Gare de Saint-Germain-des-Fossés

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Germain.
Saint-Germain-des-Fossés
Image illustrative de l'article Gare de Saint-Germain-des-Fossés
Le bâtiment voyageurs et l'entrée de la gare.
Localisation
Pays France
Commune Saint-Germain-des-Fossés
Adresse Avenue Louis Armand
03260 Saint-Germain-des-Fossés
Coordonnées géographiques 46° 12′ 33″ nord, 3° 25′ 50″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services Intercités
TER Auvergne
Caractéristiques
Ligne(s) Moret-Veneux-les-Sablons - Lyon-Perrache
Saint-Germain-des-Fossés - Nîmes-Courbessac
Saint-Germain-des-Fossés - Darsac
Voies 6 à quai (I-A-B-C-D-12) + voies de garage
Quais 1 latéral et 2 centraux
Altitude 256 m
Historique
Mise en service

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Saint-Germain-des-Fossés

Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes

(Voir situation sur carte : Auvergne-Rhône-Alpes)
Saint-Germain-des-Fossés

Géolocalisation sur la carte : Allier

(Voir situation sur carte : Allier)
Saint-Germain-des-Fossés

La gare de Saint-Germain-des-Fossés est une gare ferroviaire française de la ligne de Moret - Veneux-les-Sablons à Lyon-Perrache, située sur le territoire de la commune de Saint-Germain-des-Fossés, dans le département de l'Allier en région d'Auvergne-Rhône-Alpes.

Elle est mise en service en 1854 par la Compagnie du chemin de fer Grand-Central de France.

C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), desservie par des trains Intercités et TER Auvergne.

Situation ferroviaire[modifier | modifier le code]

Établie à 256 mètres d'altitude, la gare de Saint-Germain-des-Fossés est située au point kilométrique (PK) 354,443 de la ligne de Moret - Veneux-les-Sablons à Lyon-Perrache, entre les gares ouvertes de Varennes-sur-Allier et de Roanne. C'est une gare de bifurcation avec la ligne de Saint-Germain-des-Fossés à Nîmes-Courbessac (dite aussi ligne des Cévennes) et la ligne de Saint-Germain-des-Fossés à Darsac.

Du point de vue géologique, la gare est située sur des formations sédimentaires de l'ère tertiaire, à la limite des formations alluviales[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Mise en service et années de gloire[modifier | modifier le code]

La Compagnie du chemin de fer Grand-Central de France met en service le 19 juin 1854[2], la section de Varennes à Saint-Germain-des-Fossés[2], via la station intermédiaire de Créchy, de sa ligne de Moulins à Roanne.

La gare disposait d'une rotonde pour locomotives, d'ateliers de réparation de wagons et d'aires de stockage de charbon[3].

La gare se composait à l'époque de 16 voies de triage et de 5 voies à quai. Le quai couvert, en acier, est l'œuvre de l'ingénieur Palouceau[4].

Un grand carrefour ferroviaire[modifier | modifier le code]

Dans le courant du XXe siècle, cette gare était l'un des nœuds ferroviaires les plus importants du Massif central : elle était le carrefour de plusieurs axes nationaux, comme le Nantes – Lyon, le Bordeaux – Lyon, ou des trains de nuit comme le Rhône-Océan reliant Lyon à Quimper. En effet, cette gare était un point de rebroussement pour les relations entre Lyon et Clermont-Ferrand ou Bordeaux[5]. La gare a comme fonction un nœud ferroviaire complet[6].

Au service 1975, Saint-Germain-des-Fossés, montrant son importance de nœud ferroviaire, était desservie par des trains vers Paris (les convois les plus rapides vers Paris-Gare-de-Lyon mettaient h 15), Clermont-Ferrand (49 min), Lyon (h 51), Nantes (h 19) et Bordeaux (h 29)[7].

Les installations électriques 25 kV 50 Hz sont mises en service en 1989, dans le cadre du projet d'électrification de la ligne de Paris à Clermont-Ferrand.

Déclin de l'activité[modifier | modifier le code]

Nombre de trains de nuit ont été supprimés dans les années 2000, dont le Rhône-Océan, assurant les relations entre le bassin lyonnais et la façade atlantique, qui desservait cette gare la nuit. De même, les circulations entre Nantes et Lyon ont diminué (il en subsiste entre un et deux par jour en 2014).[réf. nécessaire]

Le raccordement de Saint-Germain-des-Fossés, permettant d'éviter un rebroussement pénalisant, a été mis en service fin 2006.

Les trains Téoz (puis Intercités), qui relient les gares de Paris-Gare-de-Lyon et de Clermont-Ferrand, ne s'arrêtent plus à Saint-Germain depuis le service annuel 2008.[réf. nécessaire] Seul un départ le lundi (train 5948) et une arrivée le vendredi soir (train 5981) continuent à desservir cette gare, au départ de la gare de Paris-Bercy.

Modernisation de la gare[modifier | modifier le code]

Dans les années 2000, le parvis de la gare a été réaménagé, avec des arrêts minute et une voie réservée aux véhicules de secours[3].

La communauté d'agglomération de Vichy Val d'Allier a aménagé une gare routière, certes moins importante que celle de Vichy[3].

Service des voyageurs[modifier | modifier le code]

Accueil[modifier | modifier le code]

Gare[8] SNCF, elle dispose d’un bâtiment voyageurs, avec guichet, ouvert tous les jours. Elle est équipée d'automates pour l'achat de titres de transport.

Desserte[modifier | modifier le code]

En 2014, la gare est desservie par :

Intermodalité[modifier | modifier le code]

Un parking pour les véhicules est aménagé[8].

Service des marchandises[modifier | modifier le code]

Gare de triage[modifier | modifier le code]

Cette gare a longtemps été une gare de triage ; celle-ci a fermé.

La gare de triage est implantée sur un remblai d'une dizaine de mètres de hauteur. Le Mourgon a été dévié à plusieurs reprises lors de travaux d'agrandissement de la gare[1].

Déversement de fioul en 2009[modifier | modifier le code]

Le 2 février 2009, un déversement de fioul s'est produit sur la voie no 24 du triage, sur un remblai surplombant le Mourgon, affluent de l'Allier. Il est la conséquence d'un acte de malveillance. 2 500 litres auraient été libérés[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c C. Bertin, « Déversement de fioul en gare de Saint-Germain-des-Fossés (03) - Rapport final », sur BRGM, (consulté le 22 août 2014).
  2. a et b François Palau et Maguy Palau, Le rail en France : 1852-1857, Palau, (lire en ligne), p. 74
  3. a, b et c « La Gare », sur le site de la mairie de Saint-Germain-des-Fossés (consulté le 22 août 2014).
  4. « Saint-Germain-des-Fossés, gare », sur culture.allier.fr, Conseil général de l'Allier (consulté le 22 août 2014).
  5. Etienne Auphan, « Les nœuds ferroviaires, phénomène résiduel ou points forts de l'espace régional ? », Espace géographique, t. 4, no 2,‎ , p. 131 (lire en ligne).
  6. Auphan 1975, p. 133.
  7. Auphan 1975, p. 138 (carte).
  8. a et b Informations pratiques sur la gare de Saint-Germain-des-Fossés (consulté le 22 août 2014)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Julien Rapegno, « Sa marquise a toujours de grands airs », La Montagne,‎

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]



Origine Arrêt précédent Train Consultez la documentation du modèle Arrêt suivant Destination
Paris-Bercy Moulins-sur-Allier Intercités Vichy Clermont-Ferrand
Nantes ou Tours Moulins-sur-Allier Intercités Roanne Lyon-Part-Dieu
Nevers ou Moulins
ou Terminus
Varennes-sur-Allier
ou Terminus
TER Auvergne Vichy Clermont-Ferrand
ou Vic-le-Comte, Issoire ou Brioude
Dijon/Montchanin Varennes-sur-Allier TER Bourgogne /
Auvergne
Vichy Clermont-Ferrand