Saint-Martin-de-Bréthencourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Martin.
image illustrant une commune des Yvelines
Cet article est une ébauche concernant une commune des Yvelines.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Saint-Martin-de-Bréthencourt
La mairie.
La mairie.
Blason de Saint-Martin-de-Bréthencourt
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Île-de-France
Département Yvelines
Arrondissement Rambouillet
Canton Rambouillet
Intercommunalité Rambouillet Territoires
Maire
Mandat
Jacky Drappier
2015-2020
Code postal 78660
Code commune 78564
Démographie
Gentilé Saint-Martinois
Population
municipale
645 hab. (2014)
Densité 39 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 30′ 37″ nord, 1° 55′ 42″ est
Altitude Min. 107 m – Max. 162 m
Superficie 16,67 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte administrative des Yvelines
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-Bréthencourt

Géolocalisation sur la carte : Yvelines

Voir sur la carte topographique des Yvelines
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-Bréthencourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-Bréthencourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Martin-de-Bréthencourt

Saint-Martin-de-Bréthencourt est une commune française située dans le département des Yvelines en région Île-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Position de Saint-Martin-de-Bréthencourt dans les Yvelines.
Locator Dot.png

Situation[modifier | modifier le code]

La commune de Saint-Martin-de-Bréthencourt se trouve dans le sud des Yvelines, à la limite entre les régions naturelles de Beauce et du Hurepoix. Elle confine vers l'est avec le département de l'Essonne.

Le territoire est essentiellement rural (à 91 %), peu boisé (environ 10 % de bois confinés dans les vallées) et consacré à la grande culture céréalière. L'habitat se répartit entre le bourg centre Saint-Martin regroupant l'église et la mairie, le hameau voisin de Bréthencourt (site de l'ancienne forteresse), situé plus en amont dans la vallée naissante de l'Orge, et le Haut-Bout, hameau situé plus au nord sur le plateau.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est irriguée par l'Orge qui y trouve sa source et par un affluent de rive gauche de celle-ci, le ruisseau des Bois (3,9 km) qui prend sa source au centre de la commune. L'Orge marque sur quelques kilomètres la limite avec la commune de Corbreuse.

Hameaux de la commune[modifier | modifier le code]

la commune est composée de plusieurs hameaux, Saint Martin de Bréthencourt, Bréthencourt, Hautbout, Ardenay, le Gué d'Orge, les Vieux Murs, Montgarrier, le Moulin Neuf, le Moulin de Ville, la Puce et de plusieurs fermes isolées, la Brosse, Brandelles et Brouville.

Communes voisines[modifier | modifier le code]

Les communes limitrophe sont Sainte-Mesme au nord-est, Corbreuse (Essonne) à l'est, Allainville au sud, Boinville-le-Gaillard au sud-est, Ablis à l'ouest, Sonchamp au nord-ouest et Ponthévrard au nord.

Transports et voies de communications[modifier | modifier le code]

Réseau routier[modifier | modifier le code]

Les communications sont assurées par deux routes départementales orientées est-ouest, les RD 116 et RD 168 qui relient la commune à ses voisines et notamment à Ablis à l'ouest et Dourdan à l'est. L'autoroute A 10 traverse la commune du nord au sud sans la desservir directement, la bifurcation A10/A11 étant située tout au nord de la commune. L'échangeur le plus proche se trouve à environ sept kilomètres au sud du bourg dans la commune voisine d'Allainville.

Desserte ferroviaire[modifier | modifier le code]

Deux lignes ferroviaires traversent la commune sans la desservir, la LGV Atlantique dans le sens nord-sud, qui croise l'autoroute A10 par un passage supérieur au centre du territoire communal, la ligne Paris-Tours par Vendôme, orientée nord-est - sud-ouest. Cette ligne à voie unique à voie unique non électrifiée voit passer des circulations assurant des relations TER Paris-Austerlitz - Châteaudun, prolongée dans certains cas jusqu'à Vendôme ou Tours, sans arrêt entre Dourdan et Auneau.

Bus[modifier | modifier le code]

La commune est desservie par la ligne 18 de la société de transport Transdev Rambouillet.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Attestée sous les formes prioratus Sancti Martini sub Berthoudicuria en l295[1], Sanctus Martinus, Sanctus prope Corborosam, Saint-Martin-Bretucourt, Saint-Martin-de-Brétencourt[2].

Le prieuré Saint-Martin-de-Bréthencourt[3] a donné naissance à la localité qui résulte peut-être de la fusion des terres du prieuré et de ce qui restait de l'habitat du hameau de la « ville neuve de Froide-ville » )[4].

Bréthencourt (commune de Saint-Martin-de-Bréthencourt ), domaine de Berto[5], c'est-à-dire de Berthilde, dame du lieu à une période antérieure à 1090[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes de Saint-Martin-de-Bréthencourt

Les armes de Saint-Martin-de-Bréthencourt se blasonnent ainsi :
D'azur au lion à la queue fourchée d'argent surmonté d'un lambel de quatre pendants du même.

Le blason de la commune représente les armes de Guy Ier de Montfort qui fut seigneur de Bréthencourt au XIIe siècle.

Historique[modifier | modifier le code]

Le site est habité depuis l'époque préhistorique. Des vestiges gallo-romains (poteries) y ont également été retrouvés sur la butte d'Aigremont.

Au XIe siècle Gui le Rouge, seigneur de Rochefort, y fit construire un château fort dont il ne reste que les ruines du donjon.

La chatellenie de Bréthencourt est devenue ensuite la propriété successivement des Montfort, des Vendôme, puis en 1653 des L'Hôpital et enfin en 1788 des Rohan-Rochefort.

En 1865 est mise en service la ligne de chemin de fer Paris-Vendôme, première étape d'une nouvelle liaison Paris - Tours.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 octobre 2014 Claude Bruas[7]   - style="vertical-align: top" Février 2015 - Jacky Drappier    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[9],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 645 habitants, en augmentation de 3,53 % par rapport à 2009 (Yvelines : 0,99 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
440 586 670 604 633 657 631 645 631
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
660 656 640 642 643 609 579 605 604
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
566 542 527 487 494 491 430 375 355
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
361 354 353 388 504 588 594 635 645
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006 [11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges[modifier | modifier le code]

La population de la commune est relativement jeune. Le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (15,8 %) est en effet inférieur au taux national (21,6 %) et au taux départemental (17,5 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (51,7 %) est du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2007, la suivante :

  • 48,3 % d’hommes (0 à 14 ans = 23 %, 15 à 29 ans = 13,9 %, 30 à 44 ans = 21,6 %, 45 à 59 ans = 24,7 %, plus de 60 ans = 16,7 %) ;
  • 51,7 % de femmes (0 à 14 ans = 21,8 %, 15 à 29 ans = 19,2 %, 30 à 44 ans = 23,1 %, 45 à 59 ans = 20,8 %, plus de 60 ans = 15 %).
Pyramide des âges à Saint-Martin-de-Bréthencourt en 2007 en pourcentage[12]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,7 
4,9 
75 à 89 ans
5,2 
11,5 
60 à 74 ans
9,1 
24,7 
45 à 59 ans
20,8 
21,6 
30 à 44 ans
23,1 
13,9 
15 à 29 ans
19,2 
23,0 
0 à 14 ans
21,8 
Pyramide des âges du département des Yvelines en 2007 en pourcentage[13]
Hommes Classe d’âge Femmes
0,3 
90  ans ou +
0,9 
4,3 
75 à 89 ans
6,6 
11,2 
60 à 74 ans
11,6 
20,3 
45 à 59 ans
20,7 
22,1 
30 à 44 ans
21,5 
19,9 
15 à 29 ans
18,9 
21,9 
0 à 14 ans
19,8 

Économie[modifier | modifier le code]

  • Agriculture.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre-Saint-Paul, édifice en pierre de style roman du XIIe siècle, remarquable par sa tour-clocher massive, classée monument historique en 1977. L'église appartenait à un prieuré de bénédictins aujourd'hui disparu. Le dimanche, les offices y sont maintenant menés par la Fraternité sacerdotale Saint-Pierre selon la forme tridentine du rite romain.
  • Chapelle Saint-Jacques, XIIe siècle, située dans le hameau de Bréthencourt. Ce serait la chapelle d'une ancienne léproserie aujourd'hui disparue.
  • Vestiges du donjon du château fort construit au XIe siècle par Guy le Rouge.
  • Lavoir et fontaine du début du XIXe siècle à Bréthencourt.

Activités festives[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, page 1561
  2. Hippolyte Cocheris, Anciens noms des communes de Seine-et-Oise, 1874, ouvrage mis en ligne par le Corpus Etampois.
  3. A. Picard,, Bulletin de la Société historique et archéologique de Corbeil, d'Etampes et du Hurepoix, Volumes 77 à 79, page 44
  4. Lefèvre Simone, Froideville ou Saint-Martin-de-Bréthencourt, (1988), Bulletin de la Société Historique et Archéologique de Corbeil, de l'Essonne et du Hurepoix Bd. 58 (1988) P. 63-78
  5. – Marianne Mulon –Noms de lieux d’Île-de-France, Bonneton, Paris, 1997 (ISBN 2862532207)
  6. Bernard Gineste, "Bertolcuria", in Corpus Etampois, 2008.
  7. « Saint-Martin-de-Bréthencourt », Union des maires des Yvelines (consulté le 9 juin 2011).
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  12. « Évolution et structure de la population à Saint-Martin-de-Bréthencourt en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 24 avril 2011)
  13. « Résultats du recensement de la population des Yvelines en 2007 », sur le site de l'Insee (consulté le 24 avril 2011)