Autricum

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Autricum
Chartres
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Gaule lyonnaise
Type Ville
Coordonnées 48° 27′ 21″ nord, 1° 29′ 03″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Autricum
Autricum
Histoire
Époque Empire romain

Autricum était le nom d'une cité des Carnutes, considérée généralement comme leur capitale, située à l'emplacement de l'actuelle ville de Chartres, dans la vallée de l'Eure (Autura en gaulois) d'où son nom dérive (*Autur-īko > Autricum). La cité et sa région étaient un centre des plus importants de la religion gauloise.

La cité gauloise[modifier | modifier le code]

Autricum – que César ne cite jamais – a été identifiée à Chartres grâce à la table de Peutinger (qui en estropie d'ailleurs le nom) et passe pour la capitale des Carnutes, car c'est elle qui hérite du nom de la cité au Bas-Empire. Alors que Cenabum (l'actuelle ville d'Orléans) a laissé des traces archéologiques, épigraphiques et littéraires indiscutables, ne sont identifiés pour le premier Autricum gaulois, que des parties du fossé de l'oppidum, et deux secteurs d'occupation. On ne sait toujours pas bien s'il faut penser à un établissement plus ou moins fortifié sur l'éperon qui porte aujourd'hui la cathédrale, ou s'il s'agissait d'un « oppidum de vallée », lié à la rivière et peut-être à la batellerie. Par l'Eure, les Carnutes devaient communiquer avec le bassin de la Seine, la Gaule belgique et sans doute l'Armorique.

Quoi qu'il en soit, de nombreux indices montrent que le centre du pays carnute était assez éloigné de Cenabum. De même, les relations des Carnutes avec les autres peuples semblent privilégier l'est et le nord (les Sénons, les Rèmes…) plutôt que le sud où les Bituriges, alliés étroits des Éduens, font plutôt figures d'ennemis). Pour le commerce comme pour la politique, Autricum-Chartres a probablement joué un rôle beaucoup plus important que la lacune des sources ne permet de l'établir.

Les fouilles de sauvetage entre 2003 et 2005, notamment sur la place des Épars et le boulevard Chasles, apportent d'importantes connaissances nouvelles sur l'Autricum gallo-romaine, et pour la période gauloise ont mis au jour une nécropole à incinération datée des environs du milieu du Ier siècle av. J.-C..

L'assemblée annuelle des druides[modifier | modifier le code]

Il est ainsi présenté dans la Guerre des Gaules de Jules César[1] :

« Chaque année, à date fixe, ils tiennent leurs assises en un lieu consacré, dans le pays des Carnutes, qui passe pour occuper le centre de la Gaule. Là, de toutes parts affluent tous ceux qui ont des différends, et ils se soumettent à leurs décisions et à leurs arrêts. »

La période gallo-romaine[modifier | modifier le code]

À l’époque celtique, « autrikon » semble avoir été un port sur l’Eure. Des traces de l’habitat Carnutes, peuples de la Gaule établi entre la Loire et la Seine, ont été découvertes.

À l'époque gallo-romaine la ville porte le nom d'Autricum, ce qui signifie "oppidum de défense de la batellerie de l'Eure".

Les fouilles réalisées à l'emplacement de la place des Halles ont mis en évidence les vestiges d'une voie empierrée de 9 mètres de largeur, longée par des maisons du même type que celles découvertes sur le site Pasteur à Chartres. Selon le modèle romain, la cité était protégée par des buttes de terre, réorganisée autour d’un forum et alimentée par deux aqueducs qui s’étendaient du côté du nord du plateau et le long des berges de la rivière. Des vestiges des plus belles demeures (domus), parfois ornée de fresques, ont été retrouvées à la place des Epars et dans le secteur des Grandes-Filles-Dieu. Les traces d'un ancien amphithéâtre gallo-romain sur la pente du plateau ont été découvertes aux alentours et sous l'église de Saint-André dont on retrouve des vestiges dans les murs de l'une des cryptes. Le forum était situé probablement dans l'actuelle rue Sainte-Thèrese. Deux cimetières gallo-romains s'étendent dans le nord-ouest et les sections du sud-est de la ville antique, et d'autres probablement dans le sud-ouest (Bedon et al 1988).

Vestiges archéologiques[modifier | modifier le code]

L'amphithéâtre[modifier | modifier le code]

Les rues[modifier | modifier le code]

Des fouilles dans le centre ville de Chartres ont apporté des éléments novateurs sur l’organisation urbaine de cette grande capitale de la Gaule romaine, son rythme d’urbanisation et les modifications du statut social d’un de ses quartiers.

Les rues sont empierrées et constituées de gravillons de silex, bordées de fossés de drainage, de caniveaux puis des trottoirs de 2,40 mètres de large, limités par des murs qui devaient être couverts par des portiques. Des canalisations de distribution d’eau en bois étaient installées sur les marges de la chaussée. L’ensemble étaient large de 11,20 mètres. Le long de la rue, des parcelles d’une largeur de 10,50 mètres s’engageaient en profondeur dans le cœur des îlots. Elles étaient occupées par des maisons.

Dans la partie centrale des îlots, un petit bâtiment a été construit dès le début du Ier siècle. Son orientation nord/sud laisse penser qu’il s’agit d’un sanctuaire. Il subsiste dans son plan jusque dans le courant du IIIe siècle.

Les quartiers[modifier | modifier le code]

Au cours de la première moitié du IIe siècle, des quartiers ont été ravagés par un incendie, ce qui a provoqué une importante réorganisation de la ville. Des parcelles sont réunies afin d’y construire deux maisons de notables.

La plus vaste (au moins 30 × 45 m.) a été construite sur de larges murs maçonnés et s’organisait autour d’une cour. La seconde est largement construite avec des matériaux légers, comme des cloisons en pans de bois, autour d’une petite cour à portique. Au cours d’une campagne de réfection des maçonneries, l’une des pièces est ornée d’une grande scène figurée comportant au moins une représentation impériale, signe d’attachement du propriétaire envers Rome, retrouvée en fouille.

Un nouvel incendie ravage le quartier dans le courant du IIIe siècle. L’espace est de nouveau occupé de manière plus sporadique mais les vestiges de l’occupation du Bas Empire, au IVe siècle, ont largement été détruits par les activités postérieures.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jules César, Guerre des Gaules, livre 6, chapitre 13

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Edmond Frezouls † dir., Les villes antiques de la France, III. Lyonnaise I : Autun - Chartres - Nevers, De Boccard, 1997, 308 p., ill.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]