Villers-sur-Mer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Villers.
Villers-sur-Mer
Image illustrative de l'article Villers-sur-Mer
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Basse-Normandie
Département Calvados
Arrondissement Lisieux
Canton Trouville-sur-Mer
Intercommunalité Communauté de communes Cœur Côte Fleurie
Maire
Mandat
Jean-Paul Durand
2014-2020
Code postal 14640
Code commune 14754
Démographie
Gentilé Villersois
Population
municipale
2 684 hab. (2011)
Densité 299 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 19′ 17″ N 0° 00′ 18″ O / 49.3213888889, -0.005 ()49° 19′ 17″ Nord 0° 00′ 18″ Ouest / 49.3213888889, -0.005 ()  
Altitude Min. 3 m – Max. 136 m
Superficie 8,99 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte administrative du Calvados
City locator 14.svg
Villers-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : Calvados

Voir sur la carte topographique du Calvados
City locator 14.svg
Villers-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villers-sur-Mer

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villers-sur-Mer
Liens
Site web www.villers-sur-mer.fr

Villers-sur-Mer est une commune française, située dans le département du Calvados en région Basse-Normandie, peuplée de 2 684 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située sur la côte de la Manche entre Deauville et Houlgate.

Méridien de Greenwich.

Elle est la commune la plus au nord de la France traversée par le méridien de Greenwich. Une marque bleue au sol sur la promenade qui longe la mer, entre le centre-ville et l'est de la ville, donne la position de ce méridien.

Villers-sur-Mer est situé à environ 45 km de Caen, 70 km du Havre, 100 km de Rouen, 200 km de Paris.

Histoire[modifier | modifier le code]

Il semble que Villers-sur-Mer (alors appelée Villers) présentait plutôt l'aspect, au début du XIXe siècle, d'une agglomération de hameaux[1]. On pouvait ainsi constater sur le cadastre le château avec son manoir et, parsemées, diverses fermes. La carte de Cassini, datant du XVIIIe, fait en effet apparaître une église, deux fermes (la Motte et la Fontaine) et le château[2].

La station balnéaire de Villers-sur-Mer aurait été créée en 1856 après celle de Trouville-sur-Mer (1825), Beuzeval (1849-1850), Cabourg (1853), Houlgate (1854), Deauville n'ayant été créée qu'en 1859. L'endroit aurait été apprécié dans les années 1840 par certains artistes (Paul Huet, Constant Troyon, Alphonse Karr). La station est fondée par Félix Pigeory, architecte à Paris, créateur et rédacteur de la Revue des Beaux-Arts et par Pierre-Michel-François Chevalier dit Pitre-Chevalier, succédant à la direction du journal Le Figaro à Alphonse Karr qui l'aurait donc initié aux charmes de Villers-sur-Mer.

Publicité pour Villers-sur-Mer en 1910.

La station se serait d'abord développée vers le secteur des falaises des Vaches noires qui offre à la fois les avantages de la mer et de la campagne (Villers à l'est était marquée par des terrains marécageux). À la fin des années 1850, la station possédait une cinquantaine de constructions et un casino (d'abord en bois sur pilotis puis en dur face à la mer). Entre 1870 et 1900, la station se développe, sans doute grâce à l'arrivée du train en 1882, avec l'installation d'un second casino, la construction de nombreuses villas dans le quartier historique des falaises puis vers les terrains marécageux de l'est qui se développeront principalement autour de 1900. En 1883, la station comporte plus de 190 constructions, l'hôtel de ville étant érigé en 1887. Villers-sur-Mer est alors une station réputée familiale. Le Villers-sur-Mer des Villersois se développe également dans le centre-ville et dans les rues plus marginales à l'époque (rues Fanneau, Sandret, Forin).

