Cassinomagus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cassinomagus
Chassenon
Extrait de la table de Peutinger; Caßinomago à droite, entre Sermanicomagus et Augustoritum.
Extrait de la table de Peutinger; Caßinomago à droite, entre Sermanicomagus et Augustoritum.
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Charente
Type Cité antique
Protection Logo monument historique Classé MH (1987, Thermes, Théâtre, Temple)
 Inscrit MH (1987, Temples, carrieres)
Coordonnées 45° 50′ 55″ nord, 0° 46′ 15″ est
Superficie 300 hectares

Géolocalisation sur la carte : Charente

(Voir situation sur carte : Charente)
Cassinomagus
Cassinomagus

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Cassinomagus
Cassinomagus

Cassinomagus est le nom antique d'une agglomération dotée d'un complexe monumental gallo-romain établi entre le Ier et le IVe siècle sur l'actuelle commune de Chassenon en Charente. Installée sur un plateau bordé par la Vienne, l'antique Cassinomagus, indiquée sur la Table de Peutinger, était une agglomération urbaine secondaire située sur le territoire des Lémovices, sur la voie d'Agrippa, entre Limoges et Saintes. Elle s'étendait sur près de 300 hectares. Son nom, qui devait signifier « Le marché (ou la plaine) du chêne (ou des chênes) » en langue gauloise et sa situation au carrefour de grandes voies, en position frontalière et à proximité de trois autres cités (Saintes - Santons, Poitiers - Pictons et Périgueux - Pétrocores), confirment que l'actuel petit village de Chassenon, a dû connaître la prospérité de la fin du Ier au IIIe siècles.

Son principal centre d'intérêt était certainement le vaste sanctuaire qui occupait, à lui seul, environ 25 hectares. Les fouilles modernes, qui ont lieu de 1958 à 1988, et qui ont repris depuis 1995, ont permis de repérer un grand temple et deux petits temples, un théâtre-amphithéâtre, un aqueduc... Les thermes doubles monumentaux sont la partie la mieux étudiée et la plus surprenante de ce sanctuaire. Ils s'étendent sur un hectare et sont construits sur trois niveaux toujours visibles et visitables. Ces éléments font de cet établissement cultuel et curatif un monument très rare en son genre.

Les thermes gallo-romains[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Thermes de Chassenon.
Les fours des thermes

Les thermes dits de Longeas ont été construits à la fin du Ier siècle, avec des pierres issues de l'écrasement d'une météorite. Ils ont été utilisés pendant plus de trois siècles, comme établissement de cure à l'intérieur du sanctuaire. Leur état de conservation est exceptionnel avec, par endroits, des murs qui s'élèvent encore sur sept mètres de hauteur. Le visiteur d'aujourd'hui y découvre les espaces publics, ouverts aux baigneurs de l'Antiquité, ainsi que le niveau technique, alors réservé au personnel.

Histoire[modifier | modifier le code]

L'astroblème de Rochechouart-Chassenon[modifier | modifier le code]

L'histoire géologique du site remonte à environ 200 millions d'années. Bien avant que l'homme n'existe, il se produit alors un événement majeur : une météorite d'un kilomètre et demi de diamètre percute la Terre au lieu-dit de La Judie, dans la commune de Pressignac. Elle laisse un cratère d'environ 22 km de diamètre et ravage tout à plus de 100 km à la ronde.

Aujourd'hui, l'érosion a effacé toute trace dans le relief et seul le léger détour de la Vienne vers le Sud entre Saint-Junien et Exideuil pourrait lui être attribué. Par contre, le sous-sol conserve de nombreuses roches fracturées, fondues, remuées, que l'on appelle les brèches. Ce n'est qu'en 1967 qu'un géologue démontrera l'origine de ces roches restées mystérieuses depuis leur première analyse scientifique au début du XIXe siècle.

On peut donc dire que l'histoire de Chassenon commence là, puisque le bouleversement des sols va donner naissance à ces brèches qui seront utilisées pour la construction, non seulement des monuments gallo-romains, mais des habitations qui se succèderont au cours des âges.

L'agglomération de Cassinomagus[modifier | modifier le code]

Quelques vestiges, attribués à l'âge de la pierre taillée et de la pierre polie, ont été retrouvés, attestant de l'occupation humaine en ce temps de la préhistoire.

On peut se demander si un sanctuaire prééxistait à l'occupation Romaine. Cassinomagus, remarquablement situé à un carrefour de routes et à la limite de plusieurs provinces, fait l'objet d'une attention toute particulière. C'est ainsi que grandit sa renommée et que, bien vite, des foules importantes s'y pressent, à en juger par l'ampleur de ses monuments :

Construit sur un podium de 50 mètres de diamètre, se trouve un temple octogonal à l'extérieur, circulaire à l'intérieur, de 18 mètres de diamètre et dont la hauteur est inconnue.

Le théâtre, au vu de récentes photos aériennes, pourrait avoir 120 mètres de façade.

Les Thermes de Chassenon sont parmi les plus importants de Gaule.

Reconstitutions de combats historiques[modifier | modifier le code]

Combat de gladiateurs

Des combats du IIe siècle au Colisée sont reconstitués lors de la journée des Thermes[1].

Fouilles archéologiques[modifier | modifier le code]

Les thermes vus du futur accueil des visiteurs en construction (2008)

La première description du site a été effectuée en 1779, par Pierre Beaumesnil comédien et archéologue à ses heures perdues. Il effectue des dessins qu'il agrémente de commentaires[2].

Les premières fouilles sont engagées à Chassenon par l'abbé Michon en 1844, qui trace les premiers plans concernant l'agglomération de Cassinomagus. La seconde moitié du XIXe siècle voit les recherches se poursuivre sous la houlette de l'abbé Arbellot, président de la Société historique et archéologique du Limousin. Alors que Napoléon III vient de créer sa Commission de topographie des Gaules (1858), Arbellot obtient quelques subsides pour mener des fouilles de 1860 à 1862 : on découvre alors deux petites constructions à l'Est du site, qualifiées de fanum.

Mais Chassenon est loin de Pompéi, et tout le monde n'y est pas encore gagné à l'archéologie. En 1888, les besoins de l'exploitation agricole conduisent à araser les derniers murs de superstructure des thermes et du temple. Peu de temps après, les vestiges du théâtre antique sont attaqués par une carrière de pierre qui restera en activité jusque dans les années 1930. En 1892, la réfection du mur d'enceinte du cimetière entraîne la destruction des sarcophages du haut Moyen Âge qui le composaient.

En 1889, la Société historique et archéologique du Limousin effectue sa sortie annuelle à Chassenon et, pour ainsi dire, passe la main à la jeune Société des Amis des sciences et des arts de Rochechouart qui vient de se créer. Commence alors une nouvelle période de fouilles à Chassenon. La collecte des objets reste une motivation importante, à partir des monnaies ramassées, et du vidage des puits au sud-ouest du bourg de Chassenon.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les conditions d'exercice de l'archéologie vont commencer à changer, avec la première Loi sur l'archéologie de 1941, et la création des Circonscriptions archéologiques (1942). Dès 1936, à l'occasion de la fermeture de la carrière des arènes, l'État avait procédé au classement des vestiges du théâtre antique au titre des monuments historiques.

À partir de 1958, un travail systématique va être entrepris par Jean-Henri Moreau pour dégager les vestiges des thermes, les étudier et les mettre en valeur. Afin de l'aider dans son travail, M. Moreau crée l'association des Amis de Chassenon, qui fait connaître et visiter le monument, et mobilise toute l'énergie et les ressources nécessaires aux travaux de conservation. Dès 1959, les vestiges des thermes sont classés au titre de monuments historiques et, en 1960, le Département de la Charente apporte sa première contribution au financement des travaux. Ce travail continu dure 30 ans et contribue à faire connaître Chassenon au niveau national.

Panneau bilingue à l'entrée du village de Chassenon.

En 1989, M. Moreau laisse à ses successeurs la poursuite d'un travail remarquablement mené. Avant de se retirer, il a su faire couvrir les vestiges pour qu'ils ne subissent pas les intempéries, et conduire le Conseil général de la Charente à les acquérir pour assurer la pérennité de l'entreprise. Dans les années 1990, l'archéologie poursuit sa professionnalisation. La procédure des fouilles programmées est créée. De nouvelles fouilles démarrent en 1995 et se poursuivent depuis lors tous les ans, contribuant à la formation d'une équipe de recherche importante et qualifiée.

Des projets d'acquisition foncière sont lancés dès 1996 pour tenter de créer une vaste réserve archéologique autour des monuments antiques repérés. Des prospections géophysiques et pédestres sont entreprises et révèlent avec plus de précisions les différentes composantes du site archéologique. La nouvelle chronologie de l'occupation des thermes et la révélation d'une période de réoccupation aux Ve et VIe siècles font l'objet de publications.

En 2000, un projet de valorisation culturelle et touristique du site fait l'objet d'une déclaration d'utilité publique prise en 2002, et se concrétise par l'acquisition d'une réserve archéologique de 28 hectares par le Conseil général. Dès lors, les projets de fouilles peuvent s'étendre dans de nouveaux secteurs.

Site classé[modifier | modifier le code]

Par arrêté du 21 septembre 1987 les thermes, le temple, le théâtre, ont été classés monument historique alors que le forum, les petits temples, l'aqueduc et les carrières gallo-romaines ont été inscrits[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Cassinomagus au rythme des gladiateurs », sur CharenteLibre.fr, (consulté le 21 juillet 2017)
  2. L'abbé Michon fait état du manuscrit de Beaumesnil dans son rapport sur les fouilles qu'il engage en 1844, mais le manuscrit de Pierre Beaumesnil semble depuis avoir été perdu.
  3. « Site gallo-romain de Chassenon », notice no PA00104286, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]