Otto Heinrich Warburg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Otto Warburg.
Otto Heinrich Warburg
Otto Heinrich Warburg (cropped).jpg
Otto Heinrich Warburg en 1931.
Biographie
Naissance
Décès
(à 86 ans)
Berlin
Sépulture
Nationalité
Allemande
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaines
Membre de
Conflit
Directeur de thèse
Distinctions

Otto Heinrich Warburg (8 octobre 1883 à Fribourg-en-Brisgau, Bade-Wurtemberg, Allemagne - 1er août 1970 à Berlin) est un médecin, physiologiste et biochimiste allemand. Il est lauréat du prix Nobel de physiologie ou médecine de 1931[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Docteur en chimie et docteur en médecine, il a découvert des processus-clés de la respiration cellulaire et de différents systèmes enzymatiques. En 1931, il est lauréat du prix Nobel de physiologie ou médecine « pour sa découverte de la nature et du mode opératoire de l'enzyme respiratoire[1] ».

Ayant démontré que les cellules cancéreuses changent leur métabolisme pour passer à un métabolisme anaérobique, il a formulé l'hypothèse non confirmée que le cancer n'a pas besoin d'un milieu riche en oxygène pour se développer. Parmi ses étudiants, le plus illustre est Hans Adolf Krebs, prix Nobel en 1953.

Otto Warburg était protestant mais d'origine juive par son père. À ce titre, il aurait pu être soit expulsé d'Allemagne, soit déporté dans les camps de concentration. Parce qu'Adolf Hitler était particulièrement préoccupé d'avoir un cancer et parce qu'il pensait que Warburg serait le seul scientifique susceptible de trouver un traitement efficace, il donna des instructions pour qu'il fût préservé de la déportation[2]. Warburg est enterré au cimetière de Dahlem à Berlin.

Hypothèse[modifier | modifier le code]

Il constata lors de ses observations sur des cellules cancéreuses une concentration anormalement élevée d'ions lactates, l'un des sels de l'acide lactique. Or, cet acide est typiquement le résultat d'une fermentation.

En 1924, Warburg en tira une hypothèse sur la formation de cellules cancéreuses : celles-ci tireraient principalement leur énergie de la fermentation anaérobie du glucose (glycolyse anaérobie) et par conséquent la présence d'oxygène ne serait pas nécessaire à leur développement.

L'apparition du cancer serait due à un dysfonctionnement des mitochondries des cellules cancéreuses ; au lieu de le consommer, elles fermenteraient le glucose.

Selon Warburg, l'induction d'un état d'acidification dans l'organisme est incompatible avec le métabolisme des cellules cancéreuses[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) « for his discovery of the nature and mode of action of the respiratory enzyme » in Personnel de rédaction, « The Nobel Prize in Physiology or Medicine 1931 », Fondation Nobel, 2010. Consulté le 26 novembre 2010.
  2. Robert Paxton, La France de Vichy 1940-1944, coll. Points-Histoire, éd. Seuil 1997 p. 224.
  3. « La théorie de O. H. Warburg », Nexus, no 48, page 66.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]