Max Ingrand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Max Ingrand
Naissance
Bressuire, France
Décès
Paris, France
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
maître-verrier et décorateur
Distinctions
officier de la Légion d'honneur

Max Ingrand, de son vrai nom Maurice Max-Ingrand, né le à Bressuire et mort le à Paris, est un maître-verrier et décorateur français, l'un des plus réputés de l'après-guerre avec Pierre Lardin et Robert Pansart. Verrières du chœur de l église Saint Nicolas de Beaumont Le Roger. 1957

Biographie[modifier | modifier le code]

Venu des Eclaireurs de France il est élève à l'École des beaux-arts de Paris puis à celle des Arts décoratifs, il eut pour maîtres les grands artistes Jacques Grüber et Charles Lemaresquier.

Il fut directeur artistique de Fontana Arte.

Il était officier de la Légion d'honneur.

Réalisations[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

En France[modifier | modifier le code]

À l'étranger[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Écrits de Max Ingrand[modifier | modifier le code]

  • Max Ingrand, « Technique du verre gravé », L'Art sacré : revue mensuelle,‎ , p. 25-26 (lire en ligne)

Ouvrage[modifier | modifier le code]

  • Jean-Pierre Blin et Jean-Yves Andrieux, Max Ingrand(1908-1969). Un atelier de vitrail dans la France du XXe siècle,
  • Pierre-Emmanuel Martin-Vivier, Max Ingrand, Norma, , 255 p., relié (ISBN 9782915542240)

Article[modifier | modifier le code]

  • Architectural Digest, , n° 86, p. 86.
  • Jean-Pierre Blin, « Max Ingrand, 1908-1969. Maître-verrier, décorateur », Histoire et patrimoine du Bressuirais, no 78,‎

Catalogue de l'exposition, Max Ingrand (1908-1969) Musée du vitrail de Curzay, (1996), Cédric Rameau Monpouillan.

Le musée de Bressuire présente une dizaine d'œuvres de Max Ingrand dont un ensemble de panneaux de verre représentant une Scène de bord de mer réalisé en 1936 avec son épouse, Paule Ingrand.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aimée Rivière, « L'église Saint-Sulpice de Seraincourt », Mémoires de la Société historique et archéologique de Pontoise, du Val-d'Oise et du Vexin, Pontoise, vol. LXXXI,‎ , p. 133-180 ; p. 165.
  2. Cathédrale Saint-Maclou de Pontoise, Denis Pichon, éd. SAEP
  3. « 20. Le vitrail de l’Europe de Max Ingrand », Documentation et patrimoine DRAC Alsace (consulté le 14 octobre 2017)
  4. « ...et dans la cathédrale », sur www.strasbourg-europe.eu (consulté le 14 octobre 2017)
  5. Caroline Mangez, « Champs-Élysées, un rond-point 6 étoiles », Paris Match, semaine du 28 février au 6 mars 2019, p. 66-71.
  6. « Eglise Saint-Jean-Baptiste », notice no PA28000010, base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. Sophie des Déserts, « Appelez-moi de nouveau France », Vanity Fair n°27, septembre 2015, pages 156-165.
  8. St. Dominic's Parish Art & Architecture, St. Dominic's website.

Sur les autres projets Wikimedia :