Abbaye des Vaux-de-Cernay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Abbaye des Vaux-de-Cernay
image de l'abbaye
Vue d'ensemble du site de l'abbaye

Diocèse Paris puis
Versailles
Patronage Sainte Marie
Fondation 1118
Cistercien depuis
Dissolution 1791
Abbaye-mère Savigny
Lignée de Clairvaux
Abbayes-filles Breuil-Benoît
Congrégation Savigniens puis cisterciens
Période ou style Gothique
Protection Logo monument historique Inscrit MH (1926)
Logo monument historique Classée MH (1994)[1]

Coordonnées 48° 41′ 02″ nord, 1° 56′ 10″ est[2]
Pays Drapeau de la France France
Province Domaine royal
Région Île-de-France
Département Yvelines
Commune Cernay-la-Ville
Site abbayedecernay.com
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Abbaye des Vaux-de-Cernay
Géolocalisation sur la carte : Île-de-France
(Voir situation sur carte : Île-de-France)
Abbaye des Vaux-de-Cernay
Géolocalisation sur la carte : Yvelines
(Voir situation sur carte : Yvelines)
Abbaye des Vaux-de-Cernay

L'abbaye des Vaux-de-Cernay est un ancien monastère cistercien datant du XIIe siècle. Elle se situe dans le diocèse de Versailles, dans les communes de Cernay-la-Ville et d'Auffargis, dans le département des Yvelines et la région d'Île-de-France, à une quarantaine de kilomètres au sud-ouest de Paris. L'abbaye se situe dans la forêt de Rambouillet en vallée de Chevreuse.

Date de création : 1118. Fille de l'abbaye de Savigny, elle-même rattachée à Citeaux en 1147 ce qui vint donner aux Vau(l)x de Cernay le rang prestigieux d'abbaye cistercienne dans la filiation de Clairvaux.

L'abbaye est fermée par le pouvoir révolutionnaire français et les moines en sont chassés (vers 1791). Vendus comme biens nationaux, les bâtiments sont bientôt démantelés comme carrières de pierre. Ce qui demeure encore debout, au XXIe siècle, témoigne de l'ancienne grandeur de l'abbaye cistercienne.

L'ensemble du domaine fut acheté en 1873 par la baronne Charlotte de Rothschild. La famille fortunée s'efforça de reconstituer l'esprit des lieux avec des travaux importants pour consolider ou réhabiliter les vestiges dans une évocation architecturale de style anglican. Après la mort de la baronne en 1899, le domaine entre dans le patrimoine de son petit-fils, Henri de Rothschild, qui revendra en 1946 à l'industriel Félix Amiot, constructeur d'avions. Celui ci transfère ses bureaux d'études en cet endroit qui restera strictement privé et fermé au public.

En 1988, l'ensemble de l'abbaye des Vaux-de-Cernay fut racheté à la famille Amiot par le groupe Savry "Les Hôtels Particuliers". Le nouveau propriétaire, Philippe Savry, entreprend alors d'importants investissements de rénovation[3], le transfert de propriété a permis d'ouvrir le site au public en diffusant une histoire liée à celle de l'Ile-de-France. Le domaine est cédé depuis fin 2020 au groupe Paris Society[4].

Le 4 janvier 1994, l'abbaye des Vaux-de-Cernay a été classée au titre des monuments historiques et depuis 2014 les fonds d'archives et les études de la Société archéologique de Rambouillet[5] sont téléchargeables (fonds BNF Gallica et Getty]).

Historique[modifier | modifier le code]

Du Moyen Âge à la Révolution Française[modifier | modifier le code]

La véritable histoire de Cernay-la-Ville commence au début du XIIe siècle avec l'édification de l'abbaye de Notre-Dame des Vaux de Cernay de l'ordre de Cîteaux. La compilation et l'étude des cartulaires[5].nous apprennent que l'abbé Artaud (ou Arnaud) fut chargé par saint Godefroy, moine supérieur de l'abbaye de Savigny, d'installer le 17 septembre 1118 une douzaine de religieux dans l'étroit vallon marécageux de Bric-Essart à la suite d'un don de Simon III de Nauphle-le-Château et de sa femme Eve[6]. Ils y fondent l'abbaye des Vaux de Cernay. D'abord construite en bois, les premières constructions furent lentement consolidées en pierres à partir de 1145 (carrières de grès proches) après un éprouvant travail d'assainissement et d'irrigation autour du ruisseau des Vaux. La première attestation de l’appellation Vaux-de-Cernay se trouve dans un acte de Louis VII daté de 1142[5].

En 1147 un nouvel essor est issu du rattachement de l'ordre de Savigny à Citeaux qui vint donner aux Vau(l)x de Cernay le rang prestigieux d'abbaye cistercienne dans la filiation de Clairvaux.

Les Vaux de Cernay vont alors devenir un centre de culture[7] très important au XIIe et XIIIe siècle en étant protégé par une communauté des nobles locaux attachés aux monarchies et féodalités avec, en arrière plan, le soutien de la papauté. Le sixième abbé Guy des Vaux-de-Cernay, proche de Simon de Montfort (qu’il suivra dans la 4e croisade de 1202), fut un prédicateur enflammé d'après le chroniqueur Pierre des Vaux de Cernay et deviendra évêque de Carcassonne (après siège de Zara en Hongrie puis combat contre les Albigeois).

En mars 1215 des religieuses cisterciennes fondèrent l'abbaye de Porrois soumise aux Vaux de Cernay qui devait devenir célèbre sous le nom de Port-Royal. C'est en 1235 que les moines placeront à leur tête Thibaut de Marly (saint Thibaut en 1270 † 1247) qui fera rayonner un courant intellectuel et relationnel remarquable jusqu'au XIVe siècle entre les diocèses de Paris (maison rue des Moines-de-Cernay devenue rue du Foin) et de Chartres, près de la place des Vosges.. C'est aussi à cette époque que Louis IX (Saint Louis) rencontra le saint abbé pour l'entretenir de la stérilité de sa femme, la reine Marguerite de Provence. Elle eu par la suite 11 enfants. Sur la tombe de Thibaut de Marly vinrent s'agenouiller Philippe le Hardi, Philippe le Bel, Charles VI. L'abbaye reçu de nombreuses visites prestigieuses au cours des siècles suivants que ce soient rois, reines, le dauphin de Louis XIV avec sa cour après la chasse, présidents et grands noms de la république française (dont Victor Hugo qui en dessina la rosace).

Reconstitution des bâtiments conventuels et de l'église au XVIIe et XVIIIe siècle.
Plan de l'abbaye.

Mais dès le XIVe siècle l'abbaye périclitera progressivement et les bâtiments ne seront plus entretenus car le pays est ravagé par les guerres et fléaux de toute sorte (guerre de cent ans 1337 à 1453). En décembre 1463, par ses lettres patentes, le roi Louis XI confirma sa protection royale, octroyée par ses prédécesseurs. Au début du XVIe siècle, les abbés qui se succèdent aux Vaux, s’efforcent de réparer les ruines accumulées et en essayant tant bien que mal de rendre au monastère la vie qui l’animait avant la guerre de Cent Ans. En 1542, l’abbaye passe en commende, ce qui entraîne un affaiblissement de son mode financement.

Le XVIe siècle vit l’arrivée du premier abbé commendataire; à cette époque en pleine guerre de religion., le monastère ne comptait pas plus de vingt-deux moines. Se succédèrent alors à la tête de l’abbaye quelques personnages prestigieux tels Henri de Bourbon-Verneuil, bâtard d’Henri IV, ou encore Jean II Casimir Vasa ex roi de Pologne (soutenu par Louis XIV) en 1669 qui la visita en 1671 avant de décéder l'année suivante. Le monastère connaitra une embellie à la fin du XVIIe et au XVIIIe avec des aides notables (Jean de furet et Catherine sainte Marie sa femme: dalle funéraire de 1641 inventoriée aux Archives Départementales des Yvelines, sis en l'église de Cernay-la-Ville)[8]. En 1672 Armand-Louis Bonnin de Chalucet en devint abbé commendataire assurant la restauration de la galerie sud et du cloître avant des travaux considérables du XVIIIe siècle.

Époques moderne et contemporaine[modifier | modifier le code]

L'abbaye aujourd'hui.

Les temps révolutionnaires n'épargnent pas la communauté qui est dissoute brutalement en 1791 avec vente précipitée des mobiliers et des biens sur réquisition des bâtiments par le Tribunal de Dourdan[6]. Les moulins et les fermes sont éparpillés entre des particuliers après que les reliques de saint Thibaut ont été brûlées ; on retrouve bien plus tard son crâne conservé aujourd'hui dans un mur de l'église du village. Après que les ruines de l'abbaye soient passées entre les mains de différents propriétaires (dont certains utilisent les pierres comme matériau de carrière) l'ensemble est acheté en 1873 par la baronne Charlotte de Rothschild. La famille fortunée s'efforce de reconstituer l'esprit des lieux avec des travaux importants pour consolider ou réhabiliter les vestiges dans une évocation architecturale de style anglican. Après la mort de la baronne en 1899, le domaine entre dans le patrimoine de son petit-fils, Henri de Rothschild, auteur dramatique. L'héritier disparaît en 1946 (au commencement de la seconde guerre mondiale les statues du château de Versailles trouvèrent refuge dans les bois de l'abbaye), année durant laquelle l'industriel Félix Amiot, constructeur d'avions devient le nouveau propriétaire du domaine. Il y transfère ses bureaux d'études et cet endroit restera strictement privé et fermé au public jusqu'à la fin du XXe siècle.

C'est en 1988 que l'ensemble de l'abbaye des Vaux de Cernay fut racheté à la famille Amiot par le groupe Savry "Les Hôtels Particuliers". Le nouveau propriétaire, Philippe Savry, entreprends alors d'importants investissements de rénovation[9] avec le même respect des racines historiques de ces lieux que Mme Charlotte de Rothschild[réf. nécessaire]. La stratégie en est cependant tout à fait différente et contemporaine : allier une philosophie d'ouverture du domaine au public à une demande d'évènementiel en plein centre du Parc Natural Régional de la Haute Vallée de Chevreuse. Le transfert de propriété fut appuyé par tous les élus des Yvelines[réf. nécessaire].

L'affaire est cédée depuis fin 2020 au groupe Paris Society.

Le , l'abbaye des Vaux-de-Cernay est classée au titre des monuments historiques[10] Cette protection concerne les parties bâties, les sols sur lesquels elles sont construites, ainsi que la grille en fer forgé du XVIIIe siècle. Cet arrêté vient en remplacement d'une inscription aux monuments historiques datée du , arrêté qui ne fut pas annulé et est donc toujours en vigueur.

Architecture[modifier | modifier le code]

Ruines de l'abbatiale
Salle des moines

L'abbaye est ouverte aux visiteurs depuis 1988. Les deux éléments les plus remarquables sont les ruines de l'abbatiale et la salle capitulaire des moines. Cette salle, qui fait 80 m de long, comporte deux travées de voûtes gothiques qui en fait l'une des plus grandes salles de ce type en France, avec celle du collège des Bernardins à Paris. Différentes salles peuvent être visitées, comme l'ancien cloître, la galerie de lecture, le moulin, la salle capitulaire.

Près de cette abbaye, se trouve la fontaine de Saint-Thibaut (XXe siècle). L'édifice qui s'élève au-dessus de la fontaine Saint-Thibaut est un vestige du cloître, de style renaissance, construit au XVIe siècle, puis remployé en édicule, lors de la restauration du domaine par la baronne de Rothschild[11].

Sculptures[modifier | modifier le code]

Les jardins de l'abbaye exposent les sculptures monumentales de Pollès[12].

Cinéma et télévision[modifier | modifier le code]

Le château a servi de lieu de tournage pour plusieurs films et téléfilms, notamment :

Liste des abbés[modifier | modifier le code]

La liste suivante présente les abbés successifs des Vaux-de-Cernay[13] :

Dalle funéraire de Simon de Rochefort apposée dans la nef latérale sud de l'église.

1137-1145 : Arnaud, Arrald ou Artaud de Savigny, 1145-1156 : Hugues I,1156-1157 : Jean I, 1157-1165 : André de Paris, 1165-1181 : Mainier,1181-1210 : Guy, 1210-1219 : Thomas I, 1219-1235 : Richard, 1235-1253 : saint Thibaut de Marly, 1253- † 1268 : Garin, 1268-1283 : Thomas II, 1283-1286 : Roger, 1286-1289 : Raoul, 1290-1309 : Guillaume I, 1309-1316 : Jean II, 1316-1320 : Philippe I, 1320-1329 : Simon de Rochefort, 1329-1349 : Pierre I, 1349-1364 : Jean III, 1364-1391 : Guillaume II, 1391-1412 : Étienne, 1412-1413 : Pierre II de Montreuil, 1413-1423 : Hugues II du Mesnil, 1423-1431 : Jean IV de La Salle de Galardon, 1431-1454 : Dominique Fournier de Beaune-Semblançay; 1454-1457 : Thomas III Cordier, 1457-1480 : Jean V de Rully de Saint-Gengoul, 1480-1493 : Jean VI, 1493-1495 : Jean VII Le Chevrier, 1495-1503 : Michel Buffereau, 1503-1516 : Pierre III de Tessé, 1516-1522 : Jean VIII des Monceaux de Bazemont, 1522-1543 : Louis I de Bajoue, 1543-1559 : cardinal Antoine Sanguin de Meudon, 1559-1561 : Louis II Guillart, 1561-1573 : Charles I Guillart, 1573-1587 : Mathurin Vincent, 1587-1588 : cardinal François de Joyeuse, 1588-1603 : Philippe II des Portes, 1603-1669 : Henri de Bourbon-Verneuil, 1669-1673 : Jean IX Casimir Vasa de Pologne, 1673-1712 : Armand-Louis Bonnin de Chalucet, 1712-1766 : Charles II Maurice de Broglie, 1766-1791 : Louis II Charles du Plessis d’Argentré

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA00087395, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. (it) Luigi Zanoni, « Vaux-de-Cernay, les », sur http://www.cistercensi.info/, Certosa di Firenze (consulté le ).
  3. « Abbaye des Vaux de Cernay » (consulté le )
  4. « Le Groupe », sur Paris Society (consulté le )
  5. a b et c France Notre-Dame (Abbey) Vaux de Cernay, Lucien (Lucien Victor Claude) Merlet, Auguste Moutié et Honoré Théodore Paul Joseph d'Albert Luynes, Cartulaire de l'abbaye de Notre-Dame des Vaux de Cernay, Tome 1, Paris, Typ. de H. Plon, (lire en ligne)
  6. a et b France Notre-Dame (Abbey) Vaux de Cernay, Lucien (Lucien Victor Claude) Merlet, Auguste Moutié et Honoré Théodore Paul Joseph d'Albert Luynes, Cartulaire de l'abbaye de Notre-Dame des Vaux de Cernay, Tome 2, Paris, Typ. de H. Plon, (lire en ligne)
  7. Serbat Louis, « Abbaye des Vaux de Cernay [compte-rendu] Bulletin Monumental Année 1913 77 p. 461 », sur persee.fr/,
  8. Département Yvelines, « Archives Départementales Yvelines »
  9. « Abbaye des Vaux de Cernay | Abbaye des Vaux de Cernay » (consulté le )
  10. « Domaine de l'ancienne abbaye des Vaux de Cernay (également sur commune de Auffargis) », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  11. Aubert 1933, p. 203.
  12. « Géantes les sculptures, immense l'artiste », sur Ouest France,
  13. Abbés, p. 517-526.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :