à plateaux dit « alambic armagnacais », produisant en un seul passage des eaux-de-vie entre 52 et 62 % d'alcool. Le second permet une double-distillation, d'où son nom d'alambic à repasse (dit aussi « à chauffes » ou « cognacaise » car utilisé pour faire le cognac), produisant des eaux-de-vie à environ 70 % d'alcool. 95 % de la distillation est effectuée par des alambics continus dits « armagnacais[5] ».

Pour la distillation armagnacaise, le vin blanc est introduit à 10 °C dans la première cuve de l'alambic, par le bas. Cette cuve est traversée par un serpentin contenant les vapeurs d'alcool, qui réchauffent le vin au fur et à mesure qu'il monte, pour atteindre 80 °C. Le vin réchauffé entre alors dans une seconde cuve, par le haut et remplit le premier d'une série de plateaux superposés. Une fois plein, ce premier plateau déborde et remplit le deuxième plateau situé juste en dessous ; et ainsi de suite, jusqu'à remplir le fond de la cuve. En descendant ainsi, le vin se réchauffe jusqu'à atteindre la température de 110 °C, tandis que ses alcools et constituants volatils s'évaporent. En montant, les vapeurs obtenues traversent le vin contenu dans chaque plateau et captent ses arômes. En haut de la cuve, elles passent dans le serpentin (servant de condensateur) de la première cuve et se condensent pour donner à son extrémité l'eau-de-vie incolore (l'armagnac blanc) dont le degré alcoolique est généralement entre 52 et 62 % vol., suivant la vitesse de distillation et l'intensité du chauffage[79].

Élevage et vieillissement[modifier | modifier le code]

Pour toutes les autres eaux-de-vie d'armagnac autres que la blanche, le vieillissement en barrique (appelé « pièces ») de chêne (sessile ou pédonculé uniquement[5]) est essentiel et obligatoire[5] pour que l'eau-de-vie devienne de l'armagnac. Il transforme l'aspect translucide de l'armagnac blanc (tel que sortie de l'alambic) en or rouge, couleur issue de la dissolution de composants du chêne de la barrique. Cette coloration peut être marginalement accélérée par l'adjonction de copeaux de chêne et de quelques colorants (infusion de copeau, caramel, etc.)[5],[80]. En plus de cette couleur, le vieillissement en fût permet l'apparition de nouveaux composés aromatiques venant du bois de chêne qui, en se concentrant, augmentent la puissance aromatique de l'eau-de-vie : vanilline, lactones, furanes et tanins[81]. On dit que le cœur de l'un fait l'âme de l'autre (les douelles des fûts étant théoriquement faites dans du cœur de chêne).

Enfin, le vieillissement favorise la diminution du degré d'alcool de l'armagnac par évaporation : c'est ce que l'on appelle la « part des anges » qu'il faut compenser par l'ouillage, l'alcool s'évaporant plus vite que l'eau à travers le bois, à raison d'un à 1,5 degré par an. L'hygrométrie du lieu de stockage est importante : dans un chai humide (à environ 80 %) c'est l'alcool qui s'évapore principalement, tandis que dans un chai sec c'est surtout l'eau qui part (laissant une eau-de-vie qui a « le feu »)[82]. Cette baisse du degré d'alcool est nécessaire car la vente de l'armagnac n'est autorisée que lorsque l'eau-de-vie titre un peu plus de 40 % vol.[5] Celle-ci peut aussi s'obtenir par coupage (ajout) de « petites eaux », constituées par un mélange d'eau distillée et d'un peu d'armagnac[83].

Arrivée naturellement (« brut de fût » ou « non-réduit ») ou par coupage (« coupé » ou « réduit ») entre 40 et 48 % vol. d'alcool, l'eau-de-vie est alors conservée en cuve métallique pour permettre une bonne conservation ; on peut aussi le conserver dans un vieux fût ayant perdu tous ses tanins, ou en dame-jeanne (bonbonne en verre). À partir de ce moment-là, l'armagnac ne vieillit plus, mais il va très lentement s'oxyder et continuer à perdre de l'alcool. Il peut être mis en bouteille l’année de la vente (l'année de mise en bouteille est parfois indiquée). L'armagnac est le plus souvent un assemblage non seulement de différents cépages, mais aussi de différentes années. L'imitation de ce qui se pratique pour le vin fait qu'il existe quelques armagnacs mono-cépages ou d'une seule année (le produit est dit millésimé) : l'étiquette insiste sur cet argument de vente en indiquant le cépage ou l'année[24],[84]. Comme pour n'importe quelle eau-de-vie, la bouteille d'armagnac doit être entreposée verticalement afin que l'alcool n'altère pas le bouchon en liège[85] et surtout à l'abri de la lumière qui altère les caractères organoleptiques. Une fois ouverte, une bouteille d'armagnac peut se conserver plusieurs années dans une armoire fermée, mais on peut aussi la transvaser dans une bouteille plus petite pour limiter l'oxydation[86].

Économie[modifier | modifier le code]

Prix des vignes[modifier | modifier le code]

Dans la partie gersoise du Bas-Armagnac, où se situe la majorité des vignes servant à la production d'eau-de-vie d'Armagnac, la valeur dominante des vignes est de 11 000 euros par hectare en 2011 (moyenne basse à 6 000 € pour les moins bonnes parcelles ; moyenne haute à 12 000 € pour les meilleures). Il s'agit des vignes les moins chères du département, à comparer avec les prix en IGP côtes-de-gascogne (dominante à 11 500 €, moyennes de 6 000 à 15 000 €) ou en AOC madiran (dominante à 18 000 €, moyennes de 12 000 à 21 000 €), mais qui restent supérieure au prix local des autres terres agricoles (dédiées au maïs ou au tournesol) qui est de 4 620 euros par hectare en 2011 dans le Bas-Armagnac (moyenne basse à 1 790 € pour les endroits les moins fertiles ; moyenne haute à 7 350 € pour les bords de cours d'eau faciles à irriguer et aux sols légers). La comparaison avec les prix du cognac est flagrante : l'hectare dans les crus de cognac de Grande Champagne et de Borderies se vend jusqu'à 45 000 €[87].

