Sainte-Marguerite (Vosges)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sainte-Marguerite.
Sainte-Marguerite
L'église Sainte-Marguerite.
L'église Sainte-Marguerite.
Blason de Sainte-Marguerite
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Saint-Dié-des-Vosges
Canton Saint-Dié-des-Vosges-2
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Saint-Dié-des-Vosges
Maire
Mandat
Roland Bédel
2014-2020
Code postal 88100
Code commune 88424
Démographie
Gentilé Margaritains
Population
municipale
2 369 hab. (2014)
Densité 427 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 16′ 11″ nord, 6° 58′ 38″ est
Altitude 360 m (min. : 344 m) (max. : 426 m)
Superficie 5,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

Voir sur la carte administrative de Lorraine
City locator 14.svg
Sainte-Marguerite

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

Voir sur la carte topographique de Lorraine
City locator 14.svg
Sainte-Marguerite

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sainte-Marguerite

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sainte-Marguerite
Liens
Site web www.ville-saintemarguerite.fr

Sainte-Marguerite est une commune française située dans le département des Vosges en région Grand Est.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sainte-Marguerite est la plus peuplée des communes limitrophes de Saint-Dié-des-Vosges, au confluent des vallées de la Meurthe et de la Fave, donc en amont du chef-lieu d'arrondissement. Le relief y est peu marqué, le sol étant constitué essentiellement d'alluvions comme en témoignent les ballastières locales.

Les principaux quartiers et secteurs de la ville sont le Centre, les lotissements du Haut de Chaumont au sud, des Alouettes à l'ouest, les zones industrielles et d'activités des Paituotes et des Pierres du Faing.

Communes limitrophes de Sainte-Marguerite
Saint-Dié des Vosges Saint-Dié des Vosges Nayemont-les-Fosses
Pair-et-Grandrupt
Saint-Dié des Vosges Sainte-Marguerite Remomeix
Saint-Dié des Vosges
Saulcy-sur-Meurthe
Saulcy-sur-Meurthe Entre-deux-Eaux

Toponymie[modifier | modifier le code]

Au cours de la Révolution française, la commune porte le nom de Meurthe-Fave[1].

Ses habitants sont appelés les Margaritains.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune s'est constituée autour d'une chapelle fondée par Charlemagne et dédiée à sainte Marguerite d'Antioche.

L'histoire locale raconte que Charlemagne était venu chasser dans la région. Bloqué dans les marais qui occupaient la vallée à cette époque, il dut s'en remettre au ciel pour trouver un gué. Ayant été exaucé en arrivant sur une rive ferme, il y fit construire une chapelle dédiée à sainte Marguerite d'Antioche, patronne d'une de ses filles. Peu à peu, une population sédentaire commença à s'établir autour de ce sanctuaire. Les marais furent asséchés, ne laissant que pour traces des noms de lieudits comme le Faing, les Pierres du Faing... La forêt recula également, laissant la place à des champs et pâturages.

La ville fut marquée plusieurs fois par l'histoire, plusieurs fois détruites au cours des siècles et des guerres successives, elle ne peut compter aujourd'hui pratiquement aucune maison ni monument ancien, ni archives, la mairie ayant été incendiée en 1914. Seule la tour de l'église a traversé les siècles.

