Proyart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Proyart
Le monument aux morts de Proyart.
Le monument aux morts de Proyart.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Péronne
Canton Ham
Intercommunalité CC Terre de Picardie
Maire
Mandat
Jean-Claude Louvet
2014-2020
Code postal 80340
Code commune 80644
Démographie
Population
municipale
677 hab. (2014 en augmentation de 8,84 % par rapport à 2009)
Densité 69 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 53′ 16″ nord, 2° 42′ 29″ est
Altitude Min. 32 m
Max. 93 m
Superficie 9,86 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Proyart

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Proyart

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Proyart

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Proyart

Proyart est une commune française, située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sol, hydrographie, relief[modifier | modifier le code]

Tourbeux dans la vallée de la Somme, le sol est plutôt perméable par ailleurs. La colline et le plateau qui dominent le village sont crayeux et donnent une marne calcaire et une pierre grise, dure et plate[1].

Les trois quarts du territoire sont formés de la terre franche typique du Santerre[1].

Le sol est pratiquement plat si l'on excepte la vallée sèche dite « vallée fréale » qui contourne le village[1].

Les étendues d'eau du Marais qu'on appelle « entailles » produisaient de la tourbe pour le chauffage des habitations. La nappe qui alimente les puits en 1899 se trouve à une profondeur moyenne de 40 m[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La Somme passe en bordure nord du territoire.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Cliquer sur la carte pour agrandir.

Huit communes voisinent le territoire :

-Chuignolles,
-Foucaucourt-en-Santerre,
-Framerville-Rainecourt,
-Harbonnières,
-Morcourt,
-Méricourt-sur-Somme,
-Étinehem,
-La Neuville-lès-Bray.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village s'est appelé Proast, Proyast, Proïast, Prohar, Proastium, ce qui pourrait signifier lieu de campagne près d'une ville ou encore préagium : préage, redevance due pour les prés[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Des armes de pierre, des poteries et des monnaies anciennes ont été trouvées sur le territoire, ainsi que des tombeaux romains[1].

Dès au moins 1124, l'autel de Proyart a été confié au prieuré de Lihons, par Enguerrand, évêque d'Amiens[1].

Vers 1311, un poste de Templiers est relevé au lieu-dit les Trois Arbres[1].

En 1636, Jean de Wert, maréchal espagnol, ravage le village et brûle l'église Saint-Vaast qui doit alors être recouverte de chaume[1].

En 1713, le maréchal d'Harcourt vend sa propriété. Le village comportait alors également le domaine de Valory, le Bois du Sart et le couvent des religieux de Sainte-Hélène[1].

Lors de la guerre franco-allemande de 1870, sept jeunes gens de la commune perdent la vie lors de combats[1].

À la fin du XIXe siècle, un moulin à vent à huile[2], une importante fabrique de sucre[3], une briqueterie et une panneterie (fabrique de tuiles) constituent l'industrie locale avec cinq carrières qui produisent la craie destinée aux fours à chaux[1].

Première Guerre mondiale
Avion allemand capturé en 1918, ramené à Proyart.

L'une des premières batailles de la Première Guerre mondiale a lieu à Proyart le 29 août 1914, où 20 000 soldats français s'opposent à 80 000 Allemands, permettant de ralentir l’offensive Allemande sur Paris. Cette bataille, où 3000 soldats meurent, met en évidence l'inadaptation du service français de santé dans son organisation précédant la guerre, qui se révèle incapable de soigner les blessés et nécessaite l'(aide spontanée de nombreux civils. À la suite de cette bataille, l'armée allemande poursuit les Français jusque dans la Marne où à lieu la Bataille de la Marne[4],[5].

La commune se trouve dans la zone des combats de la Bataille de la Somme, en 1916[6],[7].

En 1918, Proyart est de nouveau victime des combats : les Allemands ont lancé le 21 mars l'Offensive du printemps et occupent de nouveau l’ensemble du plateau du Santerre. Ils enterrent leurs morts dans un cimetière, au nord du village. Proyart est finalement libéré le 9 août 1918. Après le conflit, le cimetière allemand, aménagé, devient le Cimetière militaire allemand de Proyart[8].

La commune est décorée de la Croix de guerre 1914-1918 le [9]. Elle a également été décorée de la Croix de guerre 1939-1945 le [10].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement de Péronne du département de la Somme. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1958 de la cinquième circonscription de la Somme.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Chaulnes[11]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est intégrée au canton de Ham.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était adhérente de la communauté de communes de Haute-Picardie créée en 1994 sous le nom de Communauté de communes de Chaulnes et environs, et qui a pris sa dénomination de Communauté de communes de Haute-Picardie en 1999.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, la préfète de la Somme propose en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) qui prévoit la réduction de 28 à 16 du nombre des intercommunalités à fiscalité propre du Département[12].

Le projet préfectoral prévoit la « fusion des communautés de communes de Haute Picardie et du Santerre », le nouvel ensemble de 17 954 habitants regroupant 46 communes[13],[14],[15]. À la suite de l'avis favorable de la commission départementale de coopération intercommunale en janvier 2016[16], la préfecture sollicite l'avis formel des conseils municipaux et communautaires concernés en vue de la mise en œuvre de la fusion le [17].

Cette procédure aboutit à la création au de la communauté de communes Terre de Picardie, dont la commune est désormais membre[18].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[19]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Jacques Quillet    
mars 2008[20] en cours
(au 6 mai 2014)
Jean-Claude Louvet   Réélu pour le mandat 2014-2020 [21]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[22]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[23].

