Gertrude Elion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Gertrude Elion
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Décès
Nom dans la langue maternelle
Gertrude Belle ElionVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Gertrude Belle Elion
Autres noms
Trudy
Nationalité
Formation
Activité
chercheuse en virologie et immunologie,
Période d'activité
1941-1999
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
virologie, immunologie, pharmacologie, biologie cellulaire
Religion
Membre de
Directeur de thèse
Site web
Distinctions
Titres honorifiques
Docteur honoris causa (université polytechnique de New York et université George-Washington)

Gertrude Belle Elion, née le à New York aux États-Unis et morte le à Chapel Hill dans l'État de la Caroline du Nord, est une pharmacologue, virologue, immunologue et biochimiste américaine. Elle reçoit le Prix Nobel de physiologie ou médecine en 1988 pour ses découvertes majeures dans l'élaboration de nouveaux traitements concernant notamment la malaria, la leucémie et les transplantations d'organes et le syndrome d'immunodéficience acquise (SIDA). Ses travaux ont révolutionné aussi bien la recherche pharmaceutique que la recherche médicale. Plusieurs de ses médicaments figurent sur la liste modèle de l'OMS des médicaments essentiels. Deux prix ont été créés qui portent son nom pour soutenir de jeunes chercheurs du secteur de la santé : le Gertrude B. Elion Cancer Research Award et le Gertrude B. Elion Mentored Medical Student Research Award.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et formation[modifier | modifier le code]

Gertrude Elion en 1932

Gertrude Elion est la fille aînée de Robert Elion (un émigrant d'origine lituanienne, descendant d'une longue lignée de rabbins remontant au VIe siècle de l’ère commune, et chirurgien dentiste diplômé de la New York University College of Dentistry en 1914) et de Bertha Cohen, un émigrée d'origine polonaise qui a fui les persécutions antisémites. En 1924 après la naissance de son frère Herbert, sa famille emménage dans le Bronx. Dès son enfance, elle se passionne pour la science, elle a pour idoles Louis Pasteur et Marie Curie et dévore les livres de vulgarisation scientifique. En 1929, frappé par la Grande Dépression son père fait faillite, il sera endetté pendant le reste de sa vie. L’événement qui va définitivement orienté ses études est le décès de son grand-père des suites d'un cancer de l'estomac, c'est alors Gertrude que se décide à se lancer dans la recherche médicale pour mettre au point un traitement contre le cancer. Mais la situation de la famille va compromettre les études de Gertrude, élève surdouée, elle achève ses études secondaires à l'âge de 15 ans et ne sait comment continuer ses études, heureusement les établissements rattachés à l'université de New York sont gratuits, c'est ainsi que Gertrude Elion est admise au Hunter College où elle obtient le Bachelor of Science (licence) en 1937 avec la mention summa cum laude, elle souhaite continuer ses études mais étant une femme, elle doit faire ses preuves, aussi elle enseigne à la Cornell School of Nursing (en) (école de soins infirmiers) pendant un semestre avant d'être acceptée à l'Université de New York où elle est la seule femme admise et obtient un Master of Science (master) en 1941, mais étant une femme, sa demande de bourse d'étude lui a été refusée, et n'a donc pas pu entreprendre d'études doctorales (Ph.D), elle obtiendra plus tard le titre de docteur honoris causa par l'université polytechnique de New York et par l'université George-Washington en 1998[1],[2],[3],[4],[5],[6],[7],[8],[9].

Carrière[modifier | modifier le code]

Gertrude Elion et George Hitchings en 1948

Elle commence sa carrière en travaillant comme assistante de laboratoire pour la Quaker Maid Company, en tant que femme, il lui est difficile de trouver un emploi en tant que chercheuse, alors elle devient professeur de physique-chimie dans des établissements d'enseignement secondaire (high school) de New York[10]. La mobilisation des hommes durant la Seconde Guerre Mondiale ouvre de nouvelles opportunités aux femmes qui doivent les remplacer, c'est ainsi que Gertrude peut travailler chez Johnson & Johnson. En 1944, grâce à son père, elle fait la rencontre de George Hitchings qui dirige un laboratoire de recherche à la compagnie pharmaceutique Burroughs-Wellcome (future GlaxoSmithKline), contrairement aux idées reçues sur les femmes, Georges Hitchings avait déjà recruté une assistante Elvira Falco[11],[12], l'entretien étant concluant, Gertrude est embauchée comme assistante de recherche. Gertrude va mener aux côtés de Georges Hitchings et d'Elvira Falco des recherches sur l'immunologie, la virologie le métabolisme de l'acide nucléique pendant 20 ans, dans la prolongation des travaux sur l'ADN d'Oswald Avery et de Rosalind Franklin[13],[5],[14],[15],[16].

