La Boissière-École

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

La Boissière-École
La Boissière-École
La mairie.
Blason de La Boissière-École
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Rambouillet
Intercommunalité Communauté d'agglomération Rambouillet Territoires
Maire
Mandat
Anne-Françoise Gaillot
2020-2026
Code postal 78125
Code commune 78077
Démographie
Gentilé Boissériens
Population
municipale
759 hab. (2018 en augmentation de 0,26 % par rapport à 2013)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 41′ 02″ nord, 1° 38′ 37″ est
Altitude Min. 126 m
Max. 184 m
Superficie 25,06 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Paris
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Rambouillet
Législatives Dixième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
Voir sur la carte administrative d'Île-de-France
City locator 14.svg
La Boissière-École
Géolocalisation sur la carte : Yvelines
Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
La Boissière-École
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Boissière-École
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Boissière-École
Liens
Site web mairie-boissiere-ecole.fr

La Boissière-École est une commune française située dans le département des Yvelines en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Position de La Boissière-École dans les Yvelines.
Locator Dot.png

Situation[modifier | modifier le code]

La commune se situe dans le sud-ouest du département des Yvelines, en limite du département d'Eure-et-Loir. Elle se trouve aussi au sud-ouest du massif forestier de Rambouillet qui couvre plus des deux-tiers du territoire communal.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Hameaux de la commune[modifier | modifier le code]

Le village est très étendu, partagé entre le lieu-dit de la Basse-Boissière où se trouve le château de La Boissière et l'accès à l'école Olympe-Hériot et la Haute-Boissière qui constituent le cœur du village avec la grande majorité des habitants. Deux écarts se situent à l'ouest du centre-village, Mauzaize et la Gâtine. Une autre partie sur le lieu-dit de l'Épinette dépend de la commune avec quelques maisons de construction bois qui font la particularité de cette zone du village.

Communes voisines[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophes sont Adainville au nord, Condé-sur-Vesgre au nord-nord-est, Saint-Léger-en-Yvelines au nord-est, Poigny-la-Forêt à l'est, Hermeray au sud-est, Mittainville au sud-ouest, Faverolles (Eure-et-Loir) à l'ouest, Le Tartre-Gaudran à l'ouest - nord-ouest et La Hauteville au nord-ouest.

Transports et voies de communications[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Le territoire communal est traversé par la route départementale 71 qui relie du nord au sud Condé-sur-Vesgre à Mittainville et la route départementale 80 qui mène de Gazeran à l'est à Faverolles et l'Eure-et-Loir à l'ouest.

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

La gare SNCF la plus proche est la gare d'Épernon, à dix kilomètres au sud.

Bus[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne Express 60 de l'établissement Transdev de Houdan et par la ligne 20 de l'établissement Transdev de Rambouillet.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

La Boissière-École est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Paris, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire regroupe 1 929 communes[4],[5].

Occupation des sols simplifiée[modifier | modifier le code]

Le territoire de la commune se compose en 2017 de 93,56 % d'espaces agricoles, forestiers et naturels, 3,51 % d'espaces ouverts artificialisés et 2,93 % d'espaces construits artificialisés[6].

Occupation des sols détaillée[modifier | modifier le code]

Le tableau ci-dessous présente l'occupation des sols de la commune en 2018, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC).

Occupation des sols en 2018
Type d’occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Tissu urbain discontinu 4,2 % 106
Terres arables hors périmètres d'irrigation 22,7 % 579
Prairies et autres surfaces toujours en herbe 1,8 % 47
Systèmes culturaux et parcellaires complexes 1,3 % 33
Forêts de feuillus 49,6 % 1267
Forêts de conifères 13,0 % 333
Forêts mélangées 6,6 % 169
Forêt et végétation arbustive en mutation 0,7 % 19
Source : Corine Land Cover[7]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme Buxoria vers 1033[8].

L’origine de Boissières viendrait du latin « buxus » - bouis, buis - qui désigne à la fois l’arbuste toujours vert et sous des formes dérivées comme « buxea » - boisse, buisse - et « buxio » - buisson[9]- des espèces végétales touffues et de petites tailles.

La réunion du mot « École » au nom de « la Boissière » est due à la création, par le commandant Hériot en 1886, d'un orphelinat militaire[10] pour les enfants de troupe.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Boissière était au Moyen Âge un fief de la châtellenie de Saint-Léger. La Haute-Boissière et la Basse-Boissière ont appartenu à différentes familles, dont les Malebranche à partir de 1715. Par son mariage avec Marie-Catherine de Malebranche (1759-1781), le capitaine de dragons Claude Jacques Marie Le Gras, seigneur de Bercagny (1748-1801) devint propriétaire du domaine et du château de La Boissière. Son arrière-petit-fils Gaston Le Gras de La Boissière (1836-1924) en vendit une part importante en 1879 au philanthrope Olympe Hériot, qui fonda en 1866 un orphelinat militaire dans le parc.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
? En cours Anne-Françoise Gaillot    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[12].

En 2018, la commune comptait 759 habitants[Note 3], en augmentation de 0,26 % par rapport à 2013 (Yvelines : +1,62 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
402478511391571582582648640
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
616618608553572577635853813
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
735686733867756750765739796
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
446412461528655725755766761
2018 - - - - - - - -
759--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges en 2007[modifier | modifier le code]

Pyramide des âges à La Boissière-École en 2007 en pourcentage[15]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,0 
90  ans ou +
0,0 
4,0 
75 à 89 ans
2,7 
11,4 
60 à 74 ans
12,7 
24,6 
45 à 59 ans
21,0 
21,8 
30 à 44 ans
27,8 
15,2 
15 à 29 ans
12,1 
23,0 
0 à 14 ans
23,7 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[16]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (15,4 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (51,6 % contre 48,4 % au niveau national et 48,8 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 51,6 % d’hommes (0 à 14 ans = 23 %, 15 à 29 ans = 15,2 %, 30 à 44 ans = 21,8 %, 45 à 59 ans = 24,6 %, plus de 60 ans = 15,4 %) ;
  • 48,4 % de femmes (0 à 14 ans = 23,7 %, 15 à 29 ans = 12,1 %, 30 à 44 ans = 27,8 %, 45 à 59 ans = 21 %, plus de 60 ans = 15,4 %).

Économie[modifier | modifier le code]

Camembert Murray's produit par la ferme La Tremblay à La Boissière : FR 78-077-001 CE

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Certaines scènes de Graziella, film français réalisé par Mehdi Charef, ont été tournées dans ce château.
  • L'École régionale du premier degré (ERPD) Olympe-Hériot destinée, à l'origine, en 1886, à accueillir des enfants de troupe âgés de cinq à treize ans, est dorénavant un internat public à but pédagogique.
  • L'église Saint-Barthélémy reconstruite en 1892 par Charles Trubert et en 1894 pour la sacristie, à l'emplacement d'une ancienne église donnée à l'abbaye parisienne de Saint-Magloire par Hugues Capet et détruite par un incendie en 1888[18].
L'église est ornée de vitraux dont au moins 4 ont été réalisés par les ateliers Lorin de Chartres : le vitrail du Calvaire en 1896 (baie 12)[19], les vitraux représentant saint Hubert de Liège, sainte Geneviève de Paris et sainte Jeanne d'Arc par Charles Lorin en 1912 et 1917 (baies 11, 13 et 14)[20].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de La Boissière-École Blason
Parti de gueules et d'or.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le patrimoine des communes des Yvelines - tome 2, Paris, Editions Flohic, , 1155 p. (ISBN 2-84234-070-1), « La Boissière-École », p. 706–708

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Paris », sur insee.fr (consulté le ).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  6. [PDF]« Occupation des sols en 2017 (comparaison avec 2012) », sur cartoviz.iau-idf.fr (consulté en ).
  7. « Données statistiques sur les communes de Métropole ; Répartition des superficies en 44 postes d'occupation des sols (métropole) », sur CORINE Land Cover, (consulté le ).
  8. Ernest Nègre - générale de la France - Volume 2 - Page 1225.
  9. Noms de lieu d'Île-de-France – M. Mulon – 1997
  10. Aujourd'hui, cette institution s'appelle l'« École Régionale du premier degré Olympe-Hériot ».
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  15. « Évolution et structure de la population à La Boissière-École en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  16. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le ).
  17. « La ferme de la Tremblaye », (consulté le ).
  18. « Église Paroissiale Saint-Barthélémy », notice no IA00051907, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  19. « Verrière figurée : calvaire (baie 12) », notice no IM78000035, base Palissy, ministère français de la Culture.
  20. « 3 verrières à personnages (série) : saint Hubert de Liège, sainte Geneviève de Paris, sainte Jeanne d'Arc (baies 11, 13, 14) », notice no IM78000038, base Palissy, ministère français de la Culture.
  21. « Chapelle funéraire de la famille Hériot », notice no IA00051914, base Mérimée, ministère français de la Culture.