Aginnum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aginnum
Localisation
Pays Drapeau de l'Empire romain Empire romain
Province romaine Gaule aquitaine
Type Chef-lieu de Civitas
Coordonnées 44° 12′ 00″ nord, 0° 37′ 01″ est
Géolocalisation sur la carte : Empire romain
(Voir situation sur carte : Empire romain)
Aginnum
Aginnum
Histoire
Époque Antiquité (Empire romain)

Aginnum est le nom antique de la ville française d'Agen, en Lot-et-Garonne.

Histoire[modifier | modifier le code]

Aginnum était située sur un éperon rocheux qui dominait la partie nord du plateau de l'Ermitage. C'était la principale ville des Nitiobroges, tribu mi-celte mi-ibère qui s'installa dans la région entre le Lot et la Garonne vers 400 av. J.-C. en raison de la facilité à défendre la ville, mais aussi à surveiller la vallée de la Garonne resserrée à cet endroit et croisement de plusieurs voies romaines particulièrement fréquentées.

La ville, chef-lieu de civitas qui s'étendait sur 80 hectares, était assez riche et surtout peuplée. Mais la prospérité était davantage liée à une activité de transit qu'à un véritable rôle de pôle commercial. Ce passage intense est à mettre en relation avec l'implantation précoce de la religion chrétienne. Durant le Haut Empire, Agen connut un important essor grâce au transit en raison à la proximité du fleuve et d'un nœud routier, la ville apparaissant dans l'itinéraire d'Antonin et la table de Peutinger[1]

Vestiges antiques[modifier | modifier le code]

La ville gallo-romaine a laissé d'importantes et assez nombreuses traces. Mais elles ont pour la plupart été détruites, en particulier les plus intéressantes :

  • le théâtre romain, chose assez rare pour une ville de moyenne importance, d'autant plus qu'Aginnum était aussi dotée d'un amphithéâtre (daté de 215 ap. J.-C.) pouvant accueillir 10 000 à 15 000 personnes, chiffre considérable.
  • Le forum était situé au niveau du Marché. Le seul bâtiment encore debout qui puisse se rattacher à cette période antique est la cella du Martrou, destinée à conserver les restes de saint Caprais.
  • On a également des indices concernant l'existence d'au moins une nécropole.

Aginnum dans la bande dessinée[modifier | modifier le code]

Dans l'album de bande dessinée Le Tour de Gaule d'Astérix, de René Goscinny et Albert Uderzo, les deux héros, Astérix et Obélix, font étape à Aginnum.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bruno Chaudruc de Cazannes, « Dissertation sur un autel votif et son inscription », Mémoires de la Société archéologique du Midi de la France, t. I,‎ 1832-1833, p. 257 (lire en ligne).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Frédéric Berthault, Xavier Dupuis, Myriam Fincker, Jean-François Pichonneau, « Les édifices de spectacle de l'antique Aginnum. État de la question en 1984 », dans Aquitania, 1984, tome 2, p. 159-174, (ISBN 2-86781-031-0) (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]