Werner Forßmann

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Werner Forssmann)
Aller à : navigation, rechercher
Werner Forßmann
Description de cette image, également commentée ci-après

Werner Forssmann

Naissance
Berlin (Allemagne)
Décès (à 74 ans)
Schopfheim (Allemagne)
Nationalité Drapeau : Allemagne allemande
Domaines Médecine, cardiologie
Diplôme Université de Berlin
Renommé pour Travaux sur le cathétérisme cardiaque
Distinctions Prix Nobel de physiologie ou médecine

Werner Forßmann (on peut écrire en français : Werner Forssmann), né le à Berlin et mort le à Schopfheim, est un médecin allemand. Il est célèbre pour ses travaux sur le cathétérisme cardiaque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Werner Forßmann étudie la médecine à l'université Humboldt de Berlin, d'où il sort diplômé en 1929.

Il adhère au parti nazi en 1932 et à la SA ; il est chirurgien militaire durant la guerre et est emprisonné après[1],[2].

Il reçoit le prix Nobel de médecine, avec André Frédéric Cournand et Dickinson Richards, en 1956, pour ses travaux sur le cathétérisme cardiaque. Les corécipiendaires avaient lu la publication de Forßmann pendant que ce dernier était en prison ; ils avaient appliqué sa technique au diagnostic et à la recherche cardiaque.

Il meurt à Schopfheim, en Allemagne, d'un arrêt cardiaque, en 1979[3].

Contribution[modifier | modifier le code]

En 1929, médecin à Eberswalde, il effectue le premier cathétérisme cardiaque.

Ignorant son chef de département, il persuade une infirmière de l'aider. Elle accepte, mais seulement s'il fait l'opération sur elle et non sur lui. Forßmann ne tient pas promesse ; il attache l'infirmière à la table d'opération et fait semblant de l'anesthésier localement et de l'opérer ; mais c'est sur lui qu'il opère[4].

Il s'anesthésie dans la région cubitale et s'insère une sonde vésicale. Il relâche alors l'infirmière (qui avait alors réalisé que le cathéter n'était pas dans son bras) et lui dit d'appeler la radiologie. À la radiologie, avec l'aide d'un fluoroscope, il enfonce le cathéter les 60 cm qu'il faut pour qu'il atteigne la cavité ventriculaire droite. La prise de rayons-x faite alors montre le cathéter dans son atrium droit[4].

Cela lui vaut d'être congédié[5].

Publications[modifier | modifier le code]

Compléments[modifier | modifier le code]

Distinctions, outre le prix Nobel[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Andreas Gruentzig

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les renseignements que nous avons sur cette période sont principalement tirés de son autobiographie.
  2. On peut consulter : D. Siegel, « Werner Forssmann and the Nazis », Am. J. Cardiol., vol. 80, no 12,‎ , p. 1643–1644 (PMID 9068526, DOI 10.1016/S0002-9149(97)00944-2).
  3. (de) « Werner Forssmann », NNDB
  4. a et b (de) H. W. Heiss et J. Willis Hurst, « Werner Forssmann : A German problem with the Nobel prize », Clinical Cardiology, vol. 15, no 7,‎ , p. 547–9 (PMID 1499182, DOI 10.1002/clc.4960150715).
  5. (de) « (Titre manquant) », MMW Fortschritte der Medizin, vol. 146, no 33–34,‎ , p. 56 (PMID 15526639).
  6. a, b, c, d et e « Forßmann, Werner Theodor Otto, Prof. Dr. med. Dr. h.c. », site de la ville de Bad Kreuznach.
  7. « Großes Verdienstkreuz mit Stern und Schulterband ».
  8. J. V. Pai-Dhungat et F. Parikh, « Werner Forssmann — The risk taker. Stamps issued on Werner Forssmann and cardiac catheterization, Germany, 2006 », J Assoc Physicians India, no 57:172,‎ .

Liens externes[modifier | modifier le code]