Sur les vingt ans entre 1991 et 2011, le prix des vignes servant à la production de l'armagnac a connu quelques fluctuations, notamment une forte baisse dans la seconde partie des années 1990 suivie d'une légère remontée en 2000-2001 pour rester stable pendant les années 2000[88].

Bouteilles[modifier | modifier le code]

Photographie d'une bouteille basquaise : flancs bombés et faces plates.
Armagnac en basquaise de 70 cℓ.

Jusqu'au milieu du XXe siècle, l'armagnac était vendu par les producteurs en barriques (appelées « pièces », d'environ 400 litres), pour faciliter le transport. Depuis, la mise en bouteille par les producteurs s'est développée[24], les formats les plus courants étant la basquaise (aux flancs bombés et avec des faces plates, de 70 cℓ ou de 150 cℓ, parfois de 50 cℓ), le pot gascon (aux flancs droits, de 150 ou 250 cℓ), la cognacaise (aux flancs droits, de 50 ou 70 cℓ) et l'ariane (70 ou 150 cℓ)[89].

Des formats plus originaux existent pour les fêtes de fin d'année ou les cadeaux (carafes, éprouvettes, etc.), avec parfois la possibilité de personnaliser l'étiquette.

Producteurs[modifier | modifier le code]

Selon l'INAO, 890 opérateurs (viticulteurs, distillateurs, négociants et caves coopératives) assurent la production de l'armagnac, dont 560 producteurs de raisins indépendants. On compte260 vignerons distillateurs, auxquels s'ajoutent 7 caves coopératives et 7 négociants soit au total 274 déclarants[1]. S'y ajoutent les quelques particuliers ayant le privilège de bouilleur de cru, assurant leur propre petite production. La production et la commercialisation déclarées d'armagnac en 2010-2011 sont assurées à 20 % par des producteurs indépendants, à 50 % par les coopératives, tandis que les négociants par l'intermédiaire des distillateurs de profession produisent les 30 % restants[90]. Une grande partie des producteurs indépendants fait appel à des distillateurs ambulants, pratique traditionnelle en Armagnac qui voit les alambics circuler de propriété en propriété durant tout l'hiver[91].

Principales maisons de négoce, classées selon leurs ventes en 2009[92]

Les coopératives sont la Cave des coteaux du Mézinais à Mézin, la Cave de producteurs réunis de Nogaro, les Vignerons du Gerland à Eauze et Panjas, Vivadour filière viticole à Cazaubon et Vic-Fezensac (marque « Marcel Trépout »), la cave des vignerons de Saint-Mont à Aignan, la Cave coopérative l'auzanaise à Castelnau-d'Auzan, les producteurs de la cave de Condom et Armadis (marques « Chabot », « Puységur » et « Panjy ») à Panjas, Eauze et Nogaro. Nogaro, Gerland et Vivadour sont regroupés au sein des Caves et vignobles du Gers (CVG)[93].

S'y rajoutent les nombreux producteurs indépendants, de plus ou moins grande taille en termes de vignoble et de volume de production.

Exemples de producteurs indépendants, par ordre alphabétique[94],[N 12]
  • Château Arton à Lectoure ;
  • Domaine de Boingnères au Frêche ;
  • Gislhaine Branthomme à Castelnau-d'Auzan ;
  • Château de Briat (baron de Pichon-Longueville) à Mauvezin-d'Armagnac ;
  • Château du Busca-Maniban (marque « marquis de Maniban ») à Mansencôme ;
  • Château Ménard (famille D. & J. Jegerlehner) à Bretagne-d'Armagnac ;
  • Domaine à Lafitte (famille Bachos) à Sion ;
  • Domaine du Cardinat à Sarragachies ;
  • Domaine Chiroulet (famille Fezas) à Larroque-sur-l'Osse ;
  • Domaine des Cassagnoles (J. et G. Baumann) à Gondrin ;
  • Domaine de Moussot (Marinette Fabre de Paillerets), à Cravencères ;
  • Jean Cavé à Lannepax ;
  • Francis Darroze à Roquefort ;
  • Le Domaine d'Espérance (Jean-Louis et Claire de Montesquiou) à Mauvezin-d'Armagnac ;
  • Dupeyron (JF Ryst) à Condom ;
  • Château Garreau à Labastide d'Armagnac ;
  • Domaine du Guilhon d'Aze à Larée ;
  • Domaine de Jean-Bon (Sourdois-Lacourt) à Toujouse ;
  • Domaine de Joÿ (Olivier et Roland Gessler) à Panjas ;
  • L'Encantada à Vic-Fezensac ;
  • Château de Laballe à Parleboscq ;
  • Armagnacs Laberdolive (domaines d'Escoubes, de Jaurrey, de Pillon et de Labrune) à Labastide-d'Armagnac ;
  • Château de Lacquy à Lacquy ;
  • Domaine Luquet (Maryse Escoubet) à Labastide-d'Armagnac ;
  • Domaine de Magnaut (Pierre Terraube) à Fourcès ;
  • Domaine de Maubet (famille Fontan) à Noulens ;
  • Domaine de Loyac à Condom ;
  • Domaine d'Ognoas, à Arthez-d'Armagnac[N 13] ;
  • Domaine de Paguy (Albert Darzacq) à Betbezer-d'Armagnac ;
  • Domaine de Pellehaut (Beraut) à Montréal ;
  • Domaine de Pujo (Daniel Dubos) à Larée ;
  • Château de Ravignan à Perquie ;
  • Domaine du Rey (marque « Gris Rivage ») à Gondrin ;
  • Baron de Sigognac (famille Guasch) à Castelnau-d'Auzan ;
  • Château de Tariquet (P. Grassa Fille & Fils) à Eauze ;
  • Domaine de Téoulé à Aignan ;
  • etc.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Commercialisation[modifier | modifier le code]

En 2009, l'équivalent en armagnac de 14 000 hectolitres d'alcool pur a été expédié, dont 9 000 hℓ vendu en France et 5 000 hℓ à l'exportation[95]. Cela correspond à un total de six millions de bouteilles (de 70 cℓ) par an[96]. L'évolution est nettement à la baisse, comparée aux 27 000 hℓ d'armagnac expédiés en 1990 (dont 13 000 à l'export), et surtout ces chiffres restent faibles par rapport aux expéditions de cognac qui s'établissent à 407 000 hℓ en 2009 dont 354 000 à l'export[95].