En 2014, la commune comptait 677 habitants[Note 1], en augmentation de 8,84 % par rapport à 2009 (Somme : +0,33 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
604 690 682 780 837 854 880 864 889
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
857 822 829 849 873 857 839 807 818
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
762 710 625 471 524 493 499 454 464
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
501 527 513 509 514 522 585 652 677
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monument offert à la commune.
  • Le monument aux morts, de taille exceptionnelle, en forme d'arc de triomphe avec des sculptures de Gourdon, a été offert en 1924 [25]avec le terrain qu'il occupe par M. et Mme Edgard François, dans la continuité de leur château. Il a également été financé par la ville de Cognac, marraine de guerre de Proyart[26],[8].
  • Le château.
  • Église Saint-Vaast[27].
  • Chapelle Notre-Dame.
  • Salle des Œuvres Scolaires et Post-scolaires, construite en béton armé et bois dans le cadre de la Reconstruction en 1933 par Paul Rabant[28].
  • Râperie de betteraves, reconstruite après les destructions de la Première Guerre mondiale, et dont l'activité a cessé en 1978[29].
  • Le Cimetière militaire allemand de Proyart, qui rassemble 4 643 corps dans des tombes individuelles matérialisées par des croix en métal. 117 corps n'ont pu être identifiés[30].
  • Le Circuit du souvenir de Proyart, chemin de mémoire consacré au combat de 1914 et à ceux de la Première Guerre mondiale[31]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Francine François-Dejuine, 1914-1924, 26 communes dans la tourmente, Inval-Boiron, la Vague verte, coll. « Souvenance », (ISBN 978-2-913-92499-4)
  • Francine Dejuine, 1935-1955, mémoires de 28 communes du Santerre, Inval-Boiron, Éd. la Vague verte, coll. « Souvenance », (ISBN 978-2-356-37035-8).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Notice historique et géographique réalisée par l'instituteur de Proyart, M. Gaudré, 1899, Archives départementales de la Somme, Amiens, Lire la notice en ligne, sur le site des archives départementales.
  2. Section photographique de l'armée, « Proyart (près). Moulin à vent », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 35, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 27 juin 2017).
  3. Section photographique de l'armée, « Proyart (près). La sucrerie », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 35, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 27 juin 2017).
  4. « Proyart », Santerre 2014-2018 - La mémoire de la Grande Guerre dans la Somme (consulté le 27 juin 2017).
  5. « Proyart 30-31 août 2014 », 14-18 en Somme (consulté le 27 juin 2017).
  6. Section photographique de l'armée, « Proyart (près). Dépôt de munitions. Caissons de 75 au ravitaillement », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 35, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 27 juin 2017).
  7. Section photographique de l'armée, « Proyart (ravin de). Obusier de 370 : la culasse ouverte », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 35, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 27 juin 2017).
  8. a et b « Monument aux morts de Proyart », Mémoriaux, sur http://www.somme14-18.com (consulté le 27 juin 2017).
  9. Journal officiel du 30 octobre 1920
  10. « Communes décorées de la Croix de guerre 1939 - 1945 » [PDF], Association du Mémorial des batailles de la Marne, Dormans (51700), (consulté le 27 juin 2017), p. 475.
  11. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Vincent Fouquet, « Vers un mariage de la communauté de communes de Haute-Picardie avec celle de Rosières ? : Le conseil communautaire, qui s’est déroulé jeudi soir à Soyécourt, a été l’occasion d’annoncer la volonté de l’intercommunalité de fusionner avec celle de Rosières-en-Santerre », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  13. « Coopération intercommunale : La préfète présente un nouveau schéma départemental » [doc], Communiqué de presse, Préfecture de la Somme, (consulté le 15 mai 2016).
  14. Vincent Fouquet et Cécile Latinovic, « Haute-Somme : La nouvelle carte du territoire fait réagir les présidents : La révélation de la nouvelle carte du département, et des découpages des intercommunalités fait réagir les présidents, qui sont majoritairement satisfaits », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  15. « Un mariage entre Chaulnes et Rosières-en-Santerre est prévu pour 2017 : L’annonce a été faite jeudi 1er octobre à Rosières-en-Santerre : les communautés de communes de Haute Picardie (CCHP) et du Santerre (CCS) souhaitent fusionner. Voici leurs arguments », Le Courrier picard, édition du Santerre,‎ (lire en ligne).
  16. « Somme, la CDCI valide des projets de fusion d’ECPI », Décideurs en région,‎ (lire en ligne).
  17. « Arrêté préfectoral du 15 avril 2016 portant projet de périmètre de la communauté de communes issue de la fusion de la communauté de communes de haute Picardie avec la communauté de communes du Santerre », Recueil des actes administratifs de la préfecture de la Somme, no 2016-031,‎ , p. 78-79 (lire en ligne [PDF]).
  18. « CC Terre de Picardie (N° SIREN : 200070928) », Fiche BANATIC, Ministère de l'intérieur, (consulté le 10 juin 2017).
  19. « Les maires de Proyart », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 27 juin 2017).
  20. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 1er mars 2009)
  21. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  22. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  23. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  25. « Photographie : Proyart (Somme) - Arc de triomphe "Aux défenseurs de la Somme". Œuvre du sculpteur Gourdon, inauguré par le Général de Castelnau le 28 septembre 1924 », Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le 27 juin 2017).
  26. « Monument aux morts de la Guerre de 1914-1918 et de la Guerre de 1939-1945 », notice no IA80000057, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  27. Oswald Macqueron, « Église de Proyart, canton de Chaulnes. - [Aquarelle d'après nature] », Bibliothèque municipale d'Abbeville, (consulté le 27 juin 2017).
  28. « Salle des fêtes dite salle des Oeuvres Scolaires et Post-scolaires », notice no IA80000798, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  29. « Râperie (Râperie de Betteraves) », notice no IA00076527, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  30. Alain Pouteau, « Nécropole allemande - Proyart », Les cimetières militaires de la Grande Guerre en Picardie, Picardie 1914-1918, (consulté le 27 juin 2017).
  31. Halima Najibi, « La Grande Guerre 14-18 : le circuit souvenir de Proyart », France 3 Picardie,‎ (lire en ligne).