Fraize

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne la commune. Pour les autres significations, voir Fraize (homonymie).
Fraize
Hôtel de ville.
Hôtel de ville.
Blason de Fraize
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Saint-Dié-des-Vosges
Canton Gérardmer
Intercommunalité Communauté de communes des Vallées de la Haute Meurthe
Maire
Mandat
Jean-François Lesne
2014-2020
Code postal 88230
Code commune 88181
Démographie
Gentilé Fraxiniens
Population
municipale
3 017 hab. (2014)
Densité 194 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 11′ 11″ nord, 7° 00′ 08″ est
Altitude Min. 468 m – Max. 1 131 m
Superficie 15,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fraize

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fraize
Liens
Site web fraize.mairie.com

Fraize est une commune française située dans le département des Vosges, en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Fraxiniens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Situation de Fraize.

Fraize est une commune du massif vosgien située dans le parc naturel régional des Ballons des Vosges[1], à l'est du département, entre Saint-Dié-des-Vosges (11,8 km), Gérardmer (15,3 km) et Colmar (28,9 km)[2]. Les communes limitrophes sont Plainfaing, Ban-sur-Meurthe-Clefcy, Anould, Saint-Léonard, Mandray et La Croix-aux-Mines dans les Vosges, Le Bonhomme dans le Haut-Rhin.

Communes limitrophes de Fraize
Saint-Léonard Mandray La Croix-aux-Mines
Anould Fraize Le Bonhomme
Ban-sur-Meurthe-Clefcy Ban-sur-Meurthe-Clefcy
Plainfaing
Plainfaing

Les grandes villes les plus proches à vol d'oiseau de Fraize sont Mulhouse (54,5 km), Strasbourg (71,3 km) et Nancy (82,8 km)[2].

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Vue depuis la Roche des Fées.

Le centre de Fraize s'est développé le long de la Meurthe, qui vient de Plainfaing à l'altitude de 516 m et s'échappe en aval à l'altitude minimale de 468 m[3]. La rive gauche, côté ubac, s'élève rapidement vers la Roche des Fées et la Roche de Rovemont (758 m).

Sur la rive droite de la Meurthe, la commune présente un large adret qui s’étire jusqu’à la crête des Vosges. L'altitude maximale de la commune est de 1 131 m, atteinte au Rossberg, où la longue vallée du Scarupt vient tutoyer l'Alsace. Les montagnes situées à l'est de la commune sont composées de granite à grains grossiers à deux micas et de gneiss perlé à cordiérite[4].

Localisation départementale.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le territoire de Fraize est traversé par la Meurthe, un sous-affluent du Rhin qui prend sa source entre le Hohneck et le col de la Schlucht. Le débit moyen autour de la commune est de 2 010 m3/s (médiane située en 1 700 et 2 300 m3/s) pour une lame d'eau de 947 mm[5]. La rivière n'a qu'un affluent notable sur le territoire de Fraize, le ruisseau de Scarupt, d'une longueur de 5 km et qu'elle reçoit rive droite en amont de la mairie.

Climat[modifier | modifier le code]

Selon la méthode Köppen, le climat de Fraize est « tempéré océanique humide » (Cfb). Le massif des Hautes-Vosges, dont fait partie la commune, est une zone de climat rude et humide. En hiver, les précipitations neigeuses sont très importantes et peuvent, dans les sommets, durer jusqu'au début de l'été[6]. La station climatique la plus proche se trouve à Colmar et sert de référence pour les données météorologiques.

Relevés météorologiques de la région de Colmar
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −1 −1 2 5 9 12 14 14 10 7 2 1 6,2
Température moyenne (°C) 1,5 2,5 7 10 14,5 17,5 20 20 15,5 11,5 5 3,5 10,7
Température maximale moyenne (°C) 4 6 12 15 20 23 26 26 21 16 8 6 15,3
dont pluie (mm) 25,5 18,9 22,5 29,4 42,7 39,6 45,1 34,4 38,5 43,2 29,7 25 394,5
Source : Données climatologiques de Colmar[7]


Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Transports routiers[modifier | modifier le code]

La ville de Fraize est desservie par la route nationale 415 qui effectue la liaison de Saint-Dié-des-Vosges jusqu'à Vieux-Brisach dans le pays de Bade, en passant par le col du Bonhomme, un col de montagne qui permet la liaison entre les régions Lorraine et Alsace[8].

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La gare de Fraize, à 507 m d'altitude, est un ancien terminus ferroviaire situé au point kilométrique (PK) 7,4 de la ligne de Saint-Léonard à Fraize. La SNCF a donné l'ordre de fermeture du trafic voyageurs en 1939 puis celui du service marchandises entre Anould et Fraize en 1988[9].

La gare en service la plus proche est celle de Saint-Léonard, sur la ligne de Saint-Dié à Épinal.

La ligne 24 par autocars ( Saint-Dié - Fraize - Habeaurupt[10] ) est concédée à Connex Vosges, du groupe Veolia Transport.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Logement[modifier | modifier le code]

En 2009, on dénombrait un total de 1 780 maisons reparties en 1 397 résidences principales, 164 résidences secondaires et 220 logements vacants. La majorité de ces lotissements ont été construits avant 1949. Il y a 807 logements de propriété et 544 de location[11].

Évolution des résidences principales et secondaires depuis 1968[11]
1968 1975 1982 1990 1999 2009
Résidences principales 1 108 1 135 1 211 1 206 1 277 1 397
Résidences secondaires 80 136 209 226 214 164
Résidences vacants 65 106 85 105 143 220

Projets d'aménagement[modifier | modifier le code]

L'ancienne filature de la rue des Aulnes, actuellement à l'état de friche industrielle à la suite de la fermeture de la société Malora, fait l'objet, depuis 2009, d'un plan de restructuration en écoquartier. Le projet présente une zone habitable et une zone d'activités consacrée à l'éco-construction. Certaines parties de l'usine, dont la grande cheminée en brique rouge, seront toutefois conservées mais viabilisées. La démolition des bâtiments inexploités a commencé en 2011.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous les formes suivantes : Frace en 1188 (Bull. Soc. philom. vosg., 1925, p. 223), en 1200, en 1223 ; Ou ban de Fraisce, 1285 (Rappoltst. Urk., I, 125) ; Fraice, 1302 (arch. des Vosges, G 548), Fracia, 1340 (arch. des Vosges, G 261) ; Frasse, 1342 (Rappoltst. Urk., I, 404) ; Fresse, 1373 (Rappoltst. Urk., II, 89); Frasce, 1402 (pouillés Trèves, p. 319) ; Fress, 1419 (Rappoltst. Urk., III, 119); Banc de Fraix, 1434 (arch. des Vosges, G 405) ; Fraisse, 1472 (Rappoltst. Urk., IV, 526) ; Frais, Fraiss, 1494 (Rappoltst. Urk., V, 460); Bericht über den bann Fraisz, 1596 (arch. des Vosges, E 74) ; Herrschaft Fräsz, 1596 (arch. des Vosges, E 74) ; Fraiæ, 1720 (arch. des Vosges, G 548) ; Frasiae, 1768 (pouillé Chatrian, p. 189) ; Fraise, an II (état)[12],[13],[14].

Les érudits locaux ont pensé que la commune tirait son nom du latin fraxinus « frêne », étymologie qui se retrouve dans le gentilé Fraxinien qui qualifie ses habitants. Cette explication ne repose pas sur l'étude des formes anciennes, en outre, si le mot fraisse signifie bien « frêne », c'est uniquement en langue occitane.

Au XXe siècle, les linguistes expliquent l'étymologie du toponyme de manière différente. L'ancien français fraite « défrichement » (issu du latin fracta « terre déchirée », d'où « défrichement ») ne convient pas, cependant Albert Dauzat, Charles Rostaing et Ernest Nègre proposent un étymon alternatif non attesté *fractia pour expliquer l'évolution phonétique. Néanmoins, les premiers y voient le sens de « fossé, barrière, lieu fortifié » et le dernier, le même sens que fraite[15],[16].

Ils comparent avec Fresse-sur-Moselle (Fraice XIVe siècle) et Fresse (Fresse 1484). La prononciation [z] de Fraize au lieu de [s] serait lié à l'attraction du mot « fraise » selon E. Nègre.

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge et Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Lors du partage de l'empire de Charlemagne, au traité de Verdun, le ban de Fraize fit partie de la Francie médiane et finalement du duché de Lorraine.

En 1221, le duc Mathieu II donna à Simon de Paroy le ban de Fraize. Il le partagea plus tard avec Anselme de Ribeaupierre. Henry de Ribeaupierre qui avait reçu le Hohennée du duc Raoul stipula qu'après sa mort le ban de Fraize soit à nouveau un territoire des ducs de Lorraine. Henry de Ribeaupierre mourut en 1343 et comme convenu le ban de Fraize retourna aux ducs.

Un incendie détruit l'église de Fraize en 1782, elle sera reconstruite en 1783 et 1784. Avant 1783, Plainfaing et ses hameaux faisaient partie de la commune de Fraize. Ce n'est qu'après cette date que les deux bourgs furent érigés en communautés distinctes.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Fraize n'était, jusqu'au XIXe siècle, qu'un gros village agricole très dispersé, où les lieux-dits l'emportaient sur l'unité communale. Aussi le besoin de définir des armoiries fut-il tardif ; le blason de la ville de Fraize se décrit ainsi : d'or à la bande d'azur chargée de trois roses boutonnées du champ, à cinq pétales du champ et cinq pétales d'argent.

Les écoles de garçons et de filles ont été construites en 1838, la mairie en 1857 et l’école maternelle en 1882.

La commune de Fraize a beaucoup souffert durant la Première Guerre mondiale et a été décorée le 22 octobre 1921 de la Croix de guerre 1914-1918[17], le .

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le conseil municipal est composé de 23 membres conformément à l’article L2121-2 du Code général des collectivités territoriales[18]. À l'issue des élections municipales de 2008, Daniel Pairis a été élu maire de Fraize et succède au socialiste Claude Jacquot.

Fraize est un chef-lieu de canton des Vosges. Le canton compte NEUF communes d'une population cumulée de 12 095 habitants : Anould, Ban-sur-Meurthe-Clefcy, La Croix-aux-Mines, Entre-deux-Eaux, Fraize, Mandray, Plainfaing, Saint-Léonard et Le Valtin.

La commune est également le pôle de la Communauté de communes de la Haute Meurthe dont font partie Ban-sur-Meurthe-Clefcy, Plainfaing et - depuis 2006 - Mandray.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs depuis 1956[19]
Période Identité Étiquette Qualité
1956 mars 1971 André Richard (1892-19??)   Directeur de scierie
mars 1971 mars 1977 Roger Perrin   Instituteur
mars 1977 mars 1983 Jean Wéber (1916-2007)   Directeur d'école retraité
mars 1983 mars 1989 Jean Vincent (1916-2000)   Intendant retraité[20]
mars 1989 mars 2008 Claude Jacquot PS Professeur d'allemand
Député (1997-2002)
Conseiller général du canton de Fraize (1998-2001)
mars 2008 mars 2014 Daniel Pairis    
mars 2014 en cours Jean-François Lesné DVD Retraité de la fonction publique

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Dans le domaine judiciaire, le territoire de Fraize dépend du tribunal d'instance et du conseil de Prud'hommes de Saint-Dié-des-Vosges. Les autres juridictions compétentes sont le tribunal de commerce, le tribunal de de grande instance et pour enfants d'Épinal ainsi que la Cour d'appel de Nancy[22].

Politique environnementale[modifier | modifier le code]

La commune a obtenu une fleur au palmarès du concours national des villes et villages fleuris[23].

Jumelages[modifier | modifier le code]

Au 30 avril 2012, Fraize n'est jumelée avec aucune commune. Cependant, il existe des relations réciproques entre Fraize et Fierzë (en) en Albanie depuis 1993[24].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

En 2009, Fraize compte 3 056 habitants (soit une augmentation de 2 % par rapport à 1999). La commune occupe le 3 366e rang au niveau national, alors qu'elle était au 3 122e en 1999, et le 27e au niveau départemental sur 515 communes.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués à Fraize depuis 1793.

Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par loi du 27 février 2002, dite loi de démocratie de proximité[25], afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est inférieure à 10 000 habitants, les enquêtes sont exhaustives et ont lieu par roulement tous les cinq ans[26]. Pour Fraize, le premier recensement a été fait en 2006 [27], les suivants étant en 2011, 2016, etc. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006, qui, pour Fraize, est un recensement exhaustif.

