Julio Jiménez

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jiménez.
Julio Jiménez
Julio Jiménez 1969 Ajman stamp.jpg
Informations
Nom de naissance
Julio Jiménez MuñozVoir et modifier les données sur Wikidata
Surnom
El Relojero de ÁvilaVoir et modifier les données sur Wikidata
Naissance
Nationalité
Spécialité
Équipes professionnelles
1959 Bilbao-Goyoaga
1960-1961 Catigene
1962 Faema
1963 Faema-Flandria
1964-1965 KAS-Kaskol
1966 Ford France-Hutchinson et KAS-Kaskol
1967-1968 Bic
1969 Eliolona
Principales victoires

3 championnats
MaillotEspaña.PNG Champion d'Espagne sur route 1964
MaillotEspaña.PNG Champion d'Espagne de la montagne 1962 et 1965
6 classements annexes de grands tours
Classements de la montagne
Mountains.svg Tour de France 1965, 1966 et 1967
Leader du classement de la montagne Tour d'Espagne 1963, 1964 et 1965
12 étapes de grands tours
Tour de France (5 étapes)
Tour d'Italie (4 étapes)

Tour d'Espagne (3 étapes)

Julio Jiménez Muñoz, né le à Ávila, est un coureur cycliste espagnol, qui courut comme professionnel de 1961 à 1969.

Biographie[modifier | modifier le code]

De petite taille (1,63 m), mince, l'ancien "horloger d'Ávila" était réputé pour ses qualités de grimpeur qu'il fit valoir dans les courses de côte et championnats de la montagne dans son pays, puis dans les grandes courses par étapes, Tours d'Espagne, d'Italie et de France.

Il remporta ainsi le Grand Prix de la montagne du Tour d'Espagne en 1963, 1964 et 1965. En 1964, il porta le maillot "amarillo" de leader avant d'être détrôné dans l'étape contre-la-montre par Raymond Poulidor. En 1967, il remporta le Grand Prix de la montagne, mais fut déclassé, le règlement prévoyant que le lauréat devait finir dans les 15 premiers du classement général, alors qu'il n'était que 20e[1]. Il remporta quatre étapes dans le Tour d'Italie (deux en 1966, où il porta le maillot "rose" de leader pendant dix jours avant de terminer à la 4e place, deux en 1968 où il termina 11e).

Jiménez participa, de 1964 à 1968, à cinq reprises au Tour de France dans lequel il remporta 5 étapes et 3 fois le Grand Prix de la montagne.

Sociétaire de l'équipe espagnole Kas en 1964, il remporta la 13e étape Perpignan-Andorre après une longue échappée, puis la 20e étape Brive-le Puy-de-Dôme, celle qui vit Poulidor distancer Jacques Anquetil. Il fut jusqu'au bout un redoutable adversaire de Federico Bahamontes pour le titre de meilleur grimpeur, terminant 7e au classement général et 2e à celui des grimpeurs. Sur sa forme du Tour de France, Jiménez remporta le championnat d'Espagne sur route.

Leader de l'équipe Kas en 1965, il remporta à nouveau deux étapes dans le Tour de France : la 9e Dax-Bagnères de Bigorre et la 17e Briançon-Aix-les-bains, s'adjugeant le Grand Prix de la montagne et terminant à la 23e place du classement général.

Jiménez revient dans le Tour 1966 comme sociétaire de l'équipe Ford-France, aux côtés d'Anquetil et de Lucien Aimar. Vainqueur de la 16e étape Bourg d'Oisans-Briançon, il remporta pour la 2e fois le Grand Prix de la montagne tout en assurant, dans les dernières étapes, une aide décisive au futur vainqueur, son coéquipier Lucien Aimar.

Le retour du Tour de France aux équipes nationales voit Jiménez retenu comme leader de l'équipe d'Espagne. Toujours percutant dans les étapes de montagne (2e à Briançon et à Luchon, 3e au Puy-de-Dôme), Jiménez termina l'épreuve à la deuxième place, devancé par le Français Roger Pingeon qui s'était assuré une avance de 7 minutes par son échappée en Belgique le 5e jour. Jiménez remporta son troisième Grand Prix de la montagne. Cette même année, il est contrôlé positif[2].

Julio Jiménez participa à son 5e Tour de France en 1968 comme coleader de l'équipe d'Espagne. L'absence de grands cols incita son directeur sportif à jouer la carte du classement par équipes que remporta l'équipe d'Espagne. Premier au sommet de l'Aubisque, Jiménez termina à la 30e place au classement final et 3e du Grand Prix de la montagne derrière Aurelio González Puente et Franco Bitossi.

À 34 ans passés, Jiménez accomplit une dernière saison en Italie, en 1969. Après avoir terminé 36e du Tour d'Italie et 3e du Grand Prix de la montagne, il met fin à sa carrière cycliste et monte un bar dans sa ville natale d'Avila.

Palmarès et résultats[modifier | modifier le code]

Palmarès année par année[modifier | modifier le code]

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

  • 1966 : 4e, vainqueur des 2e et 15e étapes, Jersey pink.svg leader durant 11 jours
  • 1968 : 10e, vainqueur des 9e et 18e étapes[3]
  • 1969 : 36e

Tour de France[modifier | modifier le code]

Tour d'Espagne[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Didier Beoutis, Julio Jiménez, l'horloger d'Avila, Paris, , 232 p. (ISBN 978-2-917900-83-3)
  2. {{Article}} : paramètre « titre » manquant, L'Equipe,‎ 05-06/08/1967
  3. Gianni Motta initialement sixième est déclassé pour dopage.

Liens externes[modifier | modifier le code]