Rotomagus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rotomagus
Rouen
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Gaule lyonnaise
Type Ville
Coordonnées 49° 26′ 36″ nord, 1° 06′ 00″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Rotomagus
Rotomagus
Histoire
Époque Empire romain

Rotomagus ou Rothomagus est le nom gallo-romain de l'actuelle ville de Rouen, romanisation d'un ancien Ratomagos / Rotomagos. Le toponyme procèderait des éléments celtiques roto/rato de signification incertaine et magos marché[1],[2]. La ville a été fondée sur la rive droite de la Seine durant le règne d’Auguste.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant la fondation de Rotomagus, son ancêtre gaulois était la capitale des Véliocasses, Ratumacos. Comme beaucoup de villes gauloises, les archéologues auraient tendance à la situer sur une hauteur, avec l'hypothèse que la côte Sainte-Catherine pourrait être le cœur de cette ville[3].

Active au IIe siècle après Jésus-Christ, c’est au IIIe siècle après Jésus-Christ que la ville romaine atteint son plus haut point de développement. On sait qu’un amphithéâtre romain de grande dimension et que de grands thermes y avaient alors été bâtis.

À partir du milieu du IIIe siècle, les invasions germaniques commencent et à l'époque du Bas-Empire, Rotomagus s'enferme derrière des remparts. La surface de la ville est considérablement réduite : elle passe à 18 ha[4].

Histoire d'une découverte[modifier | modifier le code]

Les thermes[modifier | modifier le code]

La première fouille archéologique est faite à Rouen en 1789 par un architecte, monsieur Torcy[5], à l'angle des rues des Fossés-Louis-VIII et des Carmes. M. Torcy reconnaît « des murailles et une construction fort ancienne »[6]. En 1848, Achile Deville observe une salle à hypocauste sous les fondations de l'église Saint-Lô. P. Halbout, après les fouilles de Torcy, découvre une vaste salle (15×28 mètres) sur un plan basilical.

C'est entre 1970 et 1979 que les thermes de la ville antique sont définitivement localisés sous l'îlot des Carmes, périmètre des rues des Fossés-Louis-VIII, des Carmes, Saint-Lô et Socrate. C'est l'opération archéologique de l'Espace du Palais conduit par l'archéologue de INRAP Xavier Peixoto entre 1991 et 1999 qui révèle l'existence d'une trame viaire, deux rues decumanes et un cardo (également rencontré lors du percement du tunnel Saint-Herbland en 1999) délimitant deux îlots rectangulaires dont celui de l'est accueille les thermes. L'insula mesure 84×86 mètres (environ 7200 à 7300 m²).

On identifie le caldarium, une piscine, une pièce de service et un apodyterium (vestiaire)[7].

L'amphithéâtre gallo-romain[modifier | modifier le code]

Plan d'un amphithéâtre romain.
Article détaillé : Amphithéâtre de Rotomagus.

Construit à la fin du IIe siècle, l'amphithéâtre est abandonné au IVe siècle, au moment où la ville du Bas-Empire se retranche à l'intérieur de remparts (il est encore partiellement en élévation en 1204 lorsque Philippe Auguste prend la ville). Il est recouvert par le château de Rouen au XIIIe siècle.

De forme elliptique, l'amphithéâtre semble comparable aux autres amphithéâtres gallo-romains par les dimensions et la capacité.

Le marché aux poissons[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liste des noms latins des villes françaises

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François de Beaurepaire (préf. Marianne Mulon), Les Noms des communes et anciennes paroisses de la Seine-Maritime, Paris, A. et J. Picard, , 180 p. (ISBN 2-7084-0040-1, OCLC 6403150)
  2. P-Y Lambert, La langue gauloise, éd. Errance.
  3. Jancques Tanguy, Rouen une ville capitale, , 5 p. (lire en ligne), p. 1
  4. Gérard Coulon, Les Gallo-Romains : vivre, travailler, croire, se distraire - 54 av. J.-C.-486 ap. J.-C., Paris : Errance, 2006. collection Hespérides, (ISBN 2-87772-331-3), p. 21
  5. http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/galia_0016-4119_1989_num_46_1_2894
  6. « Les thermes de Rouen » in Les Dossiers d'archéologie, no 323, sept.-oct. 2007, p. 37
  7. « Les thermes de Rouen », in Les Dossiers d'archéologie, no 323, sept.-oct. 2007, p. 42