La commune a été décorée le 22 octobre 1921 de la croix de guerre 1914-1918[2].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le « Moho » de la Soyotte.
  • Église Sainte-Marguerite : clocher du XIIIe siècle, inscrit sur l'inventaire supplémentaire des monuments historiques[3].
  • Édifiée au XVIIIe siècle, la ferme-musée de la Soyotte abrite environ 7 000 objets témoignant des arts et traditions populaires dans la région. Près de 70 vieux métiers y sont évoqués. Des manifestations telles que la Fête du pain en juillet y sont régulièrement organisées.
  • Diverses peintures murales en trompe-l'œil.
  • Monument aux morts[4].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
D'azur, au chevron d'argent accompagné en chef d'une rose et d'un olifant du même, et en pointe d'un dragon terrassé d'or.
Commentaires : Le chevron représente la Fave et la Meurthe qui divisent la commune de la même façon que le chevron divise l’écu. La rose indique que le chapitre cathédralede Saint-Dié possédait Sainte-Marguerite. L’olifant évoque la chasse au cours de laquelle Charlemagne se serait perdu dans les marais de la Meurthe. Le dragon est celui qui a été terrassé par sainte Marguerite d’Antioche[5]. Le blason a été retenu par le Conseil municipal le 22 juillet 1988[6].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
    Louis Aubry    
    Louis Frommer    
  1991 Gaston Goubelmann   Retraité de l'Armée
1991 en cours
(au 18 février 2015)
Roland Bédel (1935-) UMP Retraité
Conseiller général du canton de Saint-Dié-des-Vosges-Est (1992-1998 et depuis 2004)

Finances locales[modifier | modifier le code]

Les ballastières de Sainte-Marguerite.

En 2015, les finances communales était constituées ainsi[7] :

  • total des produits de fonctionnement : 2 128 000 , soit 861 par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 1 603 000 , soit 648 par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 1 838 000 , soit 743 par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 600 000 , soit 243 par habitant ;
  • endettement : 1 747 000 , soit 707 par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 20,77 % ;
  • taxe foncière sur le bâti : 8,43 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 11,02 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 38,75 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 20,20 %.

Économie[modifier | modifier le code]

La rue d'Alsace, axe de la commune, et la place des Anciens-Combattants.

Bénéficiant d'une situation avantageuse au carrefour de l'arrondissement de Saint-Dié, de la communauté de commune de la Meurthe et de la Fave et en direction de l'Alsace, elle peut se prévaloir d'une assez bonne attractivité économique. Elle compte ainsi en 2007 près de 116 entreprises et activités dont 45 dans le domaine de l'industrie et des services, 42 magasins et sociétés commerciales, 8 sociétés d'hôtellerie et de restauration, 7 dans le domaine médical, 14 garages et autres activités automobiles, employant et desservant bien au-delà des limites de la commune.

La ville possède le Centre de formation d'apprentis de la Chambre de commerce et d'industrie des Vosges.

Sport et culture[modifier | modifier le code]

En 2007, la ville peut compter sur un tissu associatif fort de 26 associations dont 13 associations sportives, 4 associations culturelles (musique, chants, bibliothèques, informatique...) et deux écoles, l'école élémentaire du Centre et l'école maternelle du Haut-de-Chaumont.

Sainte-Marguerite est surtout représenté par le football et le basket :

  • Le Sainte-Marguerite Basket (SMB) champions de Lorraine (2007/2008), ils obtiennent leurs premières montées en Prénationale (6e division du championnat de France); ils accèdent à la Nationale 3 en 2010 (5e division du championnat de France)
  • Le Football Club de Sainte-Marguerite, club évoluant en PHR. (9e division du championnat de France) Au cours de la saison 2012/2013 le F.C. Sainte-Marguerite, coaché par Johan Herr, a accédé au 8e tour de la Coupe de France (pour le deuxième fois de son histoire) devenant alors le Petit Poucet de la compétition.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[9],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 2 369 habitants, en diminution de -4,71 % par rapport à 2009 (Vosges : -1,78 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
271 224 263 297 302 332 325 326 325
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
313 336 360 411 525 503 597 611 615
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
671 787 1 085 1 088 1 246 1 269 1 333 1 436 1 524
1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 - -
1 542 1 547 2 105 2 259 2 311 2 486 2 369 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Communes décorées de la Croix de guerre 1914-1918
  3. Notice no PA00107289, base Mérimée, ministère français de la Culture Clocher : inscription par arrêté du 16 mars 1926
  4. Conflits commémorés 1914-18 - 1939-45 - Indochine (46-54) = AFN-Algérie (54-62)
  5. Site de l'U.C.G.L.
  6. Blason et logo de la Ville
  7. « Les comptes de la commune », sur alize2.finances.gouv.fr (consulté le 23 novembre 2016).
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .