Sainte-Chapelle de Riom

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Sainte-Chapelle
Le chevet de la Sainte-Chapelle de Riom
Le chevet de la Sainte-Chapelle de Riom
Présentation
Nom local Sainte-Chapelle
Culte Catholique romain
Type chapelle
Rattachement Diocèse de Clermont
Début de la construction 1394
Fin des travaux 1403
Style dominant Gothique
Protection Logo monument historique Classé MH (1979)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne
Département Puy-de-Dôme
Ville Riom
Coordonnées 45° 53′ 41″ nord, 3° 07′ 02″ est
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Sainte-Chapelle
Géolocalisation sur la carte : Auvergne
(Voir situation sur carte : Auvergne)
Sainte-Chapelle
Géolocalisation sur la carte : Puy-de-Dôme
(Voir situation sur carte : Puy-de-Dôme)
Sainte-Chapelle


La Sainte-Chapelle de Riom est une chapelle classée « monument historique », édifiée à Riom en Basse-Auvergne, au tournant du XVe siècle, sur le modèle de la Sainte-Chapelle de Paris. Elle est l'une des sept Saintes chapelles (sur les dix d'origine, outre celle de Paris) qui subsistent en France et un des vestiges du palais ducal de Riom.

Historique[modifier | modifier le code]

Sainte-Chapelle de Riom.

La Sainte-Chapelle de Riom, élevée de 1394 à 1403 par Hugues Foucher, maître d'œuvre d'Auvergne pour le compte de Jean Ier de Berry, sur les plans de Guy de Dammartin et Pierre Juglar, est le dernier élément qui reste de sa somptueuse demeure en Auvergne évoquée dans ses Très Riches Heures. Elle est construite à l'emplacement d'un oratoire édifié par Alphonse de Poitiers en 1241-1271, précédent bénéficiaire de l'apanage d'Auvergne.

La Sainte-Chapelle rappelle celle de Bourges, aujourd'hui disparue. Elle mesure 72 m de long et présente trois travées et un chevet, de style gothique flamboyant et bâtis sur le modèle de celle de Paris, mais elle est faite en pierre volcanique de Volvic, couverte d'ardoise. Le mur du fond est décoré d'une tapisserie d'Aubusson et les verrières de vitraux du XVe commandés par Charles Ier de Bourbon, le petit-fils de Jean de Berry, à des verriers Berruyers et restaurés en 1850 par le maitre verrier Étienne Thevenot.

Elle est actuellement la propriété du ministère de la Justice car incluse dans l'enceinte de la Cour d'Appel de Riom, qui a remplacé en 1824 le palais du Duc qui avait été bâti entre 1370 et 1403, et était passé à la famille de Bourbon par le mariage de la fille de Jean Ier de Berry avec Jean Ier de Bourbon, avant que l'apanage d'Auvergne revienne dans les biens du royaume.

La Sainte-Chapelle est classée monument historique depuis le [1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Claudine Billot, Les Saintes-Chapelles royales et princières, Paris, Éditions du Patrimoine, , 76 p. (ISBN 978-2858222476)
  • Anne Courtillé, Auvergne, Bourbonnais, Velay gothiques. Les édifices religieux, p. 353-361, Éditions J. et A. Picard, Paris, 2002 (ISBN 2-7084-0683-3) ; p. 455
  • Françoise Gatouillat, Michel Hérold, Karine Boulanger, Jean-François Luneau, Les vitraux d'Auvergne et du Limousin, p. 167-176, Presses Universitaires de Rennes (collection Corpus vitrearum - Recensement IX), Rennes, 2011 (ISBN 978-2-7535-1381-5) ; p. 327
  • Thomas Rapin, Les chantiers de Jean de France, duc de Berry : maîtrise d’ouvrage et architecture à la fin du XIVe siècle, thèse d’histoire de l’art, Mme Claude Andrault-Schmitt (dir.), Université de Poitiers, Centre d’études supérieures de civilisation médiévale, UMR 6223, 2010.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]