Dolisie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Dolisie
(Loubomo)
Dolisie
Avenue de la République.
Administration
Pays Drapeau de la république du Congo République du Congo
Département Niari
Maire Ghyslain Rodrigue Nguimbi Makosso
Démographie
Population 80 000 hab. (2006)
Géographie
Coordonnées 4° 12′ 00″ sud, 12° 40′ 00″ est
Localisation

Géolocalisation sur la carte : République du Congo

Voir la carte administrative de République du Congo
City locator 14.svg
Dolisie
(Loubomo)

Géolocalisation sur la carte : République du Congo

Voir la carte topographique de République du Congo
City locator 14.svg
Dolisie
(Loubomo)

Dolisie, anciennement appelée Loubomo, est la troisième ville de la République du Congo, située au centre de l'axe Pointe-Noire-Brazzaville. Elle se situe dans la région du Niari, dont elle est le chef-lieu. La ville est reliée par la route nationale 1 ainsi que par le chemin de fer Congo-Océan (CFCO) aux deux principales villes du pays, Brazzaville (350 km) et de Pointe-Noire, ainsi qu'au Gabon qui se trouve à environ 200 kilomètres au nord. Son maire actuel est Ghyslain Rodrigue Nguimbi Makosso.

Histoire[modifier | modifier le code]

Créée en 1934 et nommée d'après Albert Dolisie, un ancien compagnon de Pierre Savorgnan de Brazza, à la suite de leur mission d’exploration qui aboutit à faire du Congo une colonie française, la ville de Dolisie (appelée Loubomo de la prise du pouvoir par Marien Ngouabi à la conférence nationale de 1991) est située dans la partie Sud du Congo.

Géographie[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

Dolisie est dotée d'un climat tropical, de type Aw selon la classification de Köppen, avec une température annuelle moyenne de 24,5 °C. Les précipitations, de l'ordre de 1 254 mm par an, sont plus importantes en été qu'en hiver[1].

Végétation[modifier | modifier le code]

La forêt qui couvre la grande partie du département du Niari dans le Sud-Ouest, avec des espèces très recherchées (tels l’okoumé, le kambala, le limba, l’acajou, le bois noir, le bois blanc, le niové, etc.) et exploitées par les sociétés privées a fait de la ville de Dolisie, chef-lieu du département et centre principal de stockage et de transformation, « la capitale de l'or vert[2] ». La terre argileuse qui recouvre la totalité du territoire de la commune de Dolisie possède des propriétés intéressantes pour la fabrication des matériaux de bâtiment et de construction des matériaux destinés à l’aménagement des chaussées et systèmes d’assainissement préfabriqués, carreaux, briques, etc.).

Économie[modifier | modifier le code]

Dolisie est une ville de transit et de passage de marchandises destinées à l’intérieur du Congo et à d’autres pays de la CEMAC (République centrafricaine, Tchad, Cameroun, etc.). Elle est bâtie sur une partie de la plaine qu’entourent les forêts très denses aux essences variées, la forte densité des domaines agricoles qui jouxtent les plaines alluvionnaires de la grande vallée du Niari et les monts Mbelo au sud-ouest. Elle est proche de Pointe-Noire, ville qui a le plus grand port en eau profonde d'Afrique centrale, capitale économique du Congo (à l’extrême ouest, dans le département côtier du Kouilou), ainsi que de la ville sucrière de Nkayi à l’est dans le département de la Bouenza, où sont concentrées les principales activités agro-industrielles du Congo. Elle est le point de jonction de plusieurs civilisations ethnolinguistiques. Elle constitue par sa positiongéographique, une ville « frontière » entre trois pays : le Gabon à l’ouest à près de 300 km, l’enclave du Cabinda (en Angola) à l’est à 50 km et la République démocratique du Congo au nord-est à 140 km environ. Sa superficie peut atteindre environ 90 à 100 km2.

Société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2006 on estimait la population de la ville de Dolisie à environ 80 000 habitants répartie entre 13.440 ménages de la manière suivante, 32 000 hommes, soit 40 %, et 48 000 femmes soit 60 %. Cette population est en augmentation constante. Elle est répartie dans les quartiers urbains et périurbains suivant l’appartenance ethnolinguistique ou socioculturelle. Les quartiers suburbains (ou irréguliers) où les infrastructures de base vitales sont quasi inexistantes.

Religion[modifier | modifier le code]

Le diocèse de Dolisie a été créé le , par démembrement du diocèse de Nkayi[3].

L’église pentecôtiste se situe au quartier mangadzi.

Administration[modifier | modifier le code]

L’organisation administrative de la commune de Dolisie est structurée conformément à la loi no 3-2003 du 20 janvier 2003 portant organisation administrative territoriale, selon les principes de la déconcentration et de la décentralisation. Elle divise le territoire communal en :

  • arrondissements ;
  • quartiers ;
  • zones (ou brigades) ;
  • blocs.

La commune de Dolisie est à la fois une circonscription administrative et une collectivité locale décentralisée. Elle comprend :

  • 2 arrondissements (Arrondissement 1 et Arrondissement 2) ;
  • 28 quartiers (15 quartiers pour l’Arrondissement 1 et 13 quartiers pour l’Arrondissement 2) ;
  • 90 zones (25 pour l’Arrondissement 1 et 27 pour l’Arrondissement 2) ;
  • 141 blocs (65 pour l’Arrondissement 1 et 76 pour l’Arrondissement 2).

La répartition de la population par arrondissement se présente de la manière suivante (données 2007) :

  • Arrondissement 1 : 45 000 habitants, répartis en 8 846 ménages.
  • Administrateur-maire actuel : Jean Paul Deckous
  • Arrondissement 2 : 35 000 habitants, répartis en 4 594 ménages.
  • Administrateur-maire actuel : La commune de Dolisie est placée sous l’autorité d’un maire élu, Ghyslain Rodrigue Nguimbi Makosso.

Personnalités nées à Dolisie[modifier | modifier le code]

  • Faustin Boukoubi, homme politique gabonais.
  • Camille Dhello (1942 - 2009), mathématicien-ingénieur, homme d'affaires et homme politique congolais.
  • Nzaou Felicien Dieudonné, coordonnateur de plusieurs projets des nations unies et de l'union Européenne, vice Maire de Dolisie, Député suppléant à l'assemblée, secretaire de Lafraca Congo Brazzaville.
  • Martin Parfait Aimé Coussoud-Mavoungou, administrateur congolais.
  • Eveline Mankou, femme de lettres.
  • Aly Moulady, chanteur et producteur congolais.
  • Sherif Mboukou, producteur et comédien congolais.
  • Bobocha Le jaguar chef de l’orchestre Dolisiana.
  • Soulouka Mouanda Freddy Giscard, président du Club de Lecture-ONU, il est le premier Congolais à organiser la simulation de l'assemblée générale de l'ONU en république du Congo. La première édition a eu lieu le 12 décembre 2014 au Centre d'information des Nations unies, à Brazzaville. Et la seconde, le 10 février 2017 dans l’amphithéâtre de l'université Henri Lopes.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]