Dans l'entre-deux-guerres, Villers-sur-Mer se développe toujours vers l'est. Dans les années 1930, la station fera l'objet d'un plan d'embellissement alors obligatoire pour les stations balnéaires, avec notamment la construction d'une nouvelle digue en 1934 et d'un nouveau quartier (rue du docteur Sicard entre le rond-point des tennis et le rond-point du plein-air).

Pendant la Seconde Guerre mondiale, Villers-sur-Mer sera occupé par l'armée allemande ainsi qu'en atteste la présence de plusieurs blockhaus sur le territoire de la commune (quartier des falaises et de l'actuel Villers 2000). Villers-sur-Mer fut libérée le 22 août 1944 par la brigade belge du général Jean-Baptiste Piron.

À partir des années 1950, les nouveaux quartiers de l'est se développeront, après la récession qui a suivi la fin de la Seconde Guerre mondiale et le début de ce que l'on appelle les Trente Glorieuses.

À partir des années 1970, Villers-sur-Mer accentue le développement du tourisme avec la création de Villers 2000 et sa nouvelle digue (sur les anciens terrains marécageux et les anciennes dunes de sable) et la construction de nombreux lotissements (vers le quartier de la gare et le château de San Carlo). Ce développement continue encore aujourd'hui plus en hauteur vers la route de Dives.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Villers-sur-Mer Blason Taillé au 1) d'or au drakkar d'azur, la voile chargée de deux léopards d'argent passant l'un sur l'autre, au 2) de sinople à la coquille d'escargot d'argent ; à l'étoile de huit rais taillée d'azur et d'argent brochant en chef sur la partition.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
 ?  ? M. Salesse SE  
juin 1995 mars 2014 Gérard Vauclin SE Administrateur de biens
mars 2014[3] en cours Jean-Paul Durand SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 2 684 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 2],[Note 3]. La population résidente varie selon la saison. Durant la saison touristique, elle dépasse les 20 000 personnes.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
186 428 417 479 457 456 435 385 379
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
407 478 989 969 1 124 1 469 1 520 1 342 1 408
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 411 1 394 1 432 1 442 1 560 1 523 1 468 1 761 1 656
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
1 608 1 669 1 769 1 853 2 019 2 318 2 566 2 541 2 707
2011 - - - - - - - -
2 684 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2004[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie et tourisme[modifier | modifier le code]

Depuis mars 2009, Villers-sur-Mer bénéficie de la dénomination commune touristique[6].

Médias[modifier | modifier le code]

Journaux disparus, localisés à Villers-sur-Mer[7] :

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Associations et activités culturelles[modifier | modifier le code]

Villers-sur-Mer accueille un nombre relativement important d'associations loi de 1901 et a ouvert pour elles, en 2010, un bâtiment appelé Le Villare, espace associatif et culturel, en face de l'église. Parmi les associations particulièrement actives figure notamment l'Association paléontologique de Villers-sur-Mer qui depuis 1979, offre un programme varié d'activités aux amateurs de fossiles et dispose de bons contacts avec les milieux scientifiques européens.

En avril 2011 a eu lieu l'ouverture d'un espace culturel, « Paléospace, l'Odyssée », qui aborde différents thèmes : la paléontologie (via la falaise des Vaches Noires), les cycles du Marais de Villers-sur-Mer et le méridien de Greenwich.

Manifestations[modifier | modifier le code]

