Jean Séphériades

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Jean Séphériades
Jean Séphériades en août 1943.jpg
Jean Séphériades en août 1943.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 79 ans)
ChatouVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinction

Jean Séphériades, né le 2 janvier 1922 à Paris et mort le 21 août 2001 à Chatou, était un rameur français, licencié au Rueil-Malmaison Sport.

Vainqueur de trois longueurs le 6 juillet 1946 devant John B. Kelly jr -frère de Grace Kelly- du Diamond Challenge Sculls (en) lors de la régate royale de Henley -qui faisait alors office de championnat du monde officieux- il est désigné champion des champions français de l'année 1946 par le quotidien sportif L'Équipe (toute première attribution de cette reconnaissance annuelle), et obtient le Prix Virginie Hériot (futur Prix Guy Wildenstein) de l'Académie des sports la même année (récompensant la conduite exemplaire d'un sportif français), ainsi que le Grand Prix de la Presse Sportive.

Champion d'Europe en skiff en 1947 à Lucerne, six fois champion de France en skiff et une fois champion de France en double-scull, champion de la Seine en skiff de 1943 à 1947 pour le S.N.B.S., il abandonne la compétition après son échec aux Jeux olympiques de 1948 à Londres, où il est éliminé en quarts de finale par l'Australien Mervyn Wood qui sera le champion olympique. 1948 sera la seule Olympiade où il n'y eut pas de repêchages. Il était le porte-drapeau de la délégation olympique française alors à Londres lors de la cérémonie d'ouverture.

Il fait partie de la deuxième promotion des « Gloires du Sport » français, en 1994.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il s'engage dans la 2e DB, et fait la campagne d'Allemagne dans un char. Il est décoré à ce titre de la Croix de guerre 1939-1945.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Monique Berlioux, Gloires du sport français, Biarritz, Atlantica, 2009, p. 251
  • Séphériades, prétendant au titre olympique, exemple merveilleux pour les jeunes, Basket Magazine, avril 1948, article de Robert Busnel.
  • Marc Ventouillac, Les grandes heures de l'aviron français, Paris, L'Equipe, , 125 p. (ISBN 978-2363470737), p. 20-23
Jean Séphériades en 1941.