Franleu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Franleu
Image illustrative de l'article Franleu
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Canton Abbeville-2
Intercommunalité Communauté d'agglomération Baie de Somme
Maire
Mandat
Bertrand Martel
2014-2020
Code postal 80210
Code commune 80345
Démographie
Population
municipale
530 hab. (2014)
Densité 63 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 05′ 56″ nord, 1° 38′ 28″ est
Altitude Min. 38 m
Max. 90 m
Superficie 8,43 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Franleu

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Franleu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Franleu

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Franleu

Franleu est une commune française, située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Franleu est situé à 17 km à l'ouest d'Abbeville, à mi-distance entre cette ville et Le Tréport.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Les érudits du passé, tel dom Grenier, y ont vu un Francorum locus « lieu des Francs »[1], c'est-à-dire *Francorum locus, cette forme latinisée n'étant pas attestée.

Il s'agit plus vraisemblablement de l'ancien picard franc + leu « lieu », d'où le sens global « lieu franc » c'est-à-dire « lieu jouissant de franchise »[2],[3]. Cette formation toponymique est analogue à celle de Fransart « terre libre défrichée » dans le même département[4],[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Féodalité, Ancien Régime, liste des seigneurs[modifier | modifier le code]

Calvaire dressé face à la rue de l'Église menant au centre du village.

Les seigneurs successifs, dont les noms sont parvenus jusqu'à aujourd'hui, furent :

Au XVIIIe siècle, le village de Franleu, du bailliage d'Abbeville, tiers en Ponthieu comptait soixante-dix-huit maisons, mille six cent quinze journaux de terre, relevait du doyenné de Saint-Valery. Valines était sa succursale[6].

Depuis la Révolution[modifier | modifier le code]

En mai 1825, un incendie ravagea plusieurs maisons. Son importance émut la duchesse de Berry qui adressa 200 francs au sous-préfet d'Abbeville pour soulager les familles les plus éprouvées[7].

En 1828, la communauté des sœurs de la Sainte-Famille d'Amiens bénéficia de dons provenant de Franleu, accordés par un propriétaire d'une part, Sanson de Frière qui lui cède un terrain sur lequel s'élève un bâtiment, et par la fabrique de la paroisse d'autre part, qui lui alloue 1 200 francs[8].

En 1838, la foudre tomba sur l'église et endommagea le clocher.

L'invasion allemande de 1940 fut marquée par de violents combats à Franleu. La bataille de Franleu a vu des civils et des soldats anglais y perdre la vie.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mai 1912 mai 1935 Louis Rasse gauche Victime civile de la guerre 1939-1945[9]
mai 1935 octobre 1947 Joseph Rasse gauche  
octobre 1947 mars 1959 Arsène (Joseph) Rasse gauche  
mars 1959 mars 1989 Pierre Rasse gauche  
mars 1989 mars 2014 Lionel Rasse   Commerçant
mars 2014 en cours
(au 6 mai 2014)
Bertrand Martel   Réélu pour le mandat 2014-2020[10]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

D’après le recensement Insee de 2007, Franleu compte 511 habitants (soit une diminution de 2 % par rapport à 1999). La commune occupe le 16 041e rang au niveau national, alors qu'elle était au 14 799e en 1999, et le 202e au niveau départemental sur 782 communes.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Franleu depuis 1793. Le maximum de la population a été atteint en 1866 avec 771 habitants.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[12],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 530 habitants, en augmentation de 3,52 % par rapport à 2009 (Somme : 0,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
714 674 696 672 705 720 721 723 691
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
704 758 771 723 695 647 660 648 665
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
614 584 561 485 510 457 442 471 481
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
497 515 571 550 514 523 501 513 530
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (22,2 %) est en effet supérieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (21 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (50,7 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 49,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 16,2 %, 15 à 29 ans = 20,2 %, 30 à 44 ans = 23,5 %, 45 à 59 ans = 19,4 %, plus de 60 ans = 20,7 %) ;
  • 50,7 % de femmes (0 à 14 ans = 15,4 %, 15 à 29 ans = 20,1 %, 30 à 44 ans = 26,4 %, 45 à 59 ans = 14,6 %, plus de 60 ans = 23,6 %).
Pyramide des âges à Franleu en 2007 en pourcentage[15]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,8 
90  ans ou +
0,4 
7,3 
75 à 89 ans
7,5 
12,6 
60 à 74 ans
15,7 
19,4 
45 à 59 ans
14,6 
23,5 
30 à 44 ans
26,4 
20,2 
15 à 29 ans
20,1 
16,2 
0 à 14 ans
15,4 
Pyramide des âges du département de la Somme en 2007 en pourcentage[16]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
1,0 
5,9 
75 à 89 ans
9,1 
12,1 
60 à 74 ans
13,3 
20,6 
45 à 59 ans
20,0 
21,0 
30 à 44 ans
19,8 
20,6 
15 à 29 ans
19,3 
19,5 
0 à 14 ans
17,5 

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune fait partie d'un regroupement pédagogique intercommunal (RPI), géré par un syndicat intercommunal à vocation scolaire, (SISCO), qui regroupe les écoles de trois communes : Franleu, Ochancourt et Valines.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Martin[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Église Saint-Martin de Franleu.

