Portail:Riom

Une page de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Bienvenue sur le portail de Riom.
modifier ]

Introduction

Obélisque de Riom.

Riom autrefois nommée Riom le Beau est une ville du nord de l'Auvergne, elle est la troisième ville du département du Puy-de-Dôme. Elle possède sa propre aire urbaine d'environ 30 000 habitants tout en étant intégrée à celle de Clermont-Ferrand.

Elle est depuis l'époque médiévale une ville rivale de Clermont-Ferrand, la capitale historique et culturelle de l'Auvergne. Elle fut néanmoins capitale du duché d'Auvergne, une des quatre principautés féodales auvergnates rivales pour l'unification de cette région. Par son histoire et son patrimoine bâti la ville est classée Pays d'Art et d'histoire.

Elle est l'une des quatre sous-préfectures du département avec Ambert, Issoire et Thiers et le bureau centralisateur d'un canton unique depuis les élections départementales de 2015,. C'est aussi le siège de la communauté d'agglomération Riom Limagne et Volcans. Les habitants de Riom sont appelés Riomois et les Riomoises.

Le portail Riom a été créé le 11 mars 2018. Il y a actuellement 84 articles liés à ce portail.

De haut en bas et de gauche à droite : L'Église Notre-Dame-du-Marthuret et une portion de la rue du commerce ;  la Sainte-Chapelle de Riom, le beffroi de Riom et la basilique Saint-Amable ainsi que les toits du quartier Saint-Amable.

Lumières sur... modifier ]

Amable de Riom

Saint-Amable de Riom.

Amable de Riom était un prêtre de Riom en Auvergne au Ve siècle. Il est fêté localement le 11 juin ou le 18 octobre ou le 1er novembre en Occident, le 3 juillet en Orient. Sa châsse est aujourd'hui à Riom en la basilique du même nom, la Basilique Saint-Amable.

Aujourd'hui encore, certains habitants de la région riomoise portent le prénom d'Amable. Il est de coutume, pour les grands évènements de leurs vies (baptême, mariage, funérailles) de sonner la cloche St Amable. Cette cloche de la basilique n'est normalement utilisée que lors de la célébration des fêtes du saint.Amable exerça son ministère dans l'église de Riom, puis fut appelé au siège épiscopal de l'Auvergne (Clermont), probablement par saint Sidoine Apollinaire.

On raconte qu'à sa voix les bêtes venimeuses et les démons s'enfuyaient. Les images et médailles représentant le saint portent toujours cette inscription « le démon s’enfuit, ainsi que le serpent et le feu ». On peut voir à Mirecourt, une toile du XVIIe siècle représentant saint Amable, saint réputé protéger des serpents et des sorciers. Il est mort un 11 novembre de l'an 475. Sa fête est cependant célébrée le 11 juin ou le 18 octobre en Occident, le 3 juillet en Orient. Il est fête à Riom lors de deux fêtes solennelles marquant le culte de Saint Amable : le dimanche qui suit le 19 octobre (Saint Amable d’hiver) et le dimanche qui suit le 11 juin (Saint Amable d’été). Lors de cette grande fête d’été, on porte en procession dans les rues de la ville la châsse contenant les reliques du Saint, ainsi qu'une roue de fleurs confectionnée par les habitants.

L'histoire de Riom modifier ]

Riom vers 1450 dans l'Armorial de Revel.

Historique

Riom voit ses origines remonter à l'époque celtique où elle porte le nom de Ricomagos, c'est à dire le marché du roi. A l'époque romaine le nom évolue en Ricomagus, le riche marché. La cité se romanise et devient rapidement une des villes les plus importantes de la Limagne. Les vétérans romains se voient attribuer des terres au sein de la cité riomoise et aux alentours. A l'époque médiévale, son pouvoir émergent la fait rivaliser avec Clermont pour devenir capitale de l'Auvergne. En 1210 débute la guerre entre le comte Guy II d'Auvergne et le roi de France Philippe-Auguste. Cette dernière va amener à l'annexion de l'Auvergne par le royaume de France. En 1212, Guy II prit la défense de la ville de Riom face à l'armée de Philippe-Auguste lors du siège de Riom. La ville fut néanmoins prise et le comte fait prisonnier. La guerre se termine suite au siège de Tournoël ayant eu lieu en 1213. Suite à la conquête le territoire auvergnat est découpé en de grandes principautés féodales. Riom est à la tête de la Terre d'Auvergne qui devient en 1361 le Duché d'Auvergne. Cette position va permettre, notamment par Jean Ier de Berry la construction de nombreux édifices tel que le beffroi, le palais ducal ou encore la Sainte-Chapelle.

Culture à Riom modifier ]

Beffroi de Riom.
Musée régional d'Auvergne.
La Fuite en Egypte du Dominicain, Musée Mandet.
Tableau Nymphes et Satyres au musée Mandet.

Riom propose une programmation et une saison culturelle chaque année, pour tous les publics. La ville possède une bibliothèque située rue François Croizier. Le projet d'un grand centre culturel nommé Les Jardins de la culture est programmé pour 2019, il regroupera bibliothèque, médiathèque, cinéma, écoles de musique et d'arts, jardins et espace aménagé dans un couvent baroque. La programmation culturelle est disponible sur le site de la ville.

Musées et lieux d'exposition

Le Musée des beaux-arts Francisque Mandet, Le musée régional d'Auvergne, Le beffroi de Riom, Le musée Baster - musée de la moto.

Transports à Riom modifier ]

Axes routiers

L'autoroute à deux numéros A71-A89 et des panneaux directionnels dont la sortie 13 indique Riom
L'autoroute à deux numéros A 71-A 89 dessert Riom, desservie par l'échangeur 13.
La route départementale 446 au nord de Riom
Contournement nord de Riom (D 446).

La ville est traversée par la route départementale 2029 (ancienne route nationale 9 déclassée) et contournée à l'ouest par la RD 446 et à l'est par la voie express RD 2009, anciennement RD 447.

L'autoroute à deux numéros A 71-A 89 dessert la commune et son agglomération via son échangeur 13, elle permet de relier le centre-ville depuis son contournement est jusqu'à Lyon, Clermont-Ferrand, Paris, Vichy et Bordeaux. Ouverte en 1987, elle est payante.

Autour de Riom, le réseau départemental, géré par le conseil départemental du Puy-de-Dôme, est riche.

Six routes rejoignent le carrefour giratoire situé à la sortie nord-est : la D 2009, vers Gannat ; la D 211, vers Pessat-Villeneuve, Thuret et Randan ; la D 2009, jouant le rôle de contournement est ; la D 2029 pénétrante vers le centre-ville ; la D 446, en direction de Mozac ; la D 2144 (anciennement N 143) en direction de Combronde, Saint-Éloy-les-Mines et Montluçon.

Riom est aussi le point de départ des routes départementales 986 (ancienne route nationale 686 vers Mozac, Volvic et Pontgibaud), 227 (ancienne RN 685 vers Châtel-Guyon), 224 (vers Ennezat et Maringues), 6 (vers Ménétrol et Pont-du-Château), 420 (vers Ménétrol et Gerzat), et ville de passage sur les D 78 (vers Puy Chany, commune de Saint-Beauzire), 83 (vers Marsat et Ennezat) et 425 reliant Clerlande à Puy Chany. Elle est aussi desservie par les RD 224B reliant les boulevards à la gare et 224C reliant les RD 224 et 2029 par les boulevards nord-est.

Le centre-ville de Riom a été classé en zone de rencontre. Celle-ci a été inaugurée le 6 avril 2013.

Transports en commun

Le réseau urbain R'Cobus dessert la ville de Riom. Il se compose de quatre lignes urbaines et d'une ligne périurbaine, ainsi que de deux lignes de transport à la demande. Sauf l'une d'elles, toutes ces lignes desservent la gare SNCF.

Transports ferroviaires

Article détaillé : Gare de Riom - Châtel-Guyon.

À 14 km au nord de Clermont-Ferrand, la gare de Riom - Châtel-Guyon est la dernière de la relation ferroviaire qui dessert l'Auvergne depuis Paris-Bercy (en Intercités à réservation).

La desserte TER Auvergne est étoffée par des relations entre les gares de Moulins, Saint-Germain-des-Fossés, Lyon-Perrache via Part-Dieu, Vichy d'une part, Montluçon et Gannat d'autre part au nord, et Gerzat, Clermont-Ferrand, Vic-le-Comte, Issoire et Brioude au sud.

Vie religieuse de la ville modifier ]

Culte catholique

L'Église Notre-Dame-du-Marthuret, La basilique Saint-Amable, La Sainte-Chapelle de Riom (tribunal et non plus consacrée).

Les médias modifier ]

Presse écrite

La Montagne (Centre-France) - édition de Riom, Info Magazine, Sports Auvergne, Zap63.

Radios

France Bleu Pays d'Auvergne, NRJ Clermont, RCF 63, Radio Arverne, Radio Campus Clermont-Ferrand, Radio RVA, Radio Scoop Clermont-FD, Virgin Radio, Nostalgie, Chérie FM, RFM.

Télévision

France 3 Auvergne.

Personnalités liées à la ville modifier ]

Alan Stivell
Étienne Clémentel
Rufus
Amable de Riom
Gilbert Romme
Amable Faucon
Guy II d'Auvergne
Eugène Rouher
Prosper de Barante

Personnalités liées à Riom

Géographie modifier ]

Sainte-Chapelle de Riom.
Vignoble de Riom
Montaclier.
  • Parcs et jardins : Parc du Ceray, Parc Dumoulin, Parc Mirabel, Square Virlogeux, Parc de la Sainte-Chapelle, Le Square de la gare.

Communes de l'aire urbaine de Riom

Liste non-exhaustive

Vie politique de la ville modifier ]

Tendances politiques et résultats La commune avait voté à 56,31 % pour Pierre-Joël Bonté aux élections régionales de 2004, avec un taux de participation de 72,42 %.

La commune avait voté à 66,05 % pour René Souchon aux élections régionales de 2010, avec un taux de participation de 55,41 %.

Aux élections municipales de 2014, le maire sortant ne s'est pas représenté. Trois candidats sont en lice mais le premier tour ne désigne pas de candidat élu à la majorité absolue, Pierre Pécoul n'arrivant qu'à 49,15 % des voix. Michel Bages (DVG) est directement éliminé avec seulement 9,83 %. Au second tour, Pierre Pécoul est élu avec 54,41 % des voix, battant Pierrette Chiesa. Le taux de participation est de 67,31 %.

Administration municipale Le conseil municipal est composé de trente-trois élus, dont la composition suit, :

Composition du conseil municipal (mandature 2014-2020)
Nuance Liste présidée par Sièges Statut
UMP-UDI « Unis pour Riom » Pierre Pécoul 26 (14) majorité
PS-EELV-PCF « Riom pour tous » Pierrette Chiesa 7 (3) opposition
Le nombre de sièges entre parenthèses correspond au nombre d'élus
au conseil communautaire de Riom Limagne et Volcans.

Le conseil municipal a désigné neuf adjoints, six conseillers municipaux délégués.

Rattachements administratifs et électoraux Au niveau administratif, Riom était chef-lieu de district en 1793 puis chef-lieu d'arrondissement depuis 1801. Elle fut par ailleurs chef-lieu d'un canton unique de 1793 à 1801, avant d'être scindé en deux (Riom-Est et Riom-Ouest) de 1801. Riom est le siège d'une cour d'appel, d'un tribunal d'instance et d'un tribunal paritaire des baux ruraux, mais aussi de la cour d'assises du Puy-de-Dôme. Elle dépend de la cour administrative d'appel de Lyon, des tribunaux administratif, de grande instance, de commerce et pour enfants de Clermont-Ferrand.

Politique environnementale La ville s'engage à économiser l'eau et l'énergie, à renforcer le rôle de l'environnement dans l'élaboration de marchés publics, ou encore à protéger la biodiversité. Elle possède une station de qualité de l'air, gérée par l'association Atmo Auvergne.

Jumelages Au 14 février 2015, Riom est jumelée avec sept communes :

Tous ces jumelages sont des coopérations décentralisées sur le thème de la culture, du tourisme et du patrimoine.