Saint-Léonard (Vosges)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Léonard
Saint-Léonard (Vosges)
Mairie, église et 5 P'tits Gras.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Vosges
Arrondissement Saint-Dié-des-Vosges
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Saint-Dié-des-Vosges
Maire
Mandat
Catherine Mathieu
2023-2026
Code postal 88650
Code commune 88423
Démographie
Gentilé Léonardiens
Population
municipale
1 369 hab. (2021 en augmentation de 1,03 % par rapport à 2015)
Densité 94 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 13′ 02″ nord, 6° 56′ 40″ est
Altitude 417 m
Min. 397 m
Max. 691 m
Superficie 14,57 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Saint-Dié-des-Vosges
(banlieue)
Aire d'attraction Saint-Dié-des-Vosges
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Saint-Dié-des-Vosges-2
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Saint-Léonard
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Saint-Léonard
Géolocalisation sur la carte : Vosges
Voir sur la carte topographique des Vosges
Saint-Léonard
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
Saint-Léonard
Liens
Site web ville-saintleonard.fr

Saint-Léonard ([sɛ̃leonaʁ]Écouter, en vosgien de la montagne [sɛ̃linɑː]) est une commune française située dans le département des Vosges en région Grand Est.

Ses habitants sont appelés les Léonardiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Extrémité ouest de la commune, le hameau de Vanémont vu de la route du "Haut de la Côte".

La commune de Saint-Léonard occupe un territoire allongé, traversé en son centre par la Meurthe en aval d'Anould et en amont de Saulcy. Son point culminant est à sa pointe occidentale, près de La Houssière, dans le massif du Haut Jacques. Les hameaux et écarts se nomment la Bellegoutte, Contramoulin, Girompaire, Sarupt, Mardichamp, Claingoutte et Vanémont. C'est à 485 m d'altitude que naît le Taintroué avant de traverser Taintrux.

Saint-Léonard est une des 188 communes du parc naturel régional des Ballons des Vosges[1].

Saint-Léonard est reliée au village de Mandray par le hameau de Mardichamp.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans le bassin versant du Rhin au sein du bassin Rhin-Meuse. Elle est drainée par la Meurthe, la Mortagne, le ruisseau de l'Anoux, le ruisseau le Taintroué et le ruisseau de Sarupt[2],[Carte 1].

La Meurthe, d'une longueur totale de 160,6 km, prend sa source dans la commune du Valtin et se jette dans la Moselle à Pompey, après avoir traversé 53 communes[3].

La Mortagne, d'une longueur totale de 74,6 km, prend sa source dans la commune et se jette dans la Meurthe à Mont-sur-Meurthe, après avoir traversé 26 communes[4].

Le ruisseau de l'Anoux, d'une longueur totale de 12,4 km, prend sa source dans la commune d'Anould et se jette dans la Meurthe à Saulcy-sur-Meurthe[5].

Le Taintroué, d'une longueur totale de 14,5 km, prend sa source dans la commune et se jette dans la Meurthe à Saint-Dié-des-Vosges, après avoir traversé trois communes[6].

Carte en couleur présentant le réseau hydrographique de la commune
Réseaux hydrographique et routier de Saint-Léonard.

La qualité des eaux des cours d’eau peut être consultée sur un site dédié géré par les agences de l’eau et l’Agence française pour la biodiversité[Carte 2].

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat de montagne, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[7]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat semi-continental et est dans la région climatique Vosges, caractérisée par une pluviométrie très élevée (1 500 à 2 000 mm/an) en toutes saisons et un hiver rude (moins de °C)[8].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 9,2 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 16,8 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 154 mm, avec 12,8 jours de précipitations en janvier et 10,6 jours en juillet[7]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Ban-de-Sapt », sur la commune de Ban-de-Sapt à 15 km à vol d'oiseau[9], est de 10,3 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 027,3 mm. La température maximale relevée sur cette station est de 36,9 °C, atteinte le ; la température minimale est de −17 °C, atteinte le [Note 1],[10],[11].

Les paramètres climatiques de la commune ont été estimés pour le milieu du siècle (2041-2070) selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre à partir des nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020[12]. Ils sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[13].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Léonard est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[14],[15],[16]. Elle appartient à l'unité urbaine de Saint-Dié-des-Vosges, une agglomération intra-départementale regroupant 16 communes[17] et 41 161 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[18],[19].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Saint-Dié-des-Vosges dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 47 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[20],[21].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (64,4 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (65,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (64,4 %), prairies (17,6 %), terres arables (7,7 %), zones urbanisées (5,3 %), zones agricoles hétérogènes (5 %)[22]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 3].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Au cours de la Révolution française, la commune porte le nom de Léonardmont[23] (3 nivôse de l'an II).