La vente sur le marché français en 2009 est dominée par l'armagnac Ducastaing (propriété du groupe La Martiniquaise) avec 22 %, suivi par la Cave des Producteurs Réunis (la coopérative de Nogaro) avec 16,9 % du marché et par la Société des Armagnac Sempé avec 7,8 %. La distribution se fait selon les années à raison de 35 à 40 % des ventes dans la grande distribution, 28 à 33 % chez les cavistes, 17 à 24 % dans les cafés, hôtels et restaurants, le reliquat d'environ 11 % étant assurer par la vente directe, sur les foires, par correspondance ou par internet[97].

Côté exportations, les principaux marchés sont : le Royaume-Uni, la Russie, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne, les États-Unis, la République populaire de Chine, la Belgique et les Pays-Bas, avec une forte croissance pour la Russie et la Chine. Les millésimes représentent 20 % des ventes. Ceux qui exportent le plus sont : Armadis (coopérative ; 14 % des ventes en 2009), Janneau (10,7 %), Papelorey (8,4 %), la Société des produits d’Armagnac (7,6 %), Ducastaing (La Martiniquaise ; 6 %), Delord (5,2 %), Tariquet (5 %), Caussade (4,4 %), la Cave des Producteurs Réunis (coopérative ; 3,8 %) et la Société Armagnacaise de Production (3,7 %)[92].

Gastronomie[modifier | modifier le code]

Types d'armagnac[modifier | modifier le code]

Bouteille d'armagnac, l'étiquette mentionnant « 1972 Bas-Armagnac Laurade ».
Bouteille d'armagnac millésimé.

On trouve des armagnacs de différents âges. Le plus jeune est l'armagnac blanc (la blanche-armagnac) qui est le produit direct de la distillation, sans le faire passer par l'élevage sous bois (mais il y a un élevage de trois mois obligatoire en récipient inerte pour la couleur). Pour les armagnacs au sens propre du terme, le vieillissement est au minimum de deux ans pour pouvoir être proposé en bouteille aux consommateurs. Les mentions sur l'étiquette ne sont pas organisées par le cahier des charges donc chaque producteur y va de sa hiérarchie, soit avec l'indication de l'âge du plus jeune armagnac entrant dans l'assemblage (« 10 ans d'âge » par exemple), soit avec des mentions copiées sur celles du cognac. Le BNIA essaye d'harmoniser depuis 2009 les mentions en cinq rangs[92] :

  • ainsi, un armagnac « *** » ou « VS » (Very Special) réunit différents armagnacs dont le plus jeune a au moins deux ans de vieillissement sous bois ;
  • pour le « VSOP » (Very Superior Old Pale) le vieillissement est de quatre ans au moins ;
  • pour le « Napoléon », le vieillissement est de six ans minimum ;
  • pour le « XO » (Extra Old) ou « hors d'âge », le vieillissement est de dix ans au moins ;
  • pour le « XO Premium » le vieillissement est de plus de vingt ans[98].

On trouve également des armagnacs millésimés : il s'agit dans ce cas là d'armagnac provenant de la seule récolte mentionnée sur l'étiquette (par exemple 1908, 1946, 1985, etc.). Cependant, contrairement aux grands millésimes de vins, il n'existe pas de classification de millésimes.

Enfin, l'expression « Grand Bas-Armagnac » correspond à un petit territoire d'une dizaine de communes landaises et gersoises au nord-ouest de l'appellation bas-armagnac (Labastide-d'Armagnac, Lacquy, Le Frêche, Lannemaignan, Arthez-d'Armagnac, Perquie, Hontanx, etc.). Cette mention n'est pas encadrée par les décrets d'appellations, mais elle est utilisée par plusieurs producteurs dans un but promotionnel[99].

Dégustation[modifier | modifier le code]

Articles connexes : Dégustation du vin et Rétro-olfaction.
Amateur en train de sentir un petit verre contenant de l'armagnac.
Dégustation d'armagnac.

Les vieux armagnacs se boivent le plus souvent comme digestifs à la fin du repas, purs. Ils sont servis à température ambiante, de préférence dans de petits verres (de 6 à 9 cℓ) au col un peu refermé (pour concentrer les odeurs) ; traditionnellement, on fait chauffer le verre dans le creux de la main, parfois en couvrant le verre de l'autre main pour concentrer encore plus le « nez » de l'eau-de-vie[100]. Les différences de terroirs (terrains, assemblage des cépages, façon de distiller et surtout d'élever l'eau-de-vie) entre les trois zones de production de l'armagnac donnent des produits avec des réputations différentes : les bas-armagnacs plutôt fruités (le pruneau), les ténarèzes plus corsés (plutôt les épices et un peu de violette) et les haut-armagnacs plus rustiques[101].

Les armagnacs blancs peuvent se boire purs comme tous les alcools blancs, ils peuvent être refroidis par un passage au réfrigérateur ou en les servant avec des glaçons (on the rocks) ou ils peuvent être allongés (long drink) d'eau plate ou gazeuse, de soda ou de jus de fruits pour en faire des cocktails[102].

Trois bouteilles de floc exposées sur une table.
Floc de Gascogne blanc et rosé.

L'armagnac entre dans la composition d'autres boissons : le floc de Gascogne est une mistelle (vin de liqueur) fabriquée en mélangeant quatre cinquièmes de moût de raisin avec un cinquième d'armagnac (jeune), en blanc comme en rosé (en fait franchement rouge).

Plusieurs liqueurs sont proposées à base d'armagnac, avec des extraits d'orange (marques « pousse-rapière[103] », « liqueur des mousquetaires », « grande Josiane » ou « Mousquet[104] », utilisées en cocktail avec du vin mousseux), de vanille (« Esprit d'Armagnac[105] ») ou de la crème (« cassagnac[105] », inspiré des Irish Cream).

