Anould

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Anould
Anould
Panorama de la roche du Sphinx.
Blason de Anould
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Saint-Dié-des-Vosges
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Saint-Dié-des-Vosges
Maire
Mandat
Jacques Hestin
2020-2026
Code postal 88650
Code commune 88009
Démographie
Gentilé Aulnois, Aulnoises[1]
Population
municipale
3 369 hab. (2017 en diminution de 0,06 % par rapport à 2012)
Densité 139 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 11′ 11″ nord, 6° 56′ 47″ est
Altitude 676 m
Min. 419 m
Max. 933 m
Superficie 24,23 km2
Élections
Départementales Canton de Gérardmer
Législatives Deuxième des Vosges
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Anould
Géolocalisation sur la carte : Vosges
Voir sur la carte topographique des Vosges
City locator 14.svg
Anould
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Anould
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Anould
Liens
Site web Site officiel de la commune

Anould Écouter (/an.uld/) est une commune française située dans le département des Vosges, en région Grand Est (ex-Lorraine).

Ses habitants sont appelés les Aulnois Écouter et les Aulnoises Écouter.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Localisation dans le département.
Situation géographique d'Anould.
Légende

La commune est située dans la vallée de la Meurthe à 12 km en amont de Saint-Dié-des-Vosges, à 16 km de Gérardmer par le col du Plafond (621 m) et à 43 km de Colmar par le col du Bonhomme (949 m).

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

L'altitude de la commune culmine à 933 mètres à la roche des Fées[2],[3], au dessus du Hameau des Fourneaux, au point d'intersection des limites des communes d'Anould, Ban-sur-Meurthe et Gerbépal. C'est un amas de blocs granitiques, adossés l'un à l'autre.

Hydrographie et eaux souterraines[modifier | modifier le code]

Le ruisseau de l'Anoux[4], né sur les pentes de la roche des Fées, suit un cours parallèle à la Meurthe de l'autre côté de la départementale 415 et ne rejoint la rivière qu'à Saint-Léonard.

Sismicité[modifier | modifier le code]

La commune est située en zone de sismicité modérée[5].

Climat[modifier | modifier le code]

Vue du hameau de Venchères.
Vue de La Mangoutte.

Un climat tempéré chaud est présent à Anould. De fortes averses s'abattent toute l'année sur Anould. Même lors des mois les plus secs, les précipitations restent assez importantes. Cet emplacement est classé comme Cfb par Köppen et Geiger. En moyenne la température à Anould est de 8,7 °C. Il tombe en moyenne 851 mm de pluie par an[6].

Voies de communications et transports[modifier | modifier le code]

Voies routières[modifier | modifier le code]

La commune se situe au carrefour des routes départementales D8 et D415.

Une piste cyclable prend son départ à Plainfaing pour mener à Saint-Léonard ; elle constitue la Voie Verte de la Haute-Meurthe.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

Déobus, Transports à la demande interurbain[7].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un plan local d'urbanisme (PLU)[8].

La majorité de la population se concentre le long des grands axes de circulation (même si de grands écarts existent) : l’Anoux, Chalgoutte, le Chapelet, Déveline, Gerhaudel, les Gouttes, les Granges, la Hardalle, la Haute Fontaine, la Mangoutte, Meix Thonon, le Paire, le Raingoutte, le Souche, Le Vagodel, les Venchères et Xaingoutte.

Par décision du , le Conseil d’État annule le Schéma régional éolien de la Lorraine concernant notamment cette commune et rejette le pourvoi de la ministre de l'Environnement[9].

Toponymie[modifier | modifier le code]

La forme la plus ancienne du toponyme d’Anould (Alnus) remonte au moins à 1188[10].

  • Alnus, 1188[11]
  • In banno d’Anos, 1200[12],
  • Alnous, 1203[12]
  • Anous, 1204[13]
  • Anos, 1222[12]
  • Anoulz, 1272[14]
  • Annouz, 1284[15]
  • Annoux, 1284[16]
  • Anolz, 1290[17]
  • Aunes, pour Annos, 1290[18]
  • Anouz, 1291[17]
  • Anouz, 1295[19]
  • Annoulz, 1295[20]
  • Ainous, XIIIe siècle[17]
  • La perroche d’Annolz, 1307[17]
  • Annelz, 1309[17]
  • Annouz, 1312[21]
  • Alnouz, 1321[22]
  • Anoul, 1370[23]
  • Alnoz, 1378[17]
  • Alnous, 1380[24]
  • Anour, 1390[25]
  • Aulnour, XIVe siècle[26]
  • Alnour, XIVe siècle[26]
  • Alnoul, XIVe siècle[27]
  • Alnou, 1456[26]
  • Doien d’Alnoud, 1479[28]
  • Anou, 1486[29]
  • Alnou, 1486[29]
  • Anoult, 1575[29]
  • Anoul, 1594[30]
  • Anould, XVIe siècle[31]
  • Alnould, 1633[32]
  • Le ban d’Anous, 1656[33]
  • Le ban d’Onoud, 1656[34]
  • Anoux, 1701[35]
  • Annoux, 1711[36]
  • Alnodium, 1768[37]
  • Anould, dit Le ban d’Anould[38]

L'origine du nom d'Anould possède trois hypothèses :

  1. Anould, du latin alnus qui signifie « aulne » ou « aune », serait le « lieu planté d'aulnes », comme Fraize, village voisin d'Anould, serait le « lieu planté des frênes » (du latin fraxinus) et Saulcy le « lieu planté de saules (du latin salix) ;
  2. Le latin anoldium signifierait « aux nœuds », du fait de la croisée des chemins bordés d'arbrisseaux joignant la chapelle aux hameaux[39] ;
  3. Selon Pierre Colin, Anould, dans sa forme Alnodium, provient de l'altération du gallo-romain Ad noldium qui signifie « le lieu qui mène à la prairie »[40].

Histoire[modifier | modifier le code]

L’église Saint-Antoine.

Jusqu’en 1671, époque de son érection en cure, la paroisse de Clefcy est une dépendance d’Anould. L’église est dédiée à saint Antoine, abbé ; elle relève du diocèse et du doyenné de Saint-Dié. La cure est à la collation du chapitre de Saint-Dié et au concours.

En 1710, le ban d’Anould comprend, outre le territoire de la commune actuelle, le finage de Sainte-Marguerite et fait partie du bailliage et de la prévôté de Saint-Dié.

En 1751, le ban d’Anould est composé d’Anould, La Hardalle, Develine, Les Granges, Chalgoutte, Les Gouttes, Braconcel, Sainte-Marguerite, Le Paire, Gerhaudel, Le Souche, Vachères et Le Vic en partie. En 1754, Anould fait toujours partie du bailliage et de la prévôté de Saint-Dié mais est régi par les lois et les coutumes de Lorraine.

À partir de 1790, Anould fait partie du district de Saint-Dié et du canton de Saint-Léonard.

L'église, la mairie et le groupe scolaire ont été détruits par les Allemands en 1944. Les papeteries du Souche, parmi les plus importantes des Vosges, sont anéanties. La commune a considérablement souffert : sur les 551 maisons qu'elle comptait avant-guerre, les Allemands en détruisirent 490 par le feu ou par la dynamite du 15 au . Le nombre de sinistrés fut de 1725. Anould est titulaire de la Croix de guerre 1939-1945.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques[modifier | modifier le code]

Lors des scrutins électoraux, la commune vote plus à l’extrême droite que le reste de la France. Lors de l’élection présidentielle de 2017, à rebours des résultats nationaux, Marine Le Pen (FN) arrive en tête au premier tour (37 % des suffrages exprimés) et au second tour (55 %)[41].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
? ? Marcel Vincent    
1971 1983 Guy Delacôte divers gauche Polytechnicien, ingénieur du corps des mines
1983 1995 Alain Schieffer   Médecin
1995 1997 Jean Lavielle    
1997 En cours
(au 2020)
Jacques Hestin divers droite Premier surveillant à la maison d’arrêt d’Épinal
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Allemagne Schöneck (Allemagne), ville du Land de Hesse.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[42]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[43].

En 2017, la commune comptait 3 369 habitants[Note 1], en diminution de 0,06 % par rapport à 2012 (Vosges : -2,55 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
1 3951 4691 6211 8712 2342 3752 5322 6542 793
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
2 8132 8152 7713 0723 1413 1183 1353 1273 216
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
3 3203 2253 0392 8652 5392 5111 5662 2522 457
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2017
2 6422 7002 8852 9602 9923 2173 3633 3403 369
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[44] puis Insee à partir de 2006[45].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune compte deux écoles maternelles et deux écoles primaires (La Hardalle et le Souche)[46].

Santé[modifier | modifier le code]

Anould compte plusieurs médecins[47] et infirmiers[48].

Cultes[modifier | modifier le code]

De tradition catholique, la commune appartient à la paroisse Notre-Dame-du-Val de Meurthe (diocèse de Saint-Dié)[49]. Son église est dédiée à saint Antoine.

Économie[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

  • Apiculteur[50].
  • Agriculteurs, éleveurs[51].

Tourisme[modifier | modifier le code]

Les labels obtenus par la commune témoignent de son orientation en matière de tourisme et de cadre de vie[52] :

Commerces[modifier | modifier le code]

La papeterie du Souche, construite en 1875 par Camille Metenett pour compte de tiers, est la dernière papeterie de la vallée de la Haute-Meurthe. Elle a employé jusqu'à 850 personnes et assuré le développement du village. L'usine est fermée depuis 2010.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Antoine[53],[54], bâtie à partir de 1828, reconstruite après 1944 :
    • les vitraux[55] des 27 baies de l'église paroissiale, conçus par F. B. de Jankosky architecte, ont été réalisés par Les Ateliers Loire en 1967[56] ;
    • un orgue neuf de Roethinger a été construit en 1969[57],[58].
  • La chapelle Notre-Dame des Ermites[59].
  • Le monument du souvenir[60].
  • L'oratoire Sainte-Richarde[61].
  • La Vierge de la Délivrance[62].
  • Autres lieux et patrimoines :
    • Roche du Sphinx : on accède au panorama sur la vallée en suivant un sentier botanique. Un parcours de santé est également tracé dans son voisinage ;
    • Ruines d'un château-fort au lieu-dit Pré du Château ;
    • L’inventaire des fermes a été réalisé par le service régional[63] ;
    • Piste multi-activités entre Saint-Léonard et Fraize, sur l'emprise de l'ancienne voie ferrée.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
Écartelé au premier d'or à trois montagnes accolées de sinople chargée chacune d'un filet en bande d'argent, et surmontées d'un faucon pèlerin de sable ; au deuxième de gueules au soleil d'or mouvant du canton senestre accompagné de trois fleurs de colchiques d'argent posée 1 - 2 ; au troisième d'argent à deux sapins de sable mis en bande ; au quatrième d'azur à quatre truites la 1re et la 4e en pal et affrontées, la 2e et la 3e en fasce et adossées.
Commentaires : par ce blason, la commune d’Anould a voulu symboliser les montagnes qui l'entourent, avec les galeries de mines et le faucon dans le ciel, les prairies par les colchiques dorées au soleil, les sapins des forêts vosgiennes et les truites des torrents.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/vosges-88
  2. La roche des fées à Gerbépal.
  3. Les roches des fées et le rocher du Coucou.
  4. Les ruisseaux traversant la commune.
  5. Didacticiel de la règlementation parasismique.
  6. « Climat Anould: Diagramme climatique, Courbe de température, Table climatique pour Anould - Climate-Data.org », sur fr.climate-data.org (consulté le 24 août 2018).
  7. Transports à la demande interurbain Taddéo.
  8. Plan Local d'Urbanisme (PLU).
  9. Schéma Régional Éolien Lorraine (SRCAE/SRE).
  10. « Dictionnaire topographique de la France - CTHS », sur cths.fr (consulté le 9 avril 2019).
  11. Bulletin de la Société philomatique vosgienne, 1925, p. 223.
  12. a b et c Archives des Vosges, G 248.
  13. Bulletin de la Société philomatique vosgienne, 1925, p. 228.
  14. Bibliothèque nationale, ms. nouv. acq. lat. 2547, n° 36.
  15. Doc. Vosges, VIII, 4.
  16. Archives de Meurthe-et-Moselle, B 598, n° 1.
  17. a b c d e et f Archives des Vosges, G 443.
  18. Rappoltst. Urk., I, 138.
  19. Archives de Meurthe-et-Moselle, B 902, n° 22.
  20. Archives de Meurthe-et-Moselle, B 902, n° 21.
  21. Archives de Meurthe-et-Moselle, B 902, n° 23.
  22. Archives des Vosges, G 261.
  23. Archives des Vosges, G 767.
  24. Archives de Meurthe-et-Moselle, B 902, n° 31.
  25. Archives de Meurthe-et-Moselle, B 902, n° 33.
  26. a b et c Archives de Meurthe-et-Moselle, B 902, n° 325.
  27. Archives de Meurthe-et-Moselle, B 709, n° 26.
  28. Archives de Meurthe-et-Moselle, B 8610, fol. 2.
  29. a b et c Archives de Meurthe-et-Moselle, B 8610, fol. 96.
  30. Alix, n° 281.
  31. Archives de la Meuse, B 354, fol. 5 v°.
  32. Ruyr, p. 211.
  33. Sanson, Vosges.
  34. Sanson, Port.
  35. Archives nationales, Q1 1641.
  36. Bibliothèque nationale, ms. fr. 11806, p. 83.
  37. Pouillé Chatrian, p. 188.
  38. Cassini, XVIIIe (Cassini).
  39. « Histoire d’Anould », sur anould.fr (site officiel de la mairie) (consulté le 7 décembre 2019).
  40. Pierre Colin, Séminaire de toponymie dialectale, Société philomatique vosgienne, 2008/2009.
  41. « Anould (88650) : Résultats de l'élection présidentielle 2017 », sur LExpress.fr (consulté le 24 août 2018).
  42. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  43. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  44. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  45. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  46. École élémentaire.
  47. Médecins.
  48. Infirmiers.
  49. La paroisse Notre-Dame-du-Val-de-Meurthe, est composée de : Anould, Ban-sur-Meurthe - Clefcy, Entre-deux-Eaux, Fraize, Le Valtin, Mandray, Plainfaing, Saint-Léonard, Saulcy-sur-Meurthe et Taintrux
  50. Quatorzième médaille pour l’apiculteur d’Anould, Bernard Noël.
  51. Agriculteurs, éleveurs.
  52. Les stations vertes.
  53. église Saint- Antoine.
  54. L'intérieur de l'église Saint-Antoine.
  55. [http://www.petit-patrimoine.com/fiche-petit-patrimoine.php?id_pp=88009_7 Les vitraux de Gabriel Loire dans l'église Saint-Antoine.
  56. Les Ateliers Loire, Références : Inventaire complet des vitraux de Gabriel Loire par pays, France (Vosges) : Anould, église paroissiale].
  57. Association d’Étude pour la Coordination des Activités Musicales (ASSECARM), Orgues Lorraine Vosges, Metz, Éditions Serpenoise, , 677 p. (ISBN 978-2-87692-093-4, notice BnF no FRBNF35498567)
    Présentation de l'orgue de la commune : pages 93 à 95
    .
  58. Inventaire de l'orgue de l'église Saint Antoine.
  59. Chapelle Notre-Dame des Ermites.
  60. Monument aux morts.
  61. L'oratoire de sainte Richarde.
  62. Vierge de la Délivrance.
  63. Le patrimoine architectural et mobilier de la commune sur le site officiel du ministère français de la Culture (base architecture et patrimoine), Ministère de la Culture (France), Médiathèque de l'architecture et du patrimoine (archives photographiques) diffusion RMN, et service régional de l'inventaire général de la Région Lorraine.
  64. « Biographie de Albert Pierrat », sur Écrivosges, Biographies vosgiennes (consulté le 10 mars 2016).

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]