Hameau Fleuri.
  • Festival Sable Show « Musiques sur le Méridien » : les concerts se déroulent les mardis et vendredis soirs de juillet et août pendant la saison touristique. Ces concerts gratuits en plein air concernent surtout de jeunes artistes.
  • Pique-nique géant à la mi-juillet. Un événement collectif ouvert à tous pour se réunir autour d'une nappe à carreau, converser, échanger, en toute simplicité et convivialité, avec nombreuses animations.
  • Festival des Nouveaux Talents : fin août, musique de chambre, concerts.
  • Fête de la coquille : depuis 1996, le dernier week-end du mois d'octobre est l'occasion de fêter la coquille Saint-Jacques. Autour d'un marché proposant coquilles, fruits de mer, et produits artisanaux, des groupes folkloriques parcourent les rues et accompagnent les défilés des confréries du terroir. Des dégustations ont lieu tout au long du défilé, aux couleurs du pays invité.
  • Festival de scrabble de la Côte Fleurie : ce festival se tient sur un week-end prolongé en janvier ou en février depuis 2011 (la première édition ayant eu lieu à Trouville-sur-Mer en janvier 2010).
  • Les Concerts du Hameau Fleuri : première édition été 2013. La villa du Hameau Fleuri, ouvre ses portes le temps de quatre concerts qui se déroulent en plein air sur les terrasses et jardins.

Sports[modifier | modifier le code]

  • Tennis : Villers-sur-Mer est dotée d'un Tennis club fondé par Charles Fougères dans les années 1930 qui a vu passer de nombreux champions français, dont l'un des « Quatre Mousquetaires » : René Lacoste.
  • Cyclisme : Villers-sur-Mer a été ville-étape du Tour de France en 1986.
  • Volley ball : premier site balnéaire normand de volley de plage. Les tournois organisés par Christian Caldaguès et Guy Robin depuis 40 ans ont accueilli les meilleurs joueurs français et le tournoi de clôture en septembre est parrainé par l'AIFVB (association des internationaux du volley-ball français).
  • Cercle nautique de Villers situé au pied des falaises des "vaches noires", labellisé "École Française de Voile", garantissant des navigations agréables en toute sécurité, le cercle nautique est ouvert à tous. L'école de voile propose en toutes saisons diverses formules de voile ou de char à voile. La flotte est composée d'optimist, pico, topaz 12, teddy, dart 16 et de bateaux collectifs pour six personnes. L'école de char à voile est ouverte toute l'année. Possibilité de pratiquer du kayak.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin de style néo-gothique construite dans la deuxième moitié du XIXe siècle aux vitraux de belle qualité.
  • Nombreuses très belles villas parmi lesquelles notamment le chalet de la Commission impériale de l’exposition universelle de 1867 de Paris remonté rue Foulans[8].
  • Le dinosaure végétal face à la mer, dans le jardin de l'office de tourisme, représente un des monuments principaux de Villers-sur-Mer. Certaines années, un bébé dinosaure est ajouté.
  • Le point de départ des falaises des Vaches Noires, qui recèlent des multitudes de vestiges paléontologiques, un lieu mondialement connu par les spécialistes des ammonites et autres fossiles.
  • le Paléospace l’Odyssée, un musée situé dans le marais non loin de la plage, seul site de Normandie consacré à la paléontologie, au méridien de Greenwich et au marais littoral. On peut notamment y admirer les différentes découvertes paléontologiques, comme un crocodile marin de Normandie.
  • La plage et ses cabines de plage, zone terrestre française la plus au nord qui soit traversée par le méridien de Greenwich.
  • Le Villare, espace associatif et culturel (près de l'église), qui accueille de nombreuses associations et des expositions temporaires pendant toute l'année.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