Le brûlot d'Armagnac est un flambage d'armagnac blanc dans du sucre. Le « trou gascon[105] » est l'équivalent du trou normand, mais avec de l'armagnac (plus une liqueur ou de la glace au pruneau).

Enfin, les autres usages culinaires des armagnacs sont notamment de servir à parfumer des pâtisseries (le pastis gascon, appelé aussi tourtière ou croustade), en conserverie (les pruneaux à l'armagnac), pour faire flamber un plat (par exemple un salmis de palombe), pour relever une sauce[106] ou pour faire une marinade[107].

Fêtes et confréries[modifier | modifier le code]

La mise en route des alambics en automne était traditionnellement l'occasion pour les producteurs de faire la fête avec leurs voisins. Plusieurs communes et producteurs organisent désormais des fêtes autour de l'armagnac. La première chronologiquement parlant est organisée chaque dernier week-end d'octobre à Labastide-d'Armagnac dans les Landes, fête nommée « Armagnac en fête ». La 14e édition aura lieu les 27 et 28 octobre 2012, comprenant l'allumage d'un alambic sur la place Royale et un marché aux armagnacs, avec dégustations du « bourret » (le moût pas encore fermenté), de la blanche (l'eau-de-vie à la sortie de l'alambic), du brûlot (flambé le dernier jour) et de différents armagnacs[108].

Plusieurs autres fêtes de la distillation sont organisées en novembre à Montesquiou, Margouët-Meymes, Montréal, Castelnau-d'Auzan, Eauze (« Semaine de l'Armagnac », pendant laquelle a lieu le « Concours professionnel des grandes eaux-de-vie d'Armagnac », organisé par le BNIA[109]), Nogaro, Cazaubon, Hontanx, Arthez-d'Armagnac, Lacquy[110],[111], etc. La dernière fête est celle de la « Saint-Vincent des vignerons » à Eauze, plus orientée vers le vin avec le Concours des vins de Gascogne. À ces fêtes municipales se rajoutent aux mêmes moments les opérations portes-ouvertes chez les producteurs et les coopératives, avec la « Flamme de l'armagnac », une manifestation pendant laquelle sont portés des flambeaux de domaine en domaine pendant le mois de novembre[112]. Enfin le BNIA organise des manifestations promotionnelles, en partenariat avec les restaurants, bars et cavistes, tel que « la blanche de printemps » en avril à Auch[113], ou « Toulouse capitale de l'Armagnac » en décembre[114].

Une confrérie existe depuis 1951 dans le but de promouvoir l'armagnac : la « Compagnie des Mousquetaires d'Armagnac[115] », basée à Condom. Cette compagnie, dont le nom est inspiré par la naissance du comte d'Artagnan à Lupiac (dans le sud de l'aire d'appellation ténarèze), est présidée par Aymeri de Montesquiou (qui a le grade de capitaine) et compte plus de 3 000 mousquetaires[116], portant théoriquement un grand ruban bleu orné de la croix. Quinze escadrons (belge, norvégien, malais, etc.) et quelques détachements dépendent de la compagnie pour essayer d'étendre son influence. Quant au floc, il est défendu depuis 1980 par « l'Académie des Dames du Floc » qui tient ses chapitres à Condom[117],[118].

Musées et écomusées[modifier | modifier le code]

Un écomusée de l'Armagnac existe à Labastide-d'Armagnac. Situé sur un domaine producteur d'armagnac en activité, l'Écomusée de l'Armagnac présente : le musée du vigneron (collection d'outils permettant de découvrir comment vivaient et travaillaient les vignerons du siècle dernier), le musée des alambics (collection d'une dizaine d'alambic, explication des principes de la distillation armagnacaise) et un parcours nature (découverte de la faune et de la flore du terroir d'Armagnac). Les visites guidées pour les groupes incluent le chai de vieillissement du domaine[119].

Le musée de l'Armagnac à Condom compte un pressoir. On peut y découverte des objets et outils de la production d'armagnac.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Références sur la façon d'orthographier les appellations d'origine.
  2. a et b Le code international d'écriture des cépages mentionne la couleur de la baie de raisin de la manière suivante : B (blanc), N (noir), Rs (rose), G (gris) et Rg (rouge). Source : [PDF] Organisation internationale de la Vigne et du Vin, « 2nde édition de la liste des descripteurs OIV pour les variétés et espèces de Vitis », sur http://www.oiv.int/, p. 14.
  3. Trois pages du Pro conservanda sanitate tuendaque prospera valetudine liber utilissimus de Domini Vitalis de Furno (maître Vital du Four, cf la première de couverture) évoque l'eau-de-vie : page 12, page 13 et « page 14 », sur http://www.armagnac.fr/.
  4. Le lot était une ancienne mesure de capacité équivalente à deux litres.
  5. Monnaie d'un denier d'argent du Béarn, largement utilisée en Gascogne.
  6. Exemple de prix à Paris dans les années 1820 : 2 francs la bouteille d'armagnac contre jusqu'à 5 francs pour une bouteille de cognac. Source : affiche publicitaire de la maison Soupé et Cie, dans La Cave de Joséphine : Le vin sous l'Empire à Malmaison, Paris, Réunion des musées nationaux,‎ 2009 (ISBN 978-2-7118-5614-5), p. 44.
  7. En septembre 1991 (Arrêté du 11 septembre 1991 relatif à la reconnaissance du Bureau national interprofessionnel de l'Armagnac. « www.legifrance.gouv.fr », Secrétariat général du gouvernement français,‎ 1991 (consulté le 29 juillet 2012)), le Bureau national interprofessionnel de l'Armagnac (BNIA) passe sous le statut de la loi de 1975 sur les organisations interprofessionnelles agricoles (Loi no 75-600 du 10 juillet 1975 relative à l'organisation interprofessionnel agricole, publiée au « JORF du 11 juillet 1975 page 7124 », sur http://www.legifrance.gouv.fr/.
  8. Sont exclus en 2003 des aires d'appellation armagnac et haut-armagnac d'une part dans le Gers l'intégralité des cantons de Masseube et de Miélan, ainsi que l'essentiel du canton de Mirande, de celui de Marciac et le sud du canton d'Auch-Sud-Est-Seissan (Labarthe et Seissan), d'autre part dans le Lot-et-Garonne les cantons de Lavardac et de Laplume ainsi qu'une partie des cantons de Francescas (Lamontjoie, Nomdieu et Saint-Vincent-de-Lamontjoie), de Nérac (Calignac, Espiens, Moncaut, Montagnac-sur-Auvignon et Saumont) et de Houeillès (Durance). Sources : décrets de 1909 et de 2003.
  9. Les comptes d'âge obéissent aux règles suivantes : compte 00 pour les eaux-de-vie à partir du jour de distillation jusqu'au 31 mars qui suit ; compte 0 pour les eaux-de-vie de compte 00 logées sous bois à partir du 1er avril qui suit l'année de la récolte ; compte 1 pour les eaux-de-vie de compte 0 logées sous bois à partir du 1er avril de l'année suivante (plus d'un an de vieillissement) ; compte 2 pour les eaux-de-vie de compte 1 logées sous bois à partir du 1er avril de l'année suivante (plus de deux ans de vieillissement) ; et ainsi de suite. Source : arrêté du 17 mars 2007.
  10. « Carte avec les aires d'appellations sur un fond donnant les limites communales », sur http://www.pages-vins.fr/.
  11. La puissance atteinte par les sables fauves au forage de Lacquy 1 (pour la recherche pétrolière) est de 35 mètres, où la formation est presque complète car protégée par les glaises bigarrées. Source : p. 36 de la [PDF] « notice BRGM de Cazaubon », sur http://infoterre.brgm.fr/.
  12. On peut trouver des listes de producteurs indépendants sur le site du BNIA ([PDF] « Adresses des producteurs », sur http://www.armagnac.fr/) et sur celui de Pages vins (« Les vignerons d'Armagnac », sur http://www.pages-vins.fr/).
  13. L'alambic, datant de 1804, est inscrit aux monuments historiques par arrêté du 20 octobre 2006 (« Alambic du domaine d'Ognoas », base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 15 mars 2011.) Il est le plus ancien de Gascogne, sur le domaine départemental d'Ognoas (540 ha, 50 ha de vignes, second alambic « Sier » de 1936). « Animation montrant le fonctionnement de l'alambic », sur http://www.domaine-ognoas.com/.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c « Fiche sur l'armagnac », sur http://www.inao.gouv.fr/.
  2. a, b et c « Archives climatologiques mensuelles de Mont-de-Marsan de 1961 à 1990 », sur http://www.infoclimat.fr/.
  3. a, b, c et d [PDF] « Les chiffres de la filière viti-vinicole : structure de l'appareil de production 2000/2010 », sur http://www.franceagrimer.fr/, p. 21 et « Les chiffres de la filière viti-vinicole : structure de l'appareil de production 2001/2011 », p. 21.
  4. a, b et c DRAAF Midi-Pyrénées, « Revenu agricole 2010 : fragile amélioration », sur http://agreste.agriculture.gouv.fr/,‎ juillet 2011.
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t et u Décret n° 2009-1285 du 23 octobre 2009 relatif aux appellations d'origine contrôlées « Armagnac », « Blanche Armagnac », « Bas Armagnac », « Haut Armagnac » et « Armagnac-Ténarèze », publié au JORF no 0247 du 24 octobre 2009, page 17916, disponible sur « www.legifrance.gouv.fr », Secrétariat général du gouvernement français,‎ 2009 (consulté le 29 juillet 2012).
  6. « L'aile Ouest et la galerie intérieure Ouest », sur http://pierre.caubisens.pagesperso-orange.fr/.
  7. « Abbaye, médecine », sur http://www.encyclopedie-universelle.com/ (consulté le 14 juin 2010).
  8. Jean-Claude Ribaut, « L'armagnac, 700 ans, bon pied bon œil », sur http://www.lemonde.fr/,‎ février 2010 (consulté le 15 juin 2010).
  9. BNIA, « Livre très utile pour conserver la santé et rester en bonne forme », sur http://www.armagnac.fr/. Une édition imprimée ultérieure est conservée à la Bibliothèque vaticane ainsi qu'à la BNF : (la) Vitalis de Furno, Pro conservanda sanitate tuendaque prospera valetudine, ad totius humani corporis morbos et aegritudines salutarium remediorum curationumque liber utiliss. : jamprimum in studiosorum utilitatem e tenebris erutus et a situ quantum licuit vindicatus, Mayence, J. Schoeffer,‎ 1531, imprimé in-folio, 271 p. (notice BnF no FRBNF31594163c).
  10. (la) Arnaud de Villeneuve, Liber Arnaldi de Villa Nova de conservanda juventute et retardanda senectute : Liber de conferentibus et nocentibus principalibus membris nostri corporis, Leipzig, Impressum Liptzk per Baccalaureum Wolfgangum Monacensem,‎ anno Domini 1511, imprimé in-4° en caractères gothiques (notice BnF no FRBNF30029357r).
  11. « Armagnac, 700 ans d'histoire », sur http://www.armagnac.fr/ (consulté le 14 juin 2010).
  12. Dufor 1999, p. 54.
  13. a, b, c et d Jean et Georges Samalens, Le livre de l'amateur d'Armagnac, Paris, Solar,‎ 1975.
  14. Dufor 1999, p. 76.
  15. Collectif, Le guide hachette des vins de France 2010, Hachette pratique,‎ août 2009 (ISBN 978-2-01-237514-7), p. 1227.
  16. Hugh Johnson, Une histoire mondiale du vin : De l'Antiquité à nos jours, Paris, Hachette littératures,‎ 1990 (ISBN 978-2-01-270534-0), p. 258.
  17. « 700 ans d'histoire », sur http://www.armagnac.fr/ (consulté le 15 juin 2010).
  18. Dufor 1999, p. 77-79.
  19. Dufor 1999, p. 81-83.
  20. Étienne-François Dralet, Plan détaillé de topographie, suivi de la topographie du département du Gers, Paris, impr. de Mme Huzard (réimpr. 1975 et 2003) (1re éd. 1800), In-8°, 378 p. (lire en ligne), p. 128.
  21. « Brevet de 1818 pour un appareil distillatoire continue », sur http://bases-brevets19e.inpi.fr/ (INPI). Tuillière dépose deux autres brevets de perfectionnement en 1820 et 1829.
  22. Brevet daté du 22 janvier 1872. Source : Jean-Marie Cazauran, Monghuilhem et Toujouse : histoire paroissiale, Paris, Maisonneuve Frères,‎ 1890, 403 p. (lire en ligne), p. 365.
  23. Jules Seillan 1872, p. 68, cité dans Jean-Marie Cazauran 1890, p. 364.
  24. a, b, c, d et e Décret n° 2009-1285 du 23 octobre 2009, partie E « Lien à l'origine ».
  25. Jean-Marie Cazauran 1890, p. 367 et 368.
  26. « Folle Blanche », sur http://www.osmin.fr/.
  27. a, b et c « Délimitation des appellations Armagnac, Bas-Armagnac, Armagnac-Ténarèze et Haut-Armagnac selon le décret de 1909 », sur http://www.inao.gouv.fr/.
  28. Décret du 25 mai 1909 pour la délimitation de la région des eaux de vie "Armagnac", "Bas-Armagnac", "Ténarèze", "Haut-Armagnac", publié au JORF du 26 mai 1909 page 5774.
  29. J. Vincens, Délimitation des régions viticoles : Armagnac, Paris, Bureaux de la Revue de viticulture,‎ 1911, 16 p. (lire en ligne).
  30. Décret du 6 août 1936 définition - appellation contrôlée concernant les eaux de vie : "Armagnac", "Bas-Armagnac", "Ténarèze" et "Haut-Armagnac", publié au JORF du 14 août 1936 page 8759.
  31. Arrêté du 11 septembre 1941 portant création du Bureau interprofessionnel de l'Armagnac.
  32. [PDF] Aurélie Deluze, « Dynamique institutionnelle et performance économique : l'exemple du champagne », sur http://ebureau.univ-reims.fr/, p. 73.
  33. Dalla Rosa, Heiniger et Kayser 1992, p. 44-47.
  34. « Armagnac : zones de production », sur http://www.viticulture-oenologie-formation.fr/.
  35. Décret no 62-20 du 8 janvier 1962 Bureau national interprofessionnel de l'Armagnac, publié au « JORF du 12 janvier 1962, page 393 », sur http://www.legifrance.gouv.fr/.
  36. « La distillerie », sur http://www.samalens.fr/.
  37. Décret du 2 octobre 1992 relatif aux appellations d'origine contrôlées « Armagnac », « Bas Armagnac », « Ténarèze » et « Haut Armagnac », publié au JORF no 235 du 9 octobre 1992 page 14063.
  38. Décret du 27 septembre 1994 relatif aux appellations d'origine contrôlées « Armagnac », « Ténarèze », « Bas-Armagnac » et « Haut-Armagnac », publié au JORF no 230 du 4 octobre 1994 page 14009.
  39. Décret du 15 avril 2003 modifiant le décret du 6 août 1936 relatif aux appellations d'origine contrôlées « Armagnac », « Bas-Armagnac », « Armagnac-Ténarèze » et « Haut-Armagnac », publié au JORF no 92 du 18 avril 2003, page 6927.
  40. Décret du 27 mai 2005 relatif à l'appellation d'origine contrôlée « Armagnac », publié au JORF no 124 du 29 mai 2005 page 9519.
  41. « Amendement du 28 octobre 2005 au projet de loi d'orientation agricole », sur http://www.senat.fr/.
  42. Arrêté du 14 mars 2007 relatif au stockage, au suivi des millésimes et au contrôle du vieillissement des eaux-de-vie d'Armagnac, publié au JORF no 76 du 30 mars 2007 page 5941.
  43. « 700 ans d'armagnac », sur http://www.armagnac.fr/ (consulté le 15 juin 2010).
  44. « L'armagnac, la plus vieille eau de vie de France », sur http://armagnaclaballe.com/ (consulté le 15 juin 2010).
  45. « Le Bas-Armagnac est-il inférieur au Haut-Armagnac ? », sur http://www.chateaudelacquy.com/.
  46. Paul Labrouche, La grand'route centrales des Pyrénées : Le port de la Ténarèse,‎ 1897.
  47. [PDF] « Atlas du Gers, Ténarèze », sur http://www.midi-pyrenees.developpement-durable.gouv.fr/, p. 124.
  48. « Histoire du port de Plan », sur http://cirquedebarrosa.free.fr/.
  49. Dalla Rosa, Heiniger et Kayser 1992, p. 80.
  50. « Le vignoble armagnacais », sur http://www.armagnac.org/.
  51. « Les chiffres de la filière viti-vinicole : structure de l'appareil de production 2001/2011 », sur http://www.franceagrimer.fr/, p. 25.
  52. « Syndicat de défense des appellations des vignobles Armagnac Gascogne : quelques chiffres », sur http://www.cnaoc.org/.
  53. Jacques Hubschman, « Le plateau de Lannemezan », Bulletin de l'Association française pour l'étude du Quaternaire, vol. 12, no 12-3-4,‎ 1975, p. 207-209 (lire en ligne).
  54. Fernand Crouzel, Jean Cosson, F. Bel et J. Galarhague, Notice explicative de la feuille au 1/50000 d'Eauze, Orléans, Bureau de recherches géologiques et minières, coll. « Carte géologique de la France » (no 953),‎ 1989, 48 p. (ISBN 2-7159-1953-0, lire en ligne), p. 6.
  55. [PDF] Jean-Pierre Platel, Notice explicative de la feuille au 1/50000 de Cazaubon, Orléans, Bureau de recherches géologiques et minières, coll. « Carte géologique de la France » (no 926),‎ 1990, 66 p. (ISBN 2-7159-1926-3, lire en ligne). On peut aussi se référer à la notice de la carte du BRGM [PDF] « no 952 (Nogaro) », sur http://infoterre.brgm.fr/.
  56. « Carte géologique centrée sur Eauze », sur http://www.geoportail.gouv.fr/.
  57. [PDF] Notice explicative de la feuille au 1/50000 de Condom, Orléans, Bureau de recherches géologiques et minières, coll. « Carte géologique de la France » (no 928) (lire en ligne). On peut aussi consulter la notice de la carte du BRGM [PDF] no 927 (Montréal-du-Gers), disponible sur le site infoterre.brgm.fr
  58. « Carte géologique centrée sur Condom », sur http://www.geoportail.gouv.fr/.
  59. Chambre régionale d'agriculture Midi-Pyrénées, « Terrasses d’alluvions anciennes (et glacis de limons soliflues », sur http://www.mp.chambagri.fr/.
  60. a, b et c BNIA, « Armagnac, la vigne et les terroirs » (consulté le 12 juin 2010).
  61. « Le Gers en Gascogne, géographie et climat », sur http://www.soho-solo-gers.com/ (consulté le 12 juin 2010).
  62. [PDF] « Le gel frappe l'armagnac landais », Sud Ouest,‎ 17 avril 2008 (lire en ligne).
  63. « Normales climatologiques mensuelles d'Auch », sur http://climat.meteofrance.com/.
  64. « Le catalogue des vignes cultivées en France : Ugni blanc B », sur http://plantgrape.plantnet-project.org/.
  65. CTPS, ENTAV, INRA, ENSAM et ONIVINS, Catalogue des variétés et clones de vigne cultivés en France, Le Grau-du-Roi, Éditeur ENTAV et ministère de l'Agriculture et de la pêche,‎ 1995 (ISBN 2-9509682-0-1), p. 256.
  66. a, b, c et d « Les chiffres de la filière viti-vinicole : structure de l'appareil de production », sur http://www.franceagrimer.fr/,‎ 2011, p. 31 et 32.
  67. « Le catalogue des vignes cultivées en France : Baco blanc B », sur http://plantgrape.plantnet-project.org/.
  68. « Le Baco blanc ou Baco 22A », sur http://www.osmin.fr/.
  69. « Le catalogue des vignes cultivées en France : Colombard B », sur http://plantgrape.plantnet-project.org/
  70. « Le catalogue des vignes cultivées en France : Folle blanche B », sur http://plantgrape.plantnet-project.org/
  71. Catalogne des variétés et clones de vignes 1995, p. 127.
  72. « Méthode & terroir », sur http://www.armagnacbriat.com/.
  73. « Question écrite no 15342 au Ministère de l'agriculture : Conséquence de l'interdiction de l'arsénite de sodium sur la mortalité des ceps de vignes », sur http://www.senat.fr/,‎ 30 décembre 2004.
  74. « L'esca », sur http://membres.multimania.fr/.
  75. [PDF] « Les chiffres de la filière viti-vinicole : structure de l'appareil de production 2000/2010 », sur http://www.franceagrimer.fr/, p. 39 et « Les chiffres de la filière viti-vinicole : structure de l'appareil de production 2001/2011 », p. 39.
  76. Édouard Féret, Yves Renouil (dir.) et Paul de Traversay, Dictionnaire-manuel du négociant en vins et spiritueux et du maître de chai, Bordeaux, Féret et fils,‎ 1962 (réimpr. 1988), In-8°, 1375 p., p. 1308.
  77. Arrêté du 19 février 2007 fixant la date de fin de distillation et portant modification des conditions de production des vins de la récolte 2006 destinés à la production des appellations d'origine contrôlées de l'Armagnac, publié au JORF no 48 du 25 février 2007, page 3478.
  78. a et b Arrêté du 29 novembre 2007 portant modification de la date de fin de distillation et des conditions de productions des vins de la récolte 2007 destinés à la production des appellations d'origine contrôlées de l'Armagnac, publié au JORF no 0288 du 12 décembre 2007, page 20060.
  79. « Armagnac : distillation », sur http://www.viticulture-oenologie-formation.fr/.
  80. La coloration est définie par le règlement (CE) n° 110/2008 du 15 janvier 2008 ([PDF] « règlement concernant la définition des boissons spiritueuses », sur http://eur-lex.europa.eu/) tandis que la liste des colorants autorisés se trouve dans la directive 94/36/CE du Parlement européen du 30 juin 1994 (« Directive concernant les colorants », sur http://ec.europa.eu/).
  81. « Armagnac : L'alchimie du vieillissement en barriques », sur http://chazallet-vin.viabloga.com/.
  82. « Le vieillissement naturel », sur http://armagnac-castandet.com/.
  83. « Armagnac : le vieillissement », sur http://www.armagnac.fr/.
  84. « L'assemblage et la mise en bouteille », sur http://www.chateaudelacquy.com/.
  85. « Conservation et langage des étiquettes », sur http://www.armagnac.org/.
  86. « Foire aux questions », sur http://www.cognac.fr/.
  87. Ministère de l'Agriculture, « Arrêté du 5 juillet 2012 portant fixation du barème indicatif de la valeur vénale moyenne des terres agricoles en 2011 », sur http://www.agreste.agriculture.gouv.fr/,‎ 6 août 2011, p. 11 et 32, paru au JORF du 14 juillet 2012.
  88. [xls] « Prix des vignes de 1991 à 2011 », sur http://www.agreste.agriculture.gouv.fr/.
  89. « Gamme d'armagnacs Peto », sur http://www.armagnac-domainedupeto.com/, ou « armagnac de la Higuère », sur http://www.esquiro.fr/.
  90. « Syndicat de défense des appellations des vignobles Armagnac Gascogne : Quelques chiffres 2010-2011 », sur http://www.cnaoc.org/
  91. « La Distillation », sur http://www.armagnac.fr/.
  92. a, b et c « La dynamique armagnac est en marche », sur http://www.vsnews.fr/.
  93. « Les producteurs regroupés au sein des CVG », sur http://www.cvg.fr/.
  94. La liste est établie entre autres avec les lauréats du Concours agricole de Paris 2012 [PDF] « Palmarès du Concours général agricole 2012 », sur http://www.cga-paris.com/.
  95. a et b [xls] « Expéditions de champagne, armagnac et cognac », sur http://agreste.agriculture.gouv.fr/.
  96. « Armagnac, une nouvelle dynamique », sur http://www.armagnac.fr/.
  97. [PDF] « Dossier de presse de l'Armagnac, mars 2009 », sur http://www.armagnac.fr/.
  98. « Armagnac : savoir lire les étiquettes », sur http://www.armagnac.fr/.
  99. « La quête de l'Armagnac absolu », sur http://www.chateaudelacquy.com/ ; « Historique », sur http://www.armagnac-claverie.com/ ; « Ils en parlent », sur http://www.darroze-armagnacs.com/ et « Armagnac Laberdolive », sur http://www.aubecfin.fr/.
  100. « Méthode de dégustation », sur http://www.gelas.com/.
  101. Dalla Rosa, Heiniger et Kayser 1992, p. 83.
  102. « Blanche : apéritif, cocktails ou accord gourmand ? », sur http://www.theblanche.com/.
  103. « Le Cocktail Pousse Rapière », sur http://www.monluc.fr.
  104. « Le Mousquet liqueur d'Armagnac à l'orange », sur http://ducsdegascogne.com/.
  105. a, b et c « Liqueurs », sur http://www.chateaudecassaigne.com/.
  106. Comment consommer l'armagnac et « Armagnac et repas », sur http://www.armagnac.fr/.
  107. Micheline Banzet et Maïté Ordonez, [vidéo] « Cuisses de grenouilles à l'armagnac », sur ina.fr, France 3, La Cuisine des Mousquetaires,‎ 24 juin 1993 (consulté le 28 août 2012).
  108. [PDF] « Programme de l'armagnac en fête 2011 à Labastide-d'Armagnac », sur http://www.cittaslow.org/.
  109. « La 50ème édition du concours professionnel des grandes eaux-de-vie d'Armagnac », sur http://www.armagnac.fr/.
  110. « La flamme de l'Armagnac 2009-2010 », sur http://www.armagnac.fr/.
  111. « La flamme de l'Armagnac 2011/2012 », sur http://www.youblisher.com/.
  112. « La Flamme de l'Armagnac », sur http://armagnac.fr/.
  113. « La blanche de printemps : un évènement à Auch ! », sur http://www.armagnac.fr/.
  114. [PDF] « Toulouse capitale de l'Armagnac 2011 », sur http://www.armagnac.fr/.
  115. « Compagnie Des Mousquetaires D'Armagnac », sur http://www.mousquetaires.asso.fr/.
  116. [PDF] « Enquête : Les Mousquetaires d'Armagnac », sur http://www.le-canard-gascon.com/.
  117. [PDF] « L'Académie des Dames du Floc », sur http://www.lecanardgascon.com/.
  118. « La filière : Académie des Dames », sur http://www.floc-de-gascogne.fr/.
  119. « Ecomusée de l'Armagnac », sur http://www.chateau-garreau.fr/.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jules Seillan, Topographie des vignobles du Gers et de l'Armagnac : avec une carte oenologique et un essai de la synonymie des cépages cultivés dans le département du Gers, Paris, G. Masson,‎ 1872, 3e éd., 175 p.
  • François Baco, Pour la défense de la viticulture : Sur les appellations d'origine du cognac et de l'armagnac et pour la défense de l'armagnac. Historique de la distillation, historique du cognac et de l'armagnac, louanges sur l'armagnac, Angers, l'Auteur,‎ 1936, fascicule In-8, 42 et 16 p.
  • (de) Günter Hartmann, Cognac, Armagnac, Weinbrand, Berlin-Charlottenburg, C. Knoppke,‎ 1955, 124 p. (LCCN 55033139).
  • Jean et Georges Samalens, Le Livre de l'Amateur d'Armagnac, Paris, Solar,‎ 1975, 173 p. (LCCN 75511277).
  • Henri Dufor, Armagnac : eaux-de-vie et terroir, Toulouse, Privat,‎ 1982, 316 p. (ISBN 2708990055, LCCN 83151461).
  • Pierre Casamayor et Fernand Cousteaux (photogr. Maurice Roux), Le guide de l'amateur d'Armagnac, Toulouse, Daniel Briand,‎ 1985 (ISBN 2903716137, LCCN 86121981).
  • Abel Sempé, La Grande messe de l'Armagnac, Paris, Robert Laffon,‎ 1988, 183 p. (ISBN 2-221-05756-2).
  • Henri Dufor et André Daguin, L'armagnac, Paris, Nathan,‎ 1989, 125 p. (LCCN 90173870).
  • (en) C. E. Page, Armagnac : the spirit of Gascony, Londres, Bloomsbury,‎ 1989, 192 p. (ISBN 0747502633, LCCN 91154668).
  • Armagnac, Paris, IGN et Benoît France,‎ 1990, carte 65 × 54 cm au 1/200000 (LCCN 91684200).
  • Gilbert Dalla Rosa, Patricia Heiniger, Bernard Kayser, Alain Lefebvre, Jean Pilleboue, Annie Rieu et Gilbert Sourbadère (HERGES), L'Armagnac : un produit, un pays : ressources patrimoniales, identité culturelle et développement local, Toulouse, Presse universitaire du Mirail, coll. « État des lieux »,‎ 1992, 191 p. (ISBN 2-85816-174-7, LCCN 93177553, lire en ligne).
  • Alain Danvers, Armagnac : feu de vie, Bordeaux, Mollat,‎ 1995, 87 isbn=2909351173 p. (LCCN 96145501).
  • (en) Charles Neal, Armagnac : The Definitive Guide of France's Premier Brandy, Astoria NY, Flame Grape Pr,‎ 1998 (réimpr. 2004), 317 p. (ISBN 978-0963872715).
  • Henri Dufor, L'univers de l'armagnac : Une eau-de-vie et son terroir, Privat,‎ septembre 1999, 200 p. (ISBN 2-7089-5410-5).
  • Chantal Armagnac, Armagnac : la plus vieille eau-de-vie de France, Toulouse, Éditions Privat,‎ 2008 (ISBN 978-2-7089-1751-4).
  • Chantal Armagnac, L'Armagnac pour les nuls : 700 ans d'histoire et d'anecdotes, les secrets de fabrication, dégustation, mode d'emploi..., Paris, First interactive,‎ 2009, 220 p. (ISBN 978-2-7540-1613-1).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « bon article » depuis sa version du 4 septembre 2012 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.