Église Notre-Dame-du-Marthuret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Église Notre-Dame-du-Marthuret
Image illustrative de l’article Église Notre-Dame-du-Marthuret
Église Notre-Dame du Marthuret ; vue depuis le carrefour des rues de la Harpe et du Commerce.
Présentation
Culte Catholicisme
Type Église (édifice)
Rattachement Archidiocèse de Clermont-Ferrand
Style dominant Gothique méridional
Protection Logo monument historique Classé MH (1930)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Commune Riom Blason ville fr Riom.svg
Région Auvergne Blason de l'Auvergne.svg
Coordonnées 45° 53′ 19″ nord, 3° 06′ 48″ est
Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme
(Voir situation sur carte : Puy-de-Dôme)
Église Notre-Dame-du-Marthuret
Géolocalisation sur la carte : Auvergne
(Voir situation sur carte : Auvergne)
Église Notre-Dame-du-Marthuret
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Église Notre-Dame-du-Marthuret

L'église Notre-Dame-du-Marthuret est une église catholique située à Riom, en Auvergne, de style gothique méridional. Deuxième église la plus importante de la ville de Riom, elle est classée au titre des monuments historiques depuis le 24 octobre 1930[1],[2].

Présentation[modifier | modifier le code]

Vocable[modifier | modifier le code]

L'église collégiale étant dédiée à la Vierge Marie, elle porte le nom de Notre-Dame. Le culte à Notre-Dame fut très important à Riom et jusqu'à vingt-cinq confréries de la ville étaient sous son patronage. Le terme Marthuret quant à lui est un mot venant de l'occitan, marturet désignant un cimetière, voire un mémorial[3].

Historique[modifier | modifier le code]

Chevet de l'église Notre-Dame-du-Marthuret

La première mention d'une église sous le vocable Notre-Dame date de 1240 ; le document en question tend à montrer une installation conséquente de clercs en dehors du cadre de l'église principale de Riom, la basilique Saint-Amable. La communauté en question se montrant déjà importante s'organise en une Universitas reconnue. Le XIIIe siècle voit la volonté de construire une nouvelle église et des échanges entre l'évêque de Clermont et le pape ont lieu[4].

L'époque médiévale voit aussi pour l'église la présence d'une confrérie de protection et de marguillerie de l'église en question et nommée Confrérie de la Nativité Notre-Dame.

Lors des jours de fêtes, à l'instar de nombreux autres bâtiments de la ville, étaient installées des tentures représentants des scènes bibliques des deux testaments, notamment des scènes de la vie de la Vierge Marie ainsi des scènes comme celles de l’épiphanie ou du massacre des Innocents.

Architecture[modifier | modifier le code]

La construction de l'édifice actuel, de style gothique méridional, débute en l'an 1308, mais l'édification se déroule majoritairement tout au long des XIVe et XVe siècles. Une première église exista néanmoins auparavan : au XIIe siècle, l'édifice en question semble être composé d'une nef simple, sans collatéraux, mais avec une abside à trois chapelles absidiales. En avant de la nef et sur ses deux côtés sont présentes deux chapelles de la renaissance construites au XVIe siècle.

Le Dôme[modifier | modifier le code]

Dôme de Notre-Dame du Marthuret.

La tour nord de l'église possédait suite à sa construction de style gothique un clocher à flèche, mais ce dernier sera rapidement abattu suite à la série de tremblements de terres ayant eu lieu en Auvergne en 1490 et 1495[5].

L'an 1584 marqua son remplacement par un dôme posé sur huit piliers, détruit par une tempête en 1646. En 1657, le sculpteur riomois Languille érige de nouveau le dôme ; il profite de l'occasion pour réinstaller une statue sculptée de la Vierge Marie qui trônait antérieurement au sommet du dôme, Notre-Dame de Recouvrance[6].

Chapelles[modifier | modifier le code]

En 1823, Pierre Chabrier, curé de l'église, entreprend une série d'agrandissements de l'église en perçant le mur méridional de l'église pour y construire trois chapelles latérales.

Œuvres d'art[modifier | modifier le code]

La Déploration par Alexis Valbrun, 1839.

Peinture[modifier | modifier le code]

De nombreux tableaux de peintres du XIXe siècle sont présents au sein de l'église dont notamment Alexis Valbrun. Pour décorer la plus grande chapelle édifiée par l'abbé Chabrier, le député de l'arrondissement de Riom à l'Assemblée Nationale, Gaspard-Antoine Pagès, obtient en 1844 de l'État un tableau du peintre Charles-Louis Müller, L'Entrée du Christ à Jérusalem, œuvre ayant figuré au Salon de 1844[7].

La Vierge à l'Oiseau[modifier | modifier le code]

Le portail de l'église présente une statue de la Vierge Marie nommée La Vierge à l'Oiseau, généralement datée de la fin de l'époque médiévale, entre le XIIIe et le XVIe siècle, des divergences ont néanmoins lieux sur le siècle en question de sa création ainsi que de son auteur qui nous est inconnu. Un consensus actuel donnerait à la statue originale, conservée à l'intérieur de l'édifice une datation autour du XIVe siècle.

Autres sculptures[modifier | modifier le code]

L'intérieur de l'église quant à lui permet de se rendre compte de la présence de nombreuses sculptures d'époque médiévales dont notamment une Vierge noire, statue reliquaire de la Vierge à l'Enfant et datée du XIIIe – XIVe siècle.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA00092268, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. « Eglise Notre-Dame-du-Marthuret », sur http://www.monumentum.fr/ ; Carte et liste officielle des monuments historique français Logo monument historique - rouge ombré, encadré.svg
  3. Bénédicte et Jean-Jacques Fénié, Toponymie nord-occitane (Périgord, Limousin, Auvergne, Vivarais, Dauphiné), Bordeaux, Éditions Sud Ouest, coll. « Sud-Ouest université », , 128 p. (ISBN 9782879015071)
  4. Josiane Teyssot, Riom 1212-1557: capitale et bonne ville d'Auvergne : Thèse de doctorat à l'université de Tours, Nonette, Créer, (ISBN 2-909797-43-0, lire en ligne)
  5. Marcel Pierre, Maryse Pierre, Clochers de Basse-Auvergne, Nonette, Créer, , 383 p. (ISBN 2-8481-9039-6, lire en ligne), p. 88
  6. Edouard Everat, Histoire abrégée de la ville de Riom, Riom, André Bonne (réed) ; ori. Annet-Georges Aupois éditeur, ori. 1923 ; réed. 1989 (ISBN 2-7019-0029-8)
  7. Amis du Vieux Riom, « Singulière entrée du Christ à Jérusalem », La Montagne,‎ (ISSN 0767-4007)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Edouard Everat, Histoire abrégée de la ville de Riom, Riom, André Bonne (réed) ; ori. Annet-Georges Aupois éditeur, ori. 1923 ; réed. 1989 (ISBN 2-7019-0029-8)
  • Josiane Teyssot, Riom 1212-1557: capitale et bonne ville d'Auvergne, thèse de doctorat soutenue à l'université de Tours, Nonette, Créer, 1999 (ISBN 2-909797-43-0), - Lire en ligne

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens extérieurs[modifier | modifier le code]