Émilie Andéol

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Andéol.

Émilie Andéol
Image illustrative de l’article Émilie Andéol
Émilie Andéol aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro en 2016.
Contexte général
Sport Judo
Biographie
Nationalité sportive Drapeau : France Française
Naissance (30 ans)
Lieu de naissance Bordeaux (France)
Taille 1,70 m (5 7) [1]
Poids de forme 97 kg (213 lb)[1]
Club Judo Club de Marcheprime
Red Star Champigny
Entraîneur Bertrand Becerro, Audrey Bonhomme (club), Christophe Massina
Palmarès
Compétition Or Arg. Bro.
Jeux olympiques 1
Championnats du monde 1
Championnats d'Europe 2 1
Championnats de France 4 1

Émilie Andéol, née le à Bordeaux, est une judokate française évoluant dans la catégorie des plus de 78 kg. Elle est médaillée d'or dans cette catégorie aux Jeux olympiques d'été de 2016. Elle remporte deux titres européens, lors des Championnats d'Europe 2014 et des Jeux européens 2015.

Biographie[modifier | modifier le code]

Émilie Andéol, née à Bordeaux[2] de parents martiniquais[3], commence le judo au sein du club de Marcheprime en Gironde, la commune où elle vit depuis son enfance[4]. Elle rejoint ensuite l'INSEP et en 2007 le club du Red Star Champigny[5].

En 2012, elle remporte le Tournoi de Rome[J_I 1] puis en fin d'année le tournoi d'Abu Dhabi[6],[J_I 2].

Au début de l'année 2013, elle termine à la cinquième place du tournoi de Paris[J_I 3]. Émilie Andéol remporte la médaille d'argent aux Championnats d'Europe de judo 2013 à Budapest, s'inclinant en finale face à la Slovène Lucija Polavder[7],[J_I 4]. Elle obtient également la médaille d'argent lors de la compétition par équipes. Aux Championnats du monde de judo 2013 à Rio de Janeiro, elle est battue dans le match pour la troisième place par la Sud-Coréenne Lee Jung-eun[8].

En , elle termine deuxième du tournoi de Paris, battue par la Japonaise Kanae Yamabe[J_I 5]. Lors des championnats d'Europe 2014 disputés à Montpellier, elle remporte son premier titre international en s'imposant face à la Bosniaque Larisa Cerić grâce aux pénalités[9],[J_I 6]. Le lendemain, elle remporte une deuxième médaille d'or, la France s'imposant 3 à 2 face aux Allemandes dans la compétition par équipes[9]. Elle remporte sa première médaille mondiale lors des mondiaux de Tcheliabinsk. Après avoir été éliminée lors du golden score par la Cubaine Idalys Ortíz, championne olympique et championne du monde en titre, elle obtient le bronze lors de la petite finale l'opposant à l'Allemande Franziska Konitz (en) sur waza-ari lors du golden score[10].

Lors des Jeux européens 2015, elle remporte la médaille d’or en s’imposant en finale face à l'Allemande Jasmin Külbs (en)[11]. Lors des mondiaux, elle est éliminée dès le premier tour par la Chinoise Yu Song, future vainqueure[12]. En octobre, elle remporte pour la première fois le tournoi de Paris où elle s'impose face à l'Allemande Franziska Konitz[13],[J_I 7]. Début novembre, elle remporte la médaille de bronze lors du tournoi d'Abou Dhabi[14],[J_I 8]. En décembre, elle termine troisième du Grand Chelem de Tokyo[J_I 9].

Lors des championnats d'Europe 2016 disputés à Kazan, elle est éliminée en quart de finale par la future championne d'Europe, la Turque Kayra Sayit, puis est battue en repêchages par l'Allemande Carolin Weiss[J_I 10]. En , elle termine ensuite troisième du tournoi de Bakou[J_I 11].

Elle dispute pour la première fois les Jeux olympiques lors de l'édition 2016 de Rio de Janeiro[15]. En demi-finale, elle élimine la Chinoise Yu Song, championne du monde en titre, sur ippon[16]. Elle devient championne olympique en détrônant Idalys Ortíz sur immobilisation lors du golden score[16].

En début d'année 2017, elle termine troisième du tournoi de Paris[J_I 12]. Aux championnats d'Europe à Varsovie, elle est éliminée dès son premier match[17]. Elle dispute la compétition par équipes où la France remporte la médaille d'or[18]. Elle révèle plus tard que ses problèmes de genoux sont dû à de l'arthrose avancée[19]. Ses douleurs la handicapant également dans sa vie quotidienne lui font penser à arrêter sa carrière[19]. Une solution chirurgicale, bien que connue — prothèse du genou qui signifie donc l'arrêt du judo — n'est alors pas pas retenue[19]. Elle participe aux championnats du monde où elle s'incline en quart de finale face à la Turque Kayra Sayit sur ippon après immobilisation[20] avant de s'incliner en finale de repêchage. Elle déclare alors vouloir faire une pause et arrêter les compétitions pendant une année[21].

Le 12 août 2018, elle annonce officiellement, sur sa page Facebook, mettre un terme à sa carrière sportive, deux ans après sa médaille d'or olympique[22].