par ordre chronologique
  • Paul Ernest Dupont (1816-1891), homme d'affaire, promoteur et peintre, fait construire la villa "Paul Élisabeth"[9],[10],[11].
  • Félix Godefroid (1818-1897), harpiste et compositeur belge, décédé dans sa résidence de Villers-sur-Mer.
  • Pierre Ucciani (1851-1939), peintre corse, séjourne chez sa fille villa Corsica, à Villers jusqu'à son décès, (il repose au côté de son épouse au cimetière de Cabourg)[12],[13].
  • Alfred Bruneau (1857-1934), compositeur français, propriétaire d'une villa à Villers-sur-Mer baptisée Le Paradou.
  • Georges Méliès (1861-1938), réalisateur, inventeur des trucages et du spectacle cinématographique, a passé ses vacances de juillet 1890 à Villers-sur-Mer. Il a tourné en 1896 un film intitulé Plage de Villers par gros temps.
  • Charles Koechlin (1867-1950), compositeur français, résident à Villers-sur-Mer durant ses vacances pendant toute sa vie.
  • Julien Turbiau (1876-1934), médecin, peintre et sculpteur, séjourne à Villers dès 1900, fait construire la villa Zabeth en 1930[12],[14].
  • Marthe Chenal (1881-1947), cantatrice de l'Opéra qui a chanté la Marseillaise le 11 novembre 1918 depuis le balcon de l'Opéra de Paris, a passé de nombreuses vacances à Villers-sur-Mer dans sa villa du Cloître[15].
  • Marie-Renée Ucciani, (1883-1963), peintre et sculpteur, sociétaire des artistes français, vient à Villers dès son enfance, fait construire la villa "Corsica" en 1932 et y demeure sa vie durant[12],[16],[17].
  • Louis Armand (1905-1971, à Villers-sur-Mer), ingénieur, haut fonctionnaire, membre de l’Académie française et résistant.
  • Jacques Isorni (1911-1995), avocat, écrivain, a séjourné dans la commune où il est enterré.
  • Jacques Sternberg (1923-2006), écrivain belge qui passa ses vacances, de 1978 à 1985, à la villa Guy Vette, rue des Bains.
  • Raymond Ruffin (1929-2007) écrivain, historien, chroniqueur d'origine normande, enterré dans la commune.
  • Claude Lelouch (né en 1937) réalisateur, producteur, acteur, scénariste, y possède une résidence secondaire[18].
  • Patrick Grainville (né en 1947 à Villers-sur-Mer), écrivain.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2011.
  2. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  3. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les développements qui suivent sont issus essentiellement de l'excellent travail de Carmen Popescu, architecte du patrimoine, dont la note de travail a été publiée dans le numéro 91 d'avril 2005 de La lettre de Villers. Une présentation détaillée figure également sur le site internet de la commune de Villers-sur-Mer
  2. Voir la carte de Cassini sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales
  3. « Jean-Paul Durand est le nouveau maire de la commune », sur Ouest-france.fr (consulté le 6 avril 2014)
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2011
  6. [PDF] « Recueil des actes administratifs du Calvados n°8/2009 (page 304) » (consulté le 2 avril 2009).
  7. Jean Quellien et Christophe Mauboussin, Journaux de 1786 à 1944, l'aventure de la presse écrite en Basse-Normandie, Cahiers du Temps, 1998. ISBN 2911855132
  8. Worldfairs, Vestiges de l'exposition universelle de 1867, http://worldfairs.free.fr/forum/viewtopic.php?f=38&t=459
  9. "Pays d'Auge", Septembre/Octobre 2012, 62e année no 5(ISSN 1149-3305)
  10. "Programme des expositions 2014 - Le Villare - Villers sur mer - Paul Ernest Dupont".
  11. Villa Dupont - Wikipédia
  12. a, b et c "Pays d'Auge", Septembre/Octobre 2012, 62e année, no 5(ISSN 1149-3305)
  13. "Programme des expositions 2014 - Le Villare - Villers sur mer - Pierre Ucciani".
  14. "Programme des expositions 2014 - Le Villare - Villers sur mer - Julien Turbiau".
  15. « Association des Propriétaires de Villers-sur-Mer - Marthe Chenal, la Diva Flamboyante » (consulté le 7 août 2012).
  16. "Programme des expositions 2014 - Le Villare - Villers sur mer - Marie-Renée Ucciani".
  17. voir : Category:Marie-Renée Ucciani - Wikimedia Commons
  18. Jean-Pierre Beuve, « Spécial été : Normandie - Maisons de stars », Le Point, no 1822,‎ 16 août 2007 (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Magdeleine Gaston-Duprez, Villers-sur-Mer et ses 9 casinos

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :