Christiane Nüsslein-Volhard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Christiane Nüsslein-Volhard
Christiane Nüsslein-Volhard mg 4372 cropped.jpg
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activités
Parentèle
Benjamin List (neveu)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Dir. de thèse
Heinz Schaller (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Prix Albert-Lasker pour la recherche médicale fondamentale ()
Prix Nobel de physiologie ou médecine ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Liste détaillée
Ordre Pour le Mérite pour les sciences et arts (d)
Docteure honoris causa de l'université Harvard‎
Docteure honoris causa de l'université de Fribourg-en-Brisgau
Docteur honoris causa de l'université de Princeton
Docteure honoris causa de l'université de Cambridge
Docteur honoris causa de l'université d'Oxford
Membre de l'Académie américaine des arts et des sciences
Membre de l'EMBO
Docteur honoris causa de l'université d'Utrecht
Docteur honoris causa de l'université Eberhard Karl de Tübingen
Docteur honoris causa de l'université de Bath
Prix Louis-Jeantet de médecine
Docteur honoris causa de l'université de St Andrews
Prix Gottfried-Wilhelm-Leibniz ()
Médaille Carus ()
Prix Rosenstiel ()
Membre étranger de la Royal Society ()
Keith R. Porter Lecture (en) ()
Prix Albert-Lasker pour la recherche médicale fondamentale ()
Médaille Otto Warburg (en) ()
Prix Alfred Sloan Jr. (en) ()
Prix Louisa-Gross-Horwitz ()
Prix Otto Bayer (d) ()
Prix Ernst Schering (en) ()
Médaille Hans Adolf Krebs ()
Commandeure de l'ordre du Mérite de la République fédérale d'Allemagne ()
Prix Nobel de physiologie ou médecine ()
Ordre du Mérite de Bade-Wurtemberg ()
Médaille Goethe de la ville de Francfort ()
Grande officière de l'ordre du Mérite de la République fédérale d'Allemagne ()
Grand commandeur de l'ordre du Mérite de la République fédérale d'Allemagne ()
Médaille Urania (d) ()
Deutscher Stifterpreis (d) ()
Prix Erna Hamburger (d) ()
Décoration autrichienne pour la science et l'art (en) ()
Hall of Fame of German Research (d) ()
Fellow of the AACR Academy (d) ()
Ordre bavarois de Maximilien pour la science et l'art ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Christiane Nüsslein-Volhard, née le à Magdebourg, est une généticienne spécialiste du développement qui reçut avec Eric F. Wieschaus et Edward B. Lewis le prix Nobel de physiologie ou médecine en 1995 pour leurs travaux sur le contrôle génétique du développement précoce de l'embryon en utilisant la mouche du vinaigre ou Drosophila melanogaster.

Biographie[modifier | modifier le code]

Christiane Nüsslein-Volhard est née en 1942. Diplômée de biochimie en 1968, elle complète cette formation par un doctorat en génétique obtenu en 1973 à l'université Eberhard Karl de Tübingen. Aidée par l'obtention de bourses, elle mène des recherches dans ce domaine à Bâle et à Fribourg. En 1978, Elle rejoint Eric Wieschaus comme chef de laboratoire au Laboratoire européen de biologie moléculaire à Heidelberg, et passe plus d'un an à étudier avec lui les caractéristiques génétiques de mouches au vinaigre ou Drosophila melanogaster au microscope binoculaire. En 1981, elle revient à Tübingen et se voit confier en 1985 la direction de l'institut Max-Planck de biologie développementale[1],[2].

Elle reçoit le prix Gottfried-Wilhelm-Leibniz en 1986, le prix Albert-Lasker pour la recherche médicale fondamentale en 1991 et le prix Louis-Jeantet de médecine en 1992. En 1990, elle devient membre étranger de la Royal Society. Pour avoir révélé l'universalité des mécanismes moléculaires de l'embryogenèse, elle se voit décerner enfin le prix Nobel de physiologie ou médecine en 1995 avec Eric F. Wieschaus et Edward Lewis[1],[3].

Apports scientifiques[modifier | modifier le code]

Ses travaux avec Eric F. Wieschaus sur les caractéristiques génétiques des Drosophila melanogasteront approfondi les recherches menées par Edward Lewis[3]. Ces travaux ont permis de conclure que sur les 20 000 gènes de Drosophila melanogaster, 5 000 sont importants et 140 sont essentiels[1].

Les gènes de segmentation de l'insecte sont divisés en trois catégories[1] :

  • gènes gap : développement antéro-postérieur ;
  • gènes pair rule : segmentation ;
  • gènes polarité de segment : responsables de la répétition de la structure dans chaque segment.

Ils ont identifié les « gènes architectes » qui interviennent de façon précoce dans la détermination du plan de segmentation des embryons[1].Ces gènes ont été trouvés ensuite au sein de tous les organismes pluricellulaires, de la méduse à la souris, ce qui renforce l'hypothèse d'un ancêtre commun[3].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Yvette Sultan, « Nüsslein-Volhard, Christiane [Magdebourg 1942] », dans Béatrice Didier, Antoinette Fouque et Mireille Calle-Gruber (dir.), Dictionnaire universel des créatrices, Éditions Des femmes, , p. 3221
  2. « Nüsslein-Volhard Christiane (1942- ) », sur Encyclopedia Universalis
  3. a b et c Catherine Vincent, « Reine des laboratoires, la drosophile dévoile son génome », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]