Stanley Cohen (biochimiste)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Stanley Cohen, né le à Brooklyn à New York aux États-Unis et mort le à Nashville (Tennessee)[1], est un biologiste américain, spécialisé en biologie cellulaire qui a obtenu le prix Nobel de physiologie ou médecine avec Rita Levi-Montalcini en 1986.

Biographie[modifier | modifier le code]

Stanley Cohen soutient sa thèse de biochimie en 1948 de l'université du Michigan. Il intègre ensuite le laboratoire de Rita Levi-Montalcini à l'université Washington de Saint-Louis où il réalisera d'importantes découvertes sur la croissance cellulaire. Il devient ensuite professeur à l'université Vanderbilt à Nashville en 1959.

Stanley Cohen reçoit en 1986 le prix Albert-Lasker pour la recherche médicale fondamentale et avec Rita Levi-Montalcini le prix Nobel de physiologie ou médecine 1986 pour leurs travaux communs.

Apports scientifiques[modifier | modifier le code]

Stanley Cohen a travaillé à l'isolation et à la caractérisation du facteur de croissance nerveuse (NGF) et du facteur de croissance épidermique (EGF) dans les années 1950. Dès lors ses travaux se sont intéressés à l'étude des facteurs de croissance cellulaires et à leurs rôles dans le développement des cancers.

Prix et distinction[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • (en) Autobiographie sur le site de la fondation Nobel (le bandeau sur la page comprend plusieurs liens relatifs à la remise du prix, dont un document rédigé par la personne lauréate — le Nobel Lecture — qui détaille ses apports)