Cap Fréhel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cap Fréhel
Les falaises du cap Fréhel
Les falaises du cap Fréhel
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Coordonnées 48° 41′ 00″ nord, 2° 19′ 00″ ouest
Mer Manche
Géographie
Altitude 70 m

Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

(Voir situation sur carte : Côtes-d'Armor)
Cap Fréhel

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Cap Fréhel

Le cap Fréhel est une pointe de grès rose au relief tourmenté qui ferme à l'est la baie de Saint-Brieuc, sur la côte de la Manche. Il est situé sur les communes de Plévenon au nord et de Fréhel au sud, dans le département français des Côtes-d'Armor.

Présentation[modifier | modifier le code]

Le cap Fréhel constitue une réserve ornithologique le long de la Côte d'Émeraude. Il est situé à 8,5 km du centre de Fréhel et à 4 km du centre de Plévenon, compte parmi les plus impressionnants de Bretagne : la falaise domine la mer d'environ 70 mètres.[1] Un sentier entre les bruyères et les ajoncs, intégré au GR 34, fait le tour du cap. Par temps clair on peut distinguer les îles Anglo-Normandes de Jersey.

Le cap Fréhel a donné son nom au cap de Freels de la côte orientale de Terre-Neuve quand les marins locaux ont commencé à y exploiter la morue[2].

Phares[modifier | modifier le code]

Le vieux phare (ou tour Vauban), en granite, fut construit sous Louis XIV en 1701 par un des disciples de Vauban, Jean-Siméon Garangeau (1647-1741), qui est nommé « ingénieur en chef et directeur des fortifications de Saint-Malo » en 1691 et le restera jusqu'à sa mort. À l'époque, on brûlait notamment de l'huile de poisson[réf. nécessaire].

Un phare plus moderne et plus haut sera construit entre 1845 et 1847, à la place de l'actuel. Il est électrifié en 1886. Les troupes allemandes le détruiront en août 1944.

Le phare actuel, reconstruit à partir de 1946, sera inauguré en 1950 : haut de 32 mètres, sa lanterne domine la mer de 103 mètres. Par temps clair, son feu est visible à plus de 100 kilomètres.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Découverte du Fort-La-Latte et du Cap Fréhel - Vos Plus Belles Destinations », Vos Plus Belles Destinations,‎ (lire en ligne)
  2. Le Pays de Dinan, 1986, p. 134.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :