Christian Cambon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Christian Cambon
Illustration.
Christian Cambon
Fonctions
Président de la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des
Forces armées du Sénat
En fonction depuis le
(4 ans, 3 mois et 12 jours)
Prédécesseur Jean-Pierre Raffarin
Sénateur français
En fonction depuis le
(17 ans et 22 jours)
Élection 26 septembre 2004
Réélection 25 septembre 2011
24 septembre 2017
Circonscription Val-de-Marne
Groupe politique UMP (2004-2015)
LR (depuis 2015)
Maire de Saint-Maurice

(28 ans, 6 mois et 25 jours)
Réélection 11 juin 1995
11 mars 2001
9 mars 2008
23 mars 2014
Prédécesseur Louis François Manchon
Successeur Igor Semo
Biographie
Date de naissance (73 ans)
Lieu de naissance Saint-Mandé (Val-de-Marne)
Nationalité Française
Parti politique Les Républicains
Diplômé de Université Panthéon-Assas
IEP de Paris
Profession Chef d'entreprise

Christian Cambon, né le à Saint-Mandé, est un homme politique français, membre du groupe Les Républicains.

Biographie[modifier | modifier le code]

Titulaire du DESS de droit public de l' Université de Paris II et de l’Institut d’Études Politiques de Paris, chef d'entreprise de profession, il est élu maire de Saint-Maurice de 1989 à 2017 puis Maire Honoraire et Conseiller Municipal de Saint-Maurice depuis 2017. Il devient sénateur du Val-de-Marne le , et est réélu en 2011 et 2017.

Par le mariage de sa sœur, il est le beau-frère de Claude Brasseur et l'oncle d'Alexandre Brasseur, tous deux acteurs[réf. nécessaire].

Sénateur du Val-de-Marne[modifier | modifier le code]

Fonctions au Sénat
  • Président de la Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées
  • Chef de la délégation française de l’Assemblée parlementaire de l’OTAN
  • Membre de la Délégation Parlementaire au Renseignement
  • Co-président du Groupe de suivi du Brexit au Sénat
  • Membre de la Section française de l'Assemblée parlementaire de la francophonie (A.P.F.)
  • Membre de la commission nationale des monuments historiques
  • Président du groupe interparlementaire d’amitié France-Maroc[1]

Il a occupé les fonctions de Secrétaire du Bureau du Sénat et Premier Vice-président de la Commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées, rapporteur sur les moyens de l’action internationale de la France, membre de la Groupe de suivi sur le retrait du Royaume-Uni et refondation de l'Union européenne et membre de la commission nationale des monuments historiques.

Rapports d'information et législatifs déposés au Sénat[modifier | modifier le code]

  • Première loi de programmation militaire en tant que Président de la commission des Affaires étrangères de la Défense et des forces Armées et rapporteur du texte : Projet de loi relatif à la programmation militaire pour les années 2019 à 2025 et portant diverses dispositions intéressant la défense Rapport no 476 (2017-2018)[2].

À la suite du référendum britannique du 23 juin 2016, un groupe de suivi sur le retrait du Royaume-Uni et la refondation de l’Union européenne a été mis en place au Sénat à l’initiative des commissions des affaires étrangères et des affaires européennes. Co-présidé par Christian Cambon, président de la commission des affaires étrangères, de la défense et des forces armées, et Jean Bizet, président de la commission des affaires européennes, ils ont publié deux rapports : La relance de l'Europe : le temps presse - Rapport no 592 (2017-2018)[3] ; Brexit : Une course contre la montre – Rapport no 660, Tome 1 (2017-2018)[4], Tome 2 (2017-2018)[5].

  • Rapporteur sur l'action de la France en Europe et dans le monde, le sénateur a publié trois rapports, en 2017[6], 2016[7], et 2015[8], et un autre sur le rôle de la France en Australie (2016-2017)[9].
  • Rapporteur sur l'Aide Publique au Développement, il a rendu cinq rapports sur le projet de loi de finances en 2013[10], 2012[11], 2011[12], 2010[13] et 2009[14], un sur la mondialisation maitrisée en 2009-2010 [15], l'Agence Française de Développement en 2010-2011[16], et Expertise France en 2015-2016[17].

Christian Cambon a travaillé sur des conventions entre la France et le Maroc. Il a édité deux rapports sur l'entraide judiciaire en matière pénale entre les deux pays en 2014-2015 [18] et en 2009-2010[19], et trois autres rapports sur l'assistance aux personnes détenues et sur le transfèrement des condamnés entre la France et le Maroc en 2010-2011 [20], la convention de sécurité sociale entre les deux pays en 2009-2010[21], la convention d'extradition en 2009-2010[22] entre la France et le Maroc.

Le sénateur a publié des rapports sur de nombreux accords internationaux, comme celui sur le transport aérien entre le Canada et la Communauté européenne et ses États membres en 2012-2013[23], la proposition de résolution sur les accords Union européenne - Suisse en 2004-2005 [24], l'entente entre la France et le Québec relative à l'Office franco-québécois pour la jeunesse en 2012-2013 [25], l'assistance et à la coopération en matière de protection et de sécurité civiles dans les situations d'urgence entre la France et la Roumanie en 2009-2010[26], la coopération en matière de sécurité intérieure entre la France et la Slovénie en 2008-2009[27], la ratification de l'accord de Paris (COP21) adopté le 12 décembre 2015 [28], le cinquième avenant à la convention sur la construction et l'exploitation d'un réacteur à très haut flux en 2014-2015 [29], le traité de l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle sur les interprétations et exécutions et les phonogrammes et du traité de l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle sur le droit d'auteur en 2007-2008 [30], les opérations extérieures sous le contrôle du Parlement en 2008-2010[31].

Il a également publié un rapport sur le projet de loi en faveur des petites et moyennes entreprises en 2004-2005 [32].

Proposition de loi[modifier | modifier le code]

Il est l'auteur de la proposition de loi sur la création d'une appellation d'« Artisan restaurateur »[33].

La loi Cambon[modifier | modifier le code]

Le 1er janvier 2012 est entrée en vigueur la loi Cambon relative à la solidarité dans le domaine de l’eau[34]. Initiée par Christian Cambon, cette loi fut promulguée par le parlement en février 2011. Elle crée un  dispositif d’aides aux personnes ayant des difficultés à payer leur facture d’eau. Aujourd’hui entre 80 000 et 100 000 familles sont concernées. Le principe de cette loi est de mettre en œuvre une solidarité entre tous les consommateurs et de donner corps au principe du « droit à l’eau potable dans des conditions économiquement acceptables pour tous » posé à l’article 1 de la loi sur l’eau et les milieux aquatiques de 2006. Désormais les services d’eau et d’assainissement peuvent allouer 0,5 % de leurs recettes aux fonds de solidarité pour le logement (FSL) départementaux. À la demande des maires, les FSL peuvent aider les foyers, dont la facture excède 3 % des revenus, à régler leurs impayés. Ce système donne un rôle central aux maires en les plaçant au cœur du dispositif d’aide sociale, grâce à une approche de proximité, simple et efficace. Disposant des informations sur les familles via le Centre communal ou intercommunal d’action sociale (CCAS ou CIAS), c’est lui qui saisit le FSL.

Autres mandats en cours[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Livre[modifier | modifier le code]

En 1993, il a publié le livre La bataille de l’apprentissage, une réponse au chômage des jeunes aux éditions Descartes[36].

Anciens mandats[modifier | modifier le code]

Il a été maire de Saint-Maurice (94410) de 1989 à 2017[37],[38], où il a été réélu en 2008, au 1er tour avec 65,86 % des voix et en 2011 avec 76,6 %, après en avoir été maire-adjoint de 1977 à 1983 et conseiller municipal de 1971 à 1977. Il a été premier vice-président de la communauté de communes de Charenton-le-Pont Saint-Maurice, et occupait les fonctions de premier vice-président du syndicat des eaux d'Île-de-France (SEDIF) de 1983[39] à 2017.

Il a été conseiller régional d’Ile-de-France de 1998 à 2004, vice-président du Conseil régional d'Île-de-France de 1986 à 1998, député-suppléant du Val-de-Marne de 1988 à 1993, .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Groupe interparlementaire d’amitié France-Maroc
  2. Rapport no 476 (2017-2018)
  3. Rapport no 592 (2017-2018)
  4. Rapport no 660, Tome 1 (2017-2018).
  5. Tome 2 (2017-2018)
  6. « Projet de loi de finances pour 2017 : Action extérieure de l'État : action de la France en Europe et dans le monde », sur www.senat.fr (consulté le )
  7. « Projet de loi de finances pour 2016 : Action extérieure de l'État : action de la France en Europe et dans le monde », sur www.senat.fr (consulté le )
  8. « Projet de loi de finances pour 2015 : Action extérieure de l'État : action de la France en Europe et dans le monde », sur www.senat.fr (consulté le )
  9. « Australie : quelle place pour la France dans le Nouveau monde ? - Sénat », sur www.senat.fr (consulté le )
  10. « Projet de loi de finances pour 2013 : Aide publique au développement », sur www.senat.fr (consulté le )
  11. « Projet de loi de finances pour 2012 : Aide publique au développement », sur www.senat.fr (consulté le )
  12. « Projet de loi de finances pour 2011 : Aide publique au développement », sur www.senat.fr (consulté le )
  13. « Projet de loi de finances pour 2011 : Aide publique au développement », sur www.senat.fr (consulté le )
  14. « Projet de loi de finances pour 2009 : Aide publique au développement », sur www.senat.fr (consulté le )
  15. « Pour une mondialisation maitrisée - Contribution au projet de document-cadre de coopération au développement », sur www.senat.fr (consulté le )
  16. « L'AFD, fer de lance de la coopération française », sur www.senat.fr (consulté le )
  17. « Expertise France : 3 ans pour devenir une référence internationale », sur www.senat.fr (consulté le )
  18. « Projet de loi autorisant l'approbation du protocole additionnel à la convention d'entraide judiciaire en matière pénale entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement du Royaume du Maroc », sur www.senat.fr (consulté le )
  19. « Projet de loi autorisant l'approbation de la convention d'entraide judiciaire en matière pénale entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement du Royaume du Maroc », sur www.senat.fr (consulté le )
  20. « Projet de loi autorisant l'approbation de l'avenant à la convention entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement du Royaume du Maroc sur l'assistance aux personnes détenues et sur le transfèrement des condamnés », sur www.senat.fr (consulté le )
  21. « Projet de loi autorisant l'approbation de la convention de sécurité sociale entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement du Royaume du Maroc », sur www.senat.fr (consulté le )
  22. « Projet de loi autorisant la ratification de la convention d'extradition entre la République française et le Royaume du Maroc », sur www.senat.fr (consulté le )
  23. « Projet de loi autorisant la ratification de l'accord sur le transport aérien entre le Canada et la Communauté européenne et ses États membres », sur www.senat.fr (consulté le )
  24. « Proposition de résolution sur les accords Union européenne - Suisse », sur www.senat.fr (consulté le )
  25. « Projet de loi autorisant l'approbation de l'entente entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement du Québec relative à l'Office franco-québécois pour la jeunesse », sur www.senat.fr (consulté le )
  26. « Projet de loi autorisant l'approbation de l'accord entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la Roumanie relatif à l'assistance et à la coopération en matière de protection et de sécurité civiles dans les situations d'urgence », sur www.senat.fr (consulté le )
  27. « Projet de loi autorisant l'approbation de l'accord de coopération en matière de sécurité intérieure entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la République de Slovénie », sur www.senat.fr (consulté le )
  28. « Projet de loi autorisant la ratification de l'accord de Paris adopté le 12 décembre 2015 », sur www.senat.fr (consulté le )
  29. « Projet de loi autorisant l'approbation du cinquième avenant à la convention sur la construction et l'exploitation d'un réacteur à très haut flux », sur www.senat.fr (consulté le )
  30. « Projet de loi autorisant la ratification du traité de l'Organisation mondiale de la propriété intellectuelle sur les interprétations et exécutions et les phonogrammes », sur www.senat.fr (consulté le )
  31. « Les opérations extérieures sous le contrôle du Parlement », sur www.senat.fr (consulté le )
  32. « Projet de loi en faveur des petites et moyennes entreprises », sur www.senat.fr (consulté le )
  33. Sénat français, « Artisan restaurateur - Sénat », sur www.senat.fr (consulté le )
  34. texte de la loi
  35. « Christian Cambon réélu Président de la fédération Les Républicains du Val-de-Marne », Actualités, sur http://www.republicains-94.fr, (consulté le ).
  36. Christian Cambon, La bataille de l'apprentissage: Une réponse au chômage des jeunes, Descartes & Cie,
  37. C. Dubois, « Christian Cambon sollicite un dernier mandat à Saint-Maurice », 94.citoyens.com,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  38. Corinne Nèves, « Saint-Maurice : « Pour être maire, il faut un chromosome en plus… ou en moins » : Christian Cambon (LR), 69 ans, a été réélu sénateur en septembre. Loi sur le non-cumul oblige, il abandonne ce samedi son fauteuil de maire après 28 ans de mandat », Le Parisien, édition du Val-de-Marne,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  39. Jean-Luc Touly, « le sénateur maire de Saint Maurice (94) 1er vice président du SEDIF depuis 1983 Christian Cambon quittera sa mairie le 14 octobre et il sera remplace par le Directeur des relations institutionnelles Eau France de SUEZ depuis 17 ans Igor Semo », Actualités/Manifestations, Association pour le contrat mondial de l'eau (ACME), (consulté le ).

Liens externes[modifier | modifier le code]