Louis-Bernard Bonjean

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Louis Bernard Bonjean)
Louis-Bernard Bonjean
Image dans Infobox.
Portrait photographique vers 1865.
Fonctions
Député
Sénateur
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Louis Bernard BonjeanVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Archives conservées par

Louis-Bernard Bonjean est un jurisconsulte français, né le à Valence (Drôme) et exécuté le à Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Portrait gravé du sénateur Bonjean (Le Monde illustré, 1863).

Issu d'une famille pauvre, il commença par donner des leçons de mathématiques, puis des répétitions de droit. Il est docteur en droit en 1830. Il prend part aux journées de juillet 1830 et perd un œil en combattant. Il achète, en 1838, une charge d’avocat aux conseils du roi et à la Cour de cassation. Il est élu le 23 avril 1848 député de la Drôme à la Constituante et vote avec la droite. Il n'est toutefois pas réélu lors des élections législatives de 1849.

Il suit, à partir de 1849, la politique du prince-président, devient ministre de l'agriculture et du commerce du au .

Il est nommé avocat général à la Cour de cassation (1852), sénateur (1855), président à la cour de Riom, puis président de la chambre des requêtes à la Cour de cassation (1865).

Lors de l'insurrection de la Commune de Paris du , il remplit à titre provisoire les fonctions du premier président de la Cour de cassation ; en cette qualité il est arrêté, retenu comme otage, enfermé à la prison Mazas, et, après 64 jours passés au secret, fusillé, le , par ordre de la Commune de Paris.

Avec lui périssent en même temps, l'archevêque de Paris Georges Darboy, l'abbé Deguerry, curé de la Madeleine, l'abbé Surat archidiacre de Notre-Dame et le journaliste Chaudey.

Les habits dans lesquels Bonjean a été mis à mort sont conservés en l'état au palais Galliera, musée de la mode et du costume de Paris ; encore porteur de nombreux orifices de projectiles à balle d'arme à feu, il a été étudié sur le plan médico-légal (balistique et anthropologique) par Philippe Charlier.[1]

Parmi ses nombreux écrits :

  • une traduction des Institutes de Justinien ;
  • un livre sur le Pouvoir temporel des Papes.

Il a collaboré au Corps diplomatique et à l'Encyclopédie des lois.

Il est le père du magistrat et philanthrope Georges Bonjean.

Son buste, réalisé par Eugène Sollier, se trouve dans une niche face au palier d’honneur de la Cour de Cassation[2].

L’œuvre, ,

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Au Palais Galliera, autopsie du dernier costume d’un condamné », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 8 janvier 2021)
  2. « Les statues du Palais de Justice - Le buste de Louis-Bernard Bonjean », sur www.paristoric.com (consulté le 13 avril 2021)
  3. « FRAN_POG_05 - Salle des inventaires virtuelle », sur www.siv.archives-nationales.culture.gouv.fr (consulté le 8 janvier 2021)

Liens externes[modifier | modifier le code]