Le maximum de la population a été atteint en 1911 avec 4 345 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[28]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[29],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 3 017 habitants, en diminution de -1,28 % par rapport à 2009 (Vosges : -1,78 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
1 662 1 678 1 887 2 149 2 501 2 563 2 603 2 536 2 281
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
2 525 2 503 2 416 2 544 2 537 2 765 3 136 3 905 4 271
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
4 334 4 345 4 012 3 780 3 762 3 594 3 606 3 540 3 616
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014 -
3 486 3 367 3 357 3 049 2 990 3 057 3 062 3 017 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[30] puis Insee à partir de 2006 [31].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement âgée. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (27,9 %) est en effet supérieur au taux national (21,8 %) et au taux départemental (24,2 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,9 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,9 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2008, la suivante :

  • 47,1 % d’hommes (0 à 14 ans = 16,9 %, 15 à 29 ans = 16,7 %, 30 à 44 ans = 19,7 %, 45 à 59 ans = 24,8 %, plus de 60 ans = 21,9 %) ;
  • 52,9 % de femmes (0 à 14 ans = 13,5 %, 15 à 29 ans = 14,6 %, 30 à 44 ans = 18 %, 45 à 59 ans = 20,7 %, plus de 60 ans = 33,2 %).
Pyramide des âges à Fraize en 2008 en pourcentage[32]
Hommes Classe d’âge Femmes
1,1 
90 ans ou +
2,9 
7,3 
75 à 89 ans
15,4 
13,5 
60 à 74 ans
14,9 
24,8 
45 à 59 ans
20,7 
19,7 
30 à 44 ans
18,0 
16,7 
15 à 29 ans
14,6 
16,9 
0 à 14 ans
13,5 
Pyramide des âges du département des Vosges en 2008 en pourcentage[33].
Hommes Classe d’âge Femmes
0,4 
90 ans ou +
1,2 
6,6 
75 à 89 ans
11,1 
14,1 
60 à 74 ans
15,0 
22,2 
45 à 59 ans
21,2 
20,1 
30 à 44 ans
18,8 
18,0 
15 à 29 ans
15,7 
18,8 
0 à 14 ans
17,1 

Enseignement[modifier | modifier le code]

Fraize est située dans l'académie de Nancy-Metz. La ville administre une école maternelle et une école élémentaire communales[34]. Le département a en sa possession le collège public de la Haute Meurthe. En ce qui concerne les lycées, plusieurs établissements d'enseignement général ou professionnel se trouvent à Saint-Dié-des-Vosges.

Santé[modifier | modifier le code]

L'hôpital local de Fraize est composé de 140 lits répartis en HUIT lits de médecine et 132 chambres d’hébergement pour personnes âgées dépendantes[35]. Il a été créé en 1871 à l'initiative de Joseph Deloisy qui, en 1866, remet à la commune un immeuble et des apports en numéraire destinées à la fondation de lits[36].

Sports[modifier | modifier le code]

Des circuits de randonnées sont proposés par l'Office de Tourisme. Il existe également plusieurs centres ou associations à but non lucratif pour la pratique de l'équitation, du tennis, du vélo, du ski, etc.[37].

Médias[modifier | modifier le code]

L'émetteur de Fraize / Ban-sur-Meurthe-Clefcy transmet les programmes de France Inter sur le 98,9 MHz, de France Bleu Sud Lorraine sur le 100,7 MHz[38] ainsi que la télévision numérique terrestre[39].

Lieux de cultes[modifier | modifier le code]

Le culte catholique est célébré en l'église Saint-Blaise-et-Notre-Dame-de-la-Nativité qui dépend du diocèse de Saint-Dié.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 21 805,5 €, ce qui plaçait Fraize au 28 221e rang parmi les 31 525 communes de plus de 40 ménages en métropole[40].

Budget et fiscalité 2015[modifier | modifier le code]

La mairie de Fraize face à la Meurthe.

En 2015, le budget de la commune était constitué ainsi[41] :

  • total des produits de fonctionnement : 2 300 000 €, soit 738 € par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 2 000 000 €, soit 642 € par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 776 000 €, soit 249 € par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 710 000 €, soit 228 € par habitant ;
  • endettement : 1 972 000 €, soit 633 € par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 20,68 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 15,45 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 28,39 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Emploi[modifier | modifier le code]

Selon les résultats du recensement de 2009[11], la population active parmi les 15-64 ansde la commune compte 1 266 personnes, soit 69,3 %, ce taux est de 71,3 % au niveau départemental[42]. Les 15-64 ans représentent 12,9 % de chômeurs, 56,4 % de personnes ayant un emploi et 30,7 % d'inactifs. Les inactifs se répartissent de la façon suivante : les retraités ou préretraités représentent 14,1 % de la population active, les scolarisés 6,6 %, les autres inactifs 9,9 %.

En 2009, le taux de chômage (au sens du recensement) parmi les actifs de la commune est de 18,7 %, en augmentation par rapport à 1999 (15,3 %). Au , on compte 284 personnes à la recherche d'un emploi dont 137 de longue durée[43].

Sur les 1 041 personnes actives d'au moins 15 ans ayant un emploi, 384 travaillent dans cette commune[11].

Répartition des plus de 15 ans selon le secteur d'activité en 2009

  Agriculture Industrie Construction Commerce Services
Cayeux-sur-Mer 2,1 % 26,3 % 8,4 % 35,5 % 27,7 %
Comparaison avec le département 3,3 % 22,9 % 7,4 % 35,5 % 30,8 %
Sources des données : INSEE[11]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Au , la ville de Fraize compte 148 entreprises hors agriculture et 18 ont été créées sur le territoire (12 dans le secteur tertiaire, 3 dans l'administration publique et 3 entreprises de construction).

Répartition des entreprises par domaines d'activité

  Ensemble Industrie Construction Commerce et services divers Secteur public
Nombre d'établissements 148 20 28 85 15
% 100 % 13,5 % 18,9 % 57,4 % 10,1 %
Sources des données : INSEE[11]

D'après les statistiques des équipements et services en 2011, le nombre d'établissements commerciaux est de 20 dont deux supermarchés[44].

Agriculture[modifier | modifier le code]

Au niveau agriculture, la commune compte 16 exploitants actifs et 418 ha de superficies agricoles[11].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'association locale La Costelle, créée en 1994, œuvre pour la sauvegarde du patrimoine de la commune[45].

L'église[modifier | modifier le code]

L'église de Fraize.
Maison Masson-Wald, côté sud.

L'église Saint-Blaise-et-Notre-Dame-de-la-Nativité, construite en 1783[46].

L'orgue est dû à Claude-Ignace Callinet en 1852, puis transformé par Jaquot en 1895 et 1925[47],[48].
Cette église contient plusieurs objets inscrits sur l'inventaire des monuments historiques (statuette de saint Blaise[49], statuette de saint Florent[50], de décharge[51], Christ en croix[52], paire de vases chinois[52], deux confessionnaux[53], un tableau représentant une descente de croix[54], un tableau représentant saint Blaise, saint Roch et saint Antoine[55], un tableau représentant deux personnages au pied de la Vierge[56] et un ensemble de 19 verrières réalisées par Max Ingrand et posées en 1949 et 1950[57]).

Maison Masson-Wald[modifier | modifier le code]

La maison Masson-Wald (1re moitié XVIIIe siècle - milieu XIXe siècle) est inscrite à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis le 22 septembre 1995[58],[59]. C'est une ancienne officine tenue durant près de deux siècles par une lignée de chirurgiens-herboristes, représentative de la thérapeutique en milieu rural aux XVIIIe et XIXe siècles.
Réhabilitée, elle accueille aujourd'hui une crèche halte-garderie, une bibliothèque et des locaux d'exposition[60].

Autres monuments[modifier | modifier le code]

L'inventaire général du patrimoine culturel de la France répertorie plusieurs fermes[61],[62],[63],[64] et la maison des Ribeaupierre[65], détruite pour laisser place à une supérette.

Monuments commémoratifs[modifier | modifier le code]

Monument aux morts square du Souvenir Français ; monument aux morts 1914-1918 situé dans le cimetière; Plaques in memoriam dans l'église, monument commémoratif de la reconnaissance dans l'église Saint-Blaise, toile commémorative à l'église Saint-Blaise, plaque commémorative de l'église Saint-Blaise ; plaque commémorative sur la façade de la maison où vécurent les frères Ingold, plaque commémorative 1914-1918 sur le palier à l'étage de la mairie ; plaque commémorative de la S.A. des établissements N. Géliot & Fils - filatures de Fraize ; mémorial du col des Journaux ; carré militaire cimetière communal[66],[67].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Plaque à la mémoire des frères Ingold.
  • Joseph Mengin (1750-1821), député, s'établit comme notaire à Fraize le 18 brumaire an IX.
  • Originaire de Fraize, la famille Chaxel compta sept facteurs d'orgues. Augustin Chaxel, né à Fraize en 1771, s'y maria en 1809 et mourut à Anould en 1845. Il fut le seul à travailler dans les Vosges. En 1817, il était signalé comme facteur d'orgues à Habeaurupt, commune de Plainfaing. En 1821, il s'installa à La Croix-aux-Mines où il construisit les orgues des églises de La Croix-aux-Mines et de Bertrimoutier.
  • Albert Ferry (1833-1893), député puis sénateur, né à Fraize.
  • Eugène Mathis (1864-1933), écrivain et poète, Prix Erckmann-Chatrian 1925 et Prix Monthyon 1926 de l'Académie française[68].
  • Les frères François et Maurice Ingold vécurent à Fraize de 1904 à 1914.
  • Raymond Voinquel (1912-1994), photographe, né à Fraize.
  • Jean Chassard (1912-2007), germaniste de renom, professeur pendant de nombreuses années en première supérieure (khâgne) au lycée Henri-Poincaré de Nancy et auteur de nombreux manuels en collaboration avec Günter Weil, naquit à Fraize et y passa son enfance[69].
  • Gérard Cherpion (né en 1948), homme politique français, a été pharmacien à Fraize des années 1970 jusqu'en 2005.
  • Augustin Chaxel, facteur d'orgue[70].
  • Georges Flayeux, prêtre, historien, ethnologue[71].
  • Victor Marie Honoré Lalevée, instituteur, écrivain régionaliste[72].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'or à la bande d'azur chargée de trois roses boutonnées du champ, à cinq pétales du champ et cinq pétales d'argent[73].
Commentaires : Ce sont les armes du chapitre de la cathédrale de Saint-Dié, telles que les porte la ville de Fraize depuis le début du XXe siècle. Certains auteurs indiquent des émaux différents : le champ peut être d'argent, la bande peut être de gueules. La ville a adopté ces armoiries car elle dépendait du chapitre de la cathédrale de Saint-Dié, pour remplacer un blason fantaisiste figurant trois fraises des bois.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des 188 communes adhérentes au parc naturel régional des ballons des Vosges, 3e Charte 2012 - 2024
  2. a et b . « Orthodromie de Fraize », sur Lion1906, le site personnel de Lionel Delvarre (consulté le 1er mai 2012).
  3. Carte IGN + Informations sur les communes (surface, altitudes, population...) sur Géoportail.
  4. Carte géologique de la France au 1/50 000e consultée sur InfoTerre (feuille de Gérardmer).
  5. « La Meurthe à Fraize », sur HYDRO, site de stockage des mesures de hauteur d'eau (consulté le 1er mai 2012).
  6. « Le massif vosgien : Site personnel de Jonathan Chaumont », sur Le Pays de Remiremont (consulté le 1er mai 2012).
  7. « Données climatologiques de Colmar », sur MSN Méteo (consulté le 1er mai 2012).
  8. « Tracé de la RN415 », sur Google Maps (consulté le 29 avril 2012).
  9. « 18-4 Saint-Léonard – Fraize », sur Vosges et transports, Site personnel de Ludovic Claudel (consulté le 1er mai 2012).
  10. Horaires et arrêts de la ligne 24
  11. a, b, c, d, e, f et g « Résultats du recensement de la population au 28 juin 2012 », sur le site de l’Insee (consulté le 11 novembre 2012).
  12. [1]
  13. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, vol. 2, Genève, Librairie Droz, (ISBN 978-2-600-02884-4, lire en ligne), p. 346
  14. . « Description de Fraize », sur le blog personnel d'Anne Auburtin,‎ (consulté le 17 juillet 2013).
  15. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieu en France, Paris, Librairie Guénégaud, (ISBN 2-85023-076-6), p. 288a - 301b sous Festubert et Fraize
  16. Ernest Nègre, Op. cité
  17. Communes décorées de la Croix de guerre 1914-1918
  18. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  19. MairesGenWeb - La base de données des Maires de France
  20. Hommage à Jean Vincent
  21. Jean-Baptiste Hyacinthe Masson, sur le site personnel de Bernard Visse
  22. « Annuaire des juridictions », sur le site du ministère de la justice (consulté le 5 mai 2012).
  23. « Détail - Fraize », sur Le site officiel des Villes et Villages Fleuris (consulté le 5 mai 2012).
  24. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère des Affaires étrangères (consulté le 5 mai 2012).
  25. Loi no 2002-276 du 27 février 2002 relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V "des opérations de recensement".
  26. INSEE : Les grandes étapes : 2002 – 2009.
  27. « Calendrier des recensements des communes du département des Vosges », sur le site de l'Insee (consulté le 5 mai 2012).
  28. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  29. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  30. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  32. « Évolution et structure de la population à Fraize en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 5 mai 2012)
  33. « Résultats du recensement de la population des Vosges en 2008 », sur le site de l'Insee (consulté le 5 mai 2012)
  34. « Résultats de recherche », sur le site du ministère de l'éducation nationale (consulté le 5 mai 2012).
  35. « Hôpital local de Fraize », sur Le site du Centre Hospitalier Saint-Charles de Saint-Dié des Vosges (consulté le 5 mai 2012).
  36. « Archives hospitalières de Fraize - 1836-1981 », sur le site des archives départementales des Vosges (consulté le 5 mai 2012).
  37. « Sports - Loisirs », sur le site officiel de la ville de Fraize (consulté le 5 mai 2012).
  38. « La bande FM de Fraize (88) », sur L'annuaire des radios Françaises en AM, FM et DMB, Site personnel de Nicolas Croiset (consulté le 5 mai 2012).
  39. « Résultat test d'éligibilité TNT hertzienne », sur TNTtest (consulté le 5 mai 2012).
  40. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 11 novembre 2012)
  41. Les comptes de la commune
  42. « Résultats du recensement de la population pour les Vosges », sur site de l'Insee (consulté le 9 novembre 2012)
  43. Demandeurs d'emploi de catégorie ABC inscrits à Pôle emploi - D'après Pôle emploi, Dares, et Statistiques du marché du travail.
  44. « Nombre d'équipements et de services dans le domaine du commerce en 2011 », sur le site de l’INSEE (consulté le 9 novembre 2012)
  45. « Page d'accueil », sur Le site de l'association locale « La Costelle » (consulté le 11 novembre 2012).
  46. Histoire de l'église Saint Blaise & Notre-Dame de la Nativité de Fraize
  47. Orgue de l'église
  48. Association d’Étude pour la Coordination des Activités Musicales (ASSECARM), Orgues Lorraine Vosges, Metz, Éditions Serpenoise, , 677 p. (ISBN 2-87692-093-X), p. 296 à 299
  49. « Notice no PM88001400 », base Palissy, ministère français de la Culture
  50. « Notice no PM88001401 », base Palissy, ministère français de la Culture
  51. « Notice no PM88001399 », base Palissy, ministère français de la Culture
  52. a et b « Notice no PM88001398 », base Palissy, ministère français de la Culture
  53. « Notice no PM88001403 », base Palissy, ministère français de la Culture
  54. « Notice no PM88001402 », base Palissy, ministère français de la Culture
  55. « Notice no PM88000368 », base Palissy, ministère français de la Culture
  56. « Notice no PM88000367 », base Palissy, ministère français de la Culture
  57. « Notice no IM88000035 », base Palissy, ministère français de la Culture
  58. « Notice no PA00135421 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  59. « Notice no IA88000081 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  60. La Costelle. Association de sauvegarde du patrimoine de Fraize
  61. « Notice no IA88000083 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  62. « Notice no IA88000084 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  63. « Notice no IA88000082 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  64. « Notice no IA88000079 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  65. « Notice no IA88000080 », base Mérimée, ministère français de la Culture
  66. Conflits commémorés 1914-1918
  67. Monument aux morts
  68. « Biographie de Eugène Mathis », sur le site personnel de Bernard Visse (consulté le 31 mars 2016)
  69. « Biographie de Jean Chassard », sur le site personnel de Bernard Visse (consulté le 31 mars 2016)
  70. Originaire de Fraize, la famille CHAXEL compta sept facteurs d’orgues
  71. « Biographie de Georges Flayeux », sur le site personnel de Bernard Visse (consulté le 31 mars 2016)
  72. « Biographie de Victor Marie Honoré Lalevée », sur le site personnel de Bernard Visse (consulté le 31 mars 2016)
  73. Site municipal