En 1950, Gertrude et George Hitchings mettent au point deux nouveaux traitements contre le cancer, la 6-mercaptopurine qui permet des rémissions de la leucémie et la 6-Thioguanine qui améliore les effets de la 6-mercaptopurine[17],[18]. Le nouveau médicament est administré pour la première fois au Memorial Sloan-Kettering Cancer Center de New York et reçoit son autorisation de mise sur le marché par la Food and Drug Administration en 1953[16].

En 1957, Gertrude et George Hitchings synthétise l'Azathioprine dérivée de la 6-mercaptopurine, s'il n' a contrairement aux attentes aucun effet sur la leucémie, en revanche, des chercheurs de l'Université Tufts découvre qu'elle est efficace pour empêcher la production d'anticorps lors de transplantations d'organes, et selon le docteur Paul Calabresi de l'Université Brown[19] c'est « premier immunosuppresseur efficace pour des transplantations de reins et d'autres organes. ». Cette molécule sera également utilisée pour le traitement des arthrites rhumatoïdes[16],[20].

En 1960, Gertrude synthétise l'Allopurinol, pour traiter les cas d'hyperuricémie liée notamment à des insuffisances rénales ou au traitement des cancers par radiothérapie ou chimiothérapie, avant ce médicament plus de 10 000 personnes décédaient chaque année d'hyperuricémie rien qu'aux États-Unis. En 1963, il montre également son efficacité pour traiter la goutte. En 1973, il montre également son efficacité pour soigner la leshmaniose, maladie répandue dans l'Afrique Australe ainsi que la maladie de Chagas, tant et si bien qu'il figure sur la liste modèle de l'OMS des médicaments essentiels[21]. La création de ce médicament fait dire par Thomas Krenitski, professeur de l'Université Cornell[22] que « Trudy Elion a fait plus pour l'humanité que mère Térésa »[23].

Lorsque George Hitchings prend sa retraite en 1967, Gertrude quitte Burroughs-Wellcome pour créer son propre laboratoire indépendant à l'Université Duke de Durham (Caroline du Nord) où elle dirigera le département de la recherche médicale et pharmaceutique jusqu'à son départ à la retraite en 1983. Quand la Burroughs-Wellcome emménage à la technopole du Research Triangle Park dans la Caroline du Nord, Gertrude établira un partenariat avec son laboratoire de l'université Duke[4],[24].

En 1978, Gertrude et son équipe mettent au point l'Aciclovir après sept années de recherche-développement, médicament antiviral conçu pour traiter principalement le Virus d'Epstein-Barr, et l'Encéphalite herpétique, l'Herpès génital, il est commercialisé par Burroughs-Wellcome sous le nom de Zovirax[25]. L'Aciclovir figure aussi sur la liste modèle de l'OMS des médicaments essentiels[26].

En 1983, Gertrude prend sa retraite et devient professeur émérite et conseillère auprès de divers institutions telles que l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'American Association for Cancer Research (en) de Philadelphie. Par ailleurs, elle est consultante auprès de la Burroughs-Wellcome et va diriger une équipe de chercheurs qui va mettre au point l'Azidothymidine premier médicament antirétroviral utilisé pour le traitement de l'infection par le VIH[8],[26].

Principales contributions thérapeutiques[modifier | modifier le code]

Gertrude Elion a tout au long de sa carrière développé de nouvelles molécules pour la lutte contre les infections des agents pathogènes dans les cellules hôtes, notamment dans le domaine des antirétroviraux, parmi les 45 brevets à son nom, il faut principalement retenir les médicaments suivants[27],[28] :

Vie privée[modifier | modifier le code]

Gertrude Elion décède le des suites d'une hémorragie cérébrale à l'hôpital de Chapel Hill[29],[30].

Après ses funérailles, sa dépouille est incinérée et ses cendres sont remises à des membres de sa famille et à des amis[31].

Archives[modifier | modifier le code]

L'American Chemical Society fait état de 225 articles que Gertrude Elion aurait publié sur ses recherches, plus de deux cents d'entre eux sont consultables sur le site Academictree.org[32].

Prix et distinctions (sélection)[modifier | modifier le code]

Gertrude Elion est inscrite sur la liste des femmes qui ont façonné la science américaine, liste établie par la National Academy of Sciences (NAS) des États-Unis[43].

Hommages[modifier | modifier le code]

  • En 1996, l'American Association for Cancer Research (Association américaine de la recherche sur le cancer), avec le soutien de la GlaxoSmithKline, crée le d'un montant de 75 000 $ à destination de jeunes chercheurs afin de les encourager à mener des recherches sur l'étiologie, le diagnostic, le traitement ou la prévention du cancer[44],[45].
  • En 1999, la Triangle Community Foundation et le Burroughs Wellcome Fund créent le Gertrude B. Elion Mentored Medical Student Research Award d'un montant de 10 000 $ pour récompenser de jeunes femmes chercheuses dans le domaine de la santé[46],[47],[48],[49]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Gertrude_B._Elion », sur www.bionity.com (consulté le 22 mars 2021)
  2. (en-US) « Gertrude B. Elion », sur Biography (consulté le 22 mars 2021)
  3. a et b (en-US) « Gertrude Elion | Lemelson », sur lemelson.mit.edu (consulté le 22 mars 2021)
  4. a b et c (en-US) « WITI - Dr. Gertrude Elion », sur www.witi.com (consulté le 22 mars 2021)
  5. a et b (en-US) « Gertrude Belle Elion | Encyclopedia.com », sur www.encyclopedia.com (consulté le 22 mars 2021)
  6. (en-US) Sharon Bertsch McGrayne, Nobel Prize Women in Science: Their Lives, Struggles, and Momentous Discoveries, Joseph Henry Press, mars 1993, rééd. 12 avril 2001, 419 p. (ISBN 9780309072700, 9780309072700), p. 285-286
  7. (en) « Gertrude Elion », sur Jewish Women's Archive (consulté le 23 mars 2021)
  8. a b et c (en-GB) Mary Ellen Avery, « Gertrude Belle Elion: 23 January 1918-21 February 1999 », Biographical Memoirs of Fellows of the Royal Society, Vol. 54,‎ , p. 162-168 (7 pages) (lire en ligne)
  9. (en-US) « Gertrude Elion - Biography, Facts and Pictures » (consulté le 3 avril 2021)
  10. (en) « Gertrude B. Elion | American scientist », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 22 mars 2021)
  11. (en-US) « Elvira Falco Bass », sur The Ellsworth American (consulté le 23 mars 2021)
  12. (en-US) « The Nobel Prize in Physiology or Medicine 1988 », sur NobelPrize.org (consulté le 23 mars 2021)
  13. (en) « Oswald Avery | American bacteriologist », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 23 mars 2021)
  14. a et b (en-US) « How One Scientist Broke Through the 'Brick Wall' for Women in Chemistry », sur Time (consulté le 22 mars 2021)
  15. (en-US) Sharon Bertsch McGrayne, Op. cit., p. 288-291
  16. a b et c (en-US) Anne Commire & Deborah Klezmer, Women in World History, Volume 5, Yorkin Publications / Gale Research, 8 octobre 1999, rééd. août 2001, 837 p. (ISBN 9780787640729, lire en ligne), p. 125
  17. (en-US) Sharon Bertsch McGrayne, Op. cit, p. 293-295
  18. (en) « The Nobel Prize | Women who changed science | Gertrude Elion », sur www.nobelprize.org (consulté le 24 mars 2021)
  19. (en) « Dr Paul Calabresi - Biography | SIOG », sur www.siog.org (consulté le 24 mars 2021)
  20. (en-US) Sharon Bertsch McGrayne, Op. cit, p. 296-297
  21. (fr) OMS, « Liste modèle de lʹOMS des médicaments essentiels », sur Organisation Mondiale de la Santé,
  22. (en) « Thomas A. Krenitsky - Crunchbase Person Profile », sur Crunchbase (consulté le 24 mars 2021)
  23. (en-US) Sharon Bertsch McGrayne, Op. cit, p. 297-298
  24. (en-US) Lisa Yount, A to Z of Women in Science and Math, Facts on File, 1 mai 1999, rééd. 1 août 2007, 386 p. (ISBN 9780816066957, lire en ligne), p. 83
  25. « ZOVIRAX », sur VIDAL (consulté le 25 mars 2021)
  26. a et b (en-US) Sharon Bertsch McGrayne, Op. cit., p. 301
  27. a et b (en-US) « Gertrude B. Elion », sur National Science and Technology Medals Foundation (consulté le 22 mars 2021)
  28. (en-US) Richard Kent et Brian Huber, « Gertrude Belle Elion (1918-99) », Nature, vol. 398, no 6726,‎ , p. 380–380 (ISSN 1476-4687, DOI 10.1038/18790, lire en ligne, consulté le 24 mars 2021)
  29. (en-US) Lawrence K. Altman, « Gertrude Elion, Drug Developer, Dies at 81 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 23 mars 2021)
  30. (en-US) Martin Weil, « Gertrude Elion Dies », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  31. « Gertrude Belle Elion (1918-1999) - Mémorial Find... », sur fr.findagrave.com (consulté le 23 mars 2021)
  32. (en-US) « Gertrude B. Elion - Publications »
  33. (en-US) « Francis P. Garvan-John M. Olin Medal », sur American Chemical Society (consulté le 22 mars 2021)
  34. (en-US) « The Nobel Prize in Physiology or Medicine 1988 », sur NobelPrize.org (consulté le 22 mars 2021)
  35. (en-US) « Achievers », sur Academy of Achievement (consulté le 24 mars 2021)
  36. (en-US) « Gertrude B. Elion, M.Sc. », sur Academy of Achievement (consulté le 24 mars 2021)
  37. « Gertrude Elion », sur www.nasonline.org (consulté le 22 mars 2021)
  38. « Gertrude B. Elion », sur www.nndb.com (consulté le 22 mars 2021)
  39. « The President's National Medal of Science: Recipient Details | NSF - National Science Foundation », sur www.nsf.gov (consulté le 22 mars 2021)
  40. (en-US) « Elion, Gertrude Belle », sur National Women’s Hall of Fame (consulté le 22 mars 2021)
  41. (en-US) « NIHF Inductee Gertrude Elion Invented Leukemia Drugs », sur www.invent.org (consulté le 22 mars 2021)
  42. (en-US) Edmund L. Andrews, « Patents; First Woman In Inventors Hall of Fame », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 22 mars 2021)
  43. « Women in Science », sur www.nasonline.org (consulté le 3 avril 2021)
  44. (en-US) « AACR Gertrude B. Elion Cancer Research Award | Research Funding », sur researchfunding.duke.edu (consulté le 25 mars 2021)
  45. (en-US) « AACR Gertrude B. Elion Cancer Research Award | American Association for Cancer Research », sur American Association for Cancer Research (AACR) (consulté le 25 mars 2021)
  46. (en-US) « Lenhart receives 2011 Gertrude B. Elion Mentored Medical Student Award », sur Department of Cell Biology and Physiology, (consulté le 24 mars 2021)
  47. (en-US) « Gertrude B. Elion Mentored Medical Student Research Award Details - Apply Now | Unigo », sur Unigo.com, (consulté le 24 mars 2021)
  48. (en-US) « Gertrude B. Elion Mentored Medical Student Research Award », sur Triangle Community Foundation, (consulté le 24 mars 2021)
  49. (en-US) « Gertrude B. Elion Mentored Medical Student Research Awards | Research Funding », sur researchfunding.duke.edu (consulté le 24 mars 2021)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notices dans encyclopédies et manuels de références[modifier | modifier le code]

  • (en-US) Sharon Bertsch McGrayne, Nobel Prize Women in Science: Their Lives, Struggles, and Momentous Discoveries, Secaucus (New Jersey), Joseph Henry Press, mars 1993, rééd. 12 avril 2001, 419 p. (ISBN 9780309072700, lire en ligne), p. 280-303. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article,
  • (en-US) Encyclopedia Of World Biography, volume 5, Thomson Gale Research, , 510 p. (ISBN 9780787625450, lire en ligne), p. 252-254,
  • (en-US) Anne Commire & Deborah Klezmer (dir.), Women in World History, Volume 5, Waterford (Connecticut), Yorkin Publications / Gale Research, 8 octobre 1999, rééd. août 2001, 837 p. (ISBN 9780787640729, lire en ligne), p. 123-127. Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article,
  • (en-US) Lisa Yount, A to Z of Women in Science and Math, Facts on File, 1 mai 1999, rééd. 1 août 2007, 386 p. (ISBN 9780816066957, lire en ligne), p. 81-84,
  • (en-US) Pamela Proffitt, Notable Women Scientists, Detroit, Gale, , 668 p. (ISBN 9780787639006, lire en ligne), p. 153-156,
  • (en-US) Elizabeth H. Oakes, International Encyclopedia of Women Scientists, Facts on File, , 448 p. (ISBN 9780816043811, lire en ligne), p. 102-103,
  • (en-US) Sandra Braun, Women Inventors Who Changed the World, New York, Rosen Central, 15 décembre 2011, rééd. 2008, 123 p. (ISBN 9781448859962, lire en ligne), p. 57-64,

Articles[modifier | modifier le code]

  • (en-US) Marguerite Holloway, « Profile : Gertrude Belle Elion », Scientific American, Vol. 265, No. 4,‎ , p. 40-45 (6 pages) (lire en ligne),
  • (en-US) Richard Kent & Brian Huber, « Gertrude Belle Elion (1918-99), Pioneer of drug discovery », Nature n° 398,‎ (lire en ligne),
  • (en-US) Yin Kiong Hoh & Hong Kwen Boo, « Prominent Women Biologists », The American Biology Teacher, Vol. 65, No. 8,‎ , p. 583+585-589 (6 pages) (lire en ligne),
  • (en-GB) Mary Ellen Avery, « Gertrude Belle Elion: 23 January 1918-21 February 1999 », Biographical Memoirs of Fellows of the Royal Society, Vol. 54,‎ , p. 162-168 (7 pages) (lire en ligne),

Liens externes[modifier | modifier le code]