Fritz Albert Lipmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.


Fritz Albert Lipmann, né le à Königsberg (Empire allemand) et mort le à Poughkeepsie (États-Unis), est un biochimiste germano-américain.

Découvreur du coenzyme A, il a reçu le prix Nobel de physiologie ou médecine de 1953 en même temps que Hans Adolf Krebs[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Né en 1989 à Koenigsberg en Allemagne (aujourd'hui Kaliningrad en Russie), Fritz Albert Lipmann est le fils de Leopold Lipmann, avocat, et de Gertrud Lachmanski.[2]

Entre 1917 et 1922, il étudie dans les universités de Koenigsberg, Berlin et Munich et obtient son diplôme de médecine en 1924 à Berlin. Il opte alors pour une carrière de biochimiste et fait un stage en pharmacologie à l'université d'Amsterdam avant de retourner à Koenigsberg pour continuer des études de chimie avec le Professeur Hans Meerwein. Il devient par la suite l'élève d'Otto Meyerhof à l'institut de biologie Kaiser Wilhelm à Berlin puis Heidelberg, de 1926 à 1930.[2],[3]

Il épouse Elfreda M. Hall en 1931 et ont un enfant, Steven.[2]

En 1933 à l'arrivée des nazis au pouvoir, du fait de ses origines juives, il doit abandonner son travail et quitter l'Allemagne avec sa famille. [3]

Il mène alors son activité scientifique à la fondation Carlsberg à Copenhague, puis à l'université Cornell à New York, puis à l'hôpital général du Massachusetts entre 1939 et 1941, avant de devenir professeur de chimie biologique à la Havard Medical School à Boston, puis à l'institut Rockefeller de New York en 1957.[3]

En 1953, il est lauréat du prix Nobel de physiologie ou médecine (avec son compatriote Hans Adolf Krebs) « pour sa découverte du coenzyme A et de son importance dans le métabolisme intermédiaire[1] ».

Il décède le 24 juillet 1986 à Poughkeepsie, New York.[2]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « for his discovery of co-enzyme A and its importance for intermediary metabolism » in Personnel de rédaction, « The Nobel Prize in Physiology or Medicine 1953 », Fondation Nobel, 2010. Consulté le 8 décembre 2010
  2. a b c et d (en) Mark Nicholls, « Fritz Albert Lipmann », sur Oxford Academy
  3. a b et c Encyclopædia Universalis, « FRITZ ALBERT LIPMANN », sur Encyclopædia Universalis

Liens externes[modifier | modifier le code]