Éloyes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Éloyes
L’église de l’Assomption-de-Notre-Dame.
L’église de l’Assomption-de-Notre-Dame.
Blason de Éloyes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Épinal
Canton Remiremont
Intercommunalité Communauté de communes de la Porte des Hautes-Vosges
Maire
Mandat
André Jacquemin
2014-2020
Code postal 88510
Code commune 88158
Démographie
Gentilé Loyas
Population
municipale
3 280 hab. (2014)
Densité 262 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 05′ 48″ nord, 6° 36′ 37″ est
Altitude 387 m (min. : 361 m) (max. : 781 m)
Superficie 12,51 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Vosges

Voir sur la carte administrative des Vosges
City locator 14.svg
Éloyes

Géolocalisation sur la carte : Vosges

Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 14.svg
Éloyes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Éloyes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Éloyes
Liens
Site web eloyes.fr

Éloyes est une commune française située dans le département des Vosges, en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Loyas.

Géographie[modifier | modifier le code]

Son nom, tiré de l'ancien français Ez loye signifiant au bord de l'eau, rappelle que la commune est arrosée par la Moselle[1]. La commune comprend également un vaste domaine forestier dont une partie du massif du Fossard. Le point culminant, la Tête des Cuveaux, est aussi un belvédère.

Éloyes est située à environ 18 km d'Épinal et à 9 km de Remiremont. Pour le transport, la commune est desservie par le rail (voir l'article détaillé Gare d'Éloyes) par les TER Lorraine de la ligne Nancy-Remiremont ce qui la place à environ trois heures de Paris (correspondance TGV en gare d'Épinal ou de Nancy). La RN57 passe également par la commune ce qui permet des liaisons rapides avec le nord de la Lorraine et la Franche-Comté. Enfin, un service de bus - lignes 1, 2, 3 et 6 de Connex Vosges - assure des navettes régulières avec les communes avoisinantes, Pouxeux, Arches, Dinozé et Saint-Nabord, et les villes d'Épinal et de Remiremont.

La ville d'Éloyes est divisée en plusieurs quartiers dont celui dit Sous le Pont sur la rive gauche de la Moselle et le village sur la rive droite qui regroupe la plupart des commerces et des services.

Communes limitrophes d’Éloyes
Pouxeux
Jarménil
Jarménil Xamontarupt
Tendon
Saint-Nabord Éloyes Tendon
Saint-Étienne-lès-Remiremont
Saint-Nabord Saint-Nabord
Saint-Etienne-lès-Remiremont
Saint-Etienne-lès-Remiremont
Situation d'Eloyes.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune d’Éloyes appartenait au duc de Lorraine et au chapitre de Remiremont. En 1751, elle dépendait du bailliage de Remiremont et en 1790 du district de Remiremont. Elle fut érigée en chef-lieu de canton cette même année, statut qu'elle perdit en l'an IX.

Au spirituel, Éloyes dépendait de la paroisse et du doyenné de Remiremont.

La libération de Remiremont, d'Éloyes et de Saint-Nabord est intervenue le même jour, le 23 septembre 1944 par l’armée américaine (36e division d’infanterie). Le 25 septembre 1944, la libération de Saint-Étienne n'a été effective qu'après la fusillade de Ménafaing[2].

Lors de la Seconde Guerre mondiale, le maquis du Haut-du-Bois s'est constitué dans la région de Remiremont en unité de combat en vue de la libération du secteur. Il a payé un lourd tribut ainsi qu'on peut le voir sur le monument aux morts[3], [4] près de l'église[5].

La mairie actuelle.
Blason Blasonnement :
D'or, à la bande de gueules chargée de trois alérions d'argent accompagnée en chef d'un chêne arraché et fruité de sinople et en pointe d'une nef portant un pêcheur à la ligne du même.
Commentaires : Les trois alérions symbolisent le duché de Lorraine. Les chênes sont nombreux sur le territoire communal et la pêche était traditionnellement pratiquée en barque dans la Moselle.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Gabriel Houot    
    Monique Bey SE Pharmacienne
  mars 2001 Claude Thiriet SE PDG de Thiriet
mars 2001 mars 2008 Andrée Abry DVD Chirurgien-dentiste
mars 2008 septembre 2011 André Pierrat SE Retraité
Démissionnaire au cours du mandat
novembre 2011 mars 2014 Nelly Claudel   Infirmière
mars 2014 en cours André Jacquemin   Retraité bancaire

Budget et fiscalité 2015[modifier | modifier le code]

  • Total des produits de fonctionnement : 3 200 000 euros, soit 951 euros par habitant
  • Total des charges de fonctionnement : 2 539 000 euros, soit 755 euros par habitant
  • Total des ressources d’investissement : 1 829 000 euros, soit 544 euros par habitant
  • Total des emplois d’investissement : 1 661 000 euros, soit 494 euros par habitant
  • Endettement : 200 000 euros, soit 59 euros par habitant[6].

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 17,54 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 10,39 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 22,04 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 38,75 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 16,77 %.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[8],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 3 280 habitants, en diminution de -0,24 % par rapport à 2009 (Vosges : -1,78 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
694 731 837 862 984 1 069 1 029 1 200 1 273
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
1 340 1 456 1 604 1 529 1 521 1 525 2 049 2 568 2 696
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
2 995 2 645 2 624 2 731 2 743 2 842 3 005 3 017 3 009
1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014 - -
3 277 3 329 3 152 3 256 3 290 3 286 3 280 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006 [10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La ville d'Éloyes est dotée de deux écoles maternelles (du Centre et Fanny-Salmon), d'une école primaire (dénommée les Tilleuls, répartie sur trois sites) et du collège René-Cassin.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

L'AAPPMA (Association Agréée de Pêche et de Protection du Milieu Aquatique) organise chaque année un concours de pêche à l'étang du Chêna le 1er mai.

Une marche nocturne de 10 km est organisée par le club Léo-Lagrange à la mi-juin.

La fête patronale de la ville a lieu le 15 août de chaque année, avec un déballage commercial et une course de caisses à savon dans le cadre de la fête de l'omelette.

Le deuxième week-end de septembre, une randonnée pédestre internationale de 10 ou 20 km est organisée par le club Léo-Lagrange sur les hauteurs d'Éloyes.

Économie[modifier | modifier le code]

L'entreprise-phare de la commune est celle des Glaces Thiriet.

L'histoire industrielle s'est articulée autour de l'utilisation de la force motrice de l'eau : féculeries, textile, moulins (un premier moulin apparaît vers 1675. Trois moulins à farine existent encore en 1826…)[11].

La commune possède de larges terrains situés en zone non inondable ce qui est rare dans la vallée de haute Moselle. Pour cette raison, ils sont occupés en grande partie par une importante zone industrielle comprenant des entreprises internationales comme Konica Minolta Co., Ltd. ou nationales comme les tissages Tenthorey, la cartonnerie/imprimerie DS Smith Packaging anciennement Velin.

Un projet de création de deux centrales biomasse, l'une à Éloyes dans la zone industrielle et l'autre à Arches, fortement contesté au début des années 2000, est maintenant abandonné.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église de l’Assomption-de-Notre-Dame
  • Le massif du Fossard regorge de sites religieux. Il comprend les Roches des Cuveaux, un site connu pour ses larges cupules de 70 cm de diamètre[12],[13].
  • Les nombreuses croix d'Éloyes[14].
  • L'église Notre-Dame-de-l'Assomption, et son orgue de Georges construit en 1865[15],[16], [17],[18]
  • Le dolmen de Purifaing dans la forêt du Fossard[19],[20].
  • Musée d'histoire naturelle inauguré le 29 mai 1976, dans lequel vous trouverez : antiquités préhistoriques de Lorraine de l'âge de la pierre taillée à la poterie ; antiquités gallo-romaines provenant du sanctuaire Mercurio - Archettes ; Différentes expositions ; Roches et minéraux - géologie et fossiles de la région ; cartes topographiques de la région (1784).

Un étang artificiel (l'étang du Chena), créé dans les années 70 pour extraire les matériaux nécessaires à la réalisation de la RN57, a été aménagé par l'AAPPMA de l'époque emmenée par Monsieur Jean RICHARD, pour le plus grand plaisir des pêcheurs comme des promeneurs[non neutre].

Rappelons qu'un projet de réalisation d’un lac baptisé lac de Noirgueux, intéressant les communes de Saint-Étienne-lès-Remiremont, Remiremont, Saint-Nabord et Éloyes, a fait l’objet de débats durant de nombreuses années. Ce projet visait l’intérêt touristique et économique exceptionnel de l’ensemble de la vallée. Il devait couvrir 170 hectares (le lac de Gérardmer a 115 hectares et celui de Longemer 65 hectares). L’idée de ce projet a été esquissée dès 1963 mais n'a pas abouti. Le bilan écologique eu été catastrophique[non neutre].

Article détaillé : Lac de Noirgueux.

La commune d’Eloyes n’est pas concernée par un site Natura 2000. En revanche, les communes limitrophes de Tendon, Saint-Étienne-les-Remiremont et Saint-Nabord sont impactées par les périmètres désignés au réseau Natura 2000. Précisément, il s’agit de la zone de protection spéciale du Massif Vosgien, référencé FR4112003 et du site ou proposition de site diImportance communautaire de la « Confluence Moselle-Moselotte », référencé FR4100228[21].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Référentiel points d’eau : Eloyes : Nature du point d'eau : Affleurement d'eau, Cavité souterraine, Drain, Forage, Nature inconnue, Perte, Piézomètre, Puits, Source : 03406X0007/HY - 03406X0008/HY - 03406X0031/P1 - 03406X0032/P2 - 03406X0056/SCE - 03406X0057/SCE
  2. Progression des Alliés dans les Vosges
  3. Pierre Mathieu, La Seconde Guerre mondiale dans la région d'Éloyes, Association de recherches archéologiques et d'histoire d'Éloyes et dans ses environs
  4. Synthèse des morts pour la France à Éloyes
  5. Monument aux morts
  6. Les comptes de la commune d’Eloyes et : Les Comptes de la commune, Analyse des équilibres financiers fondamentaux
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  11. Ponts, passerelle et Moselle
  12. La Tête des Cuveaux
  13. Le cercle de pierre du Fossard et les roches du Thin
  14. Les croix d'Éloyes
  15. Association d’Étude pour la Coordination des Activités Musicales (ASSECARM), Orgues de Lorraine : Vosges., Orgues Lorraine Vosges, Metz, Éditions Serpenoise, , 677 p. (ISBN 978-2-87692-093-4, LCCN 92160476)
    Présentation de l'orgue de la commune : pages 256 à 258
  16. Site des orgues Georges
  17. Eglise Notre Dame de l'Assomption . Orgue neuf de Georges, facteur à Besançon (1865)
  18. Eloyes, église Notre-Dame-de-l'Assomption
  19. Eloyes. Dans la forêt du Fossard M. P. Mathieu et le Club culturel d’Éloyes ont découvert en 1974, un dolmen en grès, adossé à une murette, cf. Gallia Préhistoire, t. 18, fasc. 2, 1975, p. 578-579. Fig. 31
  20. Le massif du Fossard situé à l'est d'Eloyes abrite d'anciens lieux de culte préhistorique
  21. Plan local d’urbanisme de Eloyes : Le réseau Natura 2000 p.82, 7.6. Sites désignés au réseau Natura 2000
  22. « André Gravier, Compagnon de la Libération », sur ordredelaliberation.fr.
  23. « Un héros vosgien de la bataille de Bir-Hakeim et de la France libre : le colonel André Gravier (1911-2004) », sur espacedememoire.fr.
  24. « Aux premières loges, La lettre d'information des habitants d'Eloyes ». Monsieur Pierre Mathieu, président des anciens Combattants d’Eloyes et de l’association des recherches archéologie-patrimoine a remis à Madame Le Maire un cadre représentant la remise par le Général De Gaulle en août 1942 de la Croix de la Libération et une plaque commémorant le 70e anniversaire de la bataille de Bir Hakeim.
  25. Antoine, René, Alphonse Dinkel, né le 25 octobre 1914 à Mulhouse (Haut-Rhin), (†) le 28 mars 1974 à Cannes (Alpes-Maritimes), ancien maire de Saint-Étienne-lès-Remiremont
  26. Liste des personnes mortes en déportation
  27. Ecole FannySalmon
  28. Pierre-Henri Mathieu, La vie rurale et son patrimoine, l’eau, la forêt et l’agriculture de montagne dans la région d’Éloyes, Épinal, Association de recherches archéologiques, histoire et patrimoine d'Éloyes et de ses environs, , 654 p. (ISBN 2-9513453-2-1)
    Vème partie : Annexes : 1re Guerre Mondiale et 2e Guerre Mondiale p. 650
  29. Éloyes : Monument aux Morts (Relevé n° 36384)
  30. Jean-Marc Toussaint, 100 portraits d’hommes et de femmes qui réussissent en dehors des Vosges, Strasbourg, Les cahiers de La Liberté de l'Est. Une réalisation des Editions La Nuée Bleue, , 144 p.
    Numéro 3. Guy Schumacher, l'homme du froid, pp. 88 à 91