Christian Goudineau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Christian Goudineau, né le à Neuilly-sur-Seine[1] et mort le à Clamart[2], est un archéologue et historien français.

Professeur émérite au Collège de France[1], il est titulaire de la chaire des Antiquités nationales[1] de 1984 à 2010.

Biographie[modifier | modifier le code]

Normalien (promotion 1959), agrégé de lettres classiques en 1962, Christian Goudineau est membre de l'École française de Rome de 1965 à 1968. En 1968, il est nommé assistant, puis chargé d'enseignement puis professeur à l'université de Provence (Aix-en-Provence) en « antiquités nationales ». De 1975 à 1979, il est nommé directeur de l'UER « Lettres » de l'université de Provence. Il quitte cette université en 1984, date de son élection au Collège de France[3].

De 1969 à 1982, il est directeur des Antiquités historiques de Côte d'Azur et, à partir de 1978, membre du Conseil supérieur de la recherche archéologique.

De 1985 à 1994, il est directeur de l'Unité propre de recherche du CNRS « Gallia - Gallia Préhistoire » et, entre 1992 et 1995, président du Comité de l'archéologie du CNRS et en 1997 membre du Conseil d'administration de l'École du Louvre.

De 1985 à 2001, il préside le conseil scientifique du Centre européen du Mont-Beuvray.

Il est mort le [4],[5].

La chaire des Antiquités nationales[modifier | modifier le code]

La chaire des Antiquités nationales fut créée en 1905 par Camille Jullian, qui, le premier, voulut ancrer l'histoire de la Gaule dans l'enseignement supérieur. Albert Grenier (de 1935 à 1948), puis Paul-Marie Duval (de 1964 à 1982) lui succédèrent.

En reprenant la chaire, Goudineau s'est assigné deux missions :

  • Tenter de faire avancer l'analyse et la réflexion sur des sujets qui mettent en relation la Gaule et notre monde actuel. Que veut dire « la Gaule », comment est-elle née, qu'était-elle ? Quel fut le rôle du conquérant (César) ? Comment se sont créés des mythes, des images, des héros ?
  • Faire connaître les découvertes récentes, à partir des chantiers, des publications ou des expositions, faire venir dans les séminaires les responsables des principales opérations archéologiques et inviter des chercheurs étrangers spécialistes du « monde celtique »[6].

Distinctions[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Le Procès de Valérius Asiaticus, Éd. Actes Sud, 2011 (roman)
  • Rites funéraires à Lugdunum (avec Jacques Lasfargue), Éd. Errance, 2009 (catalogue d'exposition)
  • Le camp de la flotte d'Agrippa à Fréjus (avec Daniel Brentchaloff), Éd. Errance, 2009
  • Unité 64, Éd. Actes Sud, 2007 (théâtre)
  • En survolant la Gaule (avec Frédéric Lonctho), Éd. Errance, 2007
  • Religion et société en Gaule (avec Jean-Louis Brunaux, Dominique Garcia et Bernard Lambot), Éd. Errance, 2006
  • Le Voyage de Marcus : les tribulations d'un jeune garçon en Gaule romaine, Éd. Actes Sud, 2005 (roman)
  • L'Enquête de Lucius Valérius Priscus, Éd. Actes Sud / Errance, 2004, rééd. Poche Babel 2007 (roman)
  • Les Empereurs de Rome : d'Auguste à la tétrarchie, Éd. Errance, 2004 (beaux-arts)
  • Par Toutatis ! que reste-t-il de la Gaule ?, Éd. Seuil, 2002
  • Le Dossier Vercingétorix, Éd. Actes Sud / Errance, 2001, rééd. Poche Babel 2009
  • César et la Gaule, Éd. Seuil, coll Points, 1990, rééd. 2000
  • Regard sur la Gaule, Éd. Errance, 1998, rééd. 2000
  • Vaison-la-Romaine (avec Yves de Kisch), Éd. Errance, 1999
  • Bibracte et les Eduens : à la découverte d'un peuple gaulois, Éd. Errance, 1993, 207 pages, Coll. Hauts lieux de l'histoire
  • De Lascaux au Grand Louvre : archéologie et histoire en France, avec Jean Guilaine, Éd. Errance, 1991 (écrits sur l'art) (ISBN 2877720470)
  • Aux origines de Lyon, Circonscription des Antiquités historiques Rhône-Alpes (Document d'archéologie en Rhône-Alpes), Lyon, 1989 (direction d'ouvrage).
  • Les fouilles de la Maison au Dauphin. Recherches sur la romanisation de Vaison-la-Romaine, XXXVIIe supplément à Gallia, CNRS, Paris, 1979.
  • La céramique arétine lisse. Fouilles de l'Ecole française de Rome à Bolsena (Poggio Moscini - 1962 - 1967) (Tome 4), MEFR Suppl. 6, Rome, 1968.

Articles[modifier | modifier le code]

  • Ιεραι Τραπεζαι, Mélanges d'archéologie et d'histoire de l'École française de Rome, 79-1, 1967, p. 77-134 Lire en ligne sur Persée.
  • "Céramique arétine à reliefs de Bolsena", Mélanges d'archéologie et d'histoire de l'École française de Rome, 80-1, 1968, p. 167-200 Lire en ligne sur Persée.
  • "Le statut de Nîmes et des Volques Arécomiques", Revue archéologique de Narbonnaise, 9, 1976, p. 105-114.

Lire en ligne sur Persée.

  • "Sur un mot de Cicéron ou Avignon et le domaine de Marseille", dans L'Italie préromaine et la Rome républicaine. I. Mélanges offerts à Jacques Heurgon, Rome, École Française de Rome, 1976, p. 325-332 Lire en ligne sur Persée.
  • "Note sur la céramique commune grise gallo-romaine de Vaison-la-Romaine", Revue archéologique de Narbonnaise, 10, 1977, p. 153-169 [1].
  • "La céramique arétine", dans Céramiques hellénistiques et romaines. Tome 1, Besançon, Université de Franche-Comté, 1980, . 123-134 en ligne sur Persée.
  • " Note sur la fondation de Lyon", Gallia, 44-1, 1986, p. 171-173 Lire en ligne sur Persée.
  • avec Michel Christol, "Nîmes et les Volques Arècomiques au Ier siècle avant J.-C.", Gallia, 45, 1987, p. 87-103 Lire en ligne sur Persée.
  • "Les provinces de Gaule. Problèmes d'histoire et de géographie", dans Mélanges Pierre Lévêque. Tome 5 : Anthropologie et société, Besançon, Université de Franche-Comté, 1990, p. 161-176 Lire en ligne sur Persée.
  • "La Guerre des Gaules et l'archéologie", Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 135-4, 1991, p. 641-653 Lire en ligne sur Persée.
  • "Le gutuater gaulois : idéologie et histoire", Gallia, 60, 2003, p. 383-387 Lire en ligne sur Persée.
  • "L’archéologie préventive", La Lettre du Collège de France, Collège de France, Paris, mars 2009, p. 38-40Lire en ligne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Dufay, « Christian Goudineau, le Gaulois magnifique », L'Histoire, no 262,‎ , p. 28-29 (ISSN 0182-2411, lire en ligne, consulté le 16 mai 2018)
  • Jean-Pierre Brun, « Christian Goudineau (1939 - 2018) », La Lettre du Collège de France, no 44,‎ 2017-2018, p. 96-97 (ISSN 2109-9219, lire en ligne, consulté le 20 juin 2019)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]