L'église était autrefois plus vaste et comportait deux bas-côtés ; celui du nord n'existe plus. L'édifice est principalement en pierre. Son chevet est en brique, et à cinq pans. Il a été inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques par arrêté du 15 octobre 2014[17].

Monuments dans le périmètre de l'ancien cimetière[modifier | modifier le code]

L'entrée principale de l'ancien cimetière, pratiquement à l'arrière de l'église.

Comme partout ailleurs, le cimetière d'origine entourait autrefois l'église. Depuis le transfert imposé par l'administration préfectorale et pour suivre les recommandations relatives à l'hygiène, le cimetière actuel se trouve à la sortie du village, en direction de Campagne et de Quesnoy-le-Montant.

Tombes subsistant près de l'église[modifier | modifier le code]

Les seules tombes sont celles de Benoît Alexandre Gabriel de Bonijol du Brau (décédé le 21 mars 1887, à 77 ans) et de Jeanne Gabrielle Josèphe Marie de Bonijol du Brau (décédée le 10 juillet 1906, à 30 ans). Des écus sont accolés.

Croix sur fût de pierre[modifier | modifier le code]

Une grande croix remarquable, en pierre, est formée d'un fût cylindrique, monolithe, sur un pied qui passe du cylindre à l'octogone.

Monument aux morts et stèle[modifier | modifier le code]
Le monument aux morts[9].
La petite stèle de brique avec plaque de marbre, derrière l'église[9].

Juste à l'entrée principale avec ses quelques marches, sur la gauche et un peu en avant des deux tombes restées, se dresse le monument aux morts, dédié aux soldats et civils tués lors des deux guerres mondiales. Il est de facture assez sobre et décoré d'une simple et très classique Croix de guerre 1914-1918 qui le surmonte.

Sur la droite, près du chevet de l'église, une stèle dédiée à la mémoire des anciens combattants d'Algérie, de Tunisie et du Maroc fut inaugurée le 11 novembre 2004.

Tombes militaires[modifier | modifier le code]
L'ensemble des tombes du carré militaire[9].

L'autre entrée (face à la mairie) permet d'accéder directement, à gauche, aux tombes des soldats anglais morts pour la libération de la France pendant la Seconde Guerre mondiale. Les 28 stèles sont dressées sur deux lignes, contre la clôture nord du périmètre de l'ancien cimetière, face à l'église.

Mairie[modifier | modifier le code]

Le bâtiment de la mairie, au fond de sa cour.

La mairie est non loin de l'église, mais contrairement à beaucoup d'autres villages, ce n'est pas une grande place qui les sépare, mais une petite rue.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Antoinette Mallet, religieuse, qui fonda en 1464 l'ordre des Sœurs grises d'Abbeville.
  • Jeanne de Chauny, religieuse, missionnaire en Afrique au début du XXe siècle, issue de la famille Mallet de Chauny demeurant au château de Franleu. Madame Joséphine de Chauny et son autre fille, mademoiselle Marie de Chauny, ont été très dévouées pour l'église et faisaient alors le catéchisme.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Gazette franleusienne de l'EPJE », numéro de 2004 (Brochure d'une douzaine de pages, éditée par l'association Entente-Plaisir-Jeunesse-Espoir, 2 numéros parus)
  • Bulletin municipal (2 numéros parus : 2006 et 2007)
  • Archives communales de Franleu

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Abbé E. Caron, Histoire de Saint-Valery, extrait consultable en ligne.
  2. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 302b
  3. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France (lire en ligne)
  4. Albert Dauzat et Charles Rostaing, op. cit., p. 303a.
  5. Ernest Nègre, op. cit.
  6. référence à préciser !
  7. L'ami de la religion et du roi, tome 46, page 253 consultable en ligne.
  8. Bulletin des lois, consultable en ligne.
  9. a, b, c et d « Liste des "Morts pour la France" de Franleu », sur le site Mémorial - Morts pour la France - Somme (consulté le 31 août 2008)
  10. Le Courrier picard, édition d'Abbeville, 2 avril 2014, p. 15.
  11. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  15. « Évolution et structure de la population à Franleu en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 15 novembre 2010)
  16. « Résultats du recensement de la population de la Somme en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 15 novembre 2010)
  17. JORF n°0146 du 26 juin 2015 page 10778 texte n° 45 Liste des immeubles protégés au titre des monuments historiques en 2014