Bray-lès-Mareuil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Bray-lès-Mareuil
Bray-lès-Mareuil
La mairie-école.
Blason de Bray-lès-Mareuil
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Intercommunalité CA de la Baie de Somme
Maire
Mandat
Maryse Dubos
2020-2026
Code postal 80580
Code commune 80135
Démographie
Gentilé Brayois
Population
municipale
244 hab. (2020 en diminution de 0,41 % par rapport à 2014)
Densité 45 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 03′ 17″ nord, 1° 51′ 22″ est
Altitude Min. 4 m
Max. 104 m
Superficie 5,43 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Abbeville
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Abbeville-2
Législatives 1re circonscription de la Somme
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bray-lès-Mareuil
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bray-lès-Mareuil
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Bray-lès-Mareuil
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Bray-lès-Mareuil

Bray-lès-Mareuil est une commune française située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

La commune fait partie du projet de parc naturel régional Baie de Somme - Picardie maritime.

Géographie[modifier | modifier le code]

Représentations cartographiques de la commune
Maki2-town-hall-12.svg Mairie
Carte OpenStreetMap
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte topographique
Avec les communes environnantes
Avec les communes environnantes
1 : carte dynamique ; 2 : carte OpenStreetMap ; 3 : carte topographique ; 4 : avec les communes environnantes

Description[modifier | modifier le code]

Bray-lès-Mareuil est un village rural de la vallée de la Somme est situé à 5 km au sud-est d'Abbeville, à 22 km à l'est de la baie de Somme et à 36 km au nord-ouest d'Amiens.

Il est desservi par la RD 3, en rive gauche de la Somme.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le nord de la commune est constitué de marais et de zones humides, de l'étang de l'Eauette et de multiples cours d'eau (Rivière de Bray, la Vicontesse, l'ancienne Bellifontaine.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Bray-lès-Mareuil est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Abbeville, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 73 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (46,2 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (46,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (44,3 %), forêts (30,6 %), zones humides intérieures (8,2 %), eaux continentales[Note 3] (8,2 %), zones urbanisées (6,8 %), prairies (1,9 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Au fil des siècles son nom a beaucoup évolué. « Bray Juxta Marolium » en 1301 : à cette époque la commune été le fief des seigneuries du Ponthieu et du Vimeu, d'après M. de Belleval. « Bray les Mareuil » en 1507, « Braye » en 1638, « Bray prez Mareuil » en 1643, « Bray lez Maroeil » en 1646, « Brai » en 1733, « Bray sous Mareuil » en 1757, « Bray les Mareuil » en 1763, « Bray sous Mareuil » en 1778 et enfin « Bray les Mareuil ».[réf. nécessaire]

Histoire[modifier | modifier le code]

Vestiges d'une ferme gauloise découverts par archéologie aérienne.
Photographie de Roger Agache, 2007.

Des substructions d'une ferme gauloise ont été découverts par archéologie aérienne.

De 1480 à 1660, les Carpentin sont seigneurs de Bray[8].

La famille De Marcillac tient la seigneurie de Bray au XVIIIe siècle. Ses armes figurent sur la cloche de l'église, tout comme celles des De Caulières[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1793 1798 Jacques Florent Croutel   Premier maire de la commune
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Marc Héricotte DVD  
mars 2008[9] 2020 Bruno Dubos[10]    
2020[11] En cours Maryse Dubos    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1800. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[13].

En 2020, la commune comptait 244 habitants[Note 4], en diminution de 0,41 % par rapport à 2014 (Somme : −0,5 %, France hors Mayotte : +1,9 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
253230283317327348360386408
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
414425399351378340328315300
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
307276278245237225214174208
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009 2014
273261234230221232232255245
2019 2020 - - - - - - -
244244-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Notre-Dame-de-la-Nativité.
  • Château avec jardin d'agrément. Le château est construit vers 1850 par une personnalité locale. Transformé en institution religieuse, il est occupé par l'armée allemande pendant la Deuxième Guerre mondiale.
    Utilisé ensuite pour l'accueil de « classes vertes », il est finalement destiné à l'accueil touristique[16].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Bray-lès-Mareuil Blason
De sinople au héron d'argent, becqué et membré d'or, accosté de deux coquilles d'or ; au chef d'argent chargé de trois fleurs de lis au pied nourri de gueules.
Détails
Les fleurs de lys et les coquilles évoquent les seigneuries tandis que le héron suggère les marais mentionnés dans le nom du village. Les armes ont été adoptées par le conseil municipal le 2 juin 2006[8].
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Robert Mallet (1915-2002), originaire de la commune, homme de lettres (poète, dramaturge et romancier) et de radio (entretiens avec Paul Léautaud, entretiens avec Jean Paulhan, émission Belles Lettres) en même temps que conseiller littéraire et directeur de collections chez Gallimard (1949-1959), il fut aussi un haut fonctionnaire de l'Éducation nationale (recteur de l'académie d'Amiens 1964-1969, puis de Paris 1969-1980). Il présida le comité des cérémonies du Millénaire de la dynastie capétienne (1987) et anima le combat pour la protection des sites de Saint-Valery-sur-Somme et de la baie de Somme.
  • Didier Thueux (né en 1966 à Mareuil-Caubert), coureur cycliste français, champion de France 1984 de cyclo-cross junior et deuxième d'une étape du Tour d'Italie 1991, est habitant de Bray-lès-Mareuil.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • « Bray-lès-Mareuil », Ma commune, Ministère de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales (consulté le ).

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2023, millésimée 2020, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2022, date de référence statistique : 1er janvier 2020.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Abbeville », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. a b et c « Le blason dans l'Armorial de France » (consulté le ).
  9. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le ).
  10. Réélu pour le mandat 2014-2020 : « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le ).
  11. « Liste des élus de la Somme » [ods], Listes des élus, Préfecture de la Somme, (consulté le ).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019 et 2020.
  16. « Le château sur bellespierres.com ».

Ouvrages[modifier | modifier le code]