Vorgium

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Vorgium
Carhaix-Plouguer
vestige de l'aqueduc romain de Vorgium
vestige de l'aqueduc romain de Vorgium
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Gaule lyonnaise
Type Ville
Coordonnées 48° 16′ 42″ nord, 3° 34′ 02″ ouest

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Vorgium
Vorgium
Histoire
Époque Empire romain

Vorgium est le nom latin de la cité gauloise qui a pris ensuite le nom de Carhaix (Finistère).

Historique[modifier | modifier le code]

Les premières traces d'occupation remontent au IVe siècle av. J.-C. Elle est mentionnée dans la Table de Peutinger. Elle était le centre d'un réseau de voies antiques (gauloises et romaines) en étoile. On pense qu'elle était la capitale du peuple gaulois des Osismes et de la cité gallo-romaine du même nom.

De nombreux vestiges gallo-romains y ont été trouvés et ils ont intéressé en son temps Théophile Malo Corret de la Tour d'Auvergne. Des fouilles récentes et non achevées ont montré un développement urbain qu'on ne soupçonnait pas. À son apogée, c'est-à-dire dans la première moitié du IIIe siècle ap. J.-C., avec ses 130 hectares, Vorgium était de très loin la plus vaste ville de la péninsule bretonne. À la même époque, Condate Riedonum (Rennes) ne couvrait que 90 hectares, Fanum Martis (Corseul) 50 hectares et Darioritum 40 hectares. Toutefois elle demeurait une agglomération de taille moyenne en comparaison d'autres villes gauloises qui dépassaient 200 hectares[1].

En fonction de la présence d'un aqueduc romain, qui prend sa source non loin du site de Brécilien (Bressilien), en Paule, il est probable que Vorgium, devenue *Corofes au Bas-empire, corresponde à la Carohaise de la légende arthurienne, Brécilien répondant à Brocéliande. L'archéologie est en train d'apporter des éléments sérieux dans cette argumentation.

Les historiens s'accordent sur le fait que Carhaix était, à l'époque gallo-romaine, (et peut-être avant) la ville de Vorgium, chef-lieu de la cité des Osismes, qui est mentionnée dans la Géographie de Ptolémée au IIe siècle (sous le nom de Vorganium, mais un doute existe, plus probablement s'agit-il de Kernilien en Plounéventer et non de Carhaix), puis dans la Table de Peutinger[2]. L'assimilation de Vorgium à Carhaix a été proposée en 1874 par Robert Mowat au vu d'une borne milliaire trouvée à Maël-Carhaix[3]. Cette thèse a été confirmée par Louis Pape[4] et est maintenant généralement admise par Jean-Yves Éveillard qui note que la distance entre Darioritum (Vannes) et Carhaix est exactement celle de la table de Peutinger (44 lieues romaines) et que, dans la liste des villes des Notes tironiennes[5], Vorgium suit Othismus comme son remplaçant[6].

Deux étymologies sont proposées pour Vorgium. Soit un radical gaulois *verg qui désigne souvent un ouvrage fortifié, soit, pour ceux qui pointent qu'aucun lieu fortifié n'a été attesté à l'époque antique, le gaulois *worra désignant le saule.

Vorgium, capitale de civitas[modifier | modifier le code]

L'agglomération gallo-romaine est donc une création ex nihilo résultant d'un choix délibéré de l'administration romaine, sans doute en raison de la situation centrale du lieu dans la cité des Osismes[7] et de l'existence d'un plateau favorable à l'urbanisation[8], même si la date de création de la ville reste inconnue.

Des fouilles archéologiques[9] commencées au XVIIIe siècle et maintenant méthodiques depuis 1995 font apparaître de plus en plus de restes de bâtiments. De nombreux vestiges gallo-romains y ont été trouvés et ils ont intéressé en son temps Théophile Malo Corret de la Tour d'Auvergne.

L'importance de l'agglomération a longtemps été mesurée par le réseau en étoile de voies antiques et le fait qu'un aqueduc, forcément coûteux et dont il reste plusieurs éléments a été construit pour capter l'eau d'une source située à 13 kilomètres.

Les fouilles sur le site de l'hôpital ont révélé que les modèles architecturaux romains ont été importés et adaptés pour une petite ville disposant des bâtiments officiels (forum, thermes, temples) et des équipements habituels dans la romanité de l'époque, dont un quartier regroupant des artisans.
Le forum n'a pas pour l'instant été découvert, mais Louis Pape pense qu'il se trouvait au croisement des actuelles rues Brizeux et G.-Lambert, qu'il présente comme étant respectivement le cardo et le decumanus, mais ce n'est qu'une hypothèse pour l'instant.

Vestiges gallo-romains[modifier | modifier le code]

Relevé, par Robert Mowat, du milliaire de Maël-Carhaix (1874).

Un fanum a été découvert à Kerdaniel et un escalier monumental mis au jour en 2004 au champ de foire appartenait peut-être à des thermes romains. Mais la trace la plus importante du passé gallo-romain de Carhaix trouvée jusqu'à présent reste les aqueducs : un premier aqueduc fut construit pendant la seconde moitié du Ier siècle de notre ère, acheminant les eaux d'un ruisseau distant de 11 km ; il contournait les inégalités du relief afin de suivre une pente régulière, mais il fallut toutefois construire à l'entrée de Vorgium un pont-aqueduc long d'un kilomètre et haut de 14 mètres pour que l'eau parvienne à un château d'eau situé en haut de l'agglomération. Ce premier aqueduc fut construit en partie en conduits de bois reliés par des plaques de fer et pour partie maçonné[10]. Le second aqueduc[11] qui date de la fin du IIe siècle, partant des actuelles communes de Paule et Glomel, parcourt un tracé sinueux de 27 km[12], avec une pente moyenne de 0,27 m par km, pour acheminer l'eau au prix de quelques prouesses techniques comme la construction d'un tunnel long de 0,9 km (près du lieu-dit Kervoagel au Moustoir) et d'un aqueduc de même longueur et haut de 13 mètres près du lieu-dit Kerampest.

Carhaix-Plouguer (Vorgium) : vase gallo-romain à décor de guerrier, du dieu Bacchus et de pampres (entre 180 et 250 après J.-C.)

Cet aqueduc, long de 27 km a fait l'objet d'une étude globale menée par A. Provost et L. Aubry, qui a restitué l'ensemble de son tracé. « La conduite était constituée d'un canal maçonné enduit de mortier de tuileau de teinte rose, rendu plus étanche par les morceaux de tuile pilée qui y ont été incorporés. L'aqueduc était le plus souvent couvert de dalles de schistes recouvertes d'une mince couche de terre. Ainsi pouvait-on facilement accéder à la conduite pour les opérations d'entretien ». Un tunnel long de 900 mètres fut foré dans le schiste à 25 mètres de profondeur sous une colline à Kervoaguel en Le Moustoir pour permettre le passage de l'eau, des puits espacés de 20 à 44 mètres ayant servi à évacuer les déblais lors du creusement du tunnel[10].

Deux trésors monétaires trouvés dans la ville, tous deux datés de la fin du IIIe siècle, illustrent un enfouissement monétaire lié à la peur d'envahisseurs et des cendres traces d'incendies à cette époque ont été identifiées[8]. L'aqueduc est abandonné également au IVe siècle. La cité ne semble pas toutefois avoir été complètement abandonnée, une grande domus du IVe siècle a été trouvé à l'emplacement de l'actuel centre hospitalier, abandonnée toutefois dans le troisième quart du IVe siècle. La ville est au cours des IVe siècle et Ve siècle rebaptisée Othysmus ou Civitas Osismorum[13]. L'absence de fortifications du Bas-Empire laisse supposer la perte de la fonction de capitale des Osismes que Carhaix détenait jusque-là, peut-être au profit de Brest, pour répondre aux attaques des pirates scots, puis, de Saint-Pol-de-Léon et des ports d'estuaires bien abrités comme Morlaix et Quimper.

Une « réserve archéologique » a été décidée en l'an 2000 rue du Docteur Menguy (anciens Ets Le Manac'h vins) pour protéger les ruines de Vorgium trouvées au sud-ouest du centre-ville et les terrains sont désormais propriété du conseil départemental du Finistère[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fouilles et découvertes en Bretagne par Yves Menez et Stéphant Hinguant, éditions Ouest-France, 2010, INRAP
  2. Bernard Tanguy, "Des cités et diocèses chez les Coriosolites et les Osismes", Bulletin de la Société archéologique du Finistère, tome CXIII, 1984
  3. Robert Mowat, « La station de Vorgium déterminée au moyen de l'inscription itinéraire inédite de Mael-Carhaix (Côtes-du-Nord) », dans Revue archéologique, Paris, janvier 1874, p. 1-8 et Pl. I (en ligne).
  4. Louis Pape, La Civitas des Osismes à l'époque gallo-romaine
  5. Loth, Romania, 1900
  6. Gaétan Cloirec, l'archéologue responsable de la fouille de la zone de l'hôpital en est aussi d'accord.
  7. Louis Pape, La Civitas des Osismes à l’époque gallo-romaine. Paris, C. Klincksiek, Institut armoricain de la recherche économique et humaine, 1978
  8. a et b Jacques Briard, Pierre-Roland Giot, Louis Pape, Protohistoire de la Bretagne, Édilarge (Groupe SIPA - Ouest-France), Rennes, juin 1995, 422 p. [ (ISBN 2-7373-1659-6)],1995
  9. http://vorgium.pagesperso-orange.fr/accueil.htm
  10. a et b Yves Menez et Stéphane Hingant, "Fouilles et découvertes en Bretagne", éditions Ouest-France, INRAP, 2010 [ (ISBN 978-2-7373-5074-0)]
  11. http://fr.topic-topos.com/aqueduc-gallo-romain-detail-mael-carhaix
  12. Carte de l'aqueduc http://www.persee.fr/doc/abpo_0399-0826_1998_num_105_2_3987
  13. http://www.ville-carhaix.com/fr/decouvrir/historique/media/carhaix_origines_anosjours.pdf
  14. http://perso.wanadoo.fr/vorgium/index.htm

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Alain Provost, Bernard Leprêtre, Éric Philippe, L'aqueduc romain de Vorgium/Carhaix (« Gallia », Supplément 61), Paris, CNRS, 2013, 352 p.
  • Léon Fleuriot, Origines de la Bretagne.
  • JC Even, La bataille de Carohaise.

Articles :

Articles connexes[modifier | modifier le code]