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village a été fondé au VIIe siècle par un disciple de saint Déodat.

La commune a été décorée le de la croix de guerre 1914-1918[24] et le , de la Croix de guerre 1939-1945[25].

Dynamité par les Allemands le , le village a été reconstruit sur un modèle plus aéré.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Budget et fiscalité 2015[modifier | modifier le code]

La mairie.

En 2015, le budget de la commune était constitué ainsi[26] :

  • total des produits de fonctionnement : 1 017 000 , soit 734  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 807 000 , soit 582  par habitant ;
  • total des ressources d’investissement : 190 000 , soit 137  par habitant ;
  • total des emplois d’investissement : 264 000 , soit 191  par habitant.
  • endettement : 339 000 , soit 245  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d’habitation : 20,89 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 12,20 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 21,31 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1953 1959 Robert Colin (1913-2007)   Enseignant
  1973 Raymond Ferry (1904-1987)    
1973   Duby    
    Alphonse Janel (1915-1996)    
mars 1983 juin 1995 Pierre Duloisy (1932-2016)   Agent SNCF
juin 1995 avril 2008 Jacky Choserot (1948-2008)   Enseignant, décédé au cours de son 3e mandat
juin 2008 juillet 2023 Marc Madeddu   Dessinateur industriel, démissionnaire de son 3e mandat
juillet 2023 En cours Catherine Mathieu    

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[27]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[28].

En 2021, la commune comptait 1 369 habitants[Note 4], en augmentation de 1,03 % par rapport à 2015 (Vosges : −3,05 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1856
5894965999169199911 0401 047951
1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
9671 0201 2901 2741 2151 2391 1421 2101 298
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
1 2391 0421 0451 0169715618619901 036
1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012 2017 2021
1 1901 2201 2101 2201 3581 3771 3581 3551 369
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006[29].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église Saints-Pierre-et-Léonard.
  • Église Saints-Pierre-et-Léonard du XXe siècle. L'ancienne église, surmontée d'un clocher à bulbe, a été totalement détruite à l'automne 1944. L'orgue a été réalisé en 1965 par Roethinger[30].
La cloche de l'église, de 1714[31].
La fresque en fer forgé de la Passion du Christ[32].

Animation[modifier | modifier le code]

  • Saint-Léon’Art Expression, association culturelle organisant spectacles, expositions et manifestations[36].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes et cartes[modifier | modifier le code]

  • Notes
  1. Les records sont établis sur la période du au .
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  • Cartes
  1. « Réseau hydrographique de Saint-Léonard » sur Géoportail (consulté le 29 juillet 2022).
  2. « Qualité des eaux de rivière et de baignade. », sur qualite-riviere.lesagencesdeleau.fr/ (consulté le ).
  3. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des 188 communes adhérentes au parc naturel régional des ballons des Vosges, 3e Charte 2012 - 2024
  2. « Fiche communale de Saint-Léonard », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines Rhin-Meuse (consulté le ).
  3. Sandre, « la Meurthe »
  4. Sandre, « la Mortagne »
  5. Sandre, « le ruisseau de l'Anoux »
  6. Sandre, « le ruisseau le Taintroue »
  7. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  8. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  9. « Orthodromie entre Saint-Léonard et Ban-de-Sapt », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station Météo-France « Ban-de-Sapt », sur la commune de Ban-de-Sapt - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  11. « Station Météo-France « Ban-de-Sapt », sur la commune de Ban-de-Sapt - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  12. « Les nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020. », sur drias-climat.fr (consulté le )
  13. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.com, (consulté le )
  14. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  16. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  17. « Unité urbaine 2020 de Saint-Dié-des-Vosges », sur insee.fr (consulté le ).
  18. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  20. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Saint-Dié-des-Vosges », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  21. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  22. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  23. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Communes décorées de la Croix de guerre 1914-1918
  25. Communes décorées de la Croix de guerre 1939 - 1945
  26. Les comptes de la commune « Copie archivée » (version du sur Internet Archive).
  27. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  28. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  29. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  30. Présentation des orgues de l’église Saint-Pierre
  31. Notice no PM88000867, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture cloche de l'église
  32. Œuvre est sur le mur de la façade de l'église
  33. La chapelle de Monthegoutte
  34. Le monument aux morts
  35. Monument aux morts, Mémoires de pierre
  36. Site de l'association Saint-Léon’Art Expression