Entre-deux-Eaux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Entre deux eaux.
Entre-deux-Eaux
Le centre du village
Le centre du village
Blason de Entre-deux-Eaux
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Vosges
Arrondissement Saint-Dié-des-Vosges
Canton Saint-Dié-des-Vosges-2
Intercommunalité Communauté de communes Fave, Meurthe, Galilée
Maire
Mandat
Dominique Duhaut
2014-2020
Code postal 88650
Code commune 88159
Démographie
Population
municipale
526 hab. (2012)
Densité 62 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 13′ 55″ N 6° 59′ 33″ E / 48.2319444444, 6.992548° 13′ 55″ Nord 6° 59′ 33″ Est / 48.2319444444, 6.9925
Altitude Min. 372 m – Max. 732 m
Superficie 8,47 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

Voir sur la carte administrative de Lorraine
City locator 14.svg
Entre-deux-Eaux

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

Voir sur la carte topographique de Lorraine
City locator 14.svg
Entre-deux-Eaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Entre-deux-Eaux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Entre-deux-Eaux

Entre-deux-Eaux est une commune française située dans le département des Vosges en région Lorraine.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située sur une colline, la commune doit son nom à l'absence de ruisseau notable la traversant. Elle domine à l'ouest la vallée de la Meurthe et au nord celle de la Fave.

L'altitude moyenne du village, où d'ailleurs se trouvent l'église et son cimetière, est de 420 mètres. À noter deux hameaux excentrés, Remémont au nord et Fouchifol à l'est.

On accède au village de deux façons, par Remomeix - Sainte-Marguerite et par Saulcy-sur-Meurthe - Mandray dont la route est nommée la « Mataguette », en patois vosgien.

Communes limitrophes d’Entre-deux-Eaux
Sainte-Marguerite Remomeix Coinches
Saulcy-sur-Meurthe Entre-deux-Eaux Coinches
Saint-Léonard Mandray La Croix-aux-Mines

Histoire[modifier | modifier le code]

Le toponyme d’Entre-Deux-Eaux (ou finage d’Entre-Dous-Awes) est attesté au moins en 1316.

La commune faisait partie de la mairie de Mandray où le chapitre de Saint-Dié était seigneur haut, moyen et bas justicier. À l’époque moderne, la commune relevait du bailliage de Saint-Dié.

L’église fut érigée en vicariat perpétuel en 1667 aux dépens des paroisses de Fraize et de Saulcy. Le chapitre de Saint-Dié avait droit de patronage à la cure. L’église, dédiée à saint Vincent, était annexe de Mandray.

De 1790 à l’An IX, Entre-Deux-Eaux a fait partie du canton de Saint-Léonard. La mairie et l’école du centre ont été construites en 1835 ; l’école du hameau de Remémont en 1875.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La Promenade des calvaires.
  • L'église Saint-Vincent avec son chœur gothique et sa nef reconstruite en 1837. Un orgue (dont l'origine n'est pas clairement établie) a été installé en tribune au-dessus de l'entrée[1].
  • Ruines du Haut-des-Mines. Maisons à double porte cochère.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1985 avril 2014 Gérard Chaxel   Enseignant
avril 2014 en cours Dominique Duhaut    

La commune intègrera au la future Communauté de communes Fave, Meurthe, Galilée.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 526 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
520 562 621 568 718 756 750 746 744
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
726 705 733 711 672 657 624 632 620
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
579 540 491 464 436 402 347 330 321
1975 1982 1990 1999 2006 2011 2012 - -
317 402 454 450 463 521 526 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Économie[modifier | modifier le code]

L'économie et l'activité du village sont basées sur l'exploitation de forêt, la polyculture, l'élevage de bovins et les produits laitiers.

Animation[modifier | modifier le code]

La vie de la commune est rythmée par ses différentes associations et leurs manifestations :

  • L'Amicale Laïque : concours de belote, bal de la fête du village, marché aux puces, marche populaire, la saint-Nicolas (http://www.amicale-entre-deux-eaux.fr).
  • Le Tir : dîner dansant, concours de pétanque.
  • L'Amicale des Sapeurs-Pompiers : dîner dansant.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Taillé : au premier d'azur à un mouton d'argent passant, au second de gueules à un sapin arraché de sinople.
Commentaires : Le blason, de conception récente, évoque l'économie agricole du village. Les puristes déplorent une violation de la règle de contrariété des couleurs (en l'occurrence sinople sur gueules) avec l'emploi d'armes à enquerre.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Association d’Étude pour la Coordination des Activités Musicales (ASSECARM), Orgues Lorraine Vosges, Metz, Éditions Serpenoise,‎ , 677 p. (ISBN 2-87692-093-X), p. 259 à 261
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011, 2012.