Rufus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rufus (homonymie).
image illustrant un acteur image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un acteur français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les conventions filmographiques.

Rufus
Description de cette image, également commentée ci-après

Rufus en 2016 au festival du film de Cabourg

Nom de naissance Jacques Narcy
Naissance (73 ans)
Riom, Puy-de-Dôme, France
Nationalité Drapeau : France Française
Profession Acteur, humoriste
Films notables Mariage
Lily aime-moi
Delicatessen
La Cité des enfants perdus
Les Misérables
Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain

Jacques Narcy, dit Rufus, né le à Riom, est un acteur et humoriste français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après trois années d’études de médecine, il devient régisseur de théâtre.

Il habite à Neauphle-le-Château dans les Yvelines et a trois enfants ; sa fille Zoé Narcy et son fils Basile Narcy sont eux-mêmes comédiens.

Militant écologiste, il s’est présenté aux élections européennes de juin 2009 en 26e position de la liste Europe Écologie.

Il est féru d’aviation et pilote de planeur. Il a participé à de nombreuses compétitions de planeur.

Carrière de comédien[modifier | modifier le code]

Le cabaret de la Vieille Grille à Paris, où Rufus s'est produit au début de sa carrière.

Avec un physique de Pierrot lunaire, il se produit aux côtés de Brigitte Fontaine et Jacques Higelin, puis souvent seul en scène dans des spectacles comiques. Il tient également, depuis 1967, des seconds rôles au café-théâtre dans la bande du Café de la Gare de Coluche et Romain Bouteille.

Il fait ses débuts au cinéma en 1967. En 1973, il joue dans L'Histoire très bonne et très joyeuse de Colinot trousse-chemise, de Nina Companéez. Rufus joue en 1974 aux côtés de Bulle Ogier dans Mariage, de Claude Lelouch, et devient célèbre en 1975 avec Lily aime-moi, de Maurice Dugowson.

Ses apparitions cinématographiques les plus remarquables sont : le fabricant de boîtes à meuh dans Delicatessen (1991), le Thénardier dans Les Misérables (1995) de Claude Lelouch, le soldat musicien dans Le Radeau de la Méduse (1998) d’Iradj Azimi, le juif Mordechai dans Train de vie, le père d’Amélie dans Le Fabuleux Destin d'Amélie Poulain (2001) et le conseiller du calife dans Iznogoud (2005).

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Rufus en 2010.

Télévision[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Comme dramaturge[modifier | modifier le code]

Comme acteur (sélection)[modifier | modifier le code]

Livres[modifier | modifier le code]

Comme auteur[modifier | modifier le code]

  • Rufus a un petit vélo, faites passer, Robert Laffont, 1979.
  • Rufus se livre, texte de scène, Presses de la Cité, 1991.
  • Oscar Tango, Éditions de la Différence, 1991.
  • Cent et une histoires pour séduire Didar, Seghers, 1992.
  • Les poissons meurent de soif (ne me dites pas que…), illustrations de Bernard-Michel Palazon, collection « Spectacles », Actes Sud Junior, 2001.
  • En tout cas. L’amour qui passe et autres contes, illustrations de Bruno Théry, collection « Les Grands Livres », Actes Sud Junior, 2002.
  • Si Dieu meurt, je ne lui survivrai pas. Roman méchant, collection « Facéties », L’Arganier, 2005, réédition éd. Ramsay, 2007.
  • L'ivre de Rufus, à mettre en musique. Roussillon, éd. Oscar Tango, 2012.
  • Alfera et Rufus aussi, Editions Scriptoria, 2016

Comme interprète[modifier | modifier le code]

Rufus est le narrateur du livre-cd Mon Roman de Renart de Xavier Kawa-Topor, édition Actes Sud, 2003.

Œuvre radiophonique[modifier | modifier le code]

  • Les enfants sont tous fous (coécrit avec Brigitte Fontaine), 1968
  • Le Chat du rabbin de Joann Sfar, France Culture, 2013

Récompenses[modifier | modifier le code]

Anecdotes[modifier | modifier le code]

Rufus a été la seule personnalité à répondre à l'invitation de Nicolas Hulot pour effectuer un saut à l'élastique pour l'émission Ushuaïa, le magazine de l'extrême.

Références[modifier | modifier le code]

  • Revue Incognita, no 4, Éditions du Petit Véhicule, Nantes, février 2009.

Liens externes[modifier | modifier le code]