Orphin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Orphin
Orphin
Mairie d'Orphin.
Blason de Orphin
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Rambouillet
Canton Rambouillet
Intercommunalité Rambouillet Territoires
Maire
Mandat
Janny Demichelis
2014-2020
Code postal 78125
Code commune 78470
Démographie
Gentilé Orphinois
Population
municipale
898 hab. (2015 en diminution de 1,64 % par rapport à 2010)
Densité 54 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 34′ 46″ nord, 1° 46′ 55″ est
Altitude Min. 132 m
Max. 166 m
Superficie 16,50 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte administrative des Yvelines
City locator 14.svg
Orphin

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Orphin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Orphin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Orphin
Liens
Site web http://www.orphin.fr/
Orphin

Orphin est une commune française située dans le département des Yvelines en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation d'Orphin dans les Yvelines.

Situation[modifier | modifier le code]

La commune d'Orphin se trouve dans le sud-ouest du département des Yvelines, à la limite du département d'Eure-et-Loir, à neuf kilomètres environ au sud-ouest de Rambouillet, sous-préfecture, et à 40 kilomètres environ au sud-ouest de Versailles, chef-lieu du département.

Les communes limitrophes sont Orcemont au nord-est, Prunay-en-Yvelines au sud-est, Écrosnes (commune d'Eure-et-Loir) au sud-ouest, Émancé à l'ouest et Gazeran au nord.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune d'Orphin appartient au bassin versant de l'Eure, affluent de rive droite de la Seine. Le territoire communal est irrigué par la Drouette, rivière de 40 km de long qui prend sa source à Rambouillet et se jette dans l'Eure à Villiers-le-Morhier. Elle traverse la commune selon un axe sensiblement est-ouest[1]. Elle reçoit sur sa rive gauche, en amont du village, le ruisseau de la Vigne, ou fossé des Nonnes (4 km de long)[2], et sur sa rive droite, en aval du village, le ruisseau de l'étang de la Plaine (3 km)[3].

Utilisation du territoire[modifier | modifier le code]

Occupation des sols en 2008.
Type d'occupation Pourcentage Superficie
(en hectares)
Espace urbain construit 2,8 % 46,78
Espace urbain non construit 1,7 % 28,72
Espace rural 95,5 % 1 592,30
Source : Iaurif

Le territoire communal est très largement rural (95,5 %), l'espace urbain construit occupant 46,8 hectares, soit 2,8 % du territoire total[4].

L'espace rural est consacré principalement à l'agriculture qui occupe 1049 hectares, soit 62,9 % de la superficie totale de la commune[5], constituée exclusivement par la grande culture céréales, colza). Les bois occupent 518,2 hectares, soit 31,1 % du total. Ils se trouvent principalement dans la moitié nord du territoire, et secondairement dans la partie sud-ouest le long de la limite intercommunale avec Écrosnes.

L'habitat se répartit dans trois centres : le bourg d'Orphin, sur le cours de la Drouette au centre de la commune, et les hameaux de Haute Maison et de Cerqueuse. Ce dernier est attesté sous la forme latinisée Sarcosia en 1204[6]. Il est issu de l'ancien français sarqueux « cercueil »[7],[8], féminisé par la suite (cf. Serqueux, Seine-Maritime, Sarkeus XIIe siècle[9]. plus au sud. En outre, de grosses fermes et manoirs isolés sont dispersés dans le territoire communal : Beauvais, le Haut Orphin, les Maisons rouges, Poyers, le Pavillon, la Plaine, le Mesnil Roland.

Cet habitat comprend exclusivement des habitations individuelles. Les surfaces consacrées aux activités économiques représentent 2,3 ha (0,1 % du territoire), il s'agit pour l'essentiel de l'usine Guerlain (bois de la Grange). L'espace urbain ouvert (parcs et jardins, terrains de sport) occupe une surface limitée, 28,7 hectares, soit 1,7 % du territoire communal.

Transports et voies de communications[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

Il n'y a aucune desserte ferroviaire. La gare ferroviaire de Rambouillet, située à 9 km, est la plus proche d'Orphin.

Bus[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne 05 de l'établissement Transdev de Rambouillet.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes d'Orphin

Les armes d'Orphin se blasonnent ainsi :

Taillé d'argent et d'or, au premier à une église au naturel, au second d'or à une colombe d'argent tenant dans ses pattes un épi de blé aussi d'or posé en fasce, accompagné de sept vols d'argent, à la bande ondée d'azur brochant sur la partition[10].

Ce blason, créé en 1991 par la municipalité, ne respecte pas la règle de contrariété des couleurs (armes à enquerre).

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la localité est attesté sous la forme latinisée Urfinum, Ulfinum au XIIe siècle, ce qui correspond à un nom de personne Ulfin.

Il s'agit de forme familière d'un anthroponyme germanique composé avec l'élément wulf « loup »[11].

L'évolution phonétique de [l] à [r] devant une autre consonne est souvent constatée en français. La graphie hellénisante ph, alors que l'on attendrait un simple f selon l'étymologie, est une fantaisie érudite. Elle a, de manière parallèle, affecté le nom de l’orphie, sorte de poisson, attesté pour la première fois au XIVe siècle sous la forme orfin, alors que l'étymologie en est le néerlandais hoornvisch[12] ou l'ancien scandinave hornfiskr[13].

Histoire[modifier | modifier le code]

Vestiges des travaux de Louis XIV pour amener les eaux de l'Eure de Pontgouin (Eure-et-Loir) à Versailles, par l'étang de la Tour, à Rambouillet.

Article détaillé : Canal de l'Eure ou canal Louis XIV.

À deux kilomètres au sud du village d'Orphin, on trouve le hameau de Cerqueuse, et moins de deux kilomètres à l'est de Cerqueuse, on trouve le hameau de Craches. Le côté droit de la route allant de Cerqueuse à Craches est d'abord bordé d'un petit bois, sur 250 mètres, puis, 100 mètres après ce bois, par un monticule inculte d'environ 50 mètres de long et 25 mètres de large, bordé d'une dépression labourée et cultivée. Ce curieux monticule est un terrassement datant de 1785 et se trouvant sur l'itinéraire de l'aqueduc projeté. La terre pour le construire provient de la dépression voisine. Ce qui est remarquable est que ce vestige, bien que peu important, n'a pas bougé depuis plus de deux cents ans (observé en 2001).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Les maires d'Orphin[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Janny Demichelis    
mars 2008 2014 Janny Demichelis[14]    
2014 2020 Janny Demichelis    
Les données manquantes sont à compléter.

Instances judiciaires et administratives[modifier | modifier le code]

Orphin appartient au canton de Rambouillet, qui fait partie de la dixième circonscription des Yvelines, circonscription à dominante rurale du sud des Yvelines dont le député est Jean-Frédéric Poisson (UMP). La commune est membre de la communauté d'agglomération Plaines et Forêts d'Yveline (CAPFY)

Aur le plan judiciaire, Orphin relève du ressort de la juridiction d’instance de Rambouillet et, comme toutes les communes des Yvelines, dépend du tribunal de grande instance ainsi que de tribunal de commerce sis à Versailles[15],[16].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Outre la communauté d'agglomération Plaines et Forêts d'Yveline, la commune d'Orphin adhère à plusieurs syndicats intercommunaux à objet unique sans fiscalité propre[17] :

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[19].

En 2015, la commune comptait 898 habitants[Note 1], en diminution de 1,64 % par rapport à 2010 (Yvelines : +1,32 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
392359382454461477477485512
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
536515491506487553589624630
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
636618576477513457412402417
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
355365502660820928924911898
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[20] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (15,5 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). Contrairement aux répartitions nationale et départementale, la population masculine de la commune est supérieure à la population féminine (50,5 % contre 48,4 % au niveau national et 48,8 % au niveau départemental).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 50,5 % d’hommes (0 à 14 ans = 23,8 %, 15 à 29 ans = 14,8 %, 30 à 44 ans = 21,4 %, 45 à 59 ans = 23,3 %, plus de 60 ans = 16,6 %) ;
  • 49,5 % de femmes (0 à 14 ans = 22,5 %, 15 à 29 ans = 15,1 %, 30 à 44 ans = 27,1 %, 45 à 59 ans = 21 %, plus de 60 ans = 14,2 %).
Pyramide des âges à Orphin en 2007 en pourcentage[22]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90  ans ou +
0,4 
4,9 
75 à 89 ans
3,7 
11,1 
60 à 74 ans
10,1 
23,3 
45 à 59 ans
21,0 
21,4 
30 à 44 ans
27,1 
14,8 
15 à 29 ans
15,1 
23,8 
0 à 14 ans
22,5 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[23]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Économie[modifier | modifier le code]

Activités[modifier | modifier le code]

Industrie[modifier | modifier le code]

L'usine et le centre de recherche de la marque de cosmétiques Guerlain se trouve à Orphin.

Agriculture[modifier | modifier le code]

La commune comptait, au recensement agricole de 2000, six exploitations agricoles, exploitant une surface de 864 hectares de SAU (surface agricole utile), soit une moyenne de 144 hectares par exploitation. Cette SAU était consacrée quasi exclusivement à la grande culture, dont 532 hectares (62 %) en céréales. Par rapport au recensement de 1988, la SAU est en baisse de 17 % passant de 1035 à 864 hectares. Aucun élevage n'est recensé dans la commune. La main d'œuvre employée équivalait à 9 UTA[24](unité de travail annuel), dont six exploitants ou coexploitants[25].

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune dispose sur son territoire d'une école primaire. Les locaux de celle-ci comprennent l'ancienne marie-école, édifiée en 1885[26].

Sports[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le clocher de l'église Sainte-Monégonde  Inscrit MH (1968)[27]
Article détaillé : Église Sainte-Monégonde.
  • La commune compte également plusieurs châteaux, dont un manoir avec colombier dans le « Haut-Orphin », le château de la Plaine et le château de Haute-Maison.

Activités festives[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Thérèse Monnais, a reçu le titre de Juste parmi les nations par le Comité pour Yad Vashem, dont les noms figure sur le Mur d'honneur du Jardin des Justes à Jérusalem, mais également à Paris, dans l'allée des Justes, près du mémorial de la Shoah, rue Geoffroy-l'Asnier[28].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Fiche cours d'eau - La Drouette (H41-0400) », Sandre (consulté le 9 juin 2011).
  2. « Fiche cours d'eau - Ruisseau de la Vigne (H4114000) », Sandre (consulté le 9 juin 2011).
  3. « Fiche cours d'eau - Ruisseau de l'Etang de la Plaine (H4115000) », Sandre (consulté le 9 juin 2011).
  4. « Occupation du sol détaillée en 2008 - Orphin », Iaurif (consulté le 12 juin 2011).
  5. La superficie de la commune est estimée à 1667,80 hectares par l'Iaurif
  6. Marianne Mulon, Noms de lieu d'Île-de-France, Bonneton, 1997[réf. incomplète]
  7. Marianne Mulon, op. cit.
  8. Site du CNRTL : étymologie de Cercueil
  9. François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard, , 180 p. (ISBN 2-7084-0040-1, OCLC 6403150), p. 151)
  10. « Page d'accueil », Site du Village d'Orphin dans les Yvelines (site privé) (consulté le 10 juin 2011)
  11. Marianne Mulon, Noms de lieux d’Île-de-France, Bonneton, Paris, 1997 (ISBN 2862532207)[réf. incomplète]
  12. Site du CNRTL : étymologie d’orphie
  13. Elisabeth Ridel, les Vikings et les mots : L'apport de l'ancien scandinave à la langue française, éditions errance, Paris, 2009, p.52 - 53.
  14. « Orphin », Union des maires des Yvelines (consulté le 12 juin 2011).
  15. « Tribunal d'instance de Rambouillet - Liste des communes et cantons », Cour d'appel de Versailles (consulté le 12 juin 2011).
  16. « Tribunal de grande instance de Versailles - », Cour d'appel de Versailles (consulté le 12 juin 2011).
  17. « Orphin - Intercommunalité », Base Aspic - Ministère de l'Intérieur (consulté le 12 juin 2011).
  18. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  20. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  22. « Évolution et structure de la population à Orphin en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 9 juin 2011).
  23. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 » [archive du ], sur le site de l'Insee (consulté le 9 juin 2011).
  24. Cette unité équivaut au travail d'une personne travaillant à temps plein pendant une année
  25. « Orphin (78470 - Commune) - Chiffres clés », Insee Statistiques locales (consulté le 12 juin 2011).
  26. « Site officiel de la mairie d'Orphin » (consulté le 7 juillet 2012).
  27. « Église Sainte-Monégonde », notice no PA00087559, base Mérimée, ministère français de la Culture
  28. Pendant l'été de 1942, un passeur livra les Koeniget aux Allemands, M. et Mme Koeniget furent déportés vers les camps de l'est. Leur fille Claudine, qui avait alors neuf ans, fut ramenée à Paris et rentra seule dans l'appartement familial. Elle alla voir la concierge et lui demanda de prévenir Thérèse Monnais, qui avait été sa nourrice en 1933 et pendant six ans, qui vint immédiatement la chercher. Pour ne pas éveiller les soupçons des gens du village, Claudine fut baptisée et fit sa première communion. Seuls les Monnais savaient qu'elle était juive. L'affection de l'enfant pour sa mère adoptive persista après la guerre. Mariée et mère de famille à son tour, Claudine confia son premier enfant, un garçon né en 1954, à Thérèse Monnais.