Pères maristes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Société de Marie [SM] dont les membres sont connus comme pères et frères maristes, est une congrégation cléricale à vœux simples, de droit pontifical, fondée en 1822 par le vénérable Jean-Claude-Marie Colin et officiellement approuvée par Grégoire XVI en 1836.

Fondation[modifier | modifier le code]

D'après son fondateur, l'objectif de la congrégation, formée de prêtres et de frères auxiliaires, est d'« accroître la gloire de Dieu, et l'honneur de sa Très Sainte Mère », et aussi, d'évangéliser, par des formes multiples d'apostolat : retraites, éducation des enfants en créant des collèges secondaires, missions outremer, notamment en Océanie (où en 1854 ils étaient déjà au nombre de 117), paroisses pauvres...

En 1824, il a fondé la congrégation de sœurs maristes, éducatrices, missionnaires, hospitalières ainsi qu'un tiers ordre en 1850.

La Société de Marie commence en France au début du XIXe siècle.

Jean-Claude Courveille

Un jeune homme, Jean-Claude Courveille, reçoit l'inspiration de fonder une congrégation religieuse dédiée et travaillant sous le nom de Marie.

Cette inspiration sera comprise comme venant de Marie elle-même.

Durant ses années de séminaire, Jean Claude Courveille partage ses idées avec d'autres jeunes hommes qui endossent son désir de fonder une congrégation religieuse qui aurait un nom spécial, celui de la vierge Marie, et qui jouerait un rôle spécial dans l'Église selon cette inspiration.

Deux autres membres importants de ce groupe de douze jeunes séminaristes furent Jean Claude Colin et Marcellin Champagnat.

Le 23 juillet 1816, dans la chapelle Notre-Dame de Fourvière à Lyon, France, avec neuf autres compagnons, les trois s'engagèrent dans un serment solennel à travailler à la fondation de la Société de Marie.

La branche de la Famille mariste, connue sous le nom de Pères et frères maristes, reçue son approbation officielle de Rome en 1836 pour accomplir son ministère en France, mais avec la responsabilité particulière des nouveaux territoires qui venaient de s'ouvrir en Océanie de l'Ouest, dans le Pacifique sud.

Il ne faut pas confondre l'ordre des Maristes, avec celui des Marianistes fondé par le Père Chaminade et des Frères maristes des Écoles fondé par Saint Marcellin Champagnat. On notera cependant, que Jean-Claude Courveille, le vénérable Jean-Claude-Marie Colin, Saint Marcellin Champagnat, et Saint Jean-Marie Vianney, (le curé d'Ars), furent tous quatre au Grand Séminaire de Lyon, et ordonnés prêtres la même année, en 1816.

Pour accéder a l'article sur les Frères Maristes des Écoles fondés par Saint Marcellin Champagnat.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]