Chantraine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chantraine
Chantraine
Église Saint-Pierre-Fourier.
Blason de Chantraine
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Épinal
Intercommunalité Communauté d'agglomération d'Épinal
Maire
Mandat
Marc Barbaux
2020-2026
Code postal 88000
Code commune 88087
Démographie
Gentilé Chantrainois(es)
Population
municipale
3 205 hab. (2018 en augmentation de 1,49 % par rapport à 2013)
Densité 517 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 10′ 14″ nord, 6° 26′ 33″ est
Altitude Min. 330 m
Max. 486 m
Superficie 6,2 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Épinal
(banlieue)
Aire d'attraction Épinal
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton d'Épinal-1
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Chantraine
Géolocalisation sur la carte : Vosges
Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 14.svg
Chantraine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chantraine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chantraine
Liens
Site web www.mairie-chantraine.fr

Chantraine est une commune française située dans le département des Vosges, en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Chantrainois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Localisation dans le département.
Situation géographique de Chantraine.
Légende.

Chantraine est traversée par deux routes principales bordées d'habitations : la route départementale no 36 (rue des Forges) et la départementale 51 (rue du Général-de-Gaulle). Trois secteurs forestiers demeurent, cumulant 171 hectares ; celui de Bois-le-Duc est aménagé pour les loisirs (parcours sportif, cross équestre, course d'orientation, VTT), ceux de la Louvroie et des Tournées sont davantage orientés vers l'exploitation et la chasse.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Chantraine
Les Forges Golbey Épinal
Les Forges Chantraine Épinal
Renauvoid Épinal Épinal

Chantraine est une commune limitrophe d'Épinal dont elle prolonge l'agglomération au sud-ouest.

Une rue pavillonnaire.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Chantraine est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Épinal, une agglomération intra-départementale regroupant 12 communes[4] et 61 488 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[5],[6].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Épinal, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 118 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (75,7 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (78,1 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (75,7 %), zones urbanisées (23,4 %), prairies (0,9 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune de Chantraine est née en 1892, par séparation d'avec Les Forges. Cette modification répondait aux problèmes de dissension entre le village agricole traditionnel des Forges et les nouveaux habitants des quartiers est, ouvriers - pour partie d'origine alsacienne ou italienne - travaillant au canal de l'Est et au réservoir de Bouzey. C’est dès le que le conseil municipal, unanime, avait demandé la création d’une commune regroupant les Brosses, Chanteraine et la tranchée de Bains.

La commune a été décorée, le , de la Croix de guerre 1939-1945[11].

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Parti : au premier mi-parti d’argent à l’enclume de gueules, au marteau renversé du même brochant, au second d’or aux trois grenouilles de sinople allumées de gueules ; au bonnet phrygien de gueules à la cocarde d’argent boutonnée d'azur brochant en chef sur la partition.
Commentaires : Le bonnet rappelle que la commune est née sous la IIIe République, issue de la commune des Forges, symbolisée par l’enclume et le marteau. Quant aux grenouilles, elles font allusion au chant des rainettes sur les rives de l’étang.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.

En 2010, la commune de Chantraine a été récompensée par le label « Ville Internet @ »[12].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
    Robert Abba[13] SFIO Cheminot
mars 1977 mars 1989 Roland Marchal RPR Chef de service à l'Équipement
Conseiller général du canton d'Épinal-Ouest (1982 → 1988)
mars 1989 juin 1995 René Picardel    
juin 1995 novembre 2019 François Diot (1947-2019) DVD Retraité de la fonction publique
Décédé en cours de mandat
décembre 2019 mai 2020 Brigitte Gille (1948- ) SE-DVD  
mai 2020 En cours
(au 19 janvier 2021)
Marc Barbaux (1952- ) SE-DVC Ancien cadre
Les données manquantes sont à compléter.

Finances locales[modifier | modifier le code]

En 2015, les finances communales était constituées ainsi[14] :

  • total des produits de fonctionnement : 2 215 000 €, soit 673 € par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 1 769 000 €, soit 537 € par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 806 000 €, soit 245 € par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 515 000 €, soit 156 € par habitant ;
  • endettement : 2 312 000 €, soit 702 € par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 11,35 % ;
  • taxe foncière sur le bâti : 16,39 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 22,73 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1896. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[16].

En 2018, la commune comptait 3 205 habitants[Note 3], en augmentation de 1,49 % par rapport à 2013 (Vosges : −2,43 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946
1 3941 5061 6321 7971 9802 2072 4162 4672 350
1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010
2 1952 9922 9983 0832 9722 8433 0523 0093 143
2015 2018 - - - - - - -
3 1533 205-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Charles Grandemange (1834-1870). Handicapé de naissance, né sans bras ni jambes, calculateur prodige, mathématicien reconnu et auteur d'un Traité d’arithmétique théorique, pratique et mentale. Il a passé sa carrière de mathématicien à Orléans. Il est en fait né à la Tranchée de Bains qui était à sa naissance rattachée à la commune des Forges avant d'être rattachée à Chantraine en 1892. La ville de Chantraine lui rend hommage par la construction d'un centre culturel portant son nom.

Médaille de la ville[modifier | modifier le code]

Promotion 2002 :

    • Nicolas Rigault - athletisme (double champion de Lorraine Marathon Espoir) ;
    • Dimitri Cottinet - boxe thaï ;
    • Matthieu Haubensack - judo (champion des Vosges) ;
    • Philippe Hamelin - judo ;
    • Christiane Hamelin - judo ;
    • Loïc Étienne - cyclo-cross ;
    • Daniel Étienne - cyclo-cross.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  2. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 5 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 5 avril 2021).
  4. « Unité urbaine 2020 d'Épinal », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 5 avril 2021).
  5. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 5 avril 2021).
  6. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 5 avril 2021).
  7. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Épinal », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le 5 avril 2021).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le 5 avril 2021).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 20 mai 2021)
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 20 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. Communes décorées de la Croix de guerre 1939 - 1945.
  12. Palmarès 2010 des Villes Internet sur le site officiel de l'association. Consulté le 19/12/2009.
  13. La fiche biographique de ABBA Robert sur le Maitron en ligne.
  14. « Les comptes de la commune » [archive du ], sur alize2.finances.gouv.fr (consulté le 28 septembre 2016).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  19. Association d’Étude pour la Coordination des Activités Musicales (ASSECARM), Orgues Lorraine Vosges, Metz, Éditions Serpenoise, , 677 p. (ISBN 2-87692-093-X), p. 173 à 175.
  20. Monument aux Morts 1914-1918 dans le cimetière communal, Monument commémoratif 1939-1945, Carré de corps restitués aux familles dans le cimetière municipal.
  21. Monument aux morts.