Autres activités[modifier | modifier le code]

En parallèle à sa carrière de sportive, elle bénéficie d'une convention avec le conseil départemental du Val-de-Marne afin de préparer sa reconversion[23]. Elle suit également une formation dans le le but de devenir professeure de judo[23].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Année Compétition Lieu Résultat Catégorie
2013 Championnats d'Europe Budapest 2e Plus de 78 kg
2014 Championnats d'Europe Montpellier 1re Plus de 78 kg
2014 Championnats du monde Tcheliabinsk 3e Plus de 78 kg
2015 Jeux européens Baku 1re Plus de 78 kg
2016 Jeux olympiques Rio 1re Plus de 78 kg

Distinctions[modifier | modifier le code]

Postérité[modifier | modifier le code]

En 2013, le nom d'Émilie Andéol est donné au Dojo du complexe sportif de Marcheprime[25]. Trois ans plus tard, en 2016, son nom est donné au complexe sportif de Marcheprime[26].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Références judoinside.com[modifier | modifier le code]

  1. (en) « World Cup Rome », sur judoinside.com.
  2. (en) « Grand Prix Abu Dhabi », sur judoinside.com.
  3. (en) « European Open Prague », sur judoinside.com.
  4. (en) « European Championships Budapest », sur judoinside.com.
  5. (en) « Grand Slam Paris », sur judoinside.com.
  6. (en) « European Championships Montpellier », sur judoinside.com.
  7. (en) « Grand Slam Paris », sur judoinside.com.
  8. (en) « Grand Slam Abu Dhabi », sur judoinside.com.
  9. (en) « Grand Slam Tokyo », sur judoinside.com.
  10. (en) « European Championships Kazan », sur judoinside.com.
  11. (en) « Grand Slam Baku », sur judoinside.com.
  12. (en) « Grand Slam Paris », sur judoinside.com.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Profil de Émilie Andéol », sur lequipe.fr (consulté le 31 août 2017).
  2. « Trois choses à savoir sur Emilie Andéol », sur L'équipe, (consulté le 13 août 2016).
  3. « Émilie Andéol : « Je serai en Martinique fin novembre » », sur martinique.franceantilles.fr, .
  4. Bernadette Dubourg, « Marcheprime (33) : la fierté du père d'Emilie Andéol, médaillée d'or aux JO », sur sudouest.fr, .
  5. Laura Philippon, « Qui est Emilie Andéol, la judokate martiniquaise médaillée d’or aux JO de Rio ? », sur la1ere.francetvinfo.fr, .
  6. « Abu Dhabi : Andéol la bonne surprise », sur rmcsport.bfmtv.com, .
  7. « ChE (F) : Andéol prend l'argent », sur www.sport365.fr, (consulté le 1er septembre 2013)
  8. « ChM (F) : Andéol au pied du podium », sur www.sport365.fr, (consulté le 1er septembre 2013).
  9. a et b Clément Carpentier, « La judokate girondine Emilie Andéol sacrée double championne d'Europe à Montpellier », sur francebleu.fr, .
  10. Nicolas Le Gardien, « Judo : médaillée de bronze, la Girondine Émilie Andéol "montre qu’elle mérite d’être là" », sur sudouest.fr, .
  11. « Jeux Européens : Emilie Andéol en or en +78kg », sur lequipe.fr, .
  12. « La Chinoise Song Yu sacrée en +78kg aux Championnats du monde », sur lequipe.fr, .
  13. « Tournoi de Paris : Émilie Andéol s'impose chez les +78kg », sur lequipe.fr, .
  14. « Grand Slam Abu-Dhabi : Andeol domine Erb pour le bronze en +78kg », sur lequipe.fr, .
  15. « Emilie Andéol championne olympique en +78 kg ! », sur Eurosport, (consulté le 12 août 2016)
  16. a et b Anthony Hernandez, « JO 2016 - judo : le sacre incroyable d’Emilie Andéol », sur lemonde.fr, .
  17. « Vidéo. Les larmes d’Émilie Andéol, éliminée d’entrée aux championnats d’Europe de judo », sur sudouest.fr, .
  18. Karl Lorand et Christian Boutrin, « Emilie Andéol se blesse au genou », sur rci.fm, .
  19. a, b et c Cédric Callier, « Emilie Andéol : «J’aurais pu dire stop» », sur sport24.lefigaro.fr, .
  20. « Championnats du monde : Emilie Andéol (+78 kg) aux repêchages », sur lequipe.fr, .
  21. « Emilie Andéol va faire un break d'un an », sur lequipe.fr, .
  22. « Judo : Emilie Andéol met un terme à sa carrière », Francetvsport,‎ (lire en ligne)
  23. a et b Arnaud Bevilacqua, « Émilie Andéol : « Je n’ai pas changé ma vie en devenant championne olympique » », sur la-croix.com, .
  24. Décret du 30 novembre 2016 portant promotion et nomination
  25. « Dojo Emilie Andeol à Marcheprime », sur abc-france.com.
  26. Yassine Khelfa M'Sabah, « Marcheprime offre un accueil en or à la championne olympique Émilie Andéo », sur francebleu.fr, .

Liens externes[modifier | modifier le code]