Mandray

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mandray
Mandray
Mandray, l'église et la mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Saint-Dié-des-Vosges
Canton Saint-Dié-des-Vosges-2
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Saint-Dié-des-Vosges
Maire
Mandat
Emmanuel Laurent
2014-2020
Code postal 88650
Code commune 88284
Démographie
Gentilé Mandresayens
Population
municipale
594 hab. (2015 en diminution de 5,26 % par rapport à 2010)
Densité 48 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 13′ 08″ nord, 6° 59′ 47″ est
Altitude 584 m
Min. 398 m
Max. 770 m
Superficie 12,36 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mandray

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mandray
Liens
Site web http://www.mandray.mairie.com/Mairie-88-mandray.awp

Mandray est une commune française située dans le département des Vosges, en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Mandresayens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Mandray est un village de piémont, inclus dans le Parc naturel régional des Ballons des Vosges. Il se niche dans la vallée du Mandresey, petit affluent droit de la Meurthe, à 10 km au sud-est de Saint-Dié-des-Vosges. L'habitat est dispersé, avec plusieurs hameaux : Haute-Mandray, Mi-Mandray, Basse-Mandray, Bénifosse, la Béhouille, la Nold, le Pré du Moulin, Mardichamp, le Raichant (signifiant jardin en patois), les Angles et enfin les Carrières. Par le col de Mandray, on accède à Fraize et à La Croix-aux-Mines. Malgré une indication de 707 m sur le panneau en bord de route, l'altitude de ce col est de 694 m.

C'est une des 188 communes[1] du parc naturel régional des Ballons des Vosges.

Communes limitrophes de Mandray
Entre-deux-Eaux Entre-deux-Eaux La Croix-aux-Mines
Entre-deux-Eaux Mandray Fraize
Saint-Léonard Saint-Léonard Fraize

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le village de Mandray s'étire tout au long de la vallée des ruisseaux du Mandresey et du Bérinchamp, la toponymie s'est ainsi adaptée : de l'ouest vers l'est nous trouvons successivement la Basse-Mandray, la Mi-Mandray, la Haute-Mandray et en fond de vallée, la Béhouille et le Moyen-Grain, en passant par les Censes du Hagis de la Roche[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Des combats se sont déroulés dès 1914 sur le territoire de la commune. En représailles, les Allemands ont incendié l'église le 28 août de cette même année[3],[4] et fusillé des civils.

La commune a été décorée le 22 octobre 1921 de la Croix de guerre 1914-1918[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité 2015[modifier | modifier le code]

En 2015, le budget de la commune était constitué ainsi[6] :

  • total des produits de fonctionnement : 479 000 , soit 759  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 409 000 , soit 648  par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 21 000 , soit 33  par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 67 000 , soit 106  par habitant ;
  • endettement : 208 000 , soit 330  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 21,60 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 14,31 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 21,18 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Listre des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1983 mars 1989 Maurice Vincent   Retraité
mars 1989 mars 2001 Jean-Marie Simon   Artisan menuisier
mars 2001 mars 2007 Étienne Vincent   Employé de la SNCF
Décédé au cours du mandat
avril 2007 en cours
(au 18 février 2015)
Emmanuel Laurent DVD Directeur d'école

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[8].

En 2015, la commune comptait 594 habitants[Note 1], en diminution de 5,26 % par rapport à 2010 (Vosges : -2,03 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
7816859531 1401 2721 3781 4101 4601 326
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
1 3231 3601 4581 3781 3431 3231 2211 1551 096
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
1 061848841760702697577501429
1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2015 -
411523596619609627595594-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Économie des Vosges.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Ancienne carrière de calcaire dolomitique.
  • Fermes traditionnelles ornées de grès rose.
  • Moulin à farine puis scierie communale hydraulique à cadre et son haut-fer, avec logement[11],[12],[13],[14],[15].
  • L'église reconstruite après la Première Guerre mondiale.
  • Monuments commémoratifs[16],[17],[18].
  • Les sculptures, sur arbres détruits par la tempête de 1999, au col de Mandray.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Marie Jeanne Delille, née Vaudechamp[19],[20].

Héraldique, logotype et devise[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des 188 communes adhérentes au parc naturel régional des ballons des Vosges, 3e Charte 2012 - 2024
  2. Roger CHALOT - Christophe MARCINIAK, « Dolomie de Mandray - Localisation », sur www4.ac-nancy-metz.fr (consulté le 12 juillet 2018)
  3. Intérieur de l'Eglise : l'autel était l'un des plus riches de France
  4. L'église incendiée volontairement par les Bavarois qui ont occupé le village pendant dix-sept jours
  5. Communes décorées de la Croix de guerre 1914-1918
  6. Les comptes de la commune « Copie archivée » (version du 23 mars 2015 sur l'Internet Archive)
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  11. « moulin à farine puis scierie communale hydraulique à cadre », notice no IA88001774, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  12. Moulin à farine puis scierie communale hydraulique à cadre avec logement
  13. Scierie à haut-fer de Mandray.
  14. Notice no IM88004727, base Palissy, ministère français de la Culture scie alternative à cadre dite « haut-fer »
  15. Le Haut-fer, Scierie hydraulique communale
  16. Monument aux Morts devant l'église, Stèle commémorative au col de Mandray, Corps restitués
  17. Conflits commémorés 1914-18 et 1939-45
  18. Tombe au col de Mandray : trois Français et dix Allemands
  19. Marie Jeanne Delille, née Vaudechamp, fille du maître d'école de Mandray
  20. « Biographie de Marie Jeanne Delille, née Vaudechamp, Dictionnaire des Vosgiens célèbres », sur le site personnel de Bernard Visse (consulté le